Aller à…
RSS Feed

24 janvier 2022

L’obsession d’Israël pour l’Iran est un danger pour les intérêts américains


Publié par Gilles Munier sur 4 Décembre 2021, 08:55am

Naftali Bennett à la 76e Assemblée générale des Nations Unies (27/9/21)

Par Paul R. Pillar (revue de presse : Les Crises – 1/12/21)*

Les discours des chefs de gouvernement de l’Iran et d’Israël à l’Assemblée générale des Nations Unies cette année illustrent deux façons très différentes dont le rival international d’un régime peut s’intégrer dans sa stratégie.

Le président iranien, Ebrahim Raisi, dans un discours d’environ 2 000 mots, n’a fait qu’une brève mention de ce qu’il a appelé le « régime sioniste occupant » – deux phrases sur ce qu’il a fait aux femmes et aux enfants dans les territoires occupés et sur la façon dont son blocus a transformé la bande de Gaza en « plus grande prison du monde », suivies d’un appel à organiser un référendum « avec la participation de tous les Palestiniens de toutes les religions et ethnies, y compris les musulmans, les chrétiens et les juifs. »

En revanche, le Premier ministre israélien Naftali Bennett a consacré près d’un tiers d’un discours légèrement plus long à fustiger l’Iran et à le blâmer pour apparemment tout ce qui ne va pas au Moyen-Orient. Bennett a déclaré que l’Iran « cherche à dominer » une région dans laquelle il « a répandu son carnage et sa destruction ». Il s’est alarmé de la croissance des activités nucléaires de l’Iran – sans mentionner, bien sûr, que cette croissance résulte directement du renoncement de l’administration américaine à un accord multilatéral que l’Iran respectait.

Bennett est revenu plus de trois décennies en arrière pour exposer les « commissions de la mort » que le régime iranien a utilisées pour « assassiner son propre peuple », un crime que, selon lui, le président Raisi a « célébré ». Le discours de Bennett s’est poursuivi sur ce même ton.

Ces deux présentations étaient représentatives des discours iranien et israélien lors d’autres sessions récentes de l’Assemblée générale, ainsi que de la plupart des autres déclarations dans lesquelles chacun de ces régimes a commenté l’autre. Le peu que le prédécesseur de Raisi, Hassan Rouhani, a dit d’Israël lors de ses apparitions devant l’Assemblée générale était similaire à la déclaration de Raisi. Le prédécesseur de Bennett, Benjamin Netanyahou, n’a été devancé par personne en délivrant une cascade incessante de rhétorique pleine d’inimitié sur l’Iran.

Le compte-rendu des transcriptions est en contradiction avec le thème, souvent exprimé par Israël et certains de ses partisans américains (et le plus souvent tiré, si tant est qu’il le soit, de commentaires mal traduits de l’ancien président iranien Mahmoud Ahmedinejad), de l’Iran menaçant soi-disant « d’exterminer » Israël ou de le « rayer de la carte ». Si un compteur mesurant la haine pouvait être appliqué à la rhétorique provenant des gouvernements d’Iran et d’Israël, il montrerait une mauvaise volonté dans les deux sens, mais la prépondérance de celle provenant d’Israël et dirigée contre l’Iran.

C’est d’autant plus vrai si l’on tient compte des menaces explicites d’attaque, comme celle du chef d’état-major israélien qui a récemment déclaré qu’Israël avait « accéléré » ses plans d’attaque de l’Iran, suivie de l’allocation de 1,5 milliard de dollars pour une telle frappe militaire. Les menaces israéliennes doivent être prises au sérieux compte tenu du statut d’Israël en tant qu’État le plus puissant de la région sur le plan militaire et du fait qu’il a attaqué d’autres pays plus qu’aucun autre État de la région, un record qu’il continue d’accroitre.

Même s’il ne s’agit que d’une question de rhétorique et non d’une attaque militaire, la position d’Israël à l’égard de l’Iran est l’un des exemples les plus clairs d’un régime qui fait de la confrontation la pièce maîtresse de sa stratégie nationale. Dans ce sens, la confrontation ne consiste pas à exercer une pression sur un adversaire dans l’espoir de modifier son comportement ou d’altérer ses relations. Il s’agit plutôt d’utiliser à d’autres fins la tension et l’inimitié associées à la confrontation. Il s’agit de considérer la confrontation comme quelque chose qui ne doit pas être surmonté ou évité, mais qui doit au contraire être soutenu, comme un instrument d’art politique.

Les objectifs que le gouvernement israélien poursuit en attisant la confrontation avec l’Iran consistent notamment à détourner la responsabilité d’Israël pour toute instabilité ou tout autre malaise au Moyen-Orient. Il s’agit également de détourner l’attention internationale des politiques et des comportements israéliens dont les dirigeants israéliens préfèrent ne pas parler, notamment en ce qui concerne l’occupation du territoire palestinien. Chaque fois que de tels sujets sont abordés, la réponse habituelle des Israéliens est la suivante : « Mais le vrai problème au Moyen-Orient, c’est l’Iran… » En sapant toute diplomatie américaine avec l’Iran, Israël espère également empêcher tout rapprochement américano-iranien et continuer à se présenter comme le seul véritable ami de l’Amérique au Moyen-Orient.

D’autres États ont utilisé une stratégie de confrontation à d’autres fins. Susciter l’animosité à l’égard d’un adversaire étranger est depuis longtemps un moyen familier de renforcer le soutien interne d’un régime confronté à des défis politiques pour des raisons sans rapport. Cela a peut-être joué un rôle dans la rhétorique hostile du jeune dirigeant de facto de l’Arabie saoudite, le prince héritier Mohammed bin Salman, qui a menacé de faire la guerre à l’Iran, tout en essayant de consolider son propre régime autoritaire dans son pays.

Le régime nord-coréen de Kim Jong-un a périodiquement eu recours à des essais d’armes ou à d’autres actions pour créer des tensions et des confrontations avec l’essentiel de la communauté mondiale, à la fois pour rallier le soutien d’une population appauvrie et pour obtenir l’attention et l’aide internationales.

Les États-Unis doivent résister à l’envie de se laisser entraîner dans n’importe quel jeu auquel se livre un régime qui cherche la confrontation. Washington doit se rappeler que les objectifs visés par le jeu ne sont pas les intérêts des États-Unis et peuvent entrer en conflit avec les intérêts américains, même si le joueur se présente comme un allié des États-Unis.

La mesure dans laquelle les États-Unis peuvent décourager un régime de jouer ce jeu varie selon les cas. Il est difficile d’imaginer que le régime de Kim, par exemple, renonce à sa façon de se comporter de manière à attirer l’attention, qui est devenue un élément essentiel de l’art de gouverner nord-coréen. Il est également peu probable qu’Israël renonce à sa forte dépendance à l’égard de la carte de l’Iran comme bête noire, à moins d’une révision fondamentale de la politique israélienne à l’égard du conflit avec les Palestiniens, qui nécessiterait à son tour un changement fondamental de la politique américaine à l’égard d’Israël.

Entre-temps, les États-Unis ne doivent pas permettre à Israël, ou à qui que ce soit d’autre, de paralyser leur capacité à mener leur propre diplomatie d’atténuation de la confrontation, avec l’Iran ou qui que ce soit d’autre.

L’Arabie saoudite est un exemple où un changement moins radical de la politique américaine a déjà motivé l’abandon du jeu de la confrontation. Cette année, Mohammed bin Salman a adouci sa rhétorique à l’égard de l’Iran, et les pourparlers visant à réduire les tensions entre Riyad et Téhéran, en partie sous la médiation de l’Irak, ont montré des signes de progrès. L’un des principaux facteurs ayant conduit à ce revirement saoudien a été la fin, par l’administration Biden, du soutien américain sans conditions, voire enthousiaste, apporté à la position conflictuelle de l’Arabie saoudite vis-à-vis de l’Iran.

Les dirigeants iraniens ont parfois évoqué les menaces étrangères en partie à des fins de politique intérieure, mais la nouvelle attitude saoudienne a rencontré un public iranien réceptif. Ces deux puissances du golfe Persique réalisent que leur bien-être est mieux assuré par la stabilité et des relations normales dans leur région que par la tension et la menace de guerre. L’Iran avait déjà avancé sa propre initiative de paix régionale.

Au Moyen-Orient comme ailleurs, le dialogue et la désescalade des tensions sont presque toujours meilleurs pour les intérêts américains que la confrontation et les menaces de guerre. La désescalade rend possible un commerce propice à la prospérité, réduit la possibilité pour les extrémistes d’exploiter les conflits et réduit le risque que les États-Unis se retrouvent piégés dans des guerres régionales.

Ce qui vaut pour les relations au niveau régional vaut également au niveau mondial pour les relations et la stratégie des États-Unis eux-mêmes. Bien que l’exploitation de la confrontation étrangère à des fins de politique intérieure ne soit certainement pas inconnue aux États-Unis, une stratégie de confrontation à l’égard d’autres grandes puissances considérées comme des adversaires est aujourd’hui davantage une fonction de l’habitude – un résidu de la pensée formée pendant quatre décennies de Guerre froide contre l’Union soviétique. Il a été difficile de se défaire de cette habitude à la fin de la Guerre froide elle-même, lorsque certains subordonnés de Ronald Reagan, tels que Caspar Weinberger et William Casey, semblaient prêts à mener cette guerre pour toujours, alors même que leur patron et Mikhaïl Gorbatchev cherchaient des moyens d’y mettre fin.

Les mêmes habitudes façonnent aujourd’hui une grande partie du discours sur les relations avec la Russie et surtout avec la Chine. Comme le note Daniel Larison, les États-Unis risquent de glisser vers une Guerre froide avec la Chine en partie à cause de la croyance erronée qu’une telle confrontation est inévitable. Les vieilles habitudes ont la vie dure, et certaines de ces habitudes sont mauvaises.

*Source : Les Crises

Version originale : Responsible Statecraft, Paul R. Pillar, 01-11-2021

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Partager

Plus d’histoires deDroit de l'Homme