Aller à…
RSS Feed

23 mai 2022

Menaces de guerre contre la Russie, la Chine, l’Iran et d’autres pays : il faut défendre la paix maintenant !


Inforelais

pour le  Communisme                                                                    mardi 25 janvier 2022

après une longue interruption pour raison de santé 

=======================================================

Paru sur le site de l’Association Nationale des Communistes  mardi 25 janvier 2022

http://www.ancommunistes.fr/

Forum Communiste pour favoriser le débat…

Menaces de guerre contre la Russie, la Chine, l’Iran et d’autres pays : il faut défendre la paix maintenant !

mardi 25 janvier 2022 par GQ

Médias et politiques en France et en Occident veulent monter l’opinion contre certains pays contre lesquels ils nourrissent de mauvaises intentions. Pourtant il n’existe aucun contentieux entre la France et ces pays, et ils ne nous ont rien fait. Il n’y a non plus aucune valeur universelle qui pourrait justifier un conflit armé avec ces pays.

La Russie n’est pas notre ennemie.

l’Ukraine, les Pays Baltes, pays sous influence néo-nazie, ne sont pas nos alliés.

Nous n’avons pas à envoyer des troupes aux frontières de la Russie.

La Russie n’a pas l’intention d’attaquer l’Ukraine, mais l’Occident veut le faire croire pour justifier l’absorption de ce pays dans L’OTAN.

La Chine n’est pas notre ennemie.

Nous n’avons pas à envoyer des navires de guerre en mer de Chine.

Le génocide du Xinjiang est une invention raciste destinée à mobiliser l’opinion contre la Chine en préparation d’un conflit majeur.
La Chine réprime au Xinjiang un mouvement terroriste.

Si la Chine pratiquait un génocide que dire alors de la France, pour avoir liquidé les terroristes de Toulouse, du Bataclan, de Charlie ?

Le vote de l’Assemblée nationale française sur la reconnaissance du soi-disant génocide ouïghour est une injure gratuite à la Chine, et à la mémoire des vraies victimes des vrais génocides.

La Chine n’a pas l’intention d’envahir Taïwan, elle veut récupérer l’île progressivement et pacifiquement. Le ferait-elle, ce ne serait pas un motif de guerre, car ce territoire est reconnu internationalement comme partie intégrante de la Chine.

La Corée n’est pas notre ennemie.

Nous n’avons pas à participer aux sanctions qui affament les habitants de la RDP de Corée. Ce pays a le droit de se défendre contre les menaces des États-Unis.

Le Yémen n’est pas notre ennemi.

Nous n’avons pas à fournir les armes utilisées par les Émiratis et les Saoudiens pour massacrer et affamer les Yéménites.

Aucune guerre n’a jamais été menée nulle part dans le monde et à aucune époque pour les droits de l’homme et pour la démocratie, et notamment en Yougoslavie, en Irak, en Afghanistan, en Libye ou en Syrie.

L’empire américain est présent partout dans le monde sauf justement dans les pays qui font l’objet de stigmatisations médiatiques et de sanctions économiques. Il dispose de 800 bases à l’étranger sur tous les continents et dans tous les océans, les Russes et les Chinois en ont deux ou trois.

Nos troupes n’ont rien à faire en Afrique. Leur présence inefficace et prolongée depuis les indépendances de 1960 ne fait qu’aggraver la situation militaire et déstabiliser les pays concernés.

Les pays africains ont le droit de s’adresser à qui ils veulent pour leur sécurité, même si ça déplaît à la France, à l’Europe, et aux États-Unis.

Nous n’avons pas à sanctionner des pays ou des dirigeants politiques étrangers dont la politique déplaît à nos politiciens ou à nos journalistes.

La Chine, la Russie, le Venezuela, Cuba, la RDP de Corée, la Syrie, l’Iran, la Biélorussie, le Nicaragua, l’Afghanistan, le Yémen, le Mali, l’Algérie, ne sont pas des pays ennemis.
Il faut cesser les sanctions économiques et politiques contre ces pays, les mises en accusation judiciaires extra-territoriales, les campagnes de diabolisation, de déstabilisation et de subversion et les menaces militaires contre eux.

Il faut se dégager de l’alliance inégale et dangereuse avec les États-Unis et leurs satellites anglophones qui risque de nous conduire à participer à la guerre ou même à devenir le champ de bataille d’une guerre nucléaire.

Il faut rompre l’alliance avec les monarchies pétrolières terroristes du Golfe.

Il faut soutenir le droit des Palestiniens à constituer un État souverain malgré l’obstruction internationale des États-Unis et d’Israël.

La paix est à ce prix.

———————————————————————————————————————————————————————————————-

Article paru sur le site de CAPJPO EURO PALESTINE

www.europalestine.com/

 CAPJPO – Europalestine

NOUVELLE OCCUPATION D’UNE USINE D’ARMEMENT ISRAÉLIENNE ELBIT EN ANGLETERRE

25 janvier 2022ACTUALITÉSCampagne BDS

Palestine Action a occupé l’usine Elbit de Shenstone (UAV Engines Ltd), dans le Staffordshire ce lundi matin, grimpant sur le toit et empêchant la firme qui fabrique 85 % des drones israéliens de se livrer à son activité mortifère.

Banderole : une usine fermée, encore 9 à éliminer

Les militants ont dédié cette action aux Palestiniens de Sheikh Jarrah à Jérusalem, expulsés de leurs maisons, en butte au nettoyage ethnique. Ils ont cassé des vitres, et endommagé de l’équipement, aspergé l’usine de peinture rouge.

Palestine Action annonce clairement sa volonté de faire fermer toutes les usines ELbit du Royaume-Uni après leur première victoire et la fermeture d’Ellbit Oldham.

CAPJPO-EuroPalestine

———————————————————————————————————————————————————————————————-

Paru sur le site du Collectif PALESTINE VAINCRA        

https://palestinevaincra.com/

La cause palestinienne, le mouvement des prisonniers et le cas d’Ahmad Sa’adat »

Jan 24, 2022 | Ahmad Sa’adat,

Le dimanche 16 janvier, le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun a organisé un webinaire dans le cadre de la Semaine internationale de solidarité pour la libération d’Ahmad Sa’adat et de tous les prisonniers palestiniens. Le webinaire a donné un aperçu du cas du secrétaire général du Front populaire de libération de la Palestine emprisonné par l’occupation israélienne, et de son rôle de premier plan dans le mouvement des prisonniers palestiniens et la lutte de libération derrière les barreaux israéliens.

Jakob de Samidoun Stockholm a présenté une vue d’ensemble de l’emprisonnement de Sa’adat et de sa lutte actuelle, depuis son élection en tant que secrétaire général du FPLP jusqu’aux efforts de la résistance palestinienne pour obtenir sa libération dans le cadre d’un échange de prisonniers. Il a invité les spectateurs à s’impliquer et à rejoindre Samidoun et d’autres organisations pour œuvrer en faveur d’une Palestine libre.

Khaled Barakat, militant et écrivain palestinien et coordinateur du comité de suivi de Masar Badil, a présenté un aperçu historique complet de la vie et de la lutte de Sa’adat, en particulier certains des aspects les moins souvent abordés de son organisation dans les années 1980 et 1990, sa fermeté lors des interrogatoires, son rôle dans l’organisation clandestine du FPLP, et sa confrontation avec l’Autorité palestinienne, non seulement lors de son arrestation en 2002, mais aussi son rejet permanent de la voie d’Oslo. Il a donné un aperçu du leadership et du caractère de Sa’adat, en prison et au sein du mouvement de libération palestinien. Il a examiné en détail la manière dont la « coordination sécuritaire » de l’Autorité palestinienne avec Israël et son rôle d’agent des puissances impérialistes servent à soutenir le colonialisme en Palestine occupée, y compris l’évolution de cette situation au fil du temps.

L’événement s’est terminé par une période informative de questions et réponses sur des sujets tels que les campagnes de boycott d’Israël, l’avenir d’une Palestine libre et le potentiel de construction de l’unité des Palestiniens en Palestine occupée, en exil et dans la diaspora.

Merci à l’interprétariat réalisé par l’ILPS Canada. En raison de la difficulté de l’exercice, certaines erreurs se sont glissées dans la traduction, veuillez nous en excuser.

———————————————————————————————————————————————————————————————-

Articles parus sur le site de l’agence de presse Kurde

mardi 25 janvier 2022

La Firat news agency (Ajansa Nûçeyan a Firatê – ANF en kurde) est une agence de presse kurde basée à Amsterdam aux Pays-Bas.(wikipedia)

https://anfenglish.com

Maxmur Camp éliminera une nouvelle vague d’attaques

Les habitants du camp de Maxmur déjoueront les attaques par leur résistance et leur lutte tout comme ils ont déjà éliminé les plans et complots poursuivis contre eux depuis 28 ans.

 ANF ​​/ MAI AVRIL 

 MAXMUR 

 Mardi 25 janvier 2022, 15:55

Le camp de Şehit Rüstem Cûdî, également connu sous le nom de Maxmur, n’est pas un camp de réfugiés ordinaire. Embrassant une vie basée sur la liberté et la dignité, le camp s’est rebellé contre l’État fasciste. Les habitants du camp ont défié l’injustice. Choisissant une vie honorable, ils ont pris un risque et ont poursuivi la vérité. Ils ont dit qu’une vie doit être honorable, digne et décente. Ils ont préféré mener cette vie sacrée en risquant tout pour une vie libre basée sur leur propre identité, culture, moralité et existence.

Les résidents du camp de Şehit Rüstem Cûdî n’ont jamais transigé sur leurs principes, malgré toutes les épreuves, la faim, la mort, le pillage, l’incendie du camp, les décapitations et la relocalisation permanente. Depuis 28 ans, ils se battent non seulement pour eux-mêmes, mais pour l’ensemble du peuple kurde. Ils ont transformé Maxmur, autrefois un lieu en ruine, en un foyer de vie et d’espoir. Les résidents du camp se sont organisés dans chaque nouveau camp où ils se sont installés, se battant et construisant leur vie en conséquence. Rien n’est plus sacré et précieux qu’une vie consciente. Les résidents du camp ont fondé leur vie sur ce caractère sacré et ces valeurs.

Lorsque les gens du camp sont devenus des réfugiés et ont déménagé au Kurdistan du Sud, ils ont dit « c’est aussi le Kurdistan, c’est notre patrie et notre pays et vivons dans notre propre pays plutôt que de vivre sur les terres de nos ennemis ». Oui, c’était le Kurdistan, et c’était aussi leur maison. Cependant, ils ne savaient pas que le Parti démocratique du Kurdistan (PDK) était plus dangereux que les ennemis du peuple kurde et ont encouragé un massacre kurde.

Les plans et les complots menés par l’État fasciste turc, en particulier le «plan d’effondrement», se poursuivent toujours. Le PDK et l’Irak sont les exécutants de ce plan. Incontestablement, le camp de Şehit Rüstem Cûdî, plaque tournante de la résistance, fait peur aux ennemis du peuple kurde. Là, les réfugiés se gouvernent selon le modèle de la nation démocratique. Par conséquent, le camp reste une cible de l’État fasciste turc. Le meilleur Kurde pour l’Etat turc est un Kurde mort, esclave, collaborateur et traître.

Toutes les pratiques visant le camp nous montrent que le PDK et l’Irak ont ​​pris part à une sale alliance avec l’État turc. La guerre spéciale, les méthodes psychologiques et barbares, la pénurie alimentaire délibérée et les frappes aériennes visent les habitants du camp. Sans aucun doute, ils veulent réaliser ce plan d’effondrement avec l’aide de collaborateurs, et ce plan a été mis en pratique dans une large mesure. L’un des objectifs les plus élémentaires de ce plan est d’éliminer tous les acquis des Kurdes et de leur éviter un statut politique. Le camp de la résistance fait également partie de l’histoire du mouvement de libération du peuple kurde.

Le plan « Effondrement » contre le camp a été lancé en 2019 par des collaborateurs du PDK. En fermant les routes menant au camp, ils ont provoqué une pénurie alimentaire délibérée à l’intérieur du camp. Si cela réussissait, le camp serait dissous. Sinon, la panique serait provoquée à l’intérieur du camp par une guerre spéciale et psychologique. L’État fasciste turc poursuivrait ses frappes aériennes et tenterait de semer la peur et la panique. Bien sûr, aucun de leurs plans n’a fonctionné. Maintenant, l’État irakien veut reprendre le plan.

Le 27 décembre 2021, les forces irakiennes ont tenté d’encercler le camp avec des fils, mais les habitants s’y sont opposés. Bien qu’ils aient empêché cela, le danger continue. Ces derniers jours, plusieurs tours militaires ont été construites dans le bas Maxmur. Qu’est-ce que cela signifie, qu’est-ce qu’ils visent avec cela?

Les membres de l’Etat islamique continuent d’attaquer des civils dans des villages et à la frontière au Kurdistan du Sud et en Irak. Pourquoi le PDK n’améliore-t-il pas la sécurité de ces zones et ne les protège-t-il pas ? Pourquoi construisent-ils des tours de guet ici dans un tel processus ? Il reste bien d’autres questions auxquelles il reste à répondre.

Tous ces développements montrent que Hewler, Bagdad et Ankara ont de sales plans pour le camp.

Les habitants du camp vont néanmoins contrecarrer ces attaques par leur résistance et leur lutte tout comme ils ont déjà mis fin aux plans et complots poursuivis contre eux depuis 28 ans. Leur dévouement au succès est assez fort. Quoi qu’il arrive, ils conserveront leurs acquis, leur statut et leur organisation.

———————————————————————————————–

Les premières découvertes indiquent l’implication de la Turquie et de la Syrie dans l’attaque de la prison de l’Etat islamique à Hesekê

Selon les premières conclusions, les services de renseignement turcs et syriens ont été impliqués dans l’attaque de la prison de l’Etat islamique à Hesekê.

 ANF ​​/ ERSIN CAKSU 

 HESEKÊ 

 lundi 24 janvier 2022, 19:41

L’attaque de l’Etat islamique le 20 janvier contre la prison de Sinaa, où plus de 5 000 détenus sont détenus dans le quartier de Xiwêran à Hesekê, a eu un large retentissement. Bien que cette offensive à grande échelle ait été déjouée par les Forces démocratiques syriennes (FDS) et les Forces de sécurité intérieure (Asayish), plusieurs questions restent sans réponse.

Au fur et à mesure que les forces des FDS et des Asayish repoussaient l’attaque de l’Etat islamique, des connexions internes et externes de l’attaque ont commencé à émerger. Les premières découvertes pointent vers l’État turc et le gouvernement syrien à Damas.

Certaines des réunions tenues avant l’attaque, la phase de planification et les objectifs de l’attaque montrent que l’attaque en question n’était pas seulement une action sophistiquée de l’Etat islamique, et qu’il y avait une aide multilatérale sérieuse de l’extérieur. Certaines des données obtenues sur le terrain révèlent que l’attaque a été organisée depuis Ankara.

COMMENT L’ATTAQUE A-T-ELLE ÉTÉ ORGANISÉE ?

Les membres de l’Etat islamique qui ont été capturés à la suite de l’attaque ont avoué que l’attaque avait eu une longue période de préparation et que sa planification avait été rédigée à Serêkaniyê (ar : Ras al-Ain) qui est occupée par l’État turc. Des mois avant l’attaque, des membres de l’Etat islamique sont venus individuellement ou en petits groupes s’installer dans le quartier Gweiran (kr : Xiwêran) de Hesekê et ont commencé à y faire des préparatifs.

Selon les informations obtenues, la période de préparation de l’attaque a duré 7 à 8 mois. Le porte-parole du département d’État américain, Ned Price, a déclaré samedi que « l’attaque du centre de détention était une priorité absolue pour l’Etat islamique depuis plus d’un an ». Parce que parmi les détenus de cette prison se trouvent des dirigeants de haut rang de l’Etat islamique.

CELLULES DORMANTES ENVOYÉES PAR LA TURQUIE

Ces anciens membres de l’Etat islamique qui ont continué à être actifs sous les auspices de l’État turc se sont infiltrés en travaillant dans différents emplois en tant que cellules dormantes à Gweiran. Des munitions et des armes ont été livrées à ces groupes par différentes personnes. Selon un communiqué des FDS, 200 membres de l’Etat islamique se sont déplacés de Serêkaniyê, Girê Spî (ar : Tal Abyad) et Ramadî vers le quartier de Gweiran et les environs de la prison.

LA PLUPART DES DÉTENUS EN PRISON SONT DES ÉTRANGERS

Certains des détenus de la prison ont fait des préparatifs similaires avant l’attaque. Les prisonniers de l’Etat islamique qui avaient tenté de se « révolter » à plusieurs reprises auparavant étaient prêts à passer à l’action lorsque l’attaque a commencé. Il y a plus de 5 000 prisonniers de l’EI, pour la plupart des étrangers, qui se font appeler « muhajir » (« migrants », utilisé pour désigner les combattants étrangers de l’EI) dans cette prison. En d’autres termes, la plupart d’entre eux sont des personnes qui ont directement agi en tant que force militaire de l’Etat islamique.

PLANIFICATION D’ATTAQUE

Un véhicule chargé de bombes a d’abord explosé à Gweiran Junction. Le véhicule chargé de bombes a explosé près de 3-4 pétroliers à la jonction, ce qui a augmenté l’intensité de l’explosion. Ainsi, la route principale que les forces de sécurité pouvaient emprunter pour intervenir dans la prison a été bloquée. Simultanément, un autre véhicule piégé a explosé dans la zone où se trouvent la porte de la prison et le bâtiment Erka Xweparastinê (Forces d’autodéfense) pour empêcher toute intervention à partir de là.

QUELQUES CIVILS CAPTURÉS

Suite aux explosions, les cellules dormantes précédemment installées dans les quartiers sont entrées en action et à certains endroits, des civils ont été faits prisonniers. Cependant, les assaillants n’ont pas visé la porte de la prison. Ils ont commencé l’attaque à travers le quartier. Les cellules dormantes sont entrées dans la prison après avoir détruit ses murs avec un engin de terrassement. Ensuite, ils ont commencé à distribuer des armes aux prisonniers de l’Etat islamique à l’intérieur, et certains membres du personnel pénitentiaire ont été emmenés en captivité.

QUARTIER ENTOURÉ

Suite à l’attaque, les Forces de sécurité intérieure et les FDS sont intervenus et ont tenté de protéger les civils en priorité. Ils ont ainsi bloqué les quartiers de Gweiran et Heyî Zihur. Alors que les assaillants ont été empêchés de s’étendre sur une zone plus vaste, les civils ont été évacués en toute sécurité.

Plus de 200 membres de l’Etat islamique, dont 150 provenaient de cellules dormantes, ont été tués et des centaines de membres fugitifs de l’Etat islamique ont été capturés au cours des cinq jours de conflit et d’opérations. Les FDS et les Forces de sécurité intérieure ont bloqué la prison et tué la plupart des cellules dormantes des quartiers lors d’opérations ponctuelles locales.

DES SIGNES INDIQUENT LES GOUVERNEMENTS TURC ET DAMAS

Les détails de l’attaque massive de l’EI à Hesekê continueront d’émerger au fur et à mesure de l’opération, mais la principale question est de savoir qui a orchestré l’attaque. Toutes les conclusions initiales indiquent l’implication de l’État turc et du régime syrien.

Selon les informations obtenues, cette attaque devait initialement être menée en octobre-novembre dernier. À cette époque, l’État turc préparait une nouvelle attaque d’invasion contre le nord et l’est de la Syrie avec les États-Unis et la Russie d’une part, et renforçait également des forces militaires dans la région d’autre part. Le président turc a rencontré le président américain Biden en octobre, puis le président russe Poutine. Cependant, il n’a pas pu obtenir le consentement pour une nouvelle occupation.

PRÊT À ATTAQUER DEUX MOIS AVANT

Au cours de cette période où l’État turc demandait l’autorisation d’invasion, les FDS ont mené une série d’opérations importantes et capturé certaines des cellules dormantes de l’EI à Hesekê et Raqqa. Un chef de l’Etat islamique arrêté a admis que sa cible était la prison de Hesekê. Cependant, leur plan a échoué lorsque ces cellules ont été détruites.

ISIS ET L’ARMÉE TURQUE ATTAQUÉS SIMULTANÉMENT

Pourtant, le plan s’est poursuivi, bien que tardivement, et a été mis en œuvre le 20 janvier. Avec le début de l’attaque à Hesekê, l’armée turque et ses mercenaires sont également entrés en action. Les attaques de l’armée turque et de ses mercenaires contre le Zirgan, Tel Tamer et Ain Issa ont commencé simultanément avec l’attaque de l’Etat islamique contre la prison de Hesekê.

L’État turc, qui a mobilisé l’EIIS de l’intérieur, a renforcé ses forces militaires sur la ligne de Zirgan, Tel Tamer et Ain Issa et a lancé des frappes aériennes et des attaques au sol. En particulier, le renforcement militaire turc dans le nord de Tell Tamer était prêt à aider l’attaque de l’Etat islamique à Hesekê.

LE GOUVERNEMENT SYRIEN A AUSSI ÉTÉ IMPLIQUÉ

Certaines des découvertes initiales pointent également vers le gouvernement syrien à Damas. Les activités militaires extraordinaires des forces du régime syrien à Hesekê avant l’attaque et la campagne de diffamation contre l’administration du Nord-Est et les FDS à travers les médias pro-gouvernementaux rappellent le récent rapprochement entre les services de renseignement turcs (MIT) et syriens (Mukhabarat).

RENCONTRE MIT-MUKHABARAT

Le 30 décembre, les médias turcs ont rapporté que le MIT turc et le Mukhabarat syrien avaient tenu des pourparlers à Aqaba, en Jordanie. Au cours de la réunion, des responsables turcs et syriens ont débattu d' »opérations conjointes dans le nord-est de la Syrie », « d’une opération militaire turque à une profondeur de 35 kilomètres en révisant l’accord d’Adana », « le soulèvement des tribus à Deir ez-Zor, Raqqa et Hesekê », « libération des détenus dans les prisons » et « reconstruction d’Alep ». Il a été affirmé que la Russie et la Syrie penchaient vers les demandes turques.

17ème RÉUNION D’ASTANA

Une semaine avant cette nouvelle, la déclaration conjointe de la 17e réunion d’Astana entre la Russie, l’Iran et la Turquie le 22 décembre 2021, indiquait que les parties étaient convenues « de s’opposer aux activités séparatistes qui menacent la sécurité nationale des pays voisins à l’est de l’Euphrate ». » et « saisie illégale des revenus pétroliers syriens ». Ces déclarations, exprimées dans un langage diplomatique, ont révélé les complots contre la région.

LA TURQUIE ATTAQUERAIT-ELLE DU NORD, LA SYRIE DU SUD ?

On prétend que si l’attaque à Hesekê avait réussi et que l’Etat islamique avait commis un massacre majeur, l’État turc aurait lancé une offensive militaire depuis le nord de Tell Tamer et le régime syrien depuis des régions telles que Tabqa, Raqqa et Deir ez- Zor. Cette affirmation est conforme au contenu de la rencontre entre le MIT et le Mukhabarat.

TOUS LES RÉSULTATS INDIQUENT LES GOUVERNEMENTS TURC ET SYRIEN

La plupart des données obtenues jusqu’à présent (armes de l’OTAN avec numéro de série turc utilisées par les membres de l’Etat islamique, les enregistrements des appels téléphoniques des membres de l’Etat islamique dans les prisons avec la Turquie, les aveux des membres de l’Etat islamique capturés et leur tentative de se rendre à Serêkaniyê, les les cartes d’identité syriennes nouvellement délivrées des cellules dormantes, la mobilité du régime syrien dans la région) montrent que les gouvernements turc et syrien sont derrière ce complot de rébellion-évasion-massacre de l’Etat islamique. Il est certain que plus d’informations, de découvertes et de documents à ce sujet seront révélés et publiés dans les prochains jours.

SDF ÉVITE LES PLANS SALES

Les FDS ont largement contrecarré l’attaque à Hesekê, portant un coup dur non seulement à l’Etat islamique une fois de plus, mais aussi aux gouvernements turc et syrien, qui ont aidé l’attaque de l’Etat islamique dans les coulisses. Bien que la cible principale de ce plan soit l’administration du Nord-Est et le SDF, il est évident qu’une autre cible est les États-Unis et la coalition internationale.

LES ATTAQUES SONT PROBABLES DE CONTINUER

L’administration syrienne du nord et de l’est et les FDS ont repoussé de nombreuses attaques organisées au cours des 11 dernières années de la guerre civile syrienne et ont acquis une grande expérience en termes militaires. Cependant, des attaques similaires sont très susceptibles de se poursuivre dans la période à venir.

———————————————————————————————————————————————————————————————-

Article paru en français sur le site kurde ROJINFO                  mardi 25 janvier 2022

RojInfo

https://rojinfo.com

AANES: Nos forces ont contrecarré les plans de l’EI et de la Turquie

ParROJINFO

25 janvier 2022

 

La Turquie tente de déstabiliser la région en utilisant des djihadistes de l’État islamique, a déclaré le Conseil général de l’administration autonome du Nord et de l’Est de la Syrie, ajoutant que les plans turcs avaient dernièrement été mis en œuvre à Hassaké.

Dans un communiqué, le Conseil général de l’Administration autonome du Nord et de l’Est de la Syrie (AANES) a fait remarquer que l’attaque menée contre la prison de Hassaké le 20 janvier visait principalement à « prendre le contrôle de la ville et ouvrir un couloir pour les terroristes entre le camp d’Al-Hol et le district de Tall Tamr ».

« La Turquie cible le peuple et les terres syriennes du nord et de l’est parce qu’il veut étendre son invasion. Son plan a été dévoilé une fois de plus. À travers les mercenaires de l’Etat islamique (EI), l’État turc a l’intention de troubler la sécurité dans la région et d’éliminer le projet de nation démocratique mis en œuvre par l’AANES », ajoute le communiqué.

Et de poursuivre : « Cette fois, ils ont formé les mercenaires dans des bases spéciales de Serêkaniyê [Ras al-Aïn] et de Girê Spî [Tall Abyad], et les ont fait attaquer la prison de Sina où sont détenus près de 5 000 mercenaires de l’Etat islamique. Le gouvernement de Damas, qui n’a pas défendu les frontières syriennes, cherche à prendre le contrôle de Hassaké et ouvrir un corridor pour les terroristes entre Tall Tamr et le camp d’Al-Hol, dans la région frontalière avec l’Irak. Cette intervention est contraire au droit international, elle viole la souveraineté nationale. Cependant, nos forces ont contrecarré ces plans avec le soutien de notre peuple et de la Coalition internationale contre l’État islamique. »

« Nous appelons notre peuple à soutenir l’administration autonome contre toutes les conspirations. L’administration autonome établie grâce à la lutte de nos martyrs doit être soutenue ; les terres libérées par nos courageux martyrs doivent être défendues. Tous les djihadistes étrangers de l’État islamique doivent être rapatriés », conclut le communiqué.

­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­———————————————————————————————————————————————————————————————-

Articles parus en français sur le site de l’Agence Arabe Syrienne d’Informations

 

Agence Arabe Syrienne d’Informations (Sana) Agence Arabe Syrienne d’Informations (Sana)

http://sana.sy/fra

Les factions populaires visent des points militaires de la milice des « FDS » dans la banlieue de Deir-Ezzor

25/01/2022

Deir-Ezzor-SANA / Les factions populaires ont visé des points de contrôle appartenant à la milice des « FDS » soutenue par les forces d’occupation américaine dans la ville d’Al-Busseira et la localité de Chahil dans la banlieue est de Deir Ezzor.

Des sources locales ont indiqué au correspondant de SANA que les factions populaires avaient mené des attaques aux mitrailleuses et aux obus RPG contre des points de contrôle de la milice des « FDS » dans la ville d’Al-Busseira et la localité de Chahil dans la banlieue est de Deir Ezzor, faisant des blessés parmi les hommes armés de la milice et causant la destruction de parties de ces points.

Les sources ont souligné que la milice des « FDS » avait dépêché des renforts à la zone en parallèle avec le largement par l’avion de l’occupation américaine des bombes éclairantes sur la zone.

W.H./ L.A.

———————————————————————————————–

Les forces d’occupation démolissent le village d’Al-Araqib pour la 197e fois

25/01/2022

Al-Qods occupé –SANA/Les forces d’occupation israélienne ont démoli aujourd’hui le village d’Al-Araqib, situé dans la zone de Naqab dans les territoires palestiniens occupés en 1948, pour la 197e fois depuis l’an 2000.

L’agence de presse « WAFA » a fait savoir que les forces d’occupation avaient pris d’assaut le village avec des bulldozers et démoli les maisons des citoyens et leurs tentes pour la 1re fois cette année.

Notons que les forces d’occupation avaient démoli ce village 14 fois l’année dernière, déplacé des dizaines de familles et les avaient laissés sans abri.

 

L.S./ L.A.

———————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————

================================================

 

Partager

Plus d’histoires deChine