Aller à…
RSS Feed

29 juin 2022

Le Grand Soir


RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Maxime Vivas, Aymeric Monville et Jean-Pierre Page présentent…

…LES DIVAGATIONS DES ANTICHINOIS EN FRANCE

Vladimir MARCIAC

POUR CEUX QUI SE SONT TROMPÉS DE GUERRE MONDIALE… OU PRESQUE

C’est tout eux. Ils sortent un bouquin pour qu’on arrête la Troisième Guerre mondiale qui se prépare en mer de Chine et voilà que ça se passe ailleurs. Mais qu’à cela ne tienne : pour que nous soyons tous prêts pour la quatrième, lisez : Les divagations des antichinois en France.

C’est aux toujours très pertinentes éditions Delga.Et puis, vous ne serez pas dépaysés : de la mer Noire à la mer de Chine, il y a toujours les Ricains qui sauvent le monde libre. Qu’on vous explique : un volumineux rapport (654 pages), diffusé en octobre 2021 par l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM, qui compte cinquante « chercheurs » et un relais de l’OTAN, officier supérieur de l’armée des États-Unis) alerte sur les « machiavéliennes » opérations de la Chine et sur ses complices français, nommément dénoncés selon la méthode de McCarthy. Le Grand Soir y avait consacré quelques articles, mais ici il a été décidé d’y consacrer un véritable contre-rapport. Parmi les auteurs, le vrai méchant dans le livre, l’ennemi public n° 1, ce n’est pas Anne-Laure Bonnel pour le coup, mais le journaliste Maxime Vivas. Qui donne sa version du Tibet et du Xinjiang, tout simplement parce qu’il y est allé. Dans le genre génie du mal, il doit avoir un talent inégalé car dans ce rapport 2021, il s’était (…) Lire la suite »
12 

9 mai 1945 – 9 mai 2022 : des anciens combattants et des amis de la résistance anti-hitlérienne expriment leur indéfectible gratitude aux peuples de l’ex Union Soviétique à l’occasion du 9 mai 2022, 77ème anniversaire de la Victoire des peuples sur l’Allemagne nazie.

Collectif
Alors qu’une hystérie antirusse mâtinée d’antisoviétisme rance déferle sur le monde, l’Europe et la France, et que tout est fait, non pas pour appeler aux négociations, à la paix et à la désescalade en Ukraine, mais pour nourrir le bellicisme et le manichéisme sans le moindre souci des effets potentiellement pan-destructifs qu’aurait une extension du conflit, alors que les médias pro-OTAN vont jusqu’à promouvoir le « Bataillon Azov » en présentant scandaleusement les nazis avérés, fort nombreux dans l’armée ukrainienne, comme des « résistants » ( !), alors que l’impérialisme étasunien, en mal d’hégémonie mondiale et instigateur non repenti de tant de crimes de masse présents et passés, fait tout pour transformer l’Europe, voire le monde entier, en un champ de bataille potentiellement nucléaire tout en plongeant l’Europe, avec sa surenchère de « sanctions », dans une crise socioéconomique explosive, alors que l’impérialisme allemand réarme massivement et qu’il tente, toute honte bue, de se poser en libérateur d’une (…) Lire la suite »
10 
Paroles d’escrocs

Bové, Cohn-Bendit : « L’accord des Verts avec La France insoumise est une escroquerie »

Maxime VIVAS

Il y a quelques années, je discutais, dans le hall d’un hôtel de Toulouse, avec Viktor Dedaj et Ramon Chao (père d’Antoine et Manu Chao), ex-rédacteur en chef du service Amérique latine de RFI, collaborateur du Monde, du Monde Diplomatique, grand connaisseur de Cuba sur lequel il a écrit des articles et des livres. A un moment, il a posé son index sur la table basse et il a dit : « Cuba ! Quand je veux savoir le niveau politique d’un interlocuteur qui me parle des affaires du monde, j’oriente la discussion sur Cuba. Et je sais aussitôt qui il est et ce qu’il comprend de la politique internationale ».

C’est une leçon que je n’ai jamais oubliée. J’ai testé le truc plusieurs fois. C’est un gain de temps terrible : en moins de deux, mon interlocuteur est nu. Dans un article intitulé « Cuba – José Bové savate le tiers monde » publié le 14 mars 2007 sur Le Grand Soir, j’ai ainsi déshabillé José Bové et je l’ai montré (il y a 15 ans !) tel qu’on le découvre aujourd’hui quand il s’acoquine avec Cohn-Bendit pour dénoncer l’accord historique de la « Nouvelle Union populaire écologique et sociale » (NUPES). En deux mots : José Bové s’est rendu à Cuba du 3 au 7 septembre 2001 pour participer au Forum mondial sur la souveraineté alimentaire, avec 400 participants du monde entier à l’appel de Via Campesina. Le 25 Septembre 2003, lors de l’émission « 100 minutes pour convaincre », sur France 2, interrogé sur Cuba par Bernard Kouchner, José Bové esquive en répondant (de mémoire) : « J’ai été expulsé de Cuba par Castro pour avoir dit des choses qui lui déplaisaient ». Cette expulsion, José Bové lui-même l’ignorait une (…) Lire la suite »
11 

Aujourd’hui, les médias lavent plus blanc les Nazis qu’ils condamnaient auparavant

Moon Of Alabama

Récemment, le New York Times, comme beaucoup d’autres médias occidentaux, a changé de langage pour parler du bataillon fasciste ukrainien Azov.

Ce qui était autrefois « une organisation paramilitaire néonazie ukrainienne », dont le FBI a dit qu’elle était connue pour son « association avec l’idéologie néonazie », a d’abord été qualifié d’« extrême droite » avant de devenir « une unité normale de l’armée ukrainienne ».

Le massacre en Nouvelle-Zélande met en évidence la portée mondiale de l’extrémisme blanc*, 15 mars 2019 « Sur son fusil était griffonné un credo nationaliste blanc popularisé par le terroriste intérieur et néonazi américain David Lane. Sur son gilet pare-balles figurait un symbole couramment utilisé par le bataillon Azov, une organisation paramilitaire néonazie ukrainienne. » Nous avons autrefois combattu les djihadistes. Maintenant, nous combattons les suprémacistes blancs, 11 février 2020 « Les défenseurs du bataillon ukrainien Azov, que le F.B.I. qualifie d' »unité paramilitaire » notoirement connue pour son « association avec l’idéologie néonazie », nous accusent de faire partie d’une campagne du Kremlin visant à « diaboliser » le groupe. » Pourquoi Vladimir Poutine invoque les nazis pour justifier son invasion de l’Ukraine, 17 mars 2022 « La semaine dernière, Facebook a déclaré qu’il faisait une exception à ses politiques de lutte contre l’extrémisme pour autoriser les éloges de l’unité militaire (…) Lire la suite »
10 

La persécution de Julian Assange (Middle East Eye)

Jonathan COOK
La ministre britannique de l’Intérieur, Priti Patel, décidera ce mois-ci si Julian Assange doit être extradé vers les États-Unis, où il risque une peine pouvant aller jusqu’à 175 ans, probablement effectuée en isolement strict, 24 heures sur 24, dans une prison américaine de très haute sécurité. Il a déjà passé trois ans dans des conditions tout aussi difficiles dans la prison de haute sécurité de Belmarsh, à Londres. Les 18 chefs d’accusation retenus contre Assange aux États-Unis sont liés à la publication par WikiLeaks, en 2010, de documents officiels ayant fait l’objet de fuites, dont beaucoup montrent que les États-Unis et le Royaume-Uni sont responsables de crimes de guerre en Irak et en Afghanistan. Personne n’a été traduit en justice pour ces crimes. Au lieu de cela, les États-Unis ont défini le journalisme d’Assange comme de l’espionnage – et, par voie de conséquence, ont affirmé leur droit de saisir tout journaliste dans le monde qui s’attaque à l’État de sécurité nationale américain – et les (…) Lire la suite »

Zone d’exclusion intellectuelle : La censure en ligne de la dissidence devient la nouvelle norme (MintPress)

Alan MACLEOD
« La censure est le dernier recours des régimes désespérés et impopulaires. Elle apparaît comme par magie pour faire disparaître une crise. Elle réconforte les puissants avec le récit qu’ils veulent entendre, un récit qui leur est renvoyé par les courtisans des médias, des agences gouvernementales, des groupes de réflexion et des universités. » – Chris Hedges MOUNTAIN VIEW, CALIFORNIE – Google a envoyé un coup de semonce à travers le monde, informant de manière inquiétante les médias, les blogueurs et les créateurs de contenu qu’il ne tolérera plus certaines opinions concernant l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Au début du mois, Google AdSense a envoyé un message à une myriade d’éditeurs, dont MintPress News, pour nous informer que, « en raison de la guerre en Ukraine, nous allons interrompre la monétisation du contenu qui exploite, rejette ou tolère la guerre ». Ce contenu, poursuit le site, « comprend, sans s’y limiter, des affirmations qui impliquent que les victimes sont responsables de leur propre (…) Lire la suite »
10 

Interview du ministre des Affaires étrangères Russe Sergey Lavrov

Interview du ministre des Affaires étrangères Russe Sergey Lavrov avec Mediaset, réseau de télévision italien, Moscou, 1er mai 2022 Question : Après votre déclaration sur la possibilité d’une guerre nucléaire, de la troisième guerre mondiale, le monde entier se demande : y a-t-il un risque réel que cela se produise ? Sergueï Lavrov : Il semble que par le monde entier, vous entendez les médias et les politiciens occidentaux. Ce n’est pas la première fois que je constate avec quelle habileté l’Occident déforme les propos des représentants de la Russie. On m’a interrogé sur les menaces qui se multiplient actuellement et sur la réalité du risque d’une troisième guerre mondiale. J’ai répondu littéralement ce qui suit : La Russie n’a jamais cessé ses efforts pour parvenir à des accords qui garantiraient la prévention d’une guerre nucléaire. Ces dernières années, c’est la Russie qui a proposé avec persistance à ses collègues américains de répéter ce que Mikhaïl Gorbatchev et Ronald Reagan ont fait en 1987 : (…) Lire la suite »
24 

Les canons d’avril

WSWS
Les États-Unis et les puissances européennes de l’OTAN ont déclenché une chaîne d’événements qui mène à la Troisième Guerre mondiale. Dans son célèbre ouvrage sur le déclenchement de la Première Guerre mondiale, « Les canons d’août » (The Guns of August), Barbara Tuchman explique en détail comment les erreurs de calcul, la croyance omniprésente en un conflit bref et gagnable, et les manœuvres tactiques irréversibles – les « si, les erreurs et les engagements » – s’accumulaient à mesure que les puissances impérialistes entraînaient les travailleurs européens dans les enchevêtrements de tranchées et le massacre de la Grande Guerre. Une dynamique similaire se développe dans le conflit entre les États-Unis et l’OTAN contre la Russie. Les obusiers fournis par les États-Unis et le déploiement massif d’armes en Ukraine font retentir les canons d’avril. À la mi-mars, le président américain Joe Biden a déclaré à plusieurs reprises qu’il ne permettrait pas un conflit direct entre les États-Unis et la Russie, car « cela (…) Lire la suite »
20 

Le Bataillon néonazi Aïdar n’a pas encore payé pour ses crimes…

Laurent BRAYARD

Ils étaient plusieurs ces journalistes russes qui laissèrent leur vie en voulant informer le public des événements durant la guerre du Donbass. En Occident, prompt à montrer du doigt le moindre des cas réels ou manipulés, de répressions ou de meurtres de journalistes, aucun média n’osa pourtant faire son travail et parler de ces hommes. C’est qu’en Occident, le Russe est redevenu « le sous-homme », dont la vie ne compte pour rien, l’untermenschen cher à Himmler et à la SS.

En Occident, les chefs d’orchestres et les musiciens russes n’ont pas le droit de se produire, comme les Juifs dans l’Allemagne nazie des années 30. Les sportifs russes sont disqualifiés, eux aussi, on interdit des lettres de l’alphabet, car elles symbolisent l’opération militaire russe, et dans divers pays, des monuments de commémoration de l’armée rouge ou de la victoire de l’armée soviétique contre l’Allemagne nazie sont détruits. L’interdiction va dans certains pays jusqu’au ruban de Saint-Georges, symbole russe de la victoire sur le nazisme, et même l’interdiction de fêter la victoire sur l’Allemagne nazie, le 9 mai. C’est au contraire leurs meurtriers qui sont désormais magnifiés par la presse occidentale et française bien sûr. La France le pays des Droits de l’Homme, et de la fameuse déclaration de 1789. Cette France qui a refusé par ailleurs de condamner le nazisme à l’ONU dans une session de la fin de l’année 2021… Alors ignorer ces assassinats de journalistes russes, une pacotille en quelque (…) Lire la suite »
22 

Ce que nous avons vu, ce que nous allons voir

Nantes Révolté

Épilogue d’un quinquennat

Ces dernières années, nous avons vu sur nos écrans l’agonie de Cédric, père de famille, sous le poids de policiers. Le Gilet Jaune Jérôme Rodriguez mutilé en direct sur Facebook. La vidéo de Manu aussi, un autre Gilet Jaune, l’œil fracassé par une grenade alors qu’il discutait. Il y a eu les images épouvantables d’Olivier à Bordeaux, gisant dans une mare de sang après avoir reçu un tir dans le dos, ou celles de Geneviève, à Nice, retraitée piétinée par des forces de l’ordre. Et celles de Sébastien et d’Antoine dont la main venait d’être soufflée par une grenade, ne laissant qu’une plaie béante au bout de leur bras. Nous avons vu les lignes de LBD sur les Champs Élysées, faucher des corps, casser des visages, briser des vies. Ces images ont été vues par des millions de personnes. Provoquant des séquelles psychologiques de masse. Nous avons vu, en décembre 2018 à Mantes la Jolie, 151 adolescents raflés, les mains sur la tête, contre des murs, humiliés par des policiers armés qui rient et filment leurs exploits. (…) Lire la suite »
28 

Le bataillon néonazi Tornado, un plongeon dans l’horreur brute

Laurent BRAYARD
Comme je l’écris déjà depuis plusieurs semaines, en Occident, le mensonge visant à cacher et protéger la présence de nombreux nazis en Ukraine sera difficile à tenir… Selon une rhétorique absurde et même ridicule tellement ces nazis sont visibles depuis 8 ans qu’ils agissent en Ukraine, il n’y aurait selon des « analystes » de journaux comme Le Monde, à peine un régiment de néonazis, en la personne d’Azov, et encore les 3 000 hommes de l’unité ne seraient pas tous des nazis… Fièrement, Le Monde lançait même un 3 % de l’armée ukrainienne. Oui mais… depuis 2014, nous autres qui combattons fermement cette propagande, nous avons pu les voir et les observer ces néonazis d’Ukraine et d’ailleurs ! Plus de 10 bataillons, au bas mot, sans parler d’unités indépendantes de partis ultranationalistes et néonazis, comme le Pravy Sektor, ça laisse des traces très visibles sur les réseaux sociaux. La quantité de massacres, tueries, viols et exactions dans le printemps et l’été 2014, fut remarquée, il ne pouvait en être (…) Lire la suite »
10 

Le sort de Julian Assange est entre les mains du gouvernement britannique… pour l’instant

John REES
Mercredi 20 avril 2022, la justice britannique a formellement autorisé l’extradition aux États-Unis de Julian Assange, journaliste australien et fondateur de Wikileaks, où il risque une peine de prison de 175 ans pour avoir révélé au grand public les crimes de guerre commis par le gouvernement américain. Revenant sur les derniers développements, cet article rend compte des leviers politiques et juridiques encore mobilisables pour faire annuler l’ordre d’extradition. En France, une demande d’octroi de l’asile politique à Julian Assange avait été présentée à l’Assemblée nationale en février dernier par un groupe de parlementaires, parmi lesquels Jean-Luc Mélenchon. Il est encore possible de la réitérer, et de massivement l’appuyer. * * * Priti Patel, l’archi-réactionnaire ministre de l’intérieur de Boris Johnson, s’apprête à décider de la vie ou de la mort de Julian Assange : l’enverra-t-elle aux États-Unis où l’attend un procès pour espionnage ? Dans le cas où il serait déclaré coupable, sa peine pourrait (…) Lire la suite »

Commissaires américains

Chris HEDGES

Les plateformes de médias sociaux censurent agressivement tous ceux qui contestent le récit dominant sur l’Ukraine, le Parti démocrate au pouvoir, les guerres au Moyen-Orient et l’État inféodé aux intérêts privés.

La classe dirigeante, composée des élites traditionnelles qui dirigent le Parti républicain et le Parti démocrate, emploie des formes draconiennes de censure sur ses critiques de droite et de gauche dans un effort désespéré pour s’accrocher au pouvoir. Les élites traditionnelles ont été discréditées pour avoir fait passer une série d’agressions de la part des entreprises contre les travailleurs, de la désindustrialisation aux accords commerciaux. Elles ont été incapables d’endiguer la montée de l’inflation, la crise économique imminente et l’urgence écologique. Elles ont été incapables de mener des réformes sociales et politiques significatives pour améliorer la souffrance générale et ont refusé d’accepter la responsabilité de deux décennies de fiascos militaires au Moyen-Orient. Et maintenant, elles ont lancé un nouveau maccarthysme sophistiqué. Diffamation de personnalités. Algorithmes. Bannissement fantôme. L’exclusion. La censure est le dernier recours des régimes désespérés et impopulaires. Elle (…) Lire la suite »

Qui a tué la démocratie ?

Viktor DEDAJ
[PRESSE] « Débat de la présidentielle : le duel Macron-Le Pen a attiré 15,6 millions de téléspectateurs, moins qu’en 2017, selon Médiamétrie » (FranceTvInfo) Coup dur pour la série télévisée « Le Pen au deuxième tour », diffusée pour le première fois en 2002. Souvent critiquée pour son « absence de créativité » et l’impression d’un scénario qui tourne en rond, la série a pourtant été régulièrement reconduite par les médias qui semblent croire en son avenir. « Il faut lui donner une chance » a déclaré le responsable du département Culture, Création et Art de TF1, Jean Fildéperles, lors d’une interview accordée dans son placard à balais. « Comme pour toute bonne série, il faut le temps d’installer les personnages, de leur donner de la consistance ». Véritable institution du paysage audiovisuel, la série a connu pourtant plusieurs mésaventures avec le remplacement successif des principaux rôles par de nouveaux acteurs censés assurer la continuité du récit. Jean Fildéperles reconnaît que cela peut déstabiliser les (…) Lire la suite »
45 

Julian Assange et le Goulag, dans le pays le plus libre du monde

Luk VERVAET

En avril 2015, Mme Hillary Clinton a prononcé un discours à l’Université de Columbia dans lequel elle a admis ce que l’on peut lire dans n’importe quelle statistique carcérale : environ un détenu sur quatre dans le monde se trouve dans les prisons des États-Unis (US).(1) Bien sûr, elle n’a pas eu de pensée pour Julian Assange, qui à ce moment était caché depuis trois ans à l’ambassade d’Equateur pour échapper à cette folie carcérale. Elle n’a pas non plus mentionné la peine absurde de 175 ans qu’encourt Assange encourt s’il est reconnu coupable aux États-Unis. Elle ne parlait pas de la peine de mort toujours appliquée, ni du côté le plus sombre du système pénitentiaire US : le régime des prisons de sécurité maximale (supermax) et des mesures administratives spéciales (SAM). Là encore, l’affaire Assange a levé un bout du voile : une juge anglaise a statué en janvier 2020 qu’il ne survivrait pas à une incarcération dans une prison supermax ou à l’imposition des SAM.

Pour beaucoup, ce fut un choc : existe-t-il des prisons où l’incarcération mène à la mort et au suicide ? D’autres encore ont entendu les mots ADX, supermax et SAM pour la première fois. Pas étonnant quand on sait que ces mots et ce qui se cache derrière ne sont pas ou peu connus, même aux États-Unis. À partir de quelques chiffres sur le nombre de détenus, les types de prisons et les niveaux de sécurité, commençons par la première caractéristique du Goulag américain : son caractère de masse historiquement inédit. Pour ensuite pénétrer sa face la plus cachée, celle de la supermax et des SAM. Vol au-dessus d’un archipel carcéral Qu’est-ce que Nils Christie appelle « le goulag américain » ? (2) Qu’est-ce que Loïc Wacquant appelle « la folie carcérale américaine d’une ampleur et d’une durée sans précédent dans l’histoire de l’humanité » ? (3) Qu’est-ce que le « Golden Gulag », le titre du livre mondialement connu de Ruth Gilmore, dans lequel elle analyse l’État américain de Californie où au cours des dernières (…) Lire la suite »
15 
Quand Biden en appelle à Maduro contre la Russie

Venezuela : Le vrai prix du pétrole vénézuélien pour les États-Unis

Pasqualina CURCIO

Pour quelle raison éthique le Venezuela devrait-il maintenant fournir du pétrole aux États-Unis et à ses complices en ce moment difficile pour eux ?

Lancer une bouée de sauvetage aux États-Unis « en lui fournissant » du pétrole mais surtout en lui tendant la main après tous les dégâts que, sans justification, ils nous ont faits – écrit l’économiste bolivarienne Pasqualina Curcio – a un prix très élevé, beaucoup plus élevé que les 300 $ étasuniens le baril que certains prévoient. Aujourd’hui le prix de notre pétrole pour les Yankees est infini.

Pour quelle raison éthique le Venezuela devrait-il maintenant fournir du pétrole aux États-Unis et à ses complices en ce moment difficile pour eux ? Lancer une bouée de sauvetage aux États-Unis « en lui fournissant » du pétrole mais surtout en lui tendant la main après tous les dégâts que, sans justification, ils nous ont faits – écrit l’économiste bolivarienne Pasqualina Curcio – a un prix très élevé, beaucoup plus élevé que les 300 $ étasuniens le baril que certains prévoient. Aujourd’hui le prix de notre pétrole pour les Yankees est infini. • Après neuf ans d’incessantes et inhumaines agressions contre le peuple vénézuélien, l’application de mesures coercitives, unilatérales, illégales qui ont provoqué des pertes économiques de l’ordre de 258 000 000 000 de dollars entre 2016 et 2020, ce qui équivaut à l’importation d’aliments et de médicaments pendant 60 ans ; • Après avoir retenu 6 000 000 000 de dollars à la banque internationale en empêchant, entre autres choses, des enfants de notre patrie d’être opérés ; (…) Lire la suite »
10 
Partager

Plus d’histoires deChine