Aller à…
RSS Feed

4 octobre 2022

Violences policières à la finale de la Ligue des champions : la presse mondiale dénonce un ‘carnage’


Violences policières à la finale de la Ligue des champions : la presse mondiale dénonce un ‘carnage’

lecridespeuples

Mai 29

Le Macronistan montre son vrai visage à l’international

Par Daniel Austin, dimanche 29 Mai 2022

Source : metro.co.uk

Traduction : lecridespeuples.fr

Des enfants tremblant de peur, les yeux ruisselant d’une vague jaune aride de gaz lacrymogène déferlant à travers les barrières. Un homme âgé se recroquevillant sur lui-même, victime d’une crise de panique dans une foule écrasante et incapable de bouger. Des femmes se faisant mettre au pied du mur par des brutes employées par l’État et dotées de boucliers renforcés.

Non, cela ne se déroule pas dans une émeute, une bagarre ou une guerre. C’était la finale de la Ligue des champions de l’UEFA, samedi soir à Paris.

Il s’agissait d’êtres humains qui passaient une soirée agréable, qui voulaient soutenir leur équipe de football avec leur famille et leurs amis, et qui ont été traités comme des animaux sauvages pour avoir eu la témérité d’essayer d’entrer dans le stade pour assister à un match de football spécial pour lequel ils avaient payé de l’argent durement gagné.

Dès que les supporters sont descendus des trains allant de la Gare du Nord à Saint-Denis en direction du Stade de France, ils ont été traités comme du bétail par des forces de police sans empathie et dédaigneuses qui les ont rassemblés dans une énorme file d’attente sous un viaduc.

Après que des milliers de personnes ont été contraintes de passer une heure immobiles sous un pont, sans accès aux toilettes ou à l’eau, par une chaleur de 22 degrés, les contrôles de billets qui avaient lieu au bout du passage souterrain ont été abandonnés, ce qui signifie que tout le monde a été autorisé à entrer dans la zone entourant le stade, qu’il ait un billet ou non.

À partir de là, la situation s’est aggravée. Les stadiers ont fermé les tourniquets vers 18h30, heure locale, soit deux heures et demie avant le coup d’envoi, sans avertissement ni explication. Les mêmes stewards ont ensuite abandonné leurs postes, refusant de communiquer avec les supporters perplexes qui étaient arrivés tôt pour entrer dans le stade à temps et profiter de l’ambiance.

Il s’en est suivi un carnage d’une ampleur dangereuse, à tel point que l’idée que des vies allaient être perdues était parfois réaliste.

https://metro.co.uk/video/embed/2696843

De plus en plus de supporters arrivaient à l’approche du coup d’envoi, et un nombre croissant d’adolescents du quartier décidèrent de tenter leur chance en escaladant les barrières pour entrer dans le stade. La foule coincée à l’extérieur des tourniquets a donc gonflé, les corps se sont serrés de plus en plus les uns contre les autres, et les gens ont dû moduler activement leur respiration pour leur propre sécurité.

Aucun soutien de la part des stewards ou des policiers n’est encore arrivé. Les supporters, qui ont passé près de trois heures sans avoir accès aux toilettes ou à l’eau potable, sont de plus en plus furieux de se voir refuser l’entrée à un match de football pour lequel ils ont légitimement acheté un billet et sont arrivés bien avant l’heure.

SEI_106929629 (1)

Des supporters de Liverpool bloqués à l’extérieur du stade montrent leurs billets de match lors de la finale de la Ligue des champions de l’UEFA.
Les supporters de Liverpool munis de billets légitimes se sont vus refuser l’entrée au stade

J’ai passé deux heures et 45 minutes enfermé à l’extérieur de la Porte Z avec d’autres supporters de Liverpool, sans savoir pourquoi on nous refusait l’entrée, pourquoi les tourniquets n’étaient pas surveillés et si nous allions pouvoir entrer dans le stade et voir le match pour lequel nous avions payé.

La perspective d’une sérieuse bousculade augmentait à chaque minute, alors que la confusion, la panique et la multiplication des corps augmentaient l’intensité de la situation.

https://twitter.com/lecridespeuples/status/1530663321657016321

L’instance dirigeante du football européen, l’UEFA, a choisi ce moment de chaos pour publier une déclaration accusant « l’arrivée tardive » des supporters d’être à l’origine du chaos et du danger pour la vie des gens, malgré toutes les preuves du contraire. Dans une déclaration ultérieure, l’UEFA a changé son cliché de la culpabilité des supporters, passant du chronométrage des supporters aux personnes « sans billet » entrant dans le stade.

https://metro.co.uk/video/embed/2696843

Finalement, après deux reports du coup d’envoi de la rencontre la plus planifiée et la plus attendue de l’histoire du football mondial, les portes ont été ouvertes à 21h15 et des policiers armés de matraques ont poussé les supporters vers le point d’entrée qu’ils jugeaient approprié.

Certains supporters munis de billets valides se sont vus demander des pots-de-vin par des stewards, dont la majorité avait entre 16 et 20 ans à ce qu’il semble, et qui étaient très certainement payés à peine plus que le salaire minimum, afin de pouvoir entrer dans le stade.

 

1st-9a77

Les files d’attente et le refus d’autoriser l’entrée ont entraîné un certain écrasement.

À l’intérieur du Stade de France, il n’y avait pas d’atmosphère à proprement parler. Les visages cendrés se regardaient les uns les autres, de brefs hochements de tête indiquaient que les gens étaient secoués mais physiquement indemnes, et les supporters envoyaient des SMS aux amis et aux membres de la famille qu’ils avaient perdus de vue dans le chaos pour s’assurer de leur sécurité.

FT6KJkuXsAAMWp0

Le match a été joué, et Liverpool a perdu, mais rien de tout cela n’avait vraiment d’importance. Je me suis senti profondément malade tout au long des 90 minutes, incapable de me concentrer sur les phases de jeu avec la peur et la panique gravées sur les visages des gens qui se répétaient encore et encore dans mon esprit. Ces fans de football, des gens qui voulaient assister à un match et soutenir leur équipe à fond, craignaient d’être gravement blessés, voire pire, et leur terreur était douloureusement visible.

À la sortie du stade, un certain nombre de supporters ont été agressés et tailladés dans la rue, et la présence policière brillait par son absence au moment où elle était le plus nécessaire.

2-fb1a

Les supporters ont été contraints de se protéger du gaz poivré

3rd-1c28

La police française a la réputation d’avoir la main lourde 

Il s’agit d’un échec fondamental de la gestion des foules à une échelle immense. L’UEFA, la municipalité de Saint-Denis, la police française, sa gendarmerie et l’État dans son ensemble ont tous manqué à leur devoir de protéger les êtres humains qui leur sont confiés. La réponse de l’UEFA, de la police et de la ministre française des sports, Amélie Oudéa-Castéra, qui a imputé aux « Anglais » la responsabilité de la violence infligée aux supporters, est incroyable. Il est franchement ridicule que quiconque travaillant pour l’une de ces institutions puisse penser avoir fait son travail correctement samedi soir.

https://twitter.com/caillerare/status/1530908325872820224

L’administration d’Emmanuel Macron, qui dirige la France depuis l’élection de l’ancien banquier à la présidence en 2017, a employé une approche constamment lourde et souvent carrément barbare du maintien de l’ordre tout au long de son mandat. En septembre dernier, le centriste de cinq pieds six pouces a été contraint d’annoncer une surveillance accrue de la police face aux accusations de brutalité et de racisme systémiques dans ses forces.

Le football français a connu une saison difficile lorsque les foules sont revenues après les fermetures dues à la pandémie de Covid-19. Des joueurs ont été agressés sur le terrain par des supporters lors d’un match entre l’OGC Nice et Marseille, tandis que plusieurs clubs ont reçu l’ordre de fermer leurs stades aux spectateurs à la suite des troubles. La combinaison de la propension croissante de la police à la violence sous Macron en général et la réponse à ces incidents lors des rencontres de Ligue 1 a joué un rôle important dans le traitement des fans des Reds samedi, sans aucun doute.

2nd-def4

Les agents de la police militaire française ont pulvérisé des gaz lacrymogènes sur les supporters, y compris des femmes et des enfants.

Maintenant, une enquête indépendante approfondie doit avoir lieu afin d’établir quand et où les autorités ont fait leurs erreurs, et à son tour pour s’assurer que rien de semblable ne se produise à l’avenir pour tout groupe de supporters de football. Mais la probabilité qu’une enquête sincère ait lieu est en réalité très faible.

https://twitter.com/realmarcel1/status/1530875353643855873

Dès que des supporters ont commencé à signaler des difficultés à entrer dans le stade et des problèmes de sécurité, certains supporters d’autres clubs de football ont immédiatement pris sur eux de rejeter la faute sur les supporters de Liverpool, en utilisant des théories et des railleries infondées et offensantes sur la catastrophe de Hillsborough pour appuyer leurs affirmations sans fondement.

En réalité, il aurait très bien pu s’agir de supporters de Manchester United, de Chelsea, du Bayern Munich ou de n’importe quel autre club de football européen, qui avaient acheté des billets pour un match et ont été traités comme du bétail.

Main-1044

Les portes ont fini par être ouvertes, mais la police anti-émeute a forcé les supporters à entrer dans des entrées qui ne correspondaient pas à leurs billets

Le fait que tant de personnes se rallient immédiatement aux mensonges des autorités sur la base puérile et carrément pathétique d’une rivalité footballistique tribale explique pourquoi les forces de police et les gouvernements sont capables d’avilir, de manquer de respect et de blesser les supporters de football avec une telle régularité en France, au Royaume-Uni, dans le reste de l’Europe et au-delà.

FT7TJBJWYAEpTtR

Lorsque des incidents de ce genre sont provoqués par les autorités, des changements positifs pourraient potentiellement être apportés par différents groupes de supporters de football travaillant ensemble et refusant de laisser les mauvais traitements se produire les uns envers les autres. Mais tant qu’il ne s’agit pas d’eux, et tant qu’il y a des chiffres à gagner en postant des tweets de bantz, rien ne semble particulièrement susceptible de changer.

https://twitter.com/cridespeuples2/status/1530992571832467465

Ce sera peut-être Liverpool la prochaine fois. Ce sera peut-être quelqu’un d’autre. Cela peut même être vous.

Mais si les responsables d’un niveau de chaos qui aurait pu si facilement se terminer en catastrophe sont autorisés à blâmer une masse anonyme de fans et à ne pas être tenus responsables de leurs propres manquements, alors la seule chose dont nous pouvons être sûrs est que peu importe qui est visé la prochaine fois, il y aura très certainement une prochaine fois.

Pour soutenir ce travail censuré en permanence (y compris par Mediapart) et ne manquer aucune publication, faites un don, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur TwitterFacebookYoutube et VKontakte.

Partager

Plus d’histoires deviolence d'état