Aller à…
RSS Feed

29 septembre 2022

Une guerre USA-Russie est-elle inévitable ?


Publié par Gilles Munier sur 19 Juillet 2022, 07:21am

Catégories : #Ukraine, #Russie

Par Patrick J.Buchanan (revue de presse : Arrêt sur Info – 16/7/22)*

Lors du sommet de l’OTAN à Madrid, la Finlande a été invitée à rejoindre l’alliance. Qu’est-ce que cela signifie pour la Finlande ?

Si le président russe Vladimir Poutine franchit la frontière finlandaise de 830 miles, les États-Unis se porteront à la défense d’Helsinki et combattront la Russie aux côtés de la Finlande.

Que signifie pour l’Amérique l’adhésion de la Finlande à l’OTAN ?

Si Poutine fait un mouvement militaire en Finlande, les États-Unis entreront en guerre contre la plus grande nation du monde avec un arsenal de 4 500 à 6 000 armes nucléaires stratégiques et de combat.

Aucun président de la guerre froide n’aurait rêvé de prendre un tel engagement – risquer la survie de notre nation pour défendre le territoire d’un pays situé à des milliers de kilomètres qui n’a jamais été un intérêt vital pour les États-Unis.

Entrer en guerre avec l’Union soviétique pour la préservation du territoire finlandais aurait été considéré comme une folie pendant la guerre froide.

Rappelez-vous : Harry Truman a refusé d’utiliser la force pour briser le blocus de Berlin par Joseph Staline. Dwight Eisenhower a refusé d’envoyer des troupes américaines pour sauver les combattants de la liberté hongrois écrasés par les chars soviétiques à Budapest en 1956.

Lyndon B. Johnson n’a rien fait pour aider les patriotes tchèques écrasés par les armées du Pacte de Varsovie en 1968. Lorsque le mouvement Solidarité de Lech Walesa a été écrasé sur ordre de Moscou en Pologne en 1981, Ronald Reagan a fait des déclarations courageuses et envoyé des photocopieuses.

Bien que les États-Unis aient publié des déclarations annuelles de soutien aux « nations captives » d’Europe centrale et orientale pendant la guerre froide, la libération de ces nations de l’emprise soviétique n’a jamais été considérée comme vitale pour l’Occident au point de justifier une guerre avec l’URSS.

En effet, au cours des 40 années de la guerre froide, l’OTAN, qui avait commencé en 1949 avec 12 pays membres, n’en a ajouté que quatre autres – la Grèce, la Turquie, l’Espagne et l’Allemagne de l’Ouest.

Pourtant, avec l’invitation faite à la Suède et à la Finlande de devenir les 31e et 32e pays à bénéficier d’une garantie de guerre au titre de l’article 5, l’OTAN aura doublé le nombre de ses membres depuis ce que l’on croyait – en tout cas les Russes – être la fin de la guerre froide.

Toutes les nations qui faisaient autrefois partie du Pacte de Varsovie de Moscou – l’Allemagne de l’Est, la Pologne, la Hongrie, la République tchèque, la Slovaquie, la Roumanie, la Bulgarie – sont maintenant membres d’une OTAN dirigée par les États-Unis et dirigée contre la Russie.

Trois anciennes républiques de l’URSS – l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie – sont désormais également membres de l’OTAN, une alliance militaire formée pour encercler et contenir la nation à laquelle elles avaient appartenu pendant la guerre froide.

La Lituanie, dont la population représente 2 % de celle de la Russie, vient de décréter un blocus partiel des marchandises traversant son territoire vers Kaliningrad, l’enclave russe sur la mer Baltique.

Face aux protestations de Poutine, Vilnius a rappelé à Moscou que la Lituanie est membre de l’OTAN.

Selon un dicton de la politique géostratégique, une grande puissance ne devrait jamais céder à une puissance inférieure la capacité de l’entraîner dans une grande guerre.

En 1914, l’Allemagne du kaiser a donné à son allié autrichien un « chèque en blanc » pour punir la Serbie pour son rôle dans l’assassinat de l’archiduc François Ferdinand, héritier du trône d’Autriche. Vienne encaisse le chèque du kaiser et attaque la Serbie, et la Grande Guerre de 1914-1918 est lancée.

En mars 1939, Neville Chamberlain émet une garantie de guerre à la Pologne. Si l’Allemagne attaque la Pologne, la Grande-Bretagne se battra aux côtés de la Pologne.

Forts de cette garantie de guerre de l’Empire britannique, les Polonais font obstruction à Hitler, refusant de discuter avec Berlin des revendications allemandes sur la ville de Danzig, qui lui avait été enlevée lors de la Conférence de paix de Paris en 1919.

Le 1er septembre 1939, Hitler attaque et la Grande-Bretagne déclare la guerre, une guerre qui durera six ans et blessera mortellement l’Empire britannique.

Et la Pologne ? À Yalta, en 1945, Winston Churchill a accepté qu’une Pologne occupée par les Soviétiques reste sous la garde de Staline.

Poutine est un nationaliste russe qui considère l’éclatement de l’URSS comme la plus grande calamité du XXe siècle, mais il n’est pas le seul responsable des relations misérables entre nos pays.

Nous, Américains, avons joué un rôle de premier plan dans ce qui s’annonce comme une deuxième guerre froide, plus dangereuse que la première.

Au cours du dernier quart de siècle, après que la Russie a dissous le Pacte de Varsovie et laissé l’URSS se diviser en 15 nations, nous avons poussé l’OTAN, créée pour encercler et contenir la Russie, en Europe centrale et orientale.

En 2008, les néoconservateurs ont poussé la Géorgie à attaquer l’Ossétie du Sud, provoquant l’intervention de la Russie et la déroute de l’armée géorgienne.

En 2014, les néoconservateurs ont incité les Ukrainiens à renverser le régime pro-russe élu à Kiev. Lorsqu’ils ont réussi, Poutine s’est emparé de la Crimée et de Sébastopol, depuis des siècles le port d’attache de la flotte russe de la mer Noire.

En 2022, Moscou a demandé aux États-Unis de s’engager à ne pas faire entrer l’Ukraine dans l’OTAN. Nous avons refusé. Et Poutine a attaqué. Si les Russes pensent que leur pays a été poussé contre un mur par l’Occident, peut-on les blâmer ?

Patrick Buchanan a été conseiller principal de trois présidents, deux fois candidat à l’investiture républicaine et candidat du Parti réformiste en 2000. Né à Washington, D.C., M. Buchanan a fait ses études à la Gonzaga High School où il a été diplômé premier de sa classe en 1956. Il a fréquenté Georgetown grâce à une bourse d’études complète, et a obtenu son diplôme avec mention en anglais et en philosophie en 1961, et a été intronisé dans la Gold Key Society de l’université. Il a obtenu une maîtrise de l’école supérieure de journalisme de Columbia en 1962. À 23 ans, il devient le plus jeune éditorialiste d’un grand journal américain : The St. Louis Globe-Democrat.

*Source : Arrêt sur infoTraduction : Arrêt sur info

Sur le même sujet, lire aussi : La « démocratie » mondiale est-elle la mission de l’Amérique ? par Patrick J.Buchanan

Partager

Plus d’histoires deOTAN