Aller à…
RSS Feed

6 octobre 2022

Les Grosses Orchades, les Amples Thalamèges, le blog


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Actualité des guerres froides, tièdes, chaudes, civiles, militaires, hybrides, économiques, biologiques, intellectuelles et autres…

 

 

 

Dans le désordre, en remerciant d’avance nos lecteurs de leur indulgence.

 

 

 

 

 

 

Est-ce à dire que ce qu’ils voulaient infliger aux Russes est en train de se retourner contre eux… comme en Afghanistan ?

 

 

 

 

 

Un journal du PCC commence à parler ouvertement de défaite américaine

 

Robert Bibeau  – 17.7.2022

 

 

 

 

 

 

Après quatre mois de guerre, le Global Times, organe anglophone du Parti Communiste Chinois analyse non moins froidement les mauvais calculs américains :

 

« Les États-Unis sont-ils confrontés à un puits sans fond d’aide militaire alors que la crise ukrainienne s’éternise ? » demande le journal, qui poursuit:

« La crise entre la Russie et l’Ukraine se poursuit sans qu’une fin soit en vue. Bien que le président américain Joe Biden ait promis de rester aux côtés de l’Ukraine « aussi longtemps qu’il le faudra », la guerre et la lassitude à l’égard de l’Ukraine ont été constatées aux États-Unis et chez nombre de leurs alliés occidentaux, avec l’émergence de crises énergétiques et alimentaires, la montée en flèche de l’inflation et les dépenses massives pour l’Ukraine.

En réaction, les doutes se multiplient quant à la durée du soutien des États-Unis et de l’Occident à l’Ukraine. Par exemple, le New York Times a cité samedi [9 juillet] des responsables et des analystes américains affirmant qu’il serait difficile pour les États-Unis et leurs alliés de maintenir le même niveau de soutien matériel alors que la fatigue de la guerre augmente des deux côtés de l’Atlantique.

Lire la suite…

Source : https://les7duquebec.net/archives/274579

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On sait que l’Iran et l’Argentine sont sur le point de rejoindre les cinq membres actuels, modifiant l’énoncé de BRICS en BRIICS ou en BRIAICS

Mais…

 

 

Trois autres pays sont prêts à rejoindre les BRICS

 

 

RT.com  — 14 juillet 2022

 

 

 

 

Xi Jinping (Chine), Vladimir Poutine (Russie), Jair Bolsonaro (Brésil), Narendra Modi (Inde) et Cyril Ramaphosa (Afrique du Sud), le groupe des BRICS.

 

 

 

L’Arabie Saoudite, ainsi que la Turquie et l’Égypte, pourraient poser leur candidature l’année prochaine, a déclaré le président du Forum des BRICS aux médias russes.

 

L’Arabie saoudite, la Turquie et l’Égypte envisagent de rejoindre les BRICS, et leurs éventuelles demandes d’adhésion pourraient faire l’objet de discussions et de réponses lors du sommet de l’année prochaine en Afrique du Sud, a déclaré jeudi aux médias russes Purnima Anand, présidente de l’organisation.

« Tous ces pays ont manifesté leur intérêt pour l’adhésion aux [BRICS] et se préparent à déposer une demande d’adhésion. Je pense qu’il s’agit d’une bonne chose, car l’expansion est toujours bien accueillie ; elle renforcera certainement l’influence mondiale des BRICS », a-t-elle déclaré au journal russe Izvestia.

Les nations BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) représentent plus de 40 % de la population mondiale et près d’un quart du PIB mondial. Les objectifs déclarés du bloc comprennent la promotion de la paix, de la sécurité, du développement et de la coopération au niveau mondial, ainsi que la contribution au développement de l’humanité.

Mme Anand a déclaré que la question de l’expansion avait été soulevée lors du sommet des BRICS de cette année, qui s’est tenu fin juin à Pékin.

La présidente du forum des BRICS a déclaré qu’elle espérait que l’adhésion de l’Arabie saoudite, de la Turquie et de l’Égypte ne prendrait pas beaucoup de temps, étant donné qu’ils « sont déjà engagés dans le processus », tout en doutant que les trois pays rejoignent l’alliance en même temps.

« J’espère que ces pays rejoindront les BRICS assez rapidement, car tous les représentants des membres principaux sont intéressés par l’expansion. Cela viendra donc très bientôt », a ajouté M. Anand.

L’annonce de l’intention des trois pays de rejoindre les BRICS intervient après que l’Iran et l’Argentine ont officiellement demandé leur adhésion fin juin. Le porte-parole du ministère iranien des affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, a qualifié le bloc de « mécanisme très créatif présentant de larges aspects ».

 

Source: .RT.com  (14 juillet 2022)

 

 

 

 

Shinzo Abe : Un visionnaire controversé

 

 

M. K. BhadrakumarInvestig’action – 11.7.2022

 

 

 

 

 

 

Les circonstances tragiques de la mort de Shinzo Abe ne doivent pas transformer les nécrologies en éloges funèbres, explique M.K. Bhadrakumar. Il rappelle en effet que l’ancien Premier ministre japonais avait modifié la Constitution sans consultation populaire pour rompre avec la tradition pacifiste qui prévalait depuis la Seconde Guerre mondiale. Abe était également un fervent partisan de l’expansion de l’OTAN en Asie. Le tout dans un contexte de tensions croissantes avec la Chine. Ce qui ne l’empêchait pas de jouer sur plusieurs tableaux…  (IGA)

 

Lorsque des hommes politiques meurent, surtout s’il s’agit d’une mort prématurée dans des circonstances tragiques, les nécrologies ont tendance à en faire trop. Le sens des perspectives se perd lorsque les nécrologies deviennent des éloges funèbres. Mais on ne peut pas falsifier l’Histoire. Et en dernière analyse, ce sont bien les forces de l’Histoire qui écrivent le cours de la politique plutôt que les individus. C’est un fait, le Japon a un passé macabre, un passé impérial sanglant et brutal.

Presque tous les voisins du Japon ont payé le prix fort pour ses ambitions hégémonistes et sa soif de conquêtes territoriales. Le grand-père de Shinzo Abe, qui a fondé le parti au pouvoir au Japon, était lui-même un criminel de guerre.

À l’encontre des peuples conquis, notamment les peuples coréen et chinois, le Japon a commis des crimes innommables, même selon les normes du colonialisme. Par conséquent, lorsque l’héritage d’Abe sera évalué de manière impartiale – ça finira par arriver un jour – ce qui pourrait bien ressortir comme sa contribution la plus remarquable, c’est qu’il a sommairement retourné le Japon « pacifiste » et l’a ramené malgré lui à son passé « militariste ». Cela ne fait aucun doute.

Lire la suite…

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/shinzo-abe-un-visionnaire-controverse/

 

D’autres sources font état d’un possible rapprochement – récent – de Shinzo Abe avec la Chine. Nous n’en savons pas assez pour même émettre une opinion, mais si la chose était vraie, cela pourrait changer considérablement le mobile du crime. L.G.O.

 

 

 

 

Guerres aux sacrosaints fœtus devenus enfants.

 

 

 

Guerre sino-japonaise ou sino-chinoise.

Si une seule chose est sûre, c’est que rien n’a changé, depuis ces photos, dans le comportement des humains.

 

 

 

Guerre en Ukraine : Recours aux enfants soldats d’Azov.

 

 

Kader TahriMondialisation.ca – 14.7.2022

 

 

 

 

 

 

Ce qui hypocrite, c’est que tout ce qui ne serait pas toléré au reste du monde puisque contraire aux valeurs Occidentales (Droits de l’Homme, Démocratie etc), est toujours accepter lorsque ceci est Ukrainien, dès lors que c’est contre la Russie. Les GAFAM veulent faire du reste du Monde un acteur et une victime du conflit et pourtant en Afrique, en Amérique Latine, en Asie et dans le monde Arabe, ni les médias ni les réseaux ne partagent cet enthousiasme. Car cette guerre a été soutenue et créée par des losers dirigés par une vieille Europe moisie et les médias occidentaux nous servent une soupe larmoyante, bouleversante   sans nous informer sur les tenants, les aboutissants, les causes, les implications et intrications de cette guerre.

 

Lord William Harry Ponsonby, homme politique, écrivain Britannique, est souvent cité comme l’auteur des principes élémentaires de la propagande de guerre qui consistent à dire et à répéter :

 

1 Nous ne voulons pas la guerre;

2 Le camp adverse est seul responsable de la guerre;

3 – L’ennemi a les trait du diable ou du « méchant de service »;

4– C’est une cause noble que nous défendons et non des intérêts particuliers;

5– L’ennemi provoque intentionnellement des atrocités ; nous ne pouvons commettre que des « bavures » involontaires;

6– L’ennemi use d’armes illégales ;

7– Les pertes de l’ennemi sont importantes, les nôtres sont faibles;

8– Les artistes et les intellectuels sont acquis à notre cause ;

9– Notre cause a un caractère sacré ;

10 – Ceux qui mettent en doute la propagande sont des traîtres.

 

C’est beau la démocratie occidentale en  action !

Il faut aussi rappeler que ce genre de guide de la propagande de guerre semble être un monopole israélien du champ lexical de colonisation, qui permet à Israël de massacrer des Palestiniens par milliers en invoquant une prétendue légitime défense, alors que tout acte de légitime défense littérale des résistants Palestiniens est condamné comme du terrorisme, s’est révélé terriblement enrichissant non seulement en facilitant les objectifs politiques et territoriaux d’Israël, mais aussi en créant des opportunités internationales permettant à des individus israéliens et à des entités militaires de capitaliser sur l’expertise d’Israël en matière de juiverie, d’apartheid et de répression.

Lire la suite…

 

Source : Guerre en Ukraine : Recours aux enfants soldats d’Azov. | Mondialisation – Centre de Recherche sur la Mondialisation

 

 

 

 

 

 

Remous zuniens

 

 

Au sein du parti Républicain, une guerre interne se prépare autour de l’hyperinterventionnisme

 

 

Soixante-huit Républicains du Congrès ont voté contre la dernière tranche de financement de l’Ukraine. Bien sûr, c’était en partie un jeu anti-Biden, mais tout ceci va bien au-delà.

 

 

Jordan Michael Smith –– New Republic – 15 .7.2022

 

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

 

 

 

Rand Paul du Kentucky fait partie des 11 sénateurs Républicains qui ont voté contre un paquet d’aide à l’Ukraine le mois dernier.  AL DRAGO/AFP/GETTY IMAGES

 

 

 

Dan Caldwell était impatient d’aller en Irak. Fantassin dans le corps des Marines, enrôlé en 2005, il voulait vivre les mêmes expériences que ses prédécesseurs. Au moment où il a été déployé avec le 2e Bataillon, 1er Marines, des centaines de milliers de membres des services américains étaient déjà allés en Irak.

Lire la suite…

 

Source : Au sein du parti Républicain, une guerre interne se prépare autour de l’hyperinterventionnisme (les-crises.fr)

 

 

 

 

Pas une guerre ? Voire.

 

 

Tucker Carlson Just Gave a Political Speech in Iowa, Like He’s Running for President

 

 

Andrew Anglin – The UNZ Review –  18.7.2022

 

 

 

 

 

 

Part 1.  Video Link   https://www.bitchute.com/embed/zfVyL0SQUUrp/

Part 2. Video Link   https://www.bitchute.com/embed/yJDTbqGMc9Ji/

 

I’m going to be Frank with you, Jim: I haven’t watched this speech yet. Of course I’m going to. I had a busy, wacky weekend. But this is pretty important stuff, so I want to get the news out there while it’s hot, and comment on it later: on Friday, Tucker Carlson went to Des Moines, Iowa and gave a speech that was possibly akin to a campaign speech.

Somehow, this entire happening slipped my grasp. I heard him say that he’d be involved in a speaking engagement, and just assumed it was like any of his previous speaking engagements, which he does once or twice a week at various political conventions. But then I thought “wait, did you say Iowa?”

Because more than half of our readers are non-American, and half the Americans are 12 years old, I should explain: Iowa is where the first primary of the presidential season is held (it’s not actually a primary, but a caucus, which is not the same thing as a primary, but plays the same role of selecting a nominee for each party). This happens in January or a presidential election year.

Read more…

 

Source : Tucker Carlson Just Gave a Political Speech in Iowa, Like He’s Running for President, by Andrew Anglin – The Unz Review

 

 

 

 

Modeste tentative de transcription (hélas, pour le sous-titrage des vidéos, on n’est pas cap) :

 

 

Tucker Carlson vient de prononcer un discours politique dans l’Iowa,  comme s’il se présentait à la présidence.

 

 

Andrew Anglin – The Unz Review – 18.7.2022

 

Traduction : c.l. pour L.G.O.

 

 

Video Link : https://www.bitchute.com/embed/zfVyL0SQUUrp/

Video Link : https://www.bitchute.com/embed/yJDTbqGMc9Ji/

 

 

Je vais être franc avec vous, Jim : je n’ai pas encore regardé ce discours. Bien sûr que je vais le faire. J’ai eu un week-end chargé et délirant. Mais c’est un sujet assez important, alors je veux diffuser la nouvelle pendant qu’elle est chaude, et la commenter plus tard : vendredi, Tucker Carlson s’est rendu à Des Moines, dans l’Iowa, et a prononcé un discours qui s’apparentait peut-être à un discours de campagne.

D’une manière ou d’une autre, cet événement m’a échappé. Je l’ai entendu dire qu’il était impliqué dans un discours, et j’ai supposé que c’était comme n’importe lequel de ses discours précédents, qu’il fait une ou deux fois par semaine à diverses conventions politiques. Mais ensuite, je me suis dit : « Hé, attendez…vous avez dit Iowa ? ».

Parce que plus de la moitié de nos lecteurs ne sont pas américains et que la moitié des Américains ont 12 ans, je dois expliquer : l’Iowa est le lieu où se déroule la première primaire de la saison présidentielle (ce n’est pas vraiment une primaire, mais un caucus, qui n’est pas la même chose qu’une primaire, mais qui joue le même rôle de sélection d’un candidat pour chaque parti). Cela se passe en janvier ou une année d’élection présidentielle.

Lire la suite…

 

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/tucker-carlson-vient-de-prononcer-un-discours-politique-dans-liowa-comme-sil-se-presentait-a-la-presidence/

 

 

 

 

 

 

Un qui n’a pas l’intention de se laisser oublier :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Remous hexagonaux

 

 

On aimait bien, sans trop la connaître, Tatiana Ventôse et on aime beaucoup Do. Les voilà ensemble. C. à d. l’un s’opposant à l’autre.

Quand les Français en auront fini de se jeter la bouche ouverte sur l’appât – « la Le Pen » – qu’« on » leur tend depuis des lustres, on pourra peut-être commencer à avancer.

 

 

 

Tatiana Ventôse manque de dialectique

 

http://mai68.org/spip2/spip.php?article12187

 

 

 

 

Cliquer sur ce lien pour voir la vidéo :

http://mai68.org/spip2/IMG/webm/FRANCE-VOLCAN_17juillet2022_Fildactu.webm

 

 

 

Salut à toutes et à tous,

Tatiana Ventôse manque de dialectique, elle explique toute l’histoire sans aucunement tenir compte de la lutte des classes. Il faut bien comprendre qu’après un mai 68 il a fallu casser, faire disparaître la classe ouvrière française pour que le pouvoir puisse se maintenir. Et cela a été fait VOLONTAIREMENT, a été décidé par quelques têtes.

Tatiana voit donc l’histoire d’une façon trop mécaniste. Elle croit un peu trop que les choses se font toutes seules sans que personne ne prenne vraiment de décisions.

Parmi les décisions, elle oublie donc une chose essentielle : la loi Rothschild de 1973 :

http://mai68.org/spip/spip.php?article1245

 

Tatiana Ventôse ne sait pas non plus que le chômage de masse a lui aussi été décidé en haut lieu dans le but de ralentir la lutte de classe. Cela avait été prouvé en son temps par une émission de Là-Bas si j’y suis.

La mondialisation aussi, Tatiana la voit d’une façon mécaniste. Pour la voir de façon dialectique, il faut la voir comme une lutte. Il ne s’agit pas directement de lutte des classes, mais de lutte entre diverses classes dominantes, ou directions, de divers pays.

Les USA impulsent la mondialisation parce qu’ils se voient en vainqueurs de celle-ci. La mondialisation, c’est la mondialisation de l’impérialisme américain. On n’a pas entendu parler de Nouvel Ordre Mondial avant la chute de l’URSS :

http://mai68.org/spip2/spip.php?article1213

 

Pourtant à écouter Tatiana, on a l’impression que la mondialisation se serait réalisée mécaniquement même sans l’effondrement de l’URSS. Justement, la guerre d’Ukraine met un frein total à la mondialisation, c’est-à-dire à l’impérialisme américain.

Tatiana oublie aussi dans son analyse la robotisation qui amène le bancocentralisme :

http://mai68.org/spip2/spip.php?article9492

 

Bien à vous,
do
http://mai68.org/spip2

 

Notez bien aussi que Tatiana a l’air de penser que ce sont les Gilets Jaunes et leurs partisans qui ont donné à la Le Pen 89 députés. C’est évidemment faux. Ce qui fait qu’elle a eu autant de députés élus, c’est que Macron a dit que dorénavant, le Front Républicain n’est plus contre l’extrême droite, mais contre la gauche :

http://mai68.org/spip2/spip.php?article12186

 

 

 

 

 

 

Un bon exemple de Français se jetant la bouche ouverte sur l’appât, etc.

 

 

Table ronde : La Russie sans oeillères

 

  

Aymeric Monville, Jean-Pierre Page, Maxime Vivas

1:55 :45

 

 

 

[NB : Ne vous énervez pas :  y’a de la musique – même pas russe – jusqu’à 8’30…….]

 

 

 

NB.2 : On ne sait pas où ils sont allés chercher leurs 22 millions de victimes soviétiques. En général, ça va de 25 à « 30 millions en réalité » (Straight Bat). Pas qu’on soit à quelques millions près. Comme disait Staline… (si vous ne savez pas ce qu’il disait, tant pis pour vous d’être aussi incurieux).

 

 

 

 

 

 

D’après Robespierre, la seule révolution valable  et durable n’adviendra que quand tous les êtres humains seront individuellement adultes (n’en déplaise à André Wurmser et à Henri Guillemin). Pourquoi ne pas essayer ?

 

 

 

 

 

 

Last mais pas du tout least !

 

 

Accélération de l’Histoire et défaite de l’Occident

 

 

Régis de Castelnau – Vu du droit – 20.7.2022

 

 

 

 

Carte du monde au 20 juillet 2022

 

 

 

L’intervention russe en Ukraine du 24 février a constitué une grande surprise en Occident. Y compris chez ceux qui, comme l’auteur de ces lignes, considéraient que la responsabilité de l’OTAN et de l’Union européenne était lourdement engagée. Cette surprise est finalement le symptôme de ce sentiment de supériorité occidentale si présent dans les têtes, y compris chez ceux qui tentent de ne pas trop s’éloigner du réel et assistent, consternés, au basculement des élites dirigeantes dans un délire inepte. À base de refus d’évidences, de décisions absurdes, de propagande imbécile, de racisme sommaire, de pulsions suicidaires, et pour tout dire d’aveuglement assez terrifiant.

Nous avions dit dans ces colonnes qu’il était possible que l’intervention militaire du 24 février 2022 enclenche un processus pouvant mettre fin à la domination multiséculaire de l’Occident sur le monde. Les événements qui se déroulent depuis quatre mois semblent confirmer cette hypothèse, et en tout cas c’est manifestement la voie que la Russie et les pays « du Sud » ont décidé d’emprunter.

 

L’Histoire change par bonds, et c’est irréversible

L’aspect militaire de la guerre en Ukraine, sans être secondaire, apparaît comme un élément parmi d’autres de cette soudaine accélération de l’Histoire.  […]

Lire la suite…

 

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/19912-2/

 

 

 

 

 

 

Grain de sel de fin des G.O.

Un des lecteurs de Me de Castelnau (Emmanuel Bidanda) écrit : « L’enjeu est pourtant de savoir si nous, Européens, aurons encore une place dans l’histoire qui s’écrit. »

Eh bien, on peut avoir quelques idées là-dessus. Les êtres humains n’étant pas des robots (même les Européens, en essayant très fort, n’y sont pas encore parvenus), l’Histoire peut prendre ou s’écrire simultanément sous plusieurs sortes de formes.

Nous soupçonnons, pour notre part, que dans la trame du tissu, il y a des fils et des couleurs qui ne se voient pas encore. Ces fils et ces couleurs qui tissent, sous nos yeux, une Renaissance future.

À côté des acteurs directs de l’histoire géopolitique, il y a ceux de l’histoire des idées et des sentiments, voire des sensations.

Quelques bornes d’histoire terrestre [ou hérauts annonciateurs ?], à cheval sur les XXe et XXIe siècles nous paraissent avoir pour noms (pour ne citer, en ordre alphabétique, que ceux qui viennent d’abord à l’esprit) :

 

Andrea Camilleri

Luciano Canfora

Charlie Chaplin

Maurizio de Giovanni

Umberto Eco

Sergueï Eisenstein

Federico Fellini

Emma Goldman

Günther Grass

Robert Graves

James Joyce

Georg Lukács

Rita Monaldi et Francesco Sorti

Nanni Moretti

Viktor Pelevin

Pablo Picasso

John Cowper Powys,

Eric von Stroheim

Georges Simenon

Lina Wertmüller

 

… et sans doute bien d’autres que nous oublions ou ne connaissons pas, mais qui nous forcent quand même à remarquer que, depuis trois millénaires, à travers toutes les (pires) convulsions historiques, les Italiens n’ont, pour leur part, jamais cessé un seul jour de produire des œuvres d’art. Sous toutes les formes possibles et y compris au bout des émigrations forcées (comme en témoignent Ed MacBain, Franco Fagioli et d’autres).

Un continent qui produit ces sortes de manifestations d’existence n’est pas un continent réductible aux aléas de la géopolitique.  C’est un continent qui aborde une autre phase de son histoire encore peu perceptible aux esprits pressés.

Et si on s’amusait à compter les empires qu’il a enjambés ?

À propos du Déclin de l’Occident, de Spengler, John Cowper Powys a écrit (nous citons de mémoire) qu’un jour, nous, Européens, devenus des fellahs à l’instar de ceux d’Égypte après les pharaons, serions très contents de planter un par un nos grains de riz ou de blé dans la boue et, patiemment accroupis, de les regarder pousser.

Pourquoi pas ?

Non, ce n’est pas le même Occident que celui des conquérants.

 

 

 

 

 

Mis en ligne le 20 juillet 2022

 

 

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

 

 

 

 

Partager

Plus d’histoires deArmement