Aller à…
RSS Feed

4 décembre 2022

Le Moyen-Orient se réchauffe deux fois plus vite que la moyenne mondiale


Publié par Gilles Munier sur 11 Septembre 2022, 08:23am

Par AlAhed avec sites web (revue de presse : 8/9/22)*

La Méditerranée orientale et le Moyen-Orient se réchauffent presque deux fois plus vite que la moyenne mondiale, et les températures devraient augmenter de cinq degrés Celsius d’ici la fin du siècle si aucune mesure n’est prise pour inverser la tendance, selon un nouveau rapport publié mardi.

L’étude est l’œuvre d’un groupe international de scientifiques supervisé par le Centre de recherche sur le climat et l’atmosphère de l’Institut de Chypre et l’Institut de chimie Max Planck.

Selon ce rapport, la région va connaître des vagues de chaleur «sans précédent», des sécheresses et des tempêtes de poussière plus graves et plus longues, ainsi que des pénuries de pluie qui «compromettront la sécurité de l’eau et de la nourriture» pour les 400 millions d’habitants de la région.

L’étude avance que la Méditerranée orientale et le Moyen-Orient sont plus sensibles aux tendances au réchauffement en raison de leurs caractéristiques naturelles uniques, comme les grandes étendues désertiques et les niveaux d’eau plus bas.

Publié initialement en juin dans la revue Reviews of Geophysics, le rapport vise à souligner l’impact du changement climatique dans la région avant le sommet de l’ONU sur le climat qui se tiendra en Égypte en novembre prochain.

Les zones climatiques arides vont s’étendre vers le nord et les montagnes enneigées dans les climats plus septentrionaux vont diminuer au cours de ce siècle, a affirmé le Dr George Zittis, qui a cosigné le rapport.

Selon lui, le niveau de la mer dans la région va augmenter à un rythme similaire à celui des autres estimations mondiales, mais de nombreux pays méditerranéens ne sont pas préparés à y faire face.

«Cela impliquerait de graves difficultés pour les infrastructures côtières et l’agriculture et pourrait conduire à la salinisation des aquifères côtiers», a averti M. Zittis.

Les groupes les plus vulnérables de la région, notamment les personnes âgées, les enfants et les femmes enceintes, seront confrontés à des défis sanitaires majeurs, a de son côté déclaré Jos Lelieveld, directeur de l’Institut Max Planck, qui a participé à l’étude.

Actuellement, la Chine, les États-Unis et l’Inde représentent à eux trois la moitié des émissions de CO2 dans le monde.

*Source : AlAhed (avec sites web)

Partager

Plus d’histoires deCLIMAT