Aller à…
RSS Feed

4 octobre 2022

La direction de l’AIEA sous contrôle étasunien


 

 Bulletin COMAGUER n°488

19 Septembre 2022

 

La direction de l’AIEA sous contrôle étasunien

Comme toutes les organisations internationales fondées pour faire respecter un traité se doit de traiter équitablement tous les signataires du traité en question.

L’Agence Internationale de l’Energie Atomique chargée de faire respecter le Traité de non prolifération nucléaire (TNP) vient de commettre deux faux pas importants.

 

1 – Elle a réuni les 12 et 13 septembre son organe de contrôle : le Bureau des gouverneurs

Celui-ci a été appelé à se prononcer sur une résolution présentée par le Canada et la Pologne demandant le retrait de la Russie, de ses troupes et de son personnel de gestion de la centrale nucléaire d’ENERGODAR dite abusivement centrale de ZAPOROYE. Comme si en France la centrale de Blayais sur l’estuaire de la Gironde était appelée centrale de Bordeaux ou celle de Cruas comme la centrale de Valence

L’équipe dirigeante de l’AIEA a la certitude que la centrale est bien entre les mains de la Russie puisque c’est bien l’armée russe et les cadres techniques de Rosatom, l’agence atomique russe, qui l’ont accueillie sur place pour une visite de contrôle du 01 au 03 septembre et qu’elle est de son point de vue, celui de la technique et des risques nucléaires, en de bonnes mains.

Mais en acceptant de mettre aux voix la résolution présentée par la Pologne et le Canada elle est sortie de son champ de compétence. L’AIEA n’est ni le Conseil de sécurité de l’ONU ni la Cour internationale de Justice. L’occupation d’une partie du territoire de l’Ukraine par la Russie , outre celui des républiques de Donetz et Lougansk reconnues par la Russie, est une réalité qui ne pourra être tranchée, en application du chapitre 5 de la charte des Nations unies, que par un référendum permettant aux populations concernées de décider si elle veulent devenir russes ou rester ukrainiennes.

La manœuvre impulsée par le camp occidental a échoué puisque la Russie et la Chine ont voté contre cette résolution et que le Burundi, le Sénégal, l’Egypte l’Afrique du Sud, le Vietnam l’Inde et le Pakistan se sont abstenus, mais l’AIEA a gravement aliéné son indépendance.

 

     2 – Au cours de la même réunion du conseil des gouverneurs, l’AIEA a présenté un rapport rassurant sur la question des futurs sous marins à propulsion nucléaire qui doivent être fournis à l’Australie par les Etats-Unis et la Grande Bretagne en application du fameux accord AUKUS.

Or l’Australie est signataire du traité de non prolifération nucléaire et la non prolifération concerne expressément les réacteurs embarqués sur des navires assurant leur propulsion que ces navires soient civils ou militaires (aujourd’hui 6 pays possèdent des sous-marins à propulsion nucléaire : les 5 membres du Conseil de Sécurité et l’Inde)

La Chine directement visée s’est immédiatement opposée à cet accord qui modifie les équilibres stratégiques dans le Pacifique : les sous marins nucléaires sont moins bruyants que les sous marins à propulsion diesel donc plus difficiles à détecter et ils peuvent rester beaucoup plus longtemps en plongée.

L’Indonésie vient de se joindre vigoureusement à cette protestation et elle exprime ainsi la position de l’ensemble des pays de l’ASEAN qui se sont tous engagés à ne pas se doter d’armement atomique.

Or les bonnes paroles de l’AIEA sont en contradiction flagrante avec le fait que les réacteurs nucléaires en service sur les sous marins de l’US NAVY sont les seuls au monde à être alimentés en Uranium 235 très enrichi (à plus de 90%) qui est l’uranium utilisé dans les bombes atomiques  (les réacteurs des sous marins nucléaires français sont alimentés en uranium faiblement enrichi). Donc l’Australie qui en fait construira les sous marins chez elle disposera sur son territoire pour le chargement et le retraitement du combustible des moteurs des futurs sous marins de matériaux fissiles militaires dont la possession est interdite par le TNP. Si on ajoute à cela le fait que l’Australie est un gros producteur d’uranium et que la filière d’enrichissement de l’uranium aux Etats-Unis est déficitaire et ne satisfait pas les besoins nationaux civils et militaires on voit poindre le dangereux projet à long terme de transformation de l’Australie en grande puissance nucléaire au service de l’impérialisme, annexe des Etats-Unis.

L’AIEA qui sait tout cela s’apprête donc, sur pression des Etats-Unis, à violer gravement sa mission

 

Zone contenant les pièces jointes
Partager

Plus d’histoires deChine