Aller à…
RSS Feed

5 décembre 2022

La guerre nucléaire est-elle inévitable?


Publié par Gilles Munier sur 23 Septembre 2022, 07:04am

Catégories : #Russie, #Ukraine

Par Pierre Duval (revue de presse : Observateur continental – 13/9/22)*

Les événements récents nous ont rappelé qu’il est impossible d’éviter les incertitudes et les risques. L’objectif d’éliminer progressivement le rôle des armes nucléaires demeure tout aussi important. L’année dernière, lorsque le Traité des Nations Unies sur l’interdiction des armes nucléaires (Tian) est entré en vigueur le 22 janvier 2021 aucun des neuf Etats du monde possédant de telles armes ne figurait parmi les 86 pays qui l’ont signé. Comment ces Etats peuvent-ils justifier la possession d’armes qui mettent en danger toute l’humanité?

C’est une question pertinente, mais elle doit être considérée avec une autre: si l’Amérique signait ce traité et détruisait ses arsenaux nucléaires, pourrait-elle continuer à contenir la Russie en Europe? Si la réponse est non, alors une autre question doit être posée: la guerre nucléaire est-elle inévitable?

Ce n’est pas une nouvelle question. En 1960, le scientifique et écrivain britannique Charles Percy Snow est arrivé à la conclusion que la guerre nucléaire commencerait au cours de la prochaine décennie avec une «certitude mathématique». C’était probablement une exagération, mais de nombreuses personnes pensaient que sa prédiction se révélerait correcte si la guerre éclatait dans un siècle. Dans les années 1980, les dirigeants de la campagne des électeurs pour le gel du nucléaire Nuclear Freeze Voter Initiative Campaign ont fait écho à son avertissement qu’une accumulation d’armes nucléaires «ferait de la guerre nucléaire une certitude mathématique».

Les partisans d’une interdiction des armes nucléaires affirment souvent que si vous lancez une pièce une fois, il y a 50 % de chances qu’elle tombe sur pile; mais si vous le lancez dix fois, les chances qu’elle atterrisse au moins une fois augmentent jusqu’à 99,9%. Si au cours des 40 prochaines années, les chances de déclencher une guerre nucléaire sont de 1%, alors dans huit mille ans, ces chances passeront à 99 %. Tôt ou tard, nous échouerons. Et même si nous réduisons de moitié ces risques chaque année, nous ne pourrons jamais les réduire à zéro.

En 1963 – immédiatement après la crise des missiles de Cuba – la probabilité d’une guerre nucléaire était plus faible car en 1962, ses chances étaient plus élevées. Les lois simples de la moyenne ne s’appliquent pas toujours aux relations humaines complexes. Et, en principe, les bonnes décisions des gens peuvent réduire la probabilité d’un résultat négatif.

Les chances de déclencher une guerre nucléaire sont déterminées par des probabilités à la fois non liées et interdépendantes. Une guerre absolument aléatoire peut correspondre au modèle du tirage au sort, mais une telle guerre est extrêmement rare et tout caractère aléatoire peut être limité. De plus, si le conflit occasionnel est limité, il peut déclencher des actions futures qui limitent davantage la probabilité d’une guerre plus importante. Plus cette période dure, plus les chances que la situation change sont élevées.

Dans huit mille ans, les gens pourraient avoir des problèmes beaucoup plus urgents que la guerre nucléaire. Nous ne savons tout simplement pas quelles pourraient être les probabilités interdépendantes. Cependant, si nous nous appuyons sur l’histoire d’après-guerre dans notre analyse, nous pouvons conclure que la probabilité annuelle ne sera pas la plus élevée.

On sait que pendant la crise des missiles de Cuba, le président américain John F. Kennedy a estimé la probabilité de déclencher une guerre nucléaire entre 33% et 50%. Mais, ce n’était pas nécessairement une guerre nucléaire illimitée. Des entretiens avec les participants à ces événements, organisés à l’occasion de leur 25e anniversaire, nous ont appris que, malgré la grande supériorité de l’arsenal nucléaire américain, John F. Kennedy était dissuadé par la moindre perspective de guerre nucléaire. Et, le résultat final peut difficilement être qualifié de nette victoire pour les Etats-Unis; c’était un compromis qui prévoyait le retrait tacite des missiles américains de Turquie.

Parfois, l’argument de la fatalité mathématique est utilisé pour promouvoir l’idée d’un désarmement nucléaire unilatéral. Pour déformer le slogan de la guerre froide, il vaut mieux que les générations futures soient «rouges» que mortes. Cependant, il est impossible d’interdire la connaissance des armes nucléaires, et coordonner l’abandon de ces armes par les neuf (voire plus) pays dotés d’armes nucléaires et idéologiquement si différents car cela sera, pour le moins, incroyablement difficile. Des mouvements unilatéraux sans réciprocité peuvent renforcer la position des agresseurs, ce qui augmentera la probabilité d’une triste fin de partie.

Nous n’avons tout simplement aucune idée de savoir ce que les générations futures trouveront utile, ou penseront des risques qu’elles considéreront comme acceptables, tout comme de savoir ce que les gens apprécieront dans huit mille ans. Notre obligation morale envers eux nous rend très attentifs à la question de la survie, mais cette tâche n’exige pas l’absence totale de risques. Nous devons veiller à ce que les générations futures aient à peu près le même accès aux valeurs importantes, y compris une chance égale de survie. C’est très différent d’essayer d’agréger les intérêts de personnes qui nous sont inconnues dans les siècles futurs en une somme inconnaissable dans le présent. Le risque sera toujours une composante inévitable de la vie humaine.

La dissuasion nucléaire repose sur un paradoxe d’applicabilité. Si une arme est complètement inapplicable, elle ne peut dissuader personne. Mais, si elles sont trop applicables alors une guerre nucléaire avec toutes les destructions qui en découlent peut commencer. Compte tenu de ce paradoxe de l’applicabilité et des probabilités interdépendantes dans les relations humaines, nous ne pouvons pas trouver de réponse définitive à la question de savoir ce qui constitue exactement la «juste dissuasion». La politique de dissuasion nucléaire n’est ni totalement fausse ni totalement correcte.

Selon la théorie traditionnelle de la guerre juste dont nous avons hérité au cours des siècles, trois conditions importantes doivent être remplies: des motifs justes et proportionnés, des limites aux moyens, une évaluation prudente de toutes les conséquences. Sur la base de ces conditions, on peut formuler cinq maximes fondamentales. En termes de motifs, il faut comprendre que la légitime défense est un motif juste mais limité. En termes de moyens, nous ne devrions jamais traiter les armes nucléaires comme des armes conventionnelles et nous devrions minimiser les dommages causés aux innocents. Quant aux conséquences, nous devons réduire les risques de guerre nucléaire à court terme et essayer de réduire notre dépendance à l’égard des armes nucléaires au fil du temps.

Les événements en Ukraine nous ont rappelé qu’il est impossible d’éviter les incertitudes et les risques. L’objectif d’éliminer progressivement (mais pas d’abolir) le rôle des armes nucléaires reste plus important que jamais. La politique mondiale change d’au moins trois façons qui pourraient influencer la façon dont les armes nucléaires et les stratégies nucléaires interagissent avertit une étude de la sécurité nationale du Texas (Texas National Security Review) en constatant que la structure de la politique mondiale a changé de la bipolarité pendant la guerre froide à l’unipolarité dans les années qui ont suivi la chute de l’Union soviétique à l’émergence de la multipolarité, signant le retour de la géopolitique. Les experts de l’étude texane avertissent que «les analystes et les décideurs contemporains ont aucune expérience de la dynamique nucléaire dans un tel système international transformé».

Observateur Continental, citant une étude, mettait en garde qu’une guerre nucléaire d’envergure entre la Russie et les Etats-Unis entraînerait la mort de plus de 5 milliards de personnes.

*Source : Observateur continental

Partager

Plus d’histoires deArmement