Aller à…
RSS Feed

6 octobre 2022

Les trois «chevaux de troie» sentent l’étau se resserrer


Les néoconservateurs américains ont toujours eu le don d’accrocher leurs projets autoritaires purs et durs à n’importe quel slogan du dernier culte de la « vertu » occidentale.


Par Alastair Crooke – Le 21 août 2022 – Source Al Mayadeen

Le 24 juin, à l’Institut Hudson de Washington, Mike Pompeo a prononcé un discours de politique étrangère intitulé Les trois phares, présentant Taïwan, l’Ukraine et « Israël » comme des « phares de la liberté ». Les néoconservateurs américains ont toujours eu le don d’accrocher leurs projets autoritaires purs et durs à n’importe quel slogan du dernier culte de la « vertu » occidentale, et de parvenir ainsi à établir un récit médiatique.

Depuis les premiers jours de Covid, les mots vulnérabilité, solidarité et soins qui ont circulé parmi les élites « performativement compatissantes » à l’égard du régime biomédical ont été consolidés dans un récit plus large visant à intimider le public pour qu’il se conforme à la nouvelle « politique du sacrifice » . En d’autres termes, « être prêt et disposé à sacrifier ses libertés pour protéger les groupes vulnérables : C’est notre solidarité… Votre liberté individuelle s’arrête là où commence la liberté collective » .

L’utilisation par Pompeo de la protection de la « liberté » au sein de ce groupe de « phares vulnérables » vise à dissimuler un projet néoconservateur qui a causé la perte de vies, la perte de droits, la perte de revenus et des dommages psychologiques à nombre de ceux qui vivent à côté de ces « chevaux de Troie » . Bien sûr, « protéger les personnes vulnérables » en détruisant les moyens de subsistance et la vie des autres a toujours été une proposition illogique. Son véritable objectif n’est que de rallier le soutien du public à une action belliqueuse contre les forces chinoises, russes et iraniennes.

Et pourtant, dans la formulation linguistique maladroite de Pompeo, il y a un indice sur les similitudes entre les trois phares : la visite du Président Pelosi à Taipei a réveillé le Dragon endormi. Il voit désormais clairement les parallèles entre Taïwan et l’Ukraine. Depuis le début du 20e siècle, l’Occident a établi plusieurs juridictions extraterritoriales (les Concessions) à l’intérieur de la Chine, qui ont servi à la fragmenter et à l’affaiblir.

Pékin voit maintenant que les États-Unis ont l’intention de faire tout leur possible pour que la réunification pacifique de Taïwan avec le continent n’ait jamais lieu, et que la politique américaine actuelle n’est que le prolongement d’une ancienne stratégie coloniale.

Cela a permis à la Chine de mieux comprendre la question de l’Ukraine : l’Occident, depuis le début du 20e siècle, a cherché à exploiter le nationalisme ethnique ukrainien d’extrême droite contre les Ukrainiens culturellement russes, afin d’affaiblir la Russie.

Comme la Chine vis-à-vis de Taïwan, Moscou a compris que les États-Unis et leurs alliés européens feraient tout leur possible pour empêcher l’unification pacifique des divers peuples de cette région frontalière (ce qui était l’objectif des accords de Minsk).

La réponse chinoise à la visite de Mme Pelosi a été que « le nœud coulant autour du cou de l’indépendance de Taïwan » sera de plus en plus resserré, comme l’a prévenu le ministre Wang Yi, ajoutant qu’« il n’y a pas de place pour le compromis » sur cette question.

Li Fei, professeur à l’université de Xiamen, a conceptualisé ce qu’il appelle « le modèle de Pékin » , qui a donné à Pékin la notion de « réunification intelligente » – une approche qui combine efforts pacifiques et force militaire. Une telle approche doit être mise en œuvre étape par étape, et la normalisation des exercices militaires actuels autour de l’île est un pas en avant. Si la « réunification intelligente » ne permet toujours pas d’atteindre notre objectif final, a-t-il ajouté, une approche plus directe fondée sur la force sera nécessaire. (En janvier 1949, la PLA a encerclé Pékin, qui était alors occupée par les forces du KMT, et a finalement forcé les commandants du KMT à se rendre, de sorte que la libération de la ville s’est effectivement produite pacifiquement…).

Eh bien … La Russie, étape par étape, resserre progressivement l’étau autour du cou de l’armée ukrainienne post-Maidan, formée par l’OTAN. Si une solution n’émerge pas naturellement de la sensation de la corde sur le cou, ce « nœud » sera lui aussi resserré.

Cela nous amène au troisième des phares de Troie de Pompeo : « Israël » . L’Iran et de nombreux autres pays comprennent que les États-Unis ne souhaitent pas voir le Moyen-Orient uni. L’Occident collectif voit plutôt une région fragmentée, polarisée, divisée par les sectes et la question palestinienne comme la voie à suivre pour affaiblir l’Iran et ses alliés.

D’où la réponse de l’Iran. Étape par étape, l’Iran et ses alliés ont progressivement resserré l’étau autour d’« Israël » , depuis quatre points géographiques distincts. L’UE s’est empressée de sauver le mécanisme d’endiguement de l’Iran (le JCPOA) même si l’Iran est désormais une puissance nucléaire « seuil » et pourrait, dans un délai relativement court, fabriquer une arme, s’il le décidait (ce qui n’est pas le cas).

L’amiral Shamkhani a déclaré aux membres de la Commission de sécurité nationale du Parlement iranien que l’Iran pouvait lui aussi se permettre d’aller lentement, étape par étape. L’Iran peut se permettre de dire oui ou non à la proposition prétendument finale de l’UE, et de confirmer que l’Iran ne dérogera pas à ses « lignes rouges » .

Après tout, l’Iran vend son pétrole et génère des revenus substantiels, tandis que le Moyen-Orient, l’Asie et le Sud collectif subissent une métamorphose géopolitique révolutionnaire. Le paysage politique se consolide en une sphère autonome et anti-Ordre global. Et le paradigme économique de l’Asie occidentale est lui aussi sur le point de se transformer avec l’avènement d’un nouveau système de commerce et de compensation financière en gestation.

En somme, l’Iran n’a pas explicitement besoin de serrer le nœud coulant en ce moment. Une nouvelle architecture géostratégique à large spectre dirigée par Moscou, qui se dessine dans toute la région, s’en charge de toute façon pour l’Iran.

Alastair Crooke

Traduit par Zineb, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

 

0 0 votes
Évaluation de l'article
Partager

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Plus d’histoires deChine

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x