Aller à…
RSS Feed

5 décembre 2022

Le Washington Post révèle l’ampleur des opérations clandestines du Pentagone sur les réseaux sociaux


Le Washington Post révèle l’ampleur des opérations clandestines du Pentagone sur les réseaux sociaux

Publié par Gilles Munier sur 25 Septembre 2022, 06:28am

Des plaintes concernant les opérations d’influence de l’armée américaine sur les réseaux sociaux ont suscité l’inquiétude de la Maison Blanche et des agences fédérales.

Par Ellen Nakashima  (revue de presse : Arrêt sur Info / Washington Post – 23/9/22)*

Le Pentagone a ordonné un audit approfondi de la manière dont il mène la guerre de l’information clandestine après que les principales sociétés de réseaux sociaux ont identifié et mis hors ligne de faux comptes soupçonnés d’être gérés par l’armée américaine en violation des règles des plateformes.

Colin Kahl, sous-secrétaire à la défense pour la politique, a demandé la semaine dernière aux commandements militaires qui s’engagent dans des opérations psychologiques en ligne de fournir un compte rendu complet de leurs activités d’ici le mois prochain, après que la Maison Blanche et certaines agences fédérales ont exprimé des préoccupations croissantes concernant les tentatives de manipulation des audiences à l’étranger par le ministère de la Défense, selon plusieurs responsables de la défense et de l’administration qui connaissent bien la question.

Les chercheurs Internet Graphika et le Stanford Internet Observatory ont révélé le mois dernier que Twitter et Facebook avaient supprimé ces dernières années plus de 150 faux noms et sites médiatiques créés aux États-Unis. Bien que les chercheurs n’aient pas attribué les comptes fictifs à l’armée américaine, deux fonctionnaires connaissant bien la question ont déclaré que le Commandement central des États-Unis figurait parmi ceux dont les activités font l’objet d’un examen minutieux. Comme d’autres personnes interrogées pour ce rapport, ils se sont exprimés sous couvert d’anonymat pour discuter d’opérations militaires sensibles.

Les chercheurs n’ont pas précisé la date à laquelle les suppressions de comptes ont eu lieu, mais ceux qui connaissent bien le dossier ont dit qu’elles avaient eu lieu au cours des deux ou trois dernières années. Certains étaient récents, et concernaient des messages de l’été qui avançaient des arguments anti-russes, citant la guerre « impérialiste » du Kremlin en Ukraine et mettant en garde contre l’impact direct du conflit sur les pays d’Asie centrale. Ils ont constaté que les faux comptes —qui utilisent les tactiques [dont sont accusés] des pays tels que la Russie et la Chine— n’ont pas eu beaucoup de succès, et que les comptes véritables ont en fait attiré plus d’adeptes.

Le Centcom, dont le siège est à Tampa, est responsable des opérations militaires dans 21 pays du Moyen-Orient, d’Afrique du Nord et d’Asie centrale et du Sud. Un porte-parole s’est refusé à tout commentaire.

Le général de brigade Patrick Ryder, porte-parole du Pentagone, a déclaré dans un communiqué que les opérations d’information de l’armée « soutiennent nos priorités en matière de sécurité nationale » et doivent être menées dans le respect des lois et politiques pertinentes. « Nous nous engageons à appliquer ces mesures de protection », a-t-il ajouté.

Les porte-parole de Facebook et Twitter se sont refusés à tout commentaire.

Selon le rapport des chercheurs, les comptes supprimés comprenaient un faux site médiatique en langue perse qui partageait des contenus repris de Voice of America Farsi et de Radio Free Europe, financés par les États-Unis. Un autre compte était lié à un pseudo Twitter qui, par le passé, avait prétendu agir au nom du Centcom.

Selon le rapport, un faux compte a publié un tweet incendiaire affirmant que des parents de réfugiés afghans décédés avaient signalé que des corps avaient été renvoyés d’Iran avec des organes manquants. Le tweet était lié à une vidéo qui faisait partie d’un article publié sur un site Web affilié à l’armée américaine.

Centcom n’a pas précisé si ces comptes avaient été créés par son personnel ou par des sous-traitants. S’il s’avère que le tweet sur le prélèvement d’organes est celui de Centcom, un responsable de la défense a déclaré que cela constituerait « absolument une violation de la doctrine et des pratiques d’entraînement. »

Indépendamment du rapport, le Washington Post a appris qu’en 2020, Facebook a désactivé des personnages fictifs créés par le Centcom pour contrer la désinformation [alléguée] diffusée par la Chine, suggérant que le coronavirus responsable du Covid-19 a été créé dans un laboratoire de l’armée américaine à Fort Detrick, Maryland, selon des responsables familiers de la question. Les faux profils —actifs dans des groupes Facebook qui conversaient en arabe, en farsi et en urdu, ont indiqué les responsables— ont été utilisés pour amplifier les informations [prétendument] véridiques des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies sur l’origine du virus en Chine.

L’utilisation par le gouvernement américain d’ersatz de comptes de médias sociaux, bien qu’autorisée par la loi et la politique, a suscité une controverse au sein de l’administration Biden, la Maison-Blanche pressant le Pentagone de clarifier et de justifier sa politique. La Maison-Blanche, des agences telles que le département d’État et même certains responsables au sein du département de la défense se sont inquiétés du fait que les politiques sont trop larges, laissant une marge de manœuvre pour des tactiques qui, même si elles sont utilisées pour diffuser des informations véridiques, risquent d’éroder la crédibilité des États-Unis, ont déclaré plusieurs responsables américains.

« Nos adversaires opèrent absolument dans le domaine de l’information », a déclaré un deuxième haut responsable de la défense. « Certains pensent que nous ne devrions rien faire de clandestin dans cet espace. Céder un domaine entier à un adversaire serait imprudent. Mais nous avons besoin de garde-fous politiques plus solides. »

Une porte-parole du Conseil national de sécurité, qui fait partie de la Maison Blanche, a refusé de commenter.

Kahl a révélé son examen lors d’une réunion virtuelle convoquée par le Conseil de sécurité nationale mardi, disant qu’il veut savoir quels types d’opérations ont été menées, qui elles ciblent, quels outils sont utilisés et pourquoi les commandants militaires ont choisi ces tactiques, et quelle a été leur efficacité, ont déclaré plusieurs responsables.

Le message était essentiellement le suivant : « Vous devez me justifier pourquoi vous faites ce genre de choses », a déclaré le premier responsable de la défense.

La politique et la doctrine du Pentagone découragent les militaires de colporter des mensonges, mais il n’existe aucune règle spécifique imposant l’utilisation d’informations véridiques pour les opérations psychologiques. Par exemple, l’armée utilise parfois la fiction et la satire à des fins de persuasion, mais en général, les messages sont censés s’en tenir aux faits, selon les responsables.

En 2020, des officiers de Facebook et Twitter ont contacté le Pentagone pour lui faire part de leurs préoccupations concernant les comptes bidons qu’ils devaient supprimer, soupçonnant qu’ils étaient associés à l’armée. Cet été-là, David Agranovich, directeur de Facebook pour la perturbation des menaces mondiales, a parlé à Christopher C. Miller, alors directeur adjoint pour les opérations spéciales/conflits de faible intensité, qui supervise la politique des opérations d’influence, l’avertissant que si Facebook pouvait les détecter, les adversaires des États-Unis le pouvaient aussi, ont déclaré plusieurs personnes familières avec la conversation.

« Son point de vue », a déclaré une personne, était « Les gars, vous vous vous êtes fait choper. C’est un problème. »

Avant que Miller ne puisse agir, il a été nommé à la tête d’une autre agence, le National Counterterrorism Center. Puis les élections de novembre ont eu lieu et l’administration Trump n’a pas eu le temps de s’attaquer au problème, même si M. Miller a passé les dernières semaines de la présidence de Donald Trump en tant que Secrétaire à la défense par intérim.

Avec la montée de la Russie et de la Chine en tant que concurrents stratégiques, les commandants militaires ont voulu riposter, y compris en ligne. Et le Congrès a soutenu cette volonté. Frustré par les obstacles juridiques perçus à la capacité du ministère de la Défense à mener des activités clandestines dans le cyberespace, le Congrès a adopté fin 2019 une loi affirmant que l’armée pouvait mener des opérations dans l’ « environnement informationnel » pour défendre les États-Unis et repousser la désinformation étrangère visant à saper ses intérêts. La mesure, connue sous le nom de section 1631, permet à l’armée de mener des opérations psychologiques clandestines sans franchir ce que la CIA a revendiqué comme son autorité secrète, atténuant certaines des frictions qui avaient entravé de telles opérations auparavant.

« Les commandants de combat ont été très enthousiastes », se souvient le premier responsable de la défense. « Ils étaient très impatients d’utiliser ces nouvelles autorités. Les entrepreneurs de la défense étaient tout aussi impatients de décrocher des contrats classifiés lucratifs pour permettre des opérations d’influence clandestines. »

Dans le même temps, a ajouté le fonctionnaire, les chefs militaires n’étaient pas formés pour superviser « des opérations techniquement complexes menées par des entrepreneurs » ou pour coordonner de telles activités avec d’autres intervenants ailleurs dans le gouvernement américain.

L’année dernière, alors qu’une nouvelle administration était en place, M. Agranovich de Facebook a réessayé. Cette fois, il a porté sa plainte auprès de la conseillère adjointe à la sécurité nationale pour la cybernétique du président Biden, Anne Neuberger. M. Agranovich, qui avait travaillé au NSC sous Trump, a dit à Mme Neuberger que Facebook supprimait les faux comptes parce qu’ils violaient les conditions de service de l’entreprise, selon des personnes au fait de l’échange.

Les comptes étaient facilement détectés par Facebook, qui depuis la campagne d’ingérence de la Russie dans l’élection présidentielle de 2016 a renforcé sa capacité à identifier les personnages et les sites factices. Dans certains cas, l’entreprise avait supprimé des profils, qui semblaient être associés à l’armée, qui faisaient la promotion d’informations jugées fausses par les vérificateurs de faits, a déclaré une personne familière de l’affaire.

Agranovich s’est également adressé aux responsables du Pentagone. Son message était le suivant : « Nous savons ce que fait le Departement de la Défense (DOD). Cela viole nos politiques. Nous appliquerons nos politiques » et donc « le DOD devrait arrêter », a déclaré un responsable américain informé de la question.

En réponse aux préoccupations de la Maison Blanche, M. Kahl a ordonné une révision des opérations de soutien de l’information militaire, ou MISO, le surnom donné par le Pentagone aux opérations psychologiques. Un projet a conclu que les politiques, la formation et la supervision devaient être renforcées et que la coordination avec d’autres agences, telles que le département d’État et la CIA, devait être améliorée, selon les responsables.

L’examen a également révélé que, bien qu’il y ait eu des cas où des informations fausses ont été diffusées par l’armée, c’était le résultat d’une surveillance inadéquate des entrepreneurs et de la formation du personnel —et non de problèmes systémiques, ont déclaré les responsables.

La direction du Pentagone n’a pas fait grand-chose de cet examen, selon deux responsables, avant que Graphika et Stanford ne publient leur rapport le 24 août, ce qui a suscité une vague de couverture médiatique et de questions pour l’armée.

Le département d’État et la CIA ont été perturbés par l’utilisation de tactiques clandestines par l’armée. Des officiers du département d’État ont averti le département de la défense : « Hé, n’amplifiez pas nos politiques en utilisant de faux comptes, car nous ne voulons pas être perçus comme créant de faux mouvements de base », a déclaré le premier responsable de la défense.

Un diplomate s’est exprimé en ces termes : « D’une manière générale, nous ne devrions pas employer le même type de tactiques que nos adversaires, car le fond du problème, c’est que nous avons une position morale supérieure. Nous sommes une société qui s’est construite sur un certain nombre de valeurs. Nous promouvons ces valeurs dans le monde entier et lorsque nous utilisons des tactiques de ce genre, cela ne fait que saper notre argument sur qui nous sommes. »

Les opérations psychologiques visant à promouvoir les récits américains à l’étranger ne sont pas nouvelles dans l’armée, mais la popularité des réseaux sociaux occidentaux à travers le monde a conduit à une expansion des tactiques, y compris l’utilisation de personnes fictives et d’images artificielles parfois appelés « deep fakes ». La logique veut que les opinions exprimées par ce qui semble être, par exemple, une femme afghane ou un étudiant iranien soient plus convaincantes que si elles étaient ouvertement défendues par le gouvernement américain.

La majorité des opérations d’influence de l’armée sont manifestes, promouvant les politiques américaines au Moyen-Orient, en Asie et ailleurs sous son propre nom, ont déclaré les responsables. Et il y a des raisons valables d’utiliser des tactiques clandestines, comme essayer d’infiltrer un groupe de discussion terroriste fermé, ont-ils fait valoir.

Pour les hauts responsables politiques, il s’agit maintenant de déterminer si l’exécution par l’armée d’opérations d’influence clandestines donne des résultats. « Le jus vaut-il la peine d’être pressé ? Notre approche a-t-elle vraiment le potentiel de retour sur investissement que nous espérions ou ne fait-elle que créer de nouveaux défis ? », a déclaré une personne au fait du débat.

Le rapport de Graphika et Stanford suggère que l’activité clandestine n’a pas eu beaucoup d’impact. Il note que la « grande majorité des posts et des tweets » examinés n’ont reçu « pas plus d’une poignée de likes ou de retweets », et que seuls 19 % des comptes concoctés avaient plus de 1 000 followers. « De manière révélatrice », indique le rapport, « les deux actifs les plus suivis dans les données fournies par Twitter étaient des comptes manifestes qui déclaraient publiquement un lien avec l’armée américaine. »

Les opérations d’influence clandestines ont un rôle à jouer dans le soutien des opérations militaires, mais elles doivent être limitées et faire l’objet d’une « surveillance intrusive » de la part des responsables militaires et civils, a déclaré Michael Lumpkin, ancien haut fonctionnaire du Pentagone chargé de la politique des opérations d’information et ancien directeur du Global Engagement Center du département d’État. « Sinon, nous risquons de nous faire plus d’ennemis que d’amis ».

*Source : Arrêt sur Info

Version originale : Washington Post

Traduction : lecridespeuples.fr

Partager

Plus d’histoires deArmement