Aller à…
RSS Feed

4 décembre 2022

l’ Europe, le suicide est-il consommé ?


LE GRAND SOIR

Prensa Latina

En Europe les gouvernements ont choisit de s’accrocher à l’alliance suicidaire avec les États-Unis dans sa politique de confrontation avec la Russie. Avec des alliés comme les États-Unis ont n’a pas besoin d’ennemis, pour preuve le sabotage récent des gazoducs Nordstream 1 et 2. Voici donc deux articles montrant le point de vue de latino-américains, un article de l’agence de presse cubaine Prensa Latina et un autre de la chaîne publique vénézuélienne VTV citant le président Maduro qui parlait notamment de la proposition de cessez le feu et de négociation de paix du président Mexicain Lopez Obrador.

Bruxelles, 27 sept (Prensa Latina) L’un des concurrents économiques des États-Unis est l’Union européenne (UE), compliquée aujourd’hui par une crise énergétique, une dévaluation des principales monnaies et un potentiel croissant d’explosions sociales.

Malgré le fait que l’UE était en partie en retard et suivait presque aveuglément la ligne proposée par Washington pour attiser le conflit en Ukraine, après que le président russe Vladimir Poutine a annoncé une opération militaire là-bas le 24 février, les choses sont loin de profiter aux Européens.

L’Occident a remis à Kiev près de 20 milliards de dollars en armement depuis le début de l’action militaire afin, comme le prétend Poutine, de mener une guerre “jusqu’au dernier ukrainien.”

Les États-Unis, en imposant des restrictions draconiennes à la Russie, notamment en suspendant l’achat de son pétrole, ont provoqué une inflation qui s’est fait sentir, notamment, dans plusieurs puissances occidentales.

Mais la Réserve fédérale des EU, avec sa hausse constante des taux d’intérêt, a réussi à renforcer en partie le billet vert, ce qui a en partie influencé une baisse sans précédent de la valeur de l’euro et de la livre sterling.

A cela s’est ajoutée une décision controversée d’inclure dans le sixième train de sanctions de l’UE contre la Russie la réduction progressive des achats de gaz à Moscou, le tout au milieu d’une hausse sans précédent des carburants qui a contraint les Européens à revoir leur politique écologique.

À l’époque, avec les préceptes de l’économie verte, ils voulaient laisser derrière eux la production et l’utilisation du carbone, ainsi que les centrales nucléaires, ce que des pays comme le Royaume-Uni, l’Allemagne, la Norvège et d’autres États européens reprennent et oublient qu’à l’époque ils préconisaient de les interdire.

Le prix élevé du pétrole et du gaz a permis aux sociétés étasuniennes de production de gaz de schiste de pénétrer le marché européen de l’énergie tant désiré.

D’autre part, la hausse des prix des carburants a déjà entraîné, en Allemagne, la fermeture de dizaines d’usines stratégiques de production d’ammoniac, utilisées dans la fabrication d’engrais.

L’Allemagne, la France, l’Espagne et la Belgique ont déjà connu les premiers effets de la privation sociale en Europe, avec des grèves dans divers secteurs et la montée de la xénophobie et des pays liés à ce fléau.

A la tête de l’UE, la présidente de sa Commission européenne, Ursula van der Leyen, n’a peut-être pas réagi de la meilleure des manières à l’annonce de l’arrivée au pouvoir de l’ultra-droite et de la droite en Italie, en évoquant de possibles mesures “pour corriger” la situation.

Parallèlement à la crise énergétique, une situation s’est créée au sein du bloc dans laquelle sont apparus des “renégats” comme la Pologne, dont le gouvernement, malgré sa ligne russophobe, a été sanctionné par son système judiciaire.

Quelque chose de similaire s’est produit avec la Hongrie, au milieu des appels du Premier ministre Viktor Orban à mettre fin aux sanctions contre la Russie pour éviter le caractère suicidaire de ces actions de l’UE pour son économie.

Cela se produit lorsqu’il est également question d’abandonner le principe fondateur de l’UE d’approbation unanime de ses décisions.

D’autre part, la situation de plus en plus difficile au sein de l’UE a facilité l’émergence de conditions permettant à plusieurs entreprises européennes de chercher refuge pour leurs actifs aux États-Unis.

Dans ce cas, il y a celui de géants tels que ArcelorlMittal, avec 200 000 employés dans 60 pays et dont le siège social est au Luxembourg, avec des plans maintenant pour déplacer sa production au Texas.

Selon l’agence RIA Novosti, le plus grand fabricant de produits réfractaires au monde, RHI Magnesita, enregistré à Londres, transfère également la plupart de ses activités sur le sol nord-américain.

Bien que sans encore annoncer leur sortie de la production vers les États-Unis, des entreprises comme l’Allemand BASF et le Norvégien Yara International, fabricants de produits chimiques et d’engrais, considèrent que la fuite des capitaux d’Europe pourrait acquérir un caractère catastrophique.

Pendant que tout cela se passe, il y a peu de politiciens dans l’UE qui parlent de chercher un rapprochement avec la Russie pour réduire les tensions avec ce pays dans le domaine de l’énergie et ainsi chercher une diminution de l’effet boomerang des sanctions qui ont été appliquées à Moscou à l’époque.

Apparemment, l’UE, avec des fissures dans sa structure, est incapable de voir ou du moins de reconnaître le ton suicidaire croissant de sa politique consistant à suivre les diktats des États-Unis dans la confrontation avec la Russie.

Source

Alors que les États-Unis et l’Europe annoncent une récession économique, le Venezuela bat un record de croissance réelle

« Comment va la vie, les choses de Dieu, les États-Unis et l’Europe annoncent une grande récession économique au moment où le Venezuela bat le record mondial de croissance de notre économie réelle non pétrolière ! », a annoncé mardi le président Nicolás Maduro Moros.

Depuis l’État de La Guaira, où il a inspecté la réhabilitation du CDI (Centre de Diagnostic intégral : un dispensaire médicale) Catia La Mar et d’autres ouvrages de santé publique, le Président national a ordonné à la Vice-Présidente exécutive, Delcy Rodríguez, d’étudier cette annonce des autorités étasuniennes et européennes sur les projections d’une récession de leurs économies, et les répercussions sur l’Amérique latine et le Venezuela.

“Ils annoncent une récession de leurs économies, car l’Europe et les États-Unis ont opté pour le suicide politique en voulant tuer la Russie. Ils se sont suicidés économiquement dans leurs sociétés et leurs économies afin de nuire à la Russie, de mettre fin à la Russie. C’est une obsession russophobe, ils préfèrent la crise énergétique, les pannes d’électricité, les crises économiques, l’inflation déchaînée à vouloir négocier la paix avec la Russie, donner des assurances à la Russie pour que nous parvenions tous à des accords de paix et à la concorde », a expliqué le chef de l’État.

Face à cette réalité, le Président Maduro a souligné que lors de la récente 77e Assemblée des Nations Unies, il avait présenté une proposition visant à rejoindre l’initiative de son homologue mexicain, Andrés Manuel López Obrador, de créer un Comité international de dialogue et de paix au Conseil de sécurité des Nations Unies, pour rechercher la fin du conflit entre la Russie et l’Ukraine et les prétentions guerrières de l’OTAN et des États-Unis.

« Nous devons réactiver les mécanismes de la diplomatie, de la politique avec un P majuscule et ne pas laisser le conflit dégénérer. Non à la guerre mondiale de nature nucléaire, à Dieu ne plaise ; l’humanité crie pour la paix, la compréhension, le dialogue et la diplomatie, et au Venezuela nous sommes des guerriers mais nous demandons la paix et la diplomatie.”

Il a fait remarquer que, contrairement à cette situation de l’humanité tout entière, ce qui se passe au Venezuela est la reprise, la croissance et le progrès. Il a rappelé qu’au dernier trimestre, les chiffres sont positifs et porteurs d’espoir, tout comme cela s’est produit au cours des 4 derniers trimestres.

“Au dernier trimestre, la croissance est supérieure à 20% dans l’économie réelle », a-t-il rapporté avec force.

 » Les choses de la vie. Alors que la récession, la crise est annoncée ; Le Venezuela avec ses propres efforts, ce que nous allons de l’avant, de l’avant et personne ne nous arrêtera dans la croissance de l’économie réelle, c’est la vérité, compañeros y compañeras”, a-t-elle encore observé par contraste.

Il a demandé aux Vénézuéliens de continuer à faire l’effort dans une union civilo-militaire parfaite, en travaillant pour le bonheur et le bien-être du peuple.

« Quiconque travaille pour le bonheur et le bien-être des gens reçoit les bénédictions de notre Père céleste, notre Dieu. Ceux qui travaillent pour vivre-vivant, pour une nouvelle société et une nouvelle humanité, gagnent le ciel pour leurs efforts ici sur Terre”, a-t-il prédit.

C’est pourquoi je vous le dis avec beaucoup de joie, de ferveur, beaucoup de foi et de conviction : continuons sur ce chemin juste et correct de l’histoire parce que nous vaincrons ! ”

Source

URL de cet article 38263
https://www.legrandsoir.info/europe-le-suicide-est-il-consomme.html

  

Partager

Plus d’histoires deCuba