Aller à…
RSS Feed

8 décembre 2022

Les Grosses Orchades, les Amples Thalamèges, le blog


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous mourrons tous, mais à des conditions différentes.

 

Maximilien Robespierre

 

 

 

 

 

 

« Il y a des décennies où il ne se passe rien ; et il y a des semaines où il se passe des décennies ».

Vladimir Lénine

 

 

Nous vivons des semaines où des siècles peut-être se précipitent.

 

 

 

 

 

 

Partageons un peu de ce qui nous semble avoir été pensé et dit et fait d’important cette semaine-ci. Qu’on nous pardonne de persiller, de ci de là, ces réflexions des nôtres.

 

 

 

 

Oui… sauf que… sans ceux qui ont fait l’Union soviétique, ils ne seraient pas là aujourd’hui, ni dans cet état, et nous non plus.

 

 

Vladimir Poutine : « En Ukraine, la Russie met fin à l’hégémonie occidentale »

 

 

Discours intégral du 30 septembre 2022, prononcé à l’occasion de la signature d’adhésion de la RPD, de la RPL et des régions de Zaporozhye et de Kherson à la Fédération de Russie

 

 

Le cri des peuples – 1.10.2022

 

Source d’origine : en.kremlin.ru

Traduction :lecridespeuples.fr

 

 

 

 

 

Le 30 septembre 2022, salle Saint-Georges du Grand Kremlin, Moscou.

 

Vladimir Poutine :

Citoyens de Russie, citoyens des Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, habitants des régions de Zaporozhye et de Kherson, députés de la Douma d’État, sénateurs de la Fédération de Russie,

Comme vous le savez, des référendums ont été organisés dans les Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk et dans les régions de Zaporozhye et de Kherson. Les bulletins de vote ont été comptés et les résultats ont été annoncés. Le peuple a fait son choix sans équivoque.

Aujourd’hui, nous allons signer les traités d’adhésion de la République populaire de Donetsk, de la République populaire de Lougansk, de la région de Zaporozhye et de la région de Kherson à la Fédération de Russie. Je ne doute pas que l’Assemblée fédérale soutiendra les lois constitutionnelles sur l’adhésion à la Russie et la création de quatre nouvelles régions, nos nouvelles entités constitutives de la Fédération de Russie, car c’est la volonté de millions de personnes. (Applaudissements.)

C’est sans aucun doute leur droit, un droit inhérent scellé dans l’article 1 de la Charte des Nations unies, qui énonce directement le principe de l’égalité des droits et de l’autodétermination des peuples.

Je le répète, c’est un droit inhérent des peuples. Il est fondé sur notre affinité historique, et c’est ce droit qui a conduit à la victoire des générations de nos prédécesseurs, ceux qui ont construit et défendu la Russie pendant des siècles depuis la période de l’Ancienne Rus.

C’est ici, en Novorossiya, que [Pyotr] Rumyantsev, [Alexander] Suvorov et [Fyodor] Ushakov ont livré leurs batailles, que Catherine la Grande et [Grigory] Potyomkin ont fondé de nouvelles villes. Nos grands-pères et arrière-grands-pères ont combattu ici jusqu’au bout pendant la Grande Guerre patriotique.

Nous nous souviendrons toujours des héros du Printemps russe, de ceux qui ont refusé d’accepter le coup d’État néonazi en Ukraine en 2014, de tous ceux qui sont morts pour le droit de parler leur langue maternelle, de préserver leur culture, leurs traditions et leur religion, et pour le droit même de vivre. Nous nous souvenons des soldats du Donbass, des martyrs du Katyn d’Odessa, des victimes des attaques terroristes inhumaines menées par le régime de Kiev.

 

 

 

 

Nous commémorons les volontaires et les miliciens, les civils, les enfants, les femmes, les personnes âgées, les Russes, les Ukrainiens, les personnes de diverses nationalités ; le leader populaire de Donetsk Alexandre Zakharchenko ; les commandants militaires Arsen Pavlov et Vladimir Zhoga, Olga Kochura et Alexei Mozgovoy ; le procureur de la République de Lougansk Sergei Gorenko ; le parachutiste Nurmagomed Gadzhimagomedov et tous nos soldats et officiers qui sont morts en héros pendant l’opération militaire spéciale. Ils sont des héros. (Applaudissements.) Des héros de la grande Russie. Veuillez vous joindre à moi pour une minute de silence afin d’honorer leur mémoire.

Lire la suite…

 

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/vladimir-poutine-en-ukraine-la-russie-met-fin-a-lhegemonie-occidentale/

Source : Adhésion de 4 oblasts à la Russie : le réquisitoire historique de Poutine contre l’Occident (discours intégral) – Le Cri des Peuples

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans son échange du 30 écoulé avec Alex Christoforou (Putin’s historic speech finalizes referenda, infuriates Collective West – The Duran), Alexander Mercouris dit peu ou prou, du discours de ce jour-là, que c’est la première fois qu’un chef d’État traite en face les Anglo-Saxons (que le Saker appelle « Empire anglo-sioniste ») de gangsters de la plus basse espèce et dit, en face aussi, à tous les membres du personnel politique européen qu’ils ne sont qu’un ramassis de parasites veules et serviles, traîtres à leurs pays et à leurs peuples, et ajoute que le reste de l’humanité, autrement dit les 85% qui ne sont pas les « Occidentaux globalistes », les méprise et a éprouvé pour le président de la Fédération de Russie une grande admiration. [On nous expliquera à quel Occident appartiennent l’Australie, la Nouvelle Zélande et Israël. NdA]

Si M. Mercouris était aussi vieux que nous, il saurait que ce n’est pas la première fois. Car quiconque a entendu Fidel Castro, le 26 septembre 1960 à la tribune de l’ONU, en plein New York, n’a jamais pu l’oublier. Mieux même : ses paroles ont aidé pendant toutes ces décennies ceux qui les avaient entendues à retrousser leurs manches et à ne pas faiblir, quand les choses devenaient trop dures et que le découragement les menaçait.

 

 

Se rend-on compte qu’il y a 62 ans ?

Discours prononcé par Fidel Castro Ruz au siège des Nations Unies, New York, le 26 septembre 1960. | Fidel soldado de las ideas

 

 

 

 

 

D’ordinaire, « ils » règlent tout par l’assassinat. Et ils y ont presque toujours réussi. Ne faisons pas la liste des héros qu’ils ont « liquidés », elle serait trop longue. Un seul leur a échappé un nombre incalculable de fois : Fidel. Qui est mort très vieux, dans son lit, en pleine possession de ses facultés mentales. Et Raùl, qui a 91 ans aujourd’hui. À propos de Raùl, se souvient-on du jour où le parrain Obama a voulu lui mettre un bras protecteur sur les épaules ?

 

 

 

 

 

 

Nous, on ne l’a pas oublié. C’est notre spinach, ce genre de souvenirs !

 

 

 

 

 

Un Maidan en vue à São Paulo ?

Mamie Nuland et ses cookies sont arrivés au Brésil pour « s’occuper » de l’élection présidentielle.

Lula a du souci à se faire et Me De Castelnau un autre article à écrire.

 

 

GAZODUCS : À QUOI JOUENT LES NÉOCONS AMÉRICAINS ?

 

 

Régis de Castelnau – Vu du droit – 2.10.2022

 

 

 

En allant chercher de l’information, en particulier sur les sites anglo-saxons, on voit émerger une hypothèse concernant le sabotage des deux gazoducs qui desservaient l’Allemagne.

 

 

 

Rouletabille continue son enquête

Nous avons dit dans ces colonnes que la responsabilité des États-Unis dans cette opération était plus que probable. Une foultitude d’éléments convergent pour donner à ce scénario une certaine solidité. À cela s’ajoute aujourd’hui nombre d’informations complémentaires qui sembleraient pointer le rôle de la secte « néoconservatrice » de Washington. Depuis la chute de l’Union soviétique ce courant, dont le clan Kagan est l’emblème, entend peser lourdement sur la politique internationale de l’État américain. Concernant toutes les violations du droit international commise par les USA depuis 1991, on retrouve la patte de ce groupe furieusement belliciste et dont certains représentants sont carrément des fanatiques illuminés. Le fameux tweet du parlementaire polonais ancien ministre de la Défense et des Affaires étrangères Radek Sikorski constitue une sacrée indication. Cette personne est très liée depuis longtemps au groupe néoconservateur et ses remerciements aux États-Unis pour le sabotage n’ont pas été exprimés par hasard ou à la suite d’un mouvement d’humeur. La situation actuelle du pouvoir aux États-Unis est quand même très particulière avec un président manifestement atteint de démence sénile et dont on apprend qu’en 2021, 50 % de son temps a été consacré à ses vacances et son repos… Les différents groupes et institutions de la haute administration américaine, parfois très divisés essaient de profiter de cette situation pour avancer leurs pions. Il semblerait qu’avec l’opération de la mer Baltique les « néocons » aient marqué un point.

Lire la suite…

 

Source : Gazoducs : à quoi jouent les néocons Américains ? – Vu du Droit

 

 

 

 

 

Nous ne voudrions pas abuser du temps et de la patience de nos lecteurs, mais nous nous permettons de partager le sentiment de M. Alex Christoforou qui, dans une de ses récentes vidéos « de Nicosie, Chypre » rapportait une drôle de réflexion faite par Anthony Blinken, suite au sabotage en mer balte (commis, comme chacun sait, à distance, par Poutine), d’où il ressortait que ledit Blinken avait l’air d’avoir été… surpris par l’événement. Ajoutez à cela que Lloyd Austin s’est fendu, ensuite, d’une réflexion assez proche de celle d’Anthony Blinken…

M. Christoforou se demandait si ledit événement n’était pas dû, non a une Amérique conséquente et cohésive, mais à une seule de ses factions, à l’insu des autres. Celle, précisément, dont parle Me de Castelnau, soit le clan Clinton, Biden, Obama, Kagan et plus si affinités. Il se disait aussi (M. Christoforou) qu’une fois arrivé là, il y avait peu de chances pour que ledit clan s’arrête et que, donc, le Turkstream était peut-être en sursis.

Le Turkstream et le Brésil.

 

 

 

 

 

Une chose est à remarquer, c’est que depuis le début de la gu… pardon, de l’Opération Militaire Spéciale en Ukraine, les analystes les plus pertinents et qui semblent le mieux comprendre ce que fait en ce moment la Russie sont… des citoyens U.S., et pas n’importe lesquels, mais des militaires ou de hauts fonctionnaires de la CIA. À la retraite, certes, sinon, ils ne pourraient pas l’ouvrir, mais résidant sur le sol de leur pays, donc, courant un certain risque de se voir accuser de traîtrise par les temps si curieux que nous sommes forcés de vivre.

En voici seulement deux. Et une dame. Américaine aussi, même si résidant à Paris.

 

 

 

 

La guerre vient seulement de commencer

 

L’hiver de Yuri

 

 

Scott Ritter “Big Serge Thoughts” – Substack – 29.9.2022

 

Traduction : c.l. pour L.G.O.

 

 

 

« Vous devez savoir que, dans l’ensemble, nous n’avons encore rien entamé sérieusement »

 

 

 

 

Depuis plusieurs jours, je tente de rassembler mes réflexions sur la guerre russo-ukrainienne et de les condenser dans un autre article d’analyse, mais mes efforts ont été constamment frustrés par le refus obstiné de la guerre de rester immobile. Après une période de lenteur et d’usure qui a duré une grande partie de l’été, les événements ont commencé à s’accélérer, rappelant une célèbre boutade de Vladimir Lénine : « Il y a des décennies où il ne se passe rien, et il y a des semaines où il se passe des décennies ».

Cette semaine a été une de ces semaines-là. Elle a commencé avec le début des référenda dans quatre anciens oblasts ukrainiens pour déterminer s’ils voulaient ou non rejoindre la Fédération de Russie, accompagné de l’annonce par Poutine que des réservistes seraient appelés pour augmenter le déploiement des forces en Ukraine. Une autre source d’émotions a surgi des fonds marins de la Baltique avec la destruction mystérieuse des pipelines Nordstream. Les rumeurs nucléaires circulent, et pendant ce temps, la guerre sur le terrain continue.

Lire la suite…

 

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/la-guerre-vient-seulement-de-commencer/

 

 

 

 

 

 

Les Américains trouvent que les gangsters conviennent pour diriger le pays

 

Eric ZuesseOriental Review – 30.9.2022

 

Traduction : c.l. pour L.G.O.

 

 

Guardian News – Donald Trump : « Les troupes US sont en Syrie “seulement pour le pétrole” »

 

 

 

 

 

Le 13 novembre 2019, le président américain a déclaré, à propos de la Syrie : « Nous gardons le pétrole, nous avons le pétrole, le pétrole est sûr, nous avons laissé des troupes derrière nous uniquement pour le pétrole ». C’était lors d’une conférence de presse, et aucun des journalistes ne lui a posé de question sur cette déclaration. Ils ont certainement pensé qu’il n’était pas remarquable, et pas surprenant, d’entendre un président américain dire que notre pays vole le pétrole d’un pays que nous avons envahi et que nous occupons toujours militairement, bien que nous n’ayons aucune autorité légale pour y positionner des troupes, admettant publiquement un gangstérisme international, de la manière la plus audacieuse qui soit (mais sans surprendre personne).

Lire la suite…

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/les-americains-trouvent-que-les-gangsters-conviennent-pour-diriger-le-pays/http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/les-americains-trouvent-que-les-gangsters-conviennent-pour-diriger-le-pays/

 

 

 

 

 

Omertà dans une guerre de gangsters

 

 

Diana Johnstone – L.G.S. – 1.10.2022

 

 

 

L’équipage du LVNS Talivaldis effectuant un entraînement à la lutte contre les mines en mer Baltique lors de l’exercice maritime annuel BALTOPS en juin 2020. (OTAN)

 

 

 

 

Les guerres impérialistes sont menées pour conquérir des terres, des peuples, des territoires. Des guerres de gangsters sont menées pour éliminer les concurrents. Dans les guerres de gangsters, vous lancez un avertissement obscur, puis vous brisez les fenêtres ou vous brûlez la place. La guerre des gangsters est ce que vous menez lorsque vous êtes déjà le patron et que vous ne laisserez aucun étranger entrer sur votre territoire. Pour les « Dons » de Washington, le territoire peut être un peu partout, mais son coeur de marché est l’Europe occupée.

 

Par une étrange coïncidence, il se trouve que pour le public américain Joe Biden a des airs de parrain maffieux (défraichi mais « stylé »), parle comme un parrain maffieux (hollywoodien), arbore un petit sourire en coin comme sont supposés le faire les chefs de la mafia.

La vidéo postée par ABC News sur Twitter tourne déjà en boucle (Trump l’a même commentée comme prédiction autoréalisatrice) :

https://twitter.com/i/status/1490792461979078662

 

Biden : « Si l’Allemagne, euh si la Russie envahit…alors il n’y aura plus de Nord Stream 2. Nous y mettrons fin. »

La Journaliste : « Mais comment allez-vous faire cela, exactement, puisque… le projet est sous le contrôle de l’Allemagne ? »

Biden : « Nous le ferons… Je vous assure que nous sommes capables de le faire. »

 

Capables de le faire … à coup sûr, ils le sont.

Cela a coûté des milliards de dollars pour poser le gazoduc Nord Stream 2 à travers la mer Baltique, de Saint-Pétersbourg au port de Greifsfeld en Allemagne. L’idée était d’assurer l’approvisionnement sûr en gaz naturel de l’Allemagne et d’autres partenaires européens en contournant l’Ukraine problématique, et connue pour sa volonté d’utiliser ses droits de transit pour siphonner du gaz pour elle-même ou pour faire chanter des clients.

 

Lire la suite…

Source : Omerta dans une guerre de gangsters — Diana Johnstone (legrandsoir.info)

Source d’origine : Omerta in the Gangster War, by Diana Johnstone  The Unz Review

 

 

 

 

Ensuite, M. Blinken a été briefé, et parle maintenant de « tremendous opportunity ». La formidable occasion en question consistant, pour l’Europe, a sombrer corps et biens en se gelant les c…

Adieu les phoques de la Baltique, et les poissons ! Adieu la mer vivante en train de devenir une mer morte (il suffit que les Russes le veuillent !). Adieu les peuples riverains qui en vivaient !

Mais ne pleurons pas trop sur les peuples d’Europe, qui ont choisi de se laisser faire par leurs parasites vendus, au lieu de se battre contre eux, au lieu de les avoir pendu depuis longtemps à leurs réverbères éteints. On  a les gouvernements qu’on mérite.

À ce propos, nous avons vu qu’à la suite des récentes élections italiennes, quelqu’un sur Le Grand Soir demande « Italie : mais où sont donc passés les communistes ? ». De la part de personnes qui ont soutenu et soutiennent encore Jean-Luc Mélenchon, la demande est cocasse. Et en appelle une autre : Où sont donc passés les communistes français ? La réponse, pour nous, est claire : au PRCF et nulle part ailleurs. Quant à l’Italie, qui vit le cou sous la botte depuis 1943, elle se retrouve logiquement avec deux esclaves face à face dans l’arène pour une lutte à mort : ce qui reste des fascistes contre ce qui reste des communistes, après 79 ans d’occupation coloniale. Et pas de faux-semblant au milieu. Au moins ça.

 

 

 

 

Par ailleurs

 

Entre la Plume et l’Enclume, qui a changé de look en bien, vient de publier – nous ne l’avons pas encore lue ! – une longue étude du revenant Israël Shamir. Les voici, lui debout et elle toute chaude sortie du four :

 

 

 

 

 

 

Israël Adam Shamir et la guerre Russie-Otan (1er octobre 2022)

Israël Adam Shamir et la guerre Russie-Otan (1er octobre 2022) – Association Entre la plume et l’enclume (plumenclume.com)

 

 

 

 

 

Aux dernières nouvelles

 

On sait que la Suède veut adhérer à l’OTAN mais que la Turquie s’y oppose parce que la Suède ne veut pas lui livrer « les Kurdes » suédois que M. Erdogan lui réclame en échange de son vote favorable, la Suède s’opposant, de son côté, à la livraison d’armes à la Turquie.

Aux dernières nouvelles, elle ne s’y oppose plus.

Comme la monnaie d’échange était, répétons-le, un certain nombre de citoyens suédois d’origine kurde, dont certains siègent au Parlement et qu’on n’imagine que trop le sort qui les attend…

Que va faire la Suède ?

Livrer ses nationaux à la Turquie ?

Le problème s’est posé en Belgique il y a quelques années, à propos de Bahar Kimyongür, citoyen belge d’origine syrienne alaouite, qui n’avait sauvé sa tête que grâce à un juge hollandais doté de principes. Mais on avait pu voir que la Belgique n’avait pas vraiment de problèmes de conscience pour livrer ses nationaux (Kimyongür à la Turquie, Arrass au Maroc, etc…).

À présent, voyons la Suède.

Nos voisins français devraient demander à Israël Shamir ce qu’il en pense, lors de la visite qu’il doit leur faire bientôt : il a un fils suédois, grand partisan de Julian Assange.

 

 

 

 

 

 

Mis en ligne le 3 octobre 2022

 

 

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

 

 

 

 

Partager

Plus d’histoires deCulture