Aller à…
RSS Feed

1 décembre 2022

Histoire vraie, racontée par des opposants israéliens


Publié par Gilles Munier sur 12 Novembre 2022, 12:45pm

Catégories : #Palestine, #Cisjordanie

Basel Basbous à l’hôpital. (Basile Adra)

Revue de presse : CAPJO-EuroPalestine (10/11/22)*

 « Il m’a demandé combien d’enfants j’avais. Puis il a dit : ‘Maintenant, tu en as un de moins.’»

Après avoir tiré sur trois jeunes Palestiniens, dont deux mortellement, l’armée israélienne a trompé leurs mères sur lequel de leurs fils était mort et refuse de restituer les corps, bien que tout semble prouver la totale innocence, rapporte le magazine 972 + qui a mené son enquête .

Le 3 octobre, des soldats israéliens ont ouvert le feu sur un véhicule transportant trois Palestiniens qui rentraient chez eux après leur travail dans une pizzeria à Birzeit en Cisjordanie occupée. Deux des passagers ont été tués sur le coup et le troisème, âgé de 18 ans, a été grièvement blessé. L’armée israélienne détient les corps des deux personnes tuées, empêchant leurs parents de leur donner un enterrement convenable.

Sur le siège arrière du véhicule était assis Basel Basbous, 18 ans, qui a reçu une balle dans la jambe et la main et a été hospitalisé au centre médical Shaare Zedek de Jérusalem. Dans une interview avec +972, il a déclaré que lui et ses deux amis qui ont été tués, Salama Sharayah, 18 ans, et Khaled al-Dabbas, 21 ans, étaient sur le chemin du retour.

Basbous a été immédiatement arrêté, mais suite à une enquête de police, le procureur militaire a décidé de le libérer sans conditions et n’a pas déposé d’acte d’accusation contre lui. Une source au sein de la police a confirmé à +972 que l’enquête n’a trouvé aucune preuve que Basbous prévoyait de s’attaquer aux militaires.

Après la fusillade, le porte-parole de Tsahal a publié une déclaration qualifiant l’incident de « tentative d’attaque terroriste à la voiture-bélier », tandis que les médias israéliens ont qualifié les trois Palestiniens de « terroristes ». Cependant, une enquête menée par +972 Magazine et Local Call contredit cette affirmation.

Allongé sur un lit à l’hôpital de Ramallah, il est clair que Basbous ne s’est pas encore remis – ni physiquement ni mentalement – ​​de l’incident. « Mes amis sont morts – il m’a fallu quelques jours pour croire que c’était vraiment arrivé », a-t-il déclaré.

« Vers 2 heures du matin, nous avons terminé une équipe de nuit au restaurant où nous travaillons », a raconté Basbous. « Sur le chemin du retour de Birzeit, nous avons entendu d’autres personnes dire que l’armée effectuait un raid dans la région. Nous avons décidé de prendre une autre route qui relie Birzeit au camp de réfugiés de Jalazoun parce que nous pensions que l’armée ne serait pas là. Dès que nous nous sommes retournés, ils étaient devant nous et ont ouvert le feu. Je ne les ai pas vus. Ils n’avaient aucune pièce d’identité ni aucune lumière sur eux. C’était comme s’ils se cachaient.

Basbous a déclaré avoir perdu connaissance sur le coup et s’être réveillé à l’hôpital. Selon un témoin oculaire, qui a déclaré que les balles des soldats avaient touché sa maison, les trois hommes ont été laissés saigner dans la voiture pendant deux heures sans traitement médical. Après cela, les soldats ont déclaré la zone « zone militaire fermée » jusqu’à ce que des jeeps de l’armée arrivent et emmènent les trois à l’hôpital.

« Je me suis réveillé au bout de deux jours », a déclaré Basbous d’une voix tremblante. « Mes mains étaient menottées au lit. Je me réveillais un instant et perdais connaissance. Il y avait constamment des soldats autour de moi. « Un enquêteur est venu avec un traducteur. Il m’a demandé : « Comment s’appellent les deux autres jeunes hommes qui étaient avec toi ? » Où étiez-vous? Que faisiez-vous? Pourquoi es-tu sorti à 3 heures du matin ?’ Je lui ai dit que nous étions au travail et que je pouvais le prouver. Il m’a demandé : « Pourquoi as-tu roulé vite ? » Il n’arrêtait pas de me crier dessus.

Basbous a été soigné à l’hôpital après son arrestation, où on lui a demandé de jeûner avant de subir une intervention chirurgicale. Juste avant l’opération, le parquet militaire a annoncé qu’il était libéré sans conditions et qu’aucun acte d’accusation ne serait déposé contre lui. Basbous portait déjà une blouse chirurgicale lorsqu’un soldat est entré dans sa chambre, lui a ordonné de changer de vêtements, l’a menotté et l’a conduit hors de l’hôpital.

« Le soldat m’a dit : ‘Tu as trois heures pour organiser tes affaires et quitter Jérusalem. Si vous ne partez pas, nous vous arrêterons, car vous n’avez pas de permis pour entrer en Israël. » Basbous a été laissé à l’entrée de l’hôpital, blessé, et n’ayant pas mangé depuis 12 heures. Il a appelé son frère, et des responsables de l’AP ont appelé une ambulance israélienne, qui l’a emmené au poste de contrôle où l’attendait une ambulance palestinienne. Du poste de contrôle, il a été transporté d’urgence dans un hôpital de Ramallah, où il est actuellement soigné.

Une source de sécurité connaissant les détails de l’enquête a admis au +972 qu’il y avait des « points d’interrogation » concernant l’affirmation initiale selon laquelle les trois avaient tenté une attaque. « C’est un cas étrange, car les attaques au bélier sont généralement menées par une personne, pas trois », a déclaré la source. Selon lui, l’affirmation est basée uniquement sur le témoignage des soldats qui ont ouvert le feu sur le véhicule ; leurs soupçons ont été éveillés, disent-ils, après que le véhicule les a dépassés, s’est arrêté, a fait demi-tour et est reparti dans l’autre sens. Malgré les doutes soulevés par la suite, le porte-parole de Tsahal n’a pas renoncé à sa désignation initiale de l’incident, et l’armée continue de conserver les corps de Sharayah et d’al-Dabbas à titre de mesure punitive. Tenir les corps des Palestiniens comme monnaie d’échange pour de futures négociations est une pratique de longue date en Israël.

Pendant un moment au milieu de la confusion le jour de l’événement, les mères des garçons ne savaient pas lequel des trois d’entre eux était endeuillé. Tout d’abord, un officier a informé la mère de Basbous que son fils était mort et la mère de Sharayah que son fils était blessé. Plus tard, ils ont appris que c’était en fait l’inverse. Jusqu’à présent, Rana, la mère d’al-Dabbas, s’accroche encore à l’espoir qu’il soit vivant car elle n’a pas vu son corps, qui est détenu par l’armée. « Khaled était mon rocher. Il avait bon cœur. Il faisait toujours tout ce que je lui demandais. Ça me tue de ne pas savoir », a-t-elle déclaré.

À 3 h 30, Rana était réveillée en attendant que son fils revienne du travail. Elle l’a appelé 10 fois, sans réponse. La 11e fois, un homme qu’elle ne connaissait pas – peut-être un officier du Shin Bet – a décroché le téléphone. Il lui a demandé son nom et l’a informée que son fils avait été blessé par balle. Rana se souvient de leur conversation : « Il m’a dit : ‘Pourquoi ton fils est-il sorti de la maison à 3 heures du matin ?’ Je lui ai dit qu’il revenait du travail. Il m’a dit que je suis une menteuse. À la fin, il m’a demandé combien d’enfants j’avais et j’ai répondu. Puis il a dit : ‘Maintenant, tu en as un de moins.’ »

Bien qu’il ait promis de la rappeler avec plus d’informations une heure plus tard, Rana n’a plus jamais entendu parler de l’homme. Depuis, tout est en l’air. « Je ne sais rien. Je ne croirai personne tant que je n’aurai pas vu mon fils », a-t-elle déclaré. « Pourquoi ne me donnent-ils pas son corps ? Cette nuit-là, Rana s’est rendue à la périphérie du camp, à l’endroit où les soldats ont abattu son fils. « J’ai vu beaucoup de sang qui coulait dans une fosse au bord de la route », a-t-elle expliqué. « J’ai senti avec ma main à quel point le sang était encore chaud. Tous les habitants du camp étaient rassemblés là, sur la route. Il y avait des rapports contradictoires sur le sort des garçons : ils sont blessés, ils sont morts. Hijar, la mère de Sharayah, a exprimé un sentiment similaire d’impuissance. « Au début, ils ont dit qu’il était juste blessé », se souvient-elle, et il était clair qu’elle aussi s’accrochait encore à cet espoir. «Je veux juste le voir une fois de plus. Pour voir le corps. Pour que je puisse croire. Tout le monde l’aimait tellement.

Dans une réponse récente fournie au +972, la ligne officielle du porte-parole de l’armée est restée la même : il y a eu une tentative d’attaque à la voiture-bélier. Concernant Basbous, qui se trouvait dans la voiture et qui a ensuite été lavé de tout soupçon, le porte-parole de Tsahal a déclaré : « Il n’y a aucune raison de le poursuivre, en l’absence de preuve de coordination entre lui et les autres personnes impliquées dans le pilonnage. En d’autres termes, la version actuelle des événements de l’armée israélienne est que les deux amis sur le siège avant qui ont été abattus avaient tenté d’écraser des soldats, mais le troisième ami, assis dans le même véhicule, n’était pas au courant. +972 n’a vu aucune preuve à l’appui de cette étrange affirmation – et pour autant que l’on sache, l’armée n’en a aucune. »

*Source : CAPJO-EuroPalestine

Version originale : Magazine d’opposition israélien 972 + (By Basil Adra and Yuval Abraham November 8, 2022)

(Traduit par CAPJPO-EuroPalestine)

Partager

Plus d’histoires deCOLONIALISME