Aller à…
RSS Feed

27 janvier 2023

L’Europe a mal à son nucléaire


 

Le 24 août dernier, un incendie s’est déclaré dans la centrale nucléaire Vandellos II en Catalogne, au nord-est de l’Espagne.
La centrale est maintenant à l’arrêt.
L’ANAV (Association nucléaire asco-vandellos) était déjà montrée du doigt, accusée de ne pas avoir correctement informé les autorités d’une fuite survenue en novembre 2007.
« L’incident » n’avait été rendu public que cinq mois après.
Le Conseil de sûreté nucléaire a déclaré :
« Il faut mettre un terme au manque de sécurité dans les centrales nucléaires espagnoles ».
Cet incident est le trentième depuis le début de l’année.
« Nous allons faire un inventaire complet et approfondi des incidents et des risques qui persistent. Nous serons intraitables », a conclu le CSN.
C’est maintenant au tour de la Belgique.
Elle vient d’essuyer un grave accident classé 3 sur une échelle qui en compte 7.
Cela s’est passé sur le site de l’institut des radioéléments (IRE) de Fleurus, près de Charleroi.
De nouveaux prélèvements ont révélé que la fuite d’iode radioactif qui s’est produite le week-end dernier est plus importante qu’initialement estimée.
Jean-Luc Borremans, bourgmestre de Fleurus a averti le 29 août la population par des annonces faites par haut-parleurs, recommandant de ne pas consommer fruits et légumes du jardin.
On se souvient que, cet été, c’est en France que l’uranium fuyait de tous les côtés au Tricastin.
Malgré les tentatives d’AREVA de tenter « d’éteindre le feu médiatique », les populations avoisinantes ne sont pas rassurées, et 140 dossiers de réclamation ont été déposés.
AREVA a donc mis la main à la poche, et a engagé 33 millions pour la rénovation du site.
Mais le message ne passe plus : les vignerons du coteau du Tricastin ont décidé de débaptiser leur vin.
Les nappes d’eau ont été polluées, et on apprend quelques semaines après la première fuite, que celle-ci n’est pas à l’origine de la pollution.
Il s’agirait d’une pollution bien plus ancienne.
La CRIIRAD, association formée d’experts indépendants, pointe du doigt un dépôt nucléaire et militaire qui est stocké sur ce site en toute illégalité depuis trente ans, recouvert d’un peu de terre, pour tenter de passer inaperçu.
Pour la CRIIRAD, il est probable que ce dépôt de 760 tonnes de déchets nucléaires soit responsable de la pollution, et AREVA s’est engagé à le déplacer.
Au Tricastin, l’immobilier bat de l’aile, et les riverains tentent tant bien que mal de vendre leur maison.
Mais les prix ont chuté, et les acheteurs ne sont pas au rendez-vous.
Récemment, la Finlande, qui a acheté un EPR (réacteur de la dernière génération) commence à douter.
Greenpeace a dénoncé des malfaçons.
AREVA tente de désamorcer la crise, mais la Finlande vient de décider de refaire expertiser les soudures.
De plus, la facture a explosé passant de 3 à 4,5 milliards, devant l’inévitable progression des prix du pétrole, annoncée depuis longtemps par des scientifiques
http://www.reopen911.info/11-septembre/oil-smoke-mirrors-vo-st-fr/
Le nucléaire que notre cher président tente de vendre en Chine, à Kadhafi, et ailleurs ne semble plus avoir si bonne presse.
Alors que des études ont démontré que la France pouvait se passer du nucléaire et du pétrole, sans pour autant se priver, pourquoi continuer à s’entêter à promouvoir une énergie dangereuse qui produit des déchets dont personne ne veut ?
Car comme disait un vieil ami africain :
« Le mensonge donne des fleurs, mais pas de fruits ».

Documents joints à cet article

L'Europe a mal à son nucléaire L'Europe a mal à son nucléaire

Partager

Plus d’histoires deECOLOGIE