Aller à…
RSS Feed

18 juillet 2024

Israël tire les ficelles des manifestations de Suwayda en Syrie


Israël tire les ficelles des manifestations de Suwayda en Syrie
Publié par: William Van Wagenenle: 22 septembre, 2023Dans: A La Une, ACCEUIL, Actualité, Actualité_Ameriques, Actualité_Moyen_Orient, Géopolitique Imprimer Email

Photomontage du Cradle

Les services de renseignement étrangers, notamment israéliens et américains, ainsi que leurs partenaires régionaux, ont contribué à alimenter les récentes manifestations antigouvernementales à Suwayda, comme ils l’avaient fait en 2011.

William Van Wagenen

Le 17 août, des manifestations antigouvernementales ont éclaté à Suwayda, une province du sud de la Syrie dont la population est majoritairement druze. Ces manifestations ont été déclenchées par la décision du gouvernement syrien de supprimer les subventions aux carburants, dans un contexte de grave crise économique exacerbée par les sanctions économiques américaines.

Des centaines de Syriens ont brûlé des pneus, bloqué des routes et scandé des slogans anti-gouvernementaux sur la place Al-Karama, dans le centre-ville de Suwayda.

Les manifestants ont crié « Vive la Syrie et à bas [le président syrien] Bashar al Assad », ce qui, selon Reuters, fait écho aux « chants des manifestations pro-démocratiques de 2011 qui ont été violemment écrasées par les forces de sécurité et ont déclenché un conflit de longue durée ».

Les références aux manifestations de 2011 et à la guerre sanglante de 12 ans qui a suivi sont importantes, mais pas pour les raisons évoquées par Reuters.

Suwayda hier et aujourd’hui

Contrairement à l’opinion générale, les manifestations antigouvernementales de 2011 n’étaient pas des manifestations populaires et pacifiques réclamant la démocratie. Comme nous l’avons expliqué ailleurs, ces manifestations ont été déclenchées par les agences de renseignement américaines et alliées qui cherchaient à obtenir un changement de régime à Damas. La CIA et les services de renseignement saoudiens ont inondé la Syrie de militants d’Al-Qaïda venus d’Irak et du Liban qui ont infiltré les manifestations pour attaquer la police syrienne, les soldats et les responsables de la sécurité.

Comme en 2011, la main des agences de renseignement étrangères est évidente dans les manifestations de Suwayda qui ont lieu aujourd’hui.

Selon une source informée qui s’est entretenue avec The Cradle, les manifestations sont principalement menées par des groupes bénéficiant du soutien des services de renseignement américains et israéliens, à savoir les Hommes de la Dignité et le Parti de la Brigade.

Selon cette source, « tout le monde est conscient du rôle qu’ils ont joué et continuent de jouer » à Suwayda.

Le groupe des Hommes de la dignité, ou Rijaal al-Karama, a été créé par un obscur religieux druze, Wahid Balous, peu après le début de la guerre secrète menée par les États-Unis contre la Syrie en 2011.

« Balous était un religieux inconnu avant la guerre », a déclaré l’un de ses associés au mouvement Le Nouvel Arabe en 2015. Trois ans plus tôt, « son nom a commencé à émerger avec la montée des groupes armés affiliés à des cheikhs qui disaient n’être ni dans l’opposition ni dans le camp pro-gouvernemental ».

Al-Jazeera a également rapporté en 2015 que « les Druzes de Syrie ne soutiennent pas entièrement Balous », y compris certains qui « remettent en question son programme politique ».

« Il s’est ouvertement déclaré opposé à Israël, mais ses relations étroites avec les Druzes israéliens, qui sont liés aux services de renseignement israéliens et à l’establishment militaire, ont fait craindre qu’il ait pu être manipulé », a déclaré un militant de Suwayda, cité par le média qatari.

La source informée qui s’est confiée à The Cradle souligne également le rôle des services de renseignement israéliens dans la création des Hommes de la Dignité avec l’aide de personnalités druzes israéliennes.

« Les Hommes de la Dignité sont influencés et mobilisés par le Mossad, et le cheikh Mowafaq Tarif, chef du conseil spirituel des Druzes israéliens, y joue un rôle », déclare la source.

L’implication d’Israël dans les affaires druzes

Alors que la communauté druze de Suwayda et du plateau du Golan occupé par Israël est traditionnellement un fervent partisan du gouvernement syrien, certains éléments druzes d’Israël sont sionistes et soutiennent l’État juif.

Le cheikh Mowafaq Tarif a publiquement exprimé son soutien au sionisme et à l’État israélien, tandis que l’éminent politicien druze Ayoob Kara est membre du parti Likoud, fondé par l’ancien Premier ministre israélien Menahem Begin.

Dans ce contexte, il n’est pas surprenant qu’Israël ait participé aux efforts visant à semer le chaos et à promouvoir le séparatisme parmi les Druzes de Syrie, comme le souligne le plan d’Oded Yinon de 1982 visant à diviser la Syrie baasiste en mini-États ethniques, y compris un État druze, en tant qu’objectif sioniste principal.

Dans le cadre de la création des Hommes de la dignité en 2012, Balous a établi une milice prétendument consacrée à la protection de la communauté druze pendant la guerre en cours entre le gouvernement et les groupes armés salafistes soutenus par l’étranger, y compris la soi-disant Armée syrienne libre (ASL) et le Front Nusra affilié à Al-Qaïda.

Selon des sources de Suwayda s’adressant à Al-Jazeera, Balous commandait entre 500 et 1 000 combattants, ce qui peut être comparé à la force de l’Armée syrienne libre (ASL) et du Front Nusra affilié à Al-Qaïda.

Ce chiffre peut être comparé à la force des milices druzes pro-gouvernementales actives en Syrie à l’époque.

Al-Jazeera note qu’environ 8 000 combattants druzes étaient alors affiliés aux Forces de défense nationale (FDN), aux Comités populaires, à Dir’a al-Watan (Bouclier de la patrie) et à la branche armée du Parti social-nationaliste syrien (PSNS).

Selon la source informée qui s’est confiée à The Cradle, la milice de Balous a obtenu ses armes d’Israël par l’intermédiaire du Front Nusra, rebaptisé depuis Hay’at Tahrir al-Sham (HTS).

Cette affirmation est plausible compte tenu de la collaboration bien documentée d’Israël avec l’ASF et le Front Nusra.

En 2014, des militants de l’opposition proches de l’ASF ont reconnu que l’armée de l’air israélienne avait bombardé des positions de l’armée syrienne à Quneitra, près du plateau du Golan, pour soutenir al-Nusra.

Entre 2015 et 2017, des rapports du Wall Street Journal et des troupes de maintien de la paix de l’ONU patrouillant le long de la barrière frontalière du Golan ont révélé qu’Israël soutenait Nusra et les factions alliées de l’ASF dans le sud de la Syrie. Israël a fourni des fonds pour payer les salaires et acheter des armes pour les groupes armés tout en amenant les combattants de Nusra à traverser la barrière frontalière du Golan pour être soignés dans les hôpitaux israéliens.

La colère suscitée par le soutien israélien à al-Nusra a poussé les habitants druzes de la ville de Majdal al-Shams, située du côté israélien de la barrière frontalière du Golan, à attaquer les ambulances israéliennes transportant les combattants de al-Nusra.

Le soutien israélien à al-Nusra a été documenté par l’activiste druze Sidqi al-Maqt, également originaire de Majdal al-Shams. Maqt a été emprisonné pendant 27 ans par Israël pour avoir résisté à l’occupation du plateau du Golan.

Après sa libération en 2012, Maqt a documenté les contacts entre l’armée israélienne et al-Nusra dans des messages sur les médias sociaux. En conséquence, il a été arrêté à nouveau en 2015 et a passé cinq ans de plus dans une prison d’occupation.

Collaboration et conscription

En juin 2015, Balous et sa milice ont été critiqués pour avoir sapé l’armée syrienne et collaboré avec le Front Nusra. À l’époque, la communauté druze de Syrie était confrontée à la pire menace que le Front al-Nusra, soutenu par Israël, et ses alliés de l’ASF avaient fait peser sur elle depuis le début de la guerre.

Al-Jazeera a rapporté que « Certains ont critiqué les attaques [de Balous] contre les points de contrôle du gouvernement, et selon des sources à Sweida, beaucoup ont mis en doute l’absence de sa milice lorsque des groupes d’opposition armés ont lancé une attaque à grande échelle contre la base aérienne de Thaaleh à Sweida. »

La collaboration de Balous avec les soi-disant rebelles d’al-Nusra et de l’ASF a été confirmée par un rapport du Daily Star libanais. Le journal libanais a rapporté que « le porte-parole de l’ASF, Yassin al-Hariri, a promis que si l’aéroport de Thaaleh est saisi par les rebelles, il sera remis au groupe des Cheikhs de la dignité de Balous ».L’attaque de Nusra et de l’ASF est intervenue à un moment sensible, Nusra ayant massacré la veille 20 civils druzes dans le gouvernorat d’Idlib, dans le nord de la Syrie. Au cours des mois précédant le massacre, les combattants de Nusra avaient détruit des tombes et des sanctuaires druzes historiques à Idlib et forcé des centaines de Druzes à se convertir à l’islam sunnite.

Le massacre a eu lieu alors que les médias occidentaux et ceux du golfe Persique ont lancé une campagne de propagande pour redorer le blason d’al-Nusra et le décrire comme un groupe modéré méritant le soutien militaire de l’Occident, en dépit de ses liens avec Al-Qaïda.

Walid Joumblatt, éminent politicien druze libanais, a joué son rôle. Après le massacre, il a refusé de condamner al-Nusra en tant que groupe terroriste, affirmant au contraire que « le régime terroriste de Bachar a obligé les Syriens à rejoindre al-Nusra ».

Alors que Balous et les Hommes de la Dignité ont refusé de se joindre à l’effort de protection de Suwayda, les combattants druzes du FDN, de Dir’a al-Watan et du SSNP ont aidé l’armée syrienne à reprendre la base aérienne de Thaaleh.

Dans le même temps, un grand nombre de jeunes druzes ont rejoint l’armée syrienne à la demande du chef religieux druze Hikmat al-Hijri. M. Balous a adopté une position différente. Dans un discours diffusé en ligne, il a appelé les jeunes Druzes à refuser de s’enrôler dans l’armée, alors même que le président Assad s’était engagé à ce que les recrues druzes restent à Suwayda pour protéger leurs propres communautés. Tout en cherchant à saper la défense militaire de Suwayda, les hommes de la dignité de Balous ont organisé des manifestations antigouvernementales dont le slogan était : « Le peuple veut la chute du gouverneur [de Suwayda] », Atef al-Nadaf. Le spécialiste de la Syrie Aymenn al-Tamimi note qu’en réponse, les éléments pro-gouvernementaux ont accusé Balous et ses partisans d’avoir « orchestré les manifestations dans le cadre d’un plan préalablement convenu pour détruire le régime de Suwayda en collusion avec les services de renseignement étrangers et Jabhat al-Nusra ». En septembre 2015, Balous a été assassiné dans un attentat à la bombe avec 25 autres personnes, dont plusieurs dirigeants des Hommes de la Dignité dans la région de Zhahr al-Jabal. Bien que l’on ne sache pas qui a tué Balous, on soupçonne largement le chef du renseignement militaire à Suwayda, le colonel Wafiq Nasser, d’avoir ordonné l’attentat à la bombe. Trois mois auparavant, Balous avait appelé à « l’arrestation citoyenne » du colonel Nasser.

Rassemblement derrière le drapeau

La source informée qui s’est confiée au Cradle a également souligné le rôle du Hezb al-Liwa, ou Parti de la Brigade, dans les manifestations qui ont récemment éclaté à Suwayda. Le groupe a été fondé en juillet 2021 et dirigé par le journaliste Malik Abu Khair.

Dans un entretien avec Al-Monitor, Abu Khair a déclaré que le parti ne recevait aucun financement étranger et que sa vision politique appelait à résoudre la crise syrienne conformément à la résolution 2254 de l’ONU soutenue par les États-Unis, qui appelle à une nouvelle constitution, à des élections et au retrait du président Assad du pouvoir.

Toutefois, selon la source informée, Abu Khair réside en France et le parti est financé par le Qatar, la France et la Grande-Bretagne :

« Ceux qui ont appelé à manifester sur les places sont le Parti de la Brigade et les Hommes de la Dignité. Ce sont eux qui brandissent les drapeaux druzes et exigent la mise en œuvre de la résolution 2254 de l’ONU, et ils offrent des dollars à ceux qui rejoignent le Parti des Brigades syriennes ou travaillent avec eux. « Une milice affiliée au Parti des Brigades, la Force de lutte contre le terrorisme (CTF), a également été créée à Suwayda en 2021.

Nowras Aziz, un journaliste indépendant de Suwayda résidant en France, a déclaré à Al-Monitor que la milice CTF « était formée de membres ayant un casier judiciaire, de combattants de la milice et d’anciens contractants de sécurité avec l’armée, ainsi que de membres de gangs qui effectuent des enlèvements et demandent des rançons.Ces personnes sont connues localement et profondément détestées ».

Le rôle des Kurdes et des Jordaniens

Le Parti de la Brigade et le CTF affilié ont reçu le soutien de l’armée américaine et des forces kurdes alliées opérant à partir de la base d’Al-Tanf, à la frontière entre la Syrie, la Jordanie et l’Irak. Le journaliste Nowras Aziz a ajouté que le chef du Parti des Brigades, Abu Khair, « avait contacté les forces de la coalition [internationale dirigée par les États-Unis] à la base d’Al-Tanf au cours du second semestre 2020 », expliquant son plan pour prendre le contrôle total des villages de l’est de la province de Suwayda et supprimer « toute présence du régime syrien ou de l’Iran dans cette région ».

Des sources à Suwayda s’adressant à la chaîne de télévision pro-opposition Syria TV ont confirmé que le Parti de la Brigade et le CTF ont reçu des fonds, des armes et un entraînement de la part des Forces démocratiques syriennes (FDS) dirigées par les Kurdes et de l’armée américaine.Ils ont notamment reçu de l’aide pour établir des bases sous la supervision des FDS dans la campagne orientale de Suwayda.

Les sources ont ajouté que la milice CTF a reçu un entraînement de six mois de la part des forces américaines stationnées sur la base d’Al-Tanf, sous le prétexte de lutter contre les milices iraniennes et le trafic de drogue.

La base américaine d’Al-Tanf étant située à la frontière jordanienne, à proximité immédiate de Suwayda, cela suggère que les États-Unis utilisent la Jordanie comme terrain de rassemblement pour soutenir le séparatisme druze en Syrie. L’armée américaine a déjà établi 16 bases militaires dans le Royaume hachémite et il est question d’établir un bureau de l’OTAN dans le pays. Il est largement reconnu que les États-Unis, Israël et l’Arabie saoudite ont utilisé la Jordanie comme terrain de rassemblement pour soutenir l’ASF et Nusra pendant la guerre visant à renverser le gouvernement syrien à partir de 2011.

Des preuves supplémentaires d’un projet séparatiste soutenu par les États-Unis et Israël à Suwayda sont apparues en juillet, environ un mois avant que les récentes manifestations n’éclatent. Comme l’a rapporté la télévision syrienne en juillet 2023 : Le « Parti de la Brigade syrienne a annoncé la création d’institutions de service alternatives à celles affiliées au régime syrien, indiquant son désir d’établir une auto-administration indépendante pour la communauté druze, similaire aux régions spéciales du nord-est de la Syrie, qui sont majoritairement kurdes ».

Syria TV a également noté que le projet séparatiste du Parti de la Brigade « rencontre une large opposition » à Suwayda, notamment de la part d’organisations politiques et civiques, de la plupart des factions armées locales et d’éminents chefs religieux.

Cela suggère que les manifestations actuelles organisées par les Hommes de la Dignité et le Parti de la Brigade ne sont soutenues que par une minorité de Druzes à Suwayda.

Cependant, comme en 2011, les médias occidentaux ont concentré leur attention sur les quelques centaines de manifestants agitant des drapeaux colorés et scandant des slogans contre le président Assad pour suggérer que la majorité des Druzes syriens soutiennent le changement de régime. À la lumière des récentes manifestations, la source qui s’est adressée à The Cradle observe ce qui suit : « Ce qui a attiré mon attention, c’est un élément important de l’histoire de la Syrie : la levée du drapeau druze. Lors des manifestations depuis 2011, le drapeau druze n’a jamais été hissé. Ce lever de drapeau indique des étapes préliminaires qui peuvent conduire à un mouvement séparatiste similaire à celui entrepris par les Kurdes. »Le chef religieux druze syrien, le cheikh Yusef Jarbou, a fait référence à l’importance du drapeau druze dans les manifestations lors d’une réunion avec les notables de Suwayda le 30 août, une semaine après le début des manifestations.

Le cheikh Jarbou a rejeté les appels au séparatisme et au renversement du gouvernement syrien lancés par certains manifestants, tout en déclarant que le drapeau de l’État syrien était celui qu’il représentait et que le fait de se ranger du côté de Damas était le « choix stratégique et national ».

En outre, tous les manifestants de Suwayda ne recherchent pas un changement de régime, comme le laissent entendre les médias.

Joshua Landis, éminent spécialiste de la Syrie à l’université d’Oklahoma, a expliqué que « la plupart des manifestants demandent que le gouvernement intervienne davantage dans la vie économique du pays, plutôt que de s’effondrer ». « Ils veulent plus d’électricité, ils veulent des subventions, ils veulent une meilleure scolarisation, ils veulent que la monnaie soit stabilisée. Ils sont désespérés. Ils veulent des salaires plus élevés », a déclaré M. Landis.

Des sanctions pour écraser la Syrie

Il reste à voir si les efforts des États-Unis et d’Israël pour monter la communauté druze contre l’État syrien seront couronnés de succès.

Comme l’a observé le journaliste Aaron Mate, les planificateurs américains mènent une guerre économique contre les Syriens moyens, espérant qu’un effondrement du niveau de vie les retournera contre le gouvernement.

Andrew Tabler, ancien haut fonctionnaire américain chargé de la politique syrienne, s’est vanté en 2021 que les sanctions américaines avaient provoqué l’effondrement de la monnaie syrienne, entraînant « des réductions correspondantes des subventions du régime qui ont exacerbé les pénuries de carburant et de nourriture pour les Syriens de tous les jours ».La menace d’un effondrement économique survient alors que des voix pro-israéliennes appellent à la création d’une « province druze libre » à Suwayda, délimitée par le plateau du Golan occupé par Israël à l’ouest, la base d’Al-Tanf à l’est, et la Jordanie alliée des États-Unis et d’Israël au sud. La journaliste Vanessa Beeley, basée à Damas, prévient que le décor est désormais planté pour une éventuelle intervention militaire israélo-américaine.

Elle rapporte que, selon des sources de sécurité syriennes, les États-Unis rassemblent des mercenaires à Al-Tanf en vue de s’emparer de Suwayda et des postes-frontières avec la Jordanie.

Si une telle intervention a lieu, Israël se rapprochera un peu plus de son objectif de diviser la Syrie en mini-États ethniques faibles, tel qu’il a été formulé par Oden Yinon il y a une quarantaine d’années.

William Van Wagenen

https://www.afrique-asie.fr/israel-tire-les-ficelles-des-manifestations-de-suwayda-en-syrie/

Traduit par Brahim Madaci

The Cradle

Partager

Mots clés: ,

Plus d’histoires deEtat sioniste