Aller à…
RSS Feed

18 avril 2024

Prisonniers palestiniens persécutés


Depuis le 7 octobre, les prisonniers palestiniens sont plus nombreux et plus persécutés que jamais

Les organisations de défense des droits des prisonniers palestiniens rapportent que du 7 octobre 2023 au 19 mars 2024, plus de 7 670 Palestiniens ont été enlevés en Cisjordanie.

Source : Resistance News Network

Traduction : lecridespeuples.fr (Substack)

Le nombre de nouveaux Palestiniens détenus inclut 246 femmes, y compris celles enlevées dans l’intérieur occupé, et 500 enfants.

61 journalistes ont été enlevés, dont 40 restent emprisonnés et 23 sont en détention administrative (sans inculpation ni procès).

4 343 ordonnances de détention administrative ont été prononcées après le 7 octobre, un record.

photo_2024-03-21_01-49-45

Les campagnes d’arrestation en cours depuis le 7 octobre s’accompagnent d’une escalade des violations, notamment des passages à tabac et des agressions brutales, des menaces contre les détenus et leurs familles, de la destruction et du vandalisme des maisons des citoyens, de la confiscation de véhicules, d’argent et de bijoux en or, en plus d’une destruction massive des infrastructures, notamment à Tulkarem et à Jénine.

En plus de ces arrestations, les forces d’occupation israéliennes ont procédé à des exécutions sommaires, notamment contre des membres des familles des détenus.

Au moins 13 prisonniers ont trouvé le martyre dans les prisons et camps de l’occupation après le 7 octobre, du fait des mauvais traitements :

– Omar Daraghmeh de Tubas,

– Arafat Hamdan de Ramallah,

– Majid Zaqoul de Gaza,

– Un quatrième martyr dont l’identité est inconnue,

– Abdulrahman Mar’i de Salfit,

– Thaer Abu Asab de Qalqilya

– Abdulrahman Al-Bahsh de Naplouse,

– Mohammed Al-Sabbar d’Al-Khalil.

– Khaled Shaweesh de Tubas,

– Izz El-Din Al-Banna de Gaza,

– Asif Al-Rifai de Ramallah,

– Ahmad Rizk Qudeih,

-Juma Abou Ghneimeh

(En plus du détenu blessé Mohammed Abu Sneineh d’Al-Quds qui a trouvé le martyre après avoir été blessé et arrêté la veille).

Les médias sionistes ont récemment révélé le martyre de 27 détenus de Gaza. L’occupation refuse de divulguer toute information concernant leur sort, ne reconnaissant qu’une seule exécution.

Ces données excluent les cas d’arrestation à Gaza, estimés à plusieurs milliers.

Le nombre de nouveaux prisonniers dépasse 9 100, parmi lesquels 3 558 détenus administratifs sont détenus sans inculpation ni procès. Parmi les détenus de Gaza, 793 sont classés comme « combattants illégaux ».

***

Communiqué de la Commission des Affaires des Prisonniers et ex-Prisonniers Palestiniens

Source : Resistance News Network

Traduction : lecridespeuples.fr (Substack)

L’occupation intensifie les arrestations des prisonniers libérés de l’échange qui a eu lieu le 19 novembre 2023.

La Commission des Affaires des Prisonniers et des Ex-Prisonniers Palestiniens ont déclaré que les autorités d’occupation « israéliennes » avaient intensifié les arrestations des prisonniers libérés en novembre dernier dans le cadre des termes de l’accord de trêve entre le Hamas et Israël, portant le nombre de prisonniers d’arrestations parmi les ex-détenus à 13. L’occupation continue de détenir 11 d’entre eux, le dernier d’entre eux étant Rawda Abu Ajmia, du camp de Dheisheh, libéré puis arrêté hier.

Parmi les personnes qui ont été de nouveau arrêtées se trouvaient trois enfants de moins de 18 ans, à savoir : Muhammad Anis Turabi, 17 ans, de Naplouse ; Ahmed Walid Khashan, 17 ans, de Jénine ; et Omar Abdullah Al-Haj, 17 ans, d’Areeha.

Quatre autres personnes à peine majeures ont également été arrêtées. Il s’agit de : Youssef Abdullah Al-Khatib, 18 ans, d’Areeha, qui a été de nouveau transféré en détention administrative pour cinq mois, Ahmed Noman Abu Naim, 18 ans, de Ramallah, qui a été transféré en détention administrative pour six mois ; Yahya Muhammad Erhamiyah, qui a été transféré en détention administrative pendant quatre mois, et Obada Hossam Khalil, 19 ans, de Ramallah, où il a également été transféré en détention administrative pour quatre mois.

La Commission a ajouté que parmi les prisonniers libérés qui ont été de nouveau arrêtés se trouvaient quatre prisonnières : Aseel Samih Khader, 22 ans, de Ramallah, toujours détenue ; Hanane Barghouti, 60 ans, de Ramallah, qui est la sœur du prisonnier Marwan Barghouti qui a passé un total de 44 ans dans les prisons d’occupation, où elle a été transférée dans des prisons administratives ; la prisonnière Wilaa Tanji de Naplouse, qui est toujours détenue, en plus de la prisonnière Rawda Abu Ajmia.

Les échanges conclus dans le cadre de l’accord de trêve ont permis la libération de 240 femmes et enfants détenus dans les prisons d’occupation.

L’occupation a adopté et continue de mener une politique de ré-arrestation et de ciblage des anciens détenus, comme la question de l’arrestation des ex-détenus dans le cadre du programme « Fidèles à la liberté » conclu en 2011, qui constitue l’un des problèmes les plus graves auxquels les anciens détenus ont été confrontés ces dernières années.

***

Déclaration du Président du Club des prisonniers palestiniens, Abdullah Al-Zughari

Source : Resistance News Network, 18 mars 2024

Traduction : lecridespeuples.fr (Substack)

L’assaut contre le leader Marwan Barghouti et les dirigeants du mouvement des prisonniers dans la prison de Megiddo fait partie de l’approche continue de l’occupation visant les dirigeants de notre peuple.

L’assaut mené récemment par les unités de répression contre Marwan Barghouti [il a été assailli dans sa cellule les 6 et 12 mars, et laissé le visage en sang], membre du Comité central du mouvement Fatah, et un groupe de dirigeants du mouvement des prisonniers, notamment les prisonniers Thabet Mardawi et Salama Qatawi de la prison de Megiddo, s’inscrit dans la démarche historique et continue de l’occupation visant à cibler les dirigeants de notre peuple, y compris les dirigeants du mouvement des prisonniers.

Al-Zughari a mis en garde contre les actions de l’occupation qui ont conduit au meurtre d’un plus grand nombre de nos prisonniers, y compris des dirigeants du mouvement des prisonniers dans ses prisons et camps, en raison de la torture brutale qui s’est intensifiée depuis le 7 octobre, en particulier depuis qu’au moins 13 prisonniers sont morts dans les prisons et les camps de l’occupation, sans compter le nombre de martyrs détenus à Gaza révélé par l’occupation.

Al-Zughari a affirmé que l’occupation, parallèlement à ses crimes en cours, a utilisé ses médias pour inciter contre les prisonniers détenus et se vante de ses crimes contre eux, une partie de cette incitation visant le leader Barghouti.

Al-Zughari a tenu l’occupation « israélienne » entièrement responsable du sort du leader Barghouti et de tous les prisonniers dans les prisons de l’occupation « israélienne » et a demandé à toutes les institutions internationales des droits de l’homme d’assumer leurs responsabilités et de protéger leur rôle, en mettant fin à la dégradation humaine et morale mondiale qui continue à permettre à l’occupation d’agir comme si elle était au-dessus de toutes les normes humanitaires.

Il est à noter que l’occupation mène des opérations répétées de transfert et d’isolement contre les dirigeants du mouvement des prisonniers, dont le leader Barghouti, qui a été déplacé à plusieurs reprises d’un isolement à un autre, plus récemment à l’isolement de la prison Megiddo.

***

Déclaration du Chef de la Commission des Affaires des Prisonniers et Ex-Prisonniers Palestinien, Qaddoura Fares

Source : Resistance News Network, 18 mars 2024

Traduction : lecridespeuples.fr (Substack)

L’administration des prisons « israéliennes » a intensifié ses mesures contre les prisonniers, hommes et femmes, depuis le début du Ramadan.

L’administration des prisons de l’occupation « israélienne » a multiplié les mesures répressives, notamment les passages à tabac brutaux, les insultes, les dégradations et la confiscation des Corans des cellules.

La nomination de Kobi Yaakobi comme directeur par intérim de l’administration pénitentiaire, considéré comme fidèle au fasciste Itamar Ben-Gvir, vise à prouver sa loyauté à son poste, assurant sa nomination comme Directeur effectif de l’administration pénitentiaire aux dépens de la dignité, de la santé et de la vie des prisonniers.

La situation est devenue plus dangereuse qu’on pourrait l’imaginer, et la vie des prisonniers est véritablement menacée.

Les prisonniers placés à l’isolement sont soumis à diverses formes de torture et d’humiliation de la part des geôliers et des unités spéciales.

Parmi les personnes les plus ciblées par ces politiques ces derniers jours figurent le leader Marwan Barghouti, qui a également été agressé, ainsi que le prisonnier Thabet Mardawi, et leur prise pour cible constitue une menace réelle pour leur vie.

Nous appelons tous les Palestiniens à assumer leurs responsabilités face à ces politiques criminelles, en utilisant toute leur énergie et toutes leurs capacités pour protéger les prisonniers et en leur fournissant un moyen de dissuasion et une immunité pour les soutenir.

Pour soutenir ce travail censuré en permanence (par Youtube, Facebook, Twitter, Vimeo, Dailymotion, Mediapart), et tout récemment par le Ministère de l’intérieur français, et ne manquer aucune publication, faites un don, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur notre nouveau blo

Partager

Mots clés:

Plus d’histoires dePalestine