Aller à…
RSS Feed

18 juillet 2024

Le compte à rebours a commencé pour l’entité sioniste


À mon avis le compte à rebours a commencé dès la création de l’entité.

Haaretz est un des quotidiens importants de l’entité sioniste. Il se distingue des autres par la place qu’il donne à des opinions parfois très divergentes d’avec le sionisme ordinaire. Une des plumes divergentes les plus connues de ce quotidien est le journaliste Gideon Levy, une personnalité courageuse. Une autre de ces personnalités remarquables est la journaliste Amira Hass.

Malgré tout, Haaretz reste un média sioniste et il participe largement à la diffusion de la propagande de l’État sioniste où il occupe une position «centriste» à la recherche d’un sionisme présentable. À ce titre, il est soucieux de l’avenir de l’entité, avenir qu’il perçoit comme compromis si on en croit cet éditorial non signé, probablement parce qu’il reflète le point de vue majoritaire de sa rédaction.

Mounadil al Djazaïri

*
La brutalisation d’Israël est en bonne voie. Si nous n’agissons pas, son effondrement n’est qu’une question de temps
Il est impossible de regarder les photos des manifestants laids et violents lors du défilé de la suprématie juive dans les rues de Jérusalem mercredi sans entendre l’avertissement du professeur Yeshayahu Leibowitz résonner en arrière-plan. «La fierté nationale et l’euphorie qui ont suivi la guerre des Six Jours sont temporaires et nous feront passer d’un nationalisme fier et montant à un ultranationalisme extrême et messianique. La troisième étape sera la brutalité et la dernière étape sera la fin du sionisme», avait déclaré le philosophe clairvoyant.

Le processus de brutalisation est à son paroxysme. «L’esprit général était celui de la vengeance», a écrit Nir Hasson, journaliste à Haaretz, agressé par une bande d’adolescents qui l’ont jeté à terre et lui ont asséné des coups de pied. «Le symbole principal sur les chemises des manifestants était le poing kahaniste, leur principal slogan était un cri de vengeance particulièrement sanglant, à côté des slogans «Mort aux Arabes» et «Que leur village brûle». Leur ministre le plus populaire était Itamar Ben-Gvir et l’ambiance générale était effrayante».

Hasson n’était pas non plus la seule personne à avoir été agressée. Les émeutiers ont menacé, insulté, bousculé et attaqué les passants palestiniens et toute personne identifiée comme journaliste ou tentant de les filmer. La raison pour laquelle ils ont attaqué les journalistes est qu’ils n’ont pas trouvé suffisamment de victimes palestiniennes, car les familles palestiniennes étaient retranchées chez elles. Elles savaient déjà que lorsque les juifs célèbrent la Journée de Jérusalem, il est préférable de quitter la voie publique pour que les fêtards ne soient pas tentés de les lyncher.

Nous ne parlons pas d’une poignée de mauvaises herbes ou de l’un des autres euphémismes utilisés par certaines parties du mouvement sioniste religieux dans sa pleine incarnation kahaniste. La brutalité ne se limite plus aux marges ou aux colonies et avant-postes de colonisation ; elle s’est répandue dans toutes les directions. Ce qui est terrifiant, c’est qu’elle a même pénétré l’armée, la Knesset et le gouvernement.

Des ministres et des membres de la Knesset se sont joints aux milliers de manifestants, et certains ont même dansé sur ce chant sanglant de vengeance, «Pour un seul de mes deux yeux sur la Palestine», qui parle de la vengeance du Samson biblique contre les Philistins. Les ministres Bezalel Smotrich et Miri Regev ont défilé, tout comme les députés Tzvi Succot, Simcha Rothman et Almog Cohen, et bien sûr le roi des Kahanistes, Ben-Gvir, qui a profité de l’occasion pour menacer le statu quo sur le Mont du Temple (connu des Musulmans sous le nom de Haram al-Sharif, le site de la mosquée Al-Aqsa) et fomenter une guerre religieuse.

Si le centre politique israélien n’agit pas pour renvoyer les extrémistes en marge de la société, éliminer le kahanisme et éliminer la croissance maligne de l’occupation du corps politique, la chute finale d’Israël ne sera qu’une question de temps. Le compte à rebours a commencé.

source : Haaretz via Mounadil al Djazaïri

Partager

Mots clés: ,

Plus d’histoires deSIONISME