Aller à…
RSS Feed

18 juillet 2024

Le chef du Hezbollah déclare que son groupe affrontera Israël sur terre, dans les airs et en mer, et menace de prendre Chypre pour cible


Hezbollah Leader Says Group Will Face Israel At Ground, Air & Sea, Threatens To Target CyprusLe chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, s’exprime lors d’une cérémonie commémorant un haut commandant du Hezbollah, le 19 juin 2024 (Al-Manar TV\Screenshot)

Le 19 juin, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a averti que personne en Israël ne serait à l’abri si une guerre éclatait, tout en menaçant Chypre et en faisant allusion à un éventuel blocus naval en mer Méditerranée.

Le groupe lance des attaques contre Israël depuis le Liban depuis le début de la guerre dans la bande de Gaza en octobre dernier, en soutien au mouvement Hamas et à d’autres factions armées de l’enclave palestinienne. Jusqu’à présent, l’armée israélienne a limité sa réponse à une campagne aérienne de faible envergure.

S’exprimant lors d’une cérémonie en l’honneur de Taleb Abdullah, haut commandant militaire du Hezbollah assassiné par Israël la semaine dernière, M. Nasrallah a souligné que le groupe ne voulait pas d’une « guerre totale » avec Israël.

Il a ensuite averti Israël qu’il devait se préparer à des attaques terrestres, aériennes et maritimes s’il décidait de lancer une véritable offensive contre le Liban.

« En cas de guerre, aucun endroit d’Israël ne serait épargné par les armes du groupe, a averti M. Nasrallah, affirmant que le Hezbollah se battrait « sans règles » et « sans plafonds ».

« L’ennemi sait bien que nous nous sommes préparés au pire… et qu’aucun endroit… ne sera épargné par nos roquettes », a déclaré le chef du Hezbollah.

« Israël sait que ce qui l’attend en Méditerranée est très grand », a ajouté M. Nasrallah, sans donner plus de détails, laissant peut-être entendre que le groupe pourrait imposer un blocus naval aux ports israéliens et attaquer les plates-formes gazières offshore du pays.

Au cours de son discours, M. Nasrallah a également proféré une menace surprenante à l’encontre de Chypre, déclarant que ce pays avait permis à Israël d’utiliser ses aéroports et ses bases pour des exercices militaires et que le Hezbollah pourrait le considérer comme « une partie de la guerre » et le frapper.

« Ouvrir les aéroports et les bases chypriotes à l’ennemi israélien pour cibler le Liban signifierait que le gouvernement chypriote fait partie de la guerre et que la résistance s’en occupera comme d’une partie de la guerre », a déclaré le dirigeant.

Dans le passé, Chypre a autorisé Israël à organiser des exercices militaires sur son territoire. L’île accueille également deux bases britanniques qui ont été utilisées pour des opérations militaires en Syrie et au Yémen dans le passé. En outre, des avions espions britanniques ont décollé de Chypre pour mener des opérations au-dessus de Gaza en soutien à Israël. Des avions de guerre britanniques ont également décollé de Chypre pour aider à contrecarrer une attaque massive de drones et de missiles lancée par l’Iran contre Israël en avril dernier.

En réponse à la menace de M. Nasrallah, le président chypriote Nikos Christodoulides a déclaré que son pays « n’est en aucun cas impliqué » dans des opérations militaires dans la région ou ailleurs, ajoutant que les remarques du dirigeant libanais « ne reflètent en aucun cas ce qui est tenté, à savoir donner l’impression que Chypre est impliquée dans des opérations militaires ».

Le président a souligné que Chypre faisait « partie de la solution et non du problème » et qu’elle était reconnue dans le monde arabe et au niveau international par le biais d’initiatives telles que le corridor maritime Chypre-Gaza, qui permet d’acheminer de l’aide humanitaire par bateau vers la bande de Gaza. Il a également déclaré qu’il existait des voies de communication avec le Liban et l’Iran « par des moyens diplomatiques ».

Les affrontements à la frontière israélo-libanaise se sont récemment intensifiés, l’armée israélienne ayant approuvé les plans d’une offensive au Liban en début de semaine.

Jusqu’à présent, les affrontements frontaliers ont causé la mort de dix civils du côté israélien, ainsi que celle d’au moins 15 soldats et réservistes des FDI. Du côté libanais, plus de 500 personnes ont été tuées, dont 329 combattants du Hezbollah et au moins 90 civils.

Les avertissements de Nasrallah indiquent que le Hezbollah est prêt à affronter de plein fouet une offensive israélienne sur le Liban. Il n’est pas logique qu’Israël se lance dans une telle aventure à l’heure actuelle, mais les dirigeants du pays pourraient opter pour une nouvelle guerre afin de rester au pouvoir et de détourner l’attention de l’opinion publique de l’échec à Gaza.

Partager

Mots clés:

Plus d’histoires deLibye