Aller à…
RSS Feed

18 juillet 2024

Les dimensions géopolitiques et juridiques de l’avertissement de Nasrallah à Chypre


La récente mise en garde adressée à Chypre par le chef du Hezbollah contre une coopération militaire avec Israël rappelle les précédents juridiques et historiques qui justifient le droit d’un État à se défendre contre des actes d’agression perçus.

Par Mohamad Hasan Sweidan (revue de presse : The Cradle – 25 juin 2024)*

Le 19 juin, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a mis en garde Chypre contre le fait de laisser Israël utiliser des bases militaires et des aérodromes sur le territoire chypriote pour frapper des cibles à l’intérieur du Liban.

L’avertissement de Nasrallah pourrait être perçu comme une escalade, suggérant que le Hezbollah entraîne un pays tiers dans le conflit. Cependant, d’un point de vue opérationnel, c’est Israël qui implique Nicosie via une coopération militaire. Les propos de Nasrallah prennent de l’importance à la lumière des rapports suggérant l’utilisation potentielle par Israël de bases militaires chypriotes dans un futur conflit avec le Liban.

L’avertissement du Hezbollah est devenu de plus en plus nécessaire après la publication de rapports suggérant que les plans de Tel Aviv pour toute guerre future avec le Liban incluent l’utilisation de bases militaires à Chypre.

Parallèles avec la crise des missiles de Cuba

La crise des missiles de Cuba en 1962 est un parallèle historique qui met en lumière la gravité de ces tensions géopolitiques. Les États-Unis ont failli entrer dans un conflit nucléaire avec l’Union soviétique après avoir découvert des missiles nucléaires soviétiques à Cuba, à une courte distance des côtes de Floride.

Dans un discours télévisé , le président John F. Kennedy a déclaré que les États-Unis ne toléreraient pas ces sites de missiles, les qualifiant de « menace secrète et imprudente pour la paix mondiale ». Il a convoqué ses conseillers pour envisager des options militaires, notamment des frappes aériennes et une invasion de Cuba. Cependant, craignant une escalade nucléaire, les États-Unis ont opté pour un blocus naval pour empêcher de nouvelles expéditions soviétiques, marquant ainsi une position ferme contre « l’agression » soviétique.

L’avertissement de Nasrallah peut être considéré dans un contexte similaire. La coopération militaire de Chypre avec Israël, qui comprend des manœuvres simulant une invasion du Liban , constitue une menace directe pour la sécurité libanaise. Il y a même eu des rapports selon lesquels Israël aurait l’intention d’utiliser des bases aériennes à Chypre et en Grèce pour frapper le Liban, Tel Aviv s’attendant à ce que le Hezbollah frappe les aéroports de la Palestine occupée lors de toute guerre future.

Légitimité de l’avertissement de Nasrallah

Il convient d’être plus attentif aux propos de Nasrallah, notamment lorsqu’il déclare :

Ouvrir les aéroports et les bases chypriotes à l’ennemi israélien pour cibler le Liban signifierait que le gouvernement chypriote fait partie de la guerre, et que la résistance la traitera comme une partie de la guerre.

En outre, les remarques de Nasrallah sont conformes au droit international, en particulier à la Charte des Nations Unies, qui autorise la légitime défense en réponse à une attaque armée. L’article 51 de la Charte stipule :

Aucune disposition de la présente Charte ne portera atteinte au droit inhérent de légitime défense individuelle ou collective en cas d’attaque armée contre un Membre des Nations Unies jusqu’à ce que le Conseil de sécurité ait pris les mesures nécessaires au maintien de la paix et de la sécurité internationales. Les mesures prises par les Membres dans l’exercice de ce droit de légitime défense seront immédiatement signalées au Conseil de sécurité et n’affecteront en aucune manière l’autorité et la responsabilité du Conseil de sécurité en vertu de la présente Charte de prendre à tout moment les mesures qu’il juge nécessaires. qu’il juge nécessaire pour maintenir ou restaurer la paix et la sécurité internationales.

La Charte autorise le recours à la force armée dans des conditions strictes. Le plus important d’entre eux est que la légitime défense soit une réponse à une attaque armée lancée par un ou plusieurs États. Une attaque menée par des groupes de résistants n’est pas considérée comme une justification suffisante pour la légitime défense.

La réponse doit également être proportionnée à l’attaque et limitée à ce qui est nécessaire pour la repousser, en évitant autant que possible le recours à la force armée.

L’avertissement de Nasrallah s’inscrit donc dans les conditions fixées par l’ONU. Premièrement, elle vise un État en cas de participation à des attaques contre le Liban. Deuxièmement, cela indique que la résistance est prête à répondre de manière proportionnée en ciblant la géographie utilisée pour lancer ces attaques.

Le leader du Hezbollah a même confirmé que la résistance essayait d’éviter d’atteindre le stade où elle pourrait devoir frapper des cibles à Chypre, car son avertissement vise à empêcher Nicosie de permettre que son territoire devienne un point de départ des hostilités vers le Liban.

Une réponse proportionnelle à un acte d’agression

Le sens traditionnel du droit à la légitime défense découle de l’ affaire Caroline , qui remonte à 1837, lorsque les forces britanniques ont pénétré sur le sol américain, capturé le Caroline – un navire transportant de l’aide américaine aux rebelles contre les Britanniques au Canada – et l’a poussé dans les chutes du Niagara, tuant le citoyen américain Amos Dorvey.

Sur la base de cette affaire, les critères de nécessité et de proportionnalité ont été établis en droit international comme principales conditions de légitime défense. Cela signifie que le recours à la force doit être nécessaire pour prévenir tout dommage causé à un État et proportionné à l’ampleur de la menace.

Par exemple, si Israël utilise le territoire chypriote pour frapper le Liban, une attaque contre les bases à partir desquelles opèrent les avions israéliens serait nécessaire pour neutraliser cette capacité. En ciblant les points de rassemblement des avions, la réponse est proportionnelle à la menace.

En outre, si Israël utilise des bases militaires à Chypre pour attaquer le Liban, cela sera probablement considéré comme un acte d’agression au sens de l’article 3(f) de la résolution 3314 (XXIX) de l’Assemblée générale des Nations Unies. Cet article précise que permettre à un État partie d’utiliser son territoire pour agir de manière agressive contre un État tiers sera considéré comme un acte d’agression. Ainsi, légalement, Chypre serait complice de l’agression israélienne si elle permettait que son territoire soit utilisé pour des attaques contre le Liban.

Bases britanniques à Chypre

En 1959, dans le cadre de l’indépendance de Chypre de la domination coloniale britannique (1960), la Turquie, la Grèce et le Royaume-Uni ont signé un traité en vertu duquel la Grande-Bretagne a reçu ce que l’on appelle les bases souveraines britanniques, qui sont soumises au contrôle direct du Royaume-Uni.

Aux termes de l’accord, l’armée britannique conservait deux petites zones : l’une à Akrotiri, près de Limassol, au sud-ouest, et l’autre à Dhekelia, près de Larnaca, au sud-est. Les deux territoires – couvrant un peu moins de trois pour cent du territoire de l’île, soit environ 253 kilomètres carrés – ont leur propre police, administration et douanes et sont administrés comme s’ils faisaient partie de la Grande-Bretagne.

Ces bases ont toujours été utilisées pour le soutien logistique des opérations de l’OTAN en Méditerranée et en Asie occidentale.Fin mai, le site d’investigation Declassified UK rapportait que l’armée britannique, via la Royal Air Force à Akrotiri à Chypre, avait transféré 60 avions vers Israël depuis octobre. Le même rapport indique que la base est secrètement utilisée par l’US Air Force pour acheminer des armes vers Israël.

Par conséquent, même si ces bases sont considérées comme des territoires britanniques, les avertissements de Sayyed Nasrallah s’appliquent également à tous les acteurs de la région, et pas seulement à Chypre. Cela signifie que toute intervention directe d’un acteur de la région pour soutenir les opérations militaires israéliennes contre le Liban sera la cible du Hezbollah et probablement de l’Axe de la Résistance.

Réponse diplomatique libanaise

Compte tenu de la coopération militaire israélo-chypriote croissante, l’avertissement de Nasrallah à Chypre est sans aucun doute rationnel et nécessaire. Cependant, c’était idéalement le gouvernement libanais qui aurait dû envoyer un message sévère à Nicosie.

Il est important de rappeler que le ministère libanais des Affaires étrangères a publié en février 2022 une déclaration condamnant l’invasion russe de l’Ukraine, appelant Moscou à mettre fin aux opérations militaires et à retirer immédiatement ses forces.

Malgré le manque d’implication du Liban dans ce conflit et son intérêt à renforcer ses relations avec la Russie, une nation historiquement amicale, le ministère libanais des Affaires étrangères s’est aligné sur les exigences de Washington, qui vont souvent à l’encontre des intérêts de Beyrouth.

L’examen des réactions chypriotes à l’avertissement de Nasrallah révèle qu’une position courageuse et souveraine du Liban aurait pu rappeler à Chypre les dangers de sa coopération avec Israël. Les déclarations officielles et les articles de presse chypriotes ont souligné l’engagement de Chypre en faveur de la paix et sa volonté d’éviter de s’impliquer dans des conflits régionaux. Cependant, le ministre grec des Affaires étrangères George Gerapetritis a déclaré : « Il est absolument inacceptable de proférer des menaces contre l’État souverain de l’Union européenne ».

Certains articles considéraient même l’avertissement de Nasrallah comme quelque chose qui devait être pris au sérieux. Les précédents historiques, comme la crise des missiles cubains de 1962, ainsi que les lois et normes internationales légitiment toute action que le Hezbollah pourrait entreprendre si Israël utilisait le territoire chypriote pour frapper le Liban.

Fondamentalement, les avertissements du mouvement de résistance libanais soulignent la nécessité pour le Liban d’affirmer sa souveraineté et de faire face diplomatiquement aux risques posés par la coopération militaire israélo-chypriote.

*Source : The Cradle

Partager

Mots clés:

Plus d’histoires deLibye