Aller à…
RSS Feed

29 novembre 2020

Lettre/Petition Al Jazeerra et lettre aux députés


Doc 1
et
DOC 2 Lettre/Pétition/LIBYE
A l’attention des élus de la nation

Doc 1 LE VRAI VISAGE D’AL-JAZEERA :
‘’Appel au meurtre’’

Paris le 4/7/2001Suite à la plainte en pénal déposée par MSPL (association française pour l’amitié et le développement des échanges pacifiques entre les peuples européens et libyen)

La 17 chambre du tribunal de Paris a fixé aujourd’hui, la date du procès en pénal au 18 octobre 2011

COMMUNIQUE DE PRESSE

LE VRAI VISAGE D’AL-JAZEERA :

‘’Appel au meurtre’’

Cette chaîne de télévision est née le 1er novembre 1996, quelques mois après le renversement de l’Emir légitime par son propre fils Hamad Ibn Khalifa Al-Thani, avec la complicité de son cousin Hamad Ibn Jassim Al-Thani. Le noyau dur de l’équipe éditoriale d’Al-Jazeera venait de la BBC Arabic Télévision.

Ainsi, cette chaîne de télévision est née à partir d’une usurpation de pouvoir, et d’un mariage incestueux entre un journalisme à l’occidental et une idéologie wahhabite des plus rétrogrades.

Les cinq premières années de sa diffusion, cette chaîne s’est distinguée de toutes les autres télévisions arabes, par son professionnalisme et sa liberté de ton. Elle a pu ainsi gagner la confiance d’un public arabe sous informé et bâillonné. C’est à partir de ce crédit que la direction d’Al-Jazeera a changé de stratégie médiatique selon l’agenda politique du Qatar. Selon les révélations de Wikileaks, Al-Jazeera est en effet considérée par l’ambassadeur américain à Doha, comme « un outil diplomatique efficace » que le Qatar utilise en permanence comme une « monnaie d’échange pour ses négociations en politique étrangère. L’Emirat du Golfe ajusterait le contenu d’Al-Jazeera afin de convenir aux chefs d’Etat étrangers en proposant l’arrêt des critiques contre des concessions majeures ».

Rappelons pour mémoire que cette chaîne a galvanisé les lycéennes françaises à porter le voile. Elle a alimenté la polémique sur les caricatures du Prophète, la conférence du Pape à Ratisbonne et les événements urbains de 2005. Elle a soutenu les Talibans, sacralisé Ben Laden, semé la zizanie entre l’OLP et le Hamas. Conformément à son idéologie intégriste, elle a constamment joué sur le conflit entre l’Occident et l’Orient, entre l’Islam et le Christianisme.

Depuis 2003, son Directeur général est le palestinien Waddah Khanfar, un disciple des Frères Musulmans. L’un des ses directeurs d’information est l’égyptien Ayman Jaballah, un adepte de Jamiat Ettabligh. Son Mufti attitré, qui est aussi actionnaire d’Al-Jazeera, est l’intégriste Youssef Qardaoui, celui que Nasser a déchu de sa nationalité pour haute trahison.

Comme l’ont courageusement reconnu tous les présentateurs vedettes qui ont démissionné, Al-Jazeera a joué dans les révoltes arabes un rôle de subversion et de désinformation. Elle s’est affichée comme une télévision militante et clairement islamiste.

Dans peu de temps, Al-Jazeera va lancer sa version française pour continuer sa stratégie de conquête, en direction cette fois-ci des musulmans francophones. Elle compte ainsi prendre le contrôle de l’Islam de France pour l’imprégner de son idéologie islamiste.

Indépendamment du procès que nous avons intenté contre Al-Jazeera, pour appel au meurtre, nous appelons tous les hommes libres de ce pays, les intellectuels, les hommes politiques, les élus, les journalistes…à faire preuve de vigilance contre cette chaîne, qui a fait du prosélytisme islamiste et de la désinformation sa marque de fabrique. Selon l’adage, « On peut mentir quelquefois à quelques uns, mais on ne peut pas mentir tout le temps à tout le monde ».

MSPL (association française pour l’amitié et le développement des échanges pacifiques entre les peuples européens et libyen) contacte : [email protected] Ou par téléphone au 06 12 53 99 13 (Laisser un message sur le répondeur en cas d’absence)

L’appel au meurtre sur Aljazzira !

Le lundi 21 février 2011, sur la chaîne qatari Al Jazeera, le Cheikh Yusuf al-Qaradawi était interviewé sur la situation en Libye à 23 heures 40 GMT.

Les propos échangés, selon leur traduction en français assermentée, ont été les suivants

La présentatrice :

Ici avec nous dans le studio Cheikh Yusuf al-Qaradawi, président de l’union mondiale des oulémas de musulmans.

Bienvenue Cheiks ici avec nous dans le studio. Il se peut que le dernier développement de la journée soit la force aérienne, l’aviation militaire contre les citoyens non armés dans la capitale libyenne, Tripoli, des avions Mirage et non des petits avions, ces avions de combat transportent des missiles et des canons anti-chars sont maintenant utilisés

contre les manifestants ? Qu’est ce que vous dites à propos de ce qui se passe ?

Yussuf al-Qaradawi :

Au nom de Dieu… (prière)

Que peut-on dire ? Je n’ai pas vraiment envie de dire quelque chose à Kadhafi parce qu’on ne parle qu’à un être possédant la raison…Cet homme n’est plus raisonnable….Tu attaques le peuple avec des avions O Kadhafi. Tu attaques les civils, les gens dans les rues ! et tu les soumets au bon vouloir des mercenaires qui viennent prendre l’argent du peuple libyen….Pour servir ta personne, pour allonger ta continuité au pouvoir….Nous suivons les évènements en temps réel. Le monde a changé et ces gens ne changent pas…

Le présentateur (Mohamed Krishan l’interrompant) « Désolé, Kadhafi dit qu’il n’est pas Ben Ali ni Moubarak, nous allons nous battre jusqu’au dernier homme et le sang va couler »

Le Cheikh Yusuf al-Qaradawi :

« Se battre contre qui ? se battre contre son peuple ? Je promulgue une fatwa….Les officiers et soldats qui peuvent tuer Mouammar Kadhafi, celui parmi eux qui peut tirer un coup de feu sur lui, qu’il le fasse …. »

La présentatrice :

On dit que celui qui tire sur son peuple comme un colonisateur doit être traité comme un colonisateur . Dans ce contexte, quel est le message pour le peuple libyen ?

Le Cheikh Yusuf al-Qaradawi

….Je lui dis, persiste dans ta position….Je recommande au peuple libyen de continuer (la bataille)…

Le présentateur Mohamed Krishan

Ceci pour le peuple libyen…(désolé) qu’en est-il du devoir de solidarité pour les Arabes. Il y a, paraît-il, une réunion de la Ligue arabe. Avez-vous un appel à lancer dans ce sens ?

Le Cheikh Yusuf al-Qaradawi

…Je veux que les ambassadeurs de tous les pays du monde se dissocient de ce régime (de Kadhafi). J’appelle toute personne ayant la capacité de dire un mot de vérité ou à faire un acte positif, à ne pas épargner ses efforts.

Le présentateur Mohamed Krishan

Merci beaucoup votre Eminence Cheikh Yusuf al-Qaradawi d’être venu au studio face à cette violence sans précédent en Libye.

La présentatrice : Y-a-t-il un dernier mot que vous voulez dire ?

Le Cheikh Yusuf al-Qaradawi : …(Prière et invocation contre Kadhafi)…Amen

La présentatrice …Amen, je vous remercie.

Membre de la confrérie des frères musulmans, le Cheikh Yusuf al-Qaradawi est président de l’union mondiale des oulémas (savants) musulmans, et dirige le Conseil européen de la fatwa.

Selon le dictionnaire Larousse, en droit islamique une fatwa est une consultation juridique, donnée par une autorité religieuse, à propos d’un cas douteux ou d’une question nouvelle ; décision ou décret qui en résulte.

Les propos suivants, « Je promulgue une fatwa….Les officiers et soldats qui peuvent tuer Mouammar Kadhafi, celui parmi eux qui peut tirer un coup de feu sur lui, qu’il le fasse …. », émanant d’une autorité religieuse compétente, et diffusés par la chaîne de télévision Al Jazeera captée dans le monde entier et notamment en France depuis le 21 février 2011 à compter de 23 heures GMT sont susceptibles de constituer des faits de complicité de délit de provocation au meurtre, faits prévus et réprimés par 121-6 et 121-7 du Code pénal et les articles 23, 24 1°, et 42 de la loi du 29 juillet 1881.

Ces propos diffusés dans le monde entier et notamment sur le territoire français à compter du 21 février 2011 sont restés accessibles par la suite sur le site internet de la chaîne Al Jazeera, et ont été diffusés en tous cas depuis temps non prescrit. Ils ont été repris sur de multiples sites internet

L’association Mouvement d’amitié et de coopération entre les peuples européen et libyen (M.P.S.L.) qui a pour objet « promouvoir et développer l’amitié, la solidarité entre les peuple européen et libyen par l’organisation d’évènements multiformes de communication, d’information, de visites, d’échanges et par tout autre moyen » subit un préjudice direct du fait des propos poursuivis et est recevable et fondée à se constituer partie civile et à réclamer réparation du préjudice subi, qu’elle évalue symboliquement à un euro, et à demander la publication sur le site internet de la Chaîne Al Jazeera d’un communiqué.

DOC 2
Libye : Non à la Guerre
Non à l’atlantisme suicidaire de la France.
Oui à L’HARMATTAN DE LA PAIX ! Non à celui de la guerre !

Nous citoyens français épris de paix et de justice assistants à la réunion témoignages et débats présidée par les écrivains de renommé internationale (Samir Amin, Robert charvin, Amor tahar etc) organisée à Paris le mercredi 29 juin 2011 par
MSPL (association française pour l’amitié et le développement des échanges pacifiques entre les peuples européens et libyen), et par
Les éditions L’Harmattan regroupant des milliers d’écrivains, qui ont appelé à l’arrêt immédiat des bombardements de la Libye par l’OTAN
Nous avons l’honneur d’être parmi Les signataires de la suivante

Lettre/Pétition/LIBYE

A l’attention des élus de la nation

Conformément à l’article 35 de la constitution française, les élus de la nation, au Sénat comme au Parlement, se pencheront dans les jours qui viennent sur la continuité ou l’arrêt des actions de guerre menées au nom de la France contre la Libye. Car, c’est de cela dont il s’agit en réalité et non point de protection des populations civiles, comme le martèle la propagande sous le haut commandement de Bernard-Henri Lévy. Ces opérations de guerre coûtent à la France 1 millions d’euros par jour !

Tout semble indiquer que contrairement aux élus US, les nôtres sont sollicités par les va-t-en-guerre, même si personne ne pense que le conflit libyen ne peut être résolu ainsi.

Mesdames et Messieurs les élus de la nation :

Nous tenons à vous alerter sur le sort des populations civiles en Libye, qui
subissent les bombardements de l’OTAN et particulièrement de l’aviation
française.
Au 1er juin, le nombre de civils morts sous les bombes était d’environ 800 et le
nombre de blessés graves dépassait les 4000. Depuis, les bombardements nocturnes
se poursuivent. A ce premier bilan, il faut ajouter la situation dramatique de
centaines de milliers de réfugiés de toutes nationalités fuyant les
bombardements sur les villes, y compris celles n’ayant connues aucun
affrontement comme Syrte ou Sebha. Des civils noirs (Libyens ou ressortissants
de divers pays africains) quittent le territoire parce qu’ils sont massacrés par
les insurgés qui les assimilent tous à des « mercenaires ».
De multiples bâtiments publics sans intérêts militaires, des immeubles et des
villas privées, des éléments de l’infrastructure industrielle ou culturelle sont
détruits. Il convient également de relever les tirs ciblés visant des
personnalités civiles et leur famille, comme celui qui a tué l’un des fils de M.
Kadhafi et trois de ses petits enfants. Ces bombardements et ces tirs relèvent,
selon les Conventions de Genève et du protocole de 1977 ainsi que du Traité de
Rome et de la Cour Pénale Internationale, des crimes de guerre et des crimes
contre l’Humanité.
Ces bombardements n’ont aucunement fait évoluer la situation. Le conflit s’enlise,
sans perspective de solution militaire, sauf nouvelle résolution du Conseil de
Sécurité autorisant l’intervention terrestre, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.
L’Europe est particulièrement impliquée bien que de nombreux liens aient été
tissés avec la Libye dans une période récente.

Les résolutions 1970 du 26 février 2011 et 1973 du 17 mars 2011 ont été adoptées
dans la précipitation à l’initiative de la France (précipitation dénoncée
notamment par l’Inde) sur la base d’informations médiatiques (Al Jazeera) non
vérifiées.

L’application de ces résolutions par la France (malgré les réserves de notre
Ministre de la Défense ) constitue une violation ouverte de la
légalité internationale et du mandat délivré par le Conseil de Sécurité.
Alors que la résolution 1970 décidait, à peine 8 jours après le début de
l’insurrection armée de Bengazi, des sanctions sur la base des données fournies par un
seul des belligérants, la résolution 1973 qui n’avait décidé « au nom de la
protection des populations civiles que l’interdiction de l’espace aérien aux
avions libyens », a été interprétée par la France comme l’autorisation d’une
intervention armée, consistant à neutraliser l’armée libyenne et à laisser faire les insurgés.
C’est donc sans aucun mandat que la France poursuit ce qui n’est en droit qu’une
agression contraire à la Charte des NU et violant la résolution 1973, elle même
obsolète désormais, car il s’agit d’éliminer M.Kadhafi, ses proches et de
liquider le régime libyen, de détruire un Etat membre de l’ONU.
Les Autorités françaises, les seules dans le monde, sont allées les premières reconnaître le
Conseil de Transition de Bengazi dont deux dirigeants sont d’ex-ministres du
gouvernement de Tripoli alors qu’ils avaient été mis en cause dans l’affaire
des « infirmières bulgares ». Il convient de rappeler que la tradition
diplomatique française est de reconnaître les Etats et non des insurgés.
Le rapport du centre International d’Etudes sur les tensions et du Centre
Français de Recherche sur le renseignement (Paris mai 2011), lisible sur le net,
rédigé à l’issue d’une enquête en Libye même, menée avec la participation d’
Yves Bonnet, ancien directeur de la DST est édifiant.

L’échec de l’opération militaire est patent et l’avenir de la Libye est plus que jamais
« incertain » s’il s’appuie sur les insurgés de Bengazi.
A moins d’être disposé à poursuivre le massacre des populations civiles et
d’être persuadé que la démocratie est un produit d’import-export, malgré les
actes de barbarie totale (visibles sur le net) et revendiqués par les insurgés
eux-mêmes, dont font partie des intégristes combattus par ailleurs, le temps de
la négociation et du cessez le feu est arrivé, non pour des raisons de coût mais
pour les plus élémentaires raisons humanitaires et par exigence de légalité.

Les Autorités de Tripoli, soutenues par 2150 Tribus réunies les 5 et 6 mai,
proposent :
– Le cessez le feu immédiat
– Le dialogue entre les parties libyennes, sans la participation de M.
Kadhafi
– Des élections sous observation internationale et une réforme
constitutionnelle à l’issue d’une courte période de transition.

Par delà les enjeux stratégiques maritimes ou énergétiques (pétrole et gaz) de
cette guerre, des ambitions du Qatar, des complicités de l’armée tunisienne et
de l’armée française pour faire passer des convois de matériel militaire dans le
Sud, le peuple libyen a droit à la vie et à la souveraineté.
Quelle que soit l’issue de la guerre menée par la France, le résultat final, si elle
se prolonge, sera un profond recul de son prestige ainsi que celui de l’Europe
dans le Monde Arabe et dans toute l’Afrique comme en témoignent les positions de
l’Union Africaine. N’oubliez pas que ce capital prestige, la France le doit à Charles de Gaulle jusqu’à Jacques Chirac, qui a osé dire Non à l’invasion de l’Irak en 2003.
L’échec des autres engagements de la France ne semble pas avoir servi de leçon.
L’insurrection armée du 17 février n’a rien à voir avec les mouvements
populaires des autres pays arabes. L’amalgame peut-être involontaire fait par les médias ne
correspond pas à la réalité. Pour protéger les populations civiles, la recherche
d’une solution politique s’impose de toute urgence.
Nous espérons que vous saurez, Mesdames, Messieurs les élus de la nation prendre
en considération notre appel, qui, au-delà de nos inquiétudes pour le peuple
libyen transmet également les aspirations des 2150 chefs de tribus libyennes.

Paris, le 29 juin 2011

Contacte MSPL [email protected] Tel 0033612539913

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,