Aller à…
RSS Feed

20 octobre 2020

La CPI désavouée par Ahmed Halfaoui


La CPI désavouée
Après des mois de «révolution» en Libye, l’OTAN commence à comprendre qu’on ne fait pas de révolution à la place des peuples. Ce qui est une bonne chose pour l’Afrique, qui a fini par sortir de son mutisme et qui s’est permis de ne pas hurler avec les loups. L’OTAN ne dit pas qu’elle s’est rendue compte qu’elle s’est fourvoyée dans une guerre sans fin et que son Conseil National de Transition est une bande d’opportunistes qui n’iront pas loin.

Elle se met juste à amorcer des retraits mesurées de façon à ne pas trop perdre la face. Même si elle consacre son CNT comme «seul et légitime représentant du peuple libyen».

Mouammar Kadhafi peut désormais ne pas quitter la Libye et y élire résidence. On peut se révolter devant un tel délit d’arrogance, qui autorise des puissances étrangères à décider à la place d’une population de qui doit la diriger, mais c’est pire que cela. On sait que la Cour pénale internationale, cette instance de justice pour indigènes, a mis Kadhafi en accusation, ce serait lettre morte pour les maîtres du monde.

Ils passent l’éponge sur la décision de la juge qui, si elle a la moindre miette de dignité, devrait démissionner, faute de pouvoir dédire Obama et ses affidés. Elle n’en fera rien, parce qu’aucune décision de ce type ne peut être prise sans une injonction. Maintenant on le sait. Il fallait une preuve pour les nigauds qui croient à la justice internationalisée, elle est là dans tout son cynisme. Un problème surgit avec ce que certains vivent en coup de théâtre.

Même si le colonel Kadhafi refuse de «bénéficier» de cette faveur, ce qu’il fera. Il ne sera plus possible pour la CPI de conserver sa crédibilité pour autant qu’elle en ait une. Et ce n’est pas une simple question de jurisprudence, plutôt de validité d’une institution qui apparaît au grand-jour en tant qu’arme de guerre contre ceux qui veulent résister à la domination. Kadhafi, après avoir été «déligitimé», lui et son entourage, après avoir été sommé de partir dès les premières heures de la mise en branle de l’opération CNT, après avoir été mis sous mandat d’arrêt international, est «autorisé à rester en Libye».

Au passage, il semble que cela n’a pas plu à Bernard-Henri Lévy qui est sorti de ses gonds (oui, il gère de près et au plus haut niveau les affaires du CNT). Malheureusement pour lui, les Etats-Unis ont pris le dossier en main depuis une semaine ou plutôt ont rappelé à leurs satellites qu’ils étaient les maîtres. Le «Guide» se voit donc offrir une atténuation des mesures qui pesaient sur lui. Dans le même temps, on est en présence du douloureux aveu que les massacres et les destructions des infrastructures et du patrimoine d’un peuple n’ont servi à rien. Ce qui rend plus pathétique cette façon aussi grossière que désespérée de vouloir obtenir la défaite d’un homme, quand il s’agit désormais de la lutte d’un peuple. Tant l’aveuglement est total et tant le peuple n’a jamais été concrètement envisagé. On en vient à la condition posée. Il faudrait qu’il se retire de la vie politique. Tout est dit. Il faut assurer au CNT le pouvoir, tout le pouvoir, alors que Kadhafi dans un regain de patriotisme des Libyens est devenu le symbole de la résistance.
Par Ahmed Halfaoui

Mots clés:

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,