Aller à…
RSS Feed

29 octobre 2020

L’UA ne reconnaît que le peuple libyen par Ahmed Halfaoui


L’UA ne reconnaît que le peuple libyen

Après un triomphalisme sans bornes, après des déclarations en rafales sur la «révolution» en Libye, les grands et puissants pères-fouettards de la «démocratie» ne sont plus aussi visibles. Même le philosophe cathodique ne se montre plus. C’est qu’il doit s’en passer des choses qui ne les agréent pas. A commencer par le spectacle offert par leurs «révolutionnaires». Un spectacle que les chaînes attitrées es «printemps arabe» ne montrent évidemment pas. Quelques vidéos sur la toile et c’est tout. Mais, devant la plus étouffante omerta médiatique que le monde ait connue, ces fuites symbolisent l’ampleur du fiasco du complot colonialiste. Ceux qui étouffent ne sont plus ce qu’on nous désigne. Quand on sait que tout le scénario monté contre le peuple Libyen repose sur la prétendue «protection» de cette bande d’opportunistes qui s’entretuent, on mesure le désarroi dans lequel se trouvent ceux qui ont écrit, voté et exécuté la criminelle résolution 1973. Ils font profil bas, partent en vacances et se déchargent de leurs turpitudes sur l’Afrique, qui ne «reconnaît que le peuple libyen». C’est ce qu’à dit Mohamed Ould Abdel Aziz au représentant des malfrats de Benghazi. On peut deviner que l’Africain sait très bien qu’une telle démarche de ces individus ne peut qu’être le fait d’un lâchage de l’OTAN, qui leur a ôté sa procuration pour l’arrogance. Ils doivent, s’ils arrivent à se rabibocher, affronter ce que prévoit la feuille de route de l’Union africaine, donc des élections, donc il n’est plus question qu’ils soient installés au pouvoir par l’OTAN. Deux obstacles insurmontables. Se mettre d’accord d’abord et se faire élire. Pour le premier, le chef du CNT, cet ex exécutant de la dictature, se démène pour unifier les hordes qui se disputent la direction de la «révolution» . Il prouve dans le même temps que ce CNT n’existe que dans la tête de ceux qui ont voulu tromper le monde sur la réalité des choses libyennes. Il dit encore qu’il est «encore trop tôt à présent pour parler de (…) vision de la future Libye», alors que l’on croyait savoir selon les protecteurs occidentaux que les objectifs étaient clairement définis et portaient sur la mise en place d’un «Etat démocratique et respectueux des droits de l’homme». De toute évidence, il n’en est plus question et en apparence il y a un gros travail à faire pour convaincre des groupes disparates et mortellement opposés de s’unifier. D’abord à Benghazi. Tiens ! On croyait que Benghazi était libérée, quand des «groupes armés» se la partagent par la terreur qu’ils exercent les uns sur les autres et sur la population. Il s’avère que c’est là le mensonge le plus malchanceux de l’histoire des bonimenteurs qui règnent aujourd’hui sur l’information. La vérité l’a rattrapé avant même qu’il ne prenne vraiment corps. Le peuple libyen y est pour beaucoup. Les menteurs ne l’ont pas pris en compte et leurs marionnettes se disloquent. Reste à savoir jusqu’où le crime est capable d’aller et quand sera reconnue la défaite. Reste à savoir si le cynisme va être poussé jusqu’à la destruction totale de la Libye.
Par Ahmed Halfaoui

Mots clés:

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,