Aller à…
RSS Feed

23 novembre 2020

Bamako pour Kadhafi par Adam Thiam


Bamako pour Kadhafi

Dimanche, lundi, Bamako scotché à la radio et à la télé ne veut rien croire des difficultés du Guide Libyen. Le héros de la rue africaine a créé sa légende. Tout est de savoir si elle se renforcera avec les heures ou si elle chutera avec Kadhafi.
« Je le jure, le Guide ne peut pas finir aussi facilement ». « Non, il a une botte secrète qui va annihiler les envahisseurs. Quelque chose comme la bombe atomique ou pire ». Bamako s’est couché dans l’appréhension et s’est réveillé avec de la température. Surtout dans les fiefs du Guide : le grand marché de Bamako et les abords du Centre culturel Islamique qui est, avec la Télévision nationale, un des tout premiers cadeaux de la Libye au Mali.
Sarkozy et Obama ? Des monstres
Le mythique Centre culturel qui, ce vendredi, avait prié pour la victoire de Kadhafi contre les croisés, a pour voisins : la radio libre Fr3 et plusieurs petits garages et commerces. Tout au long de la crise, Fr3 a consacré plusieurs émissions à la Libye et a donné la parole à plusieurs religieux maliens surtout formés chez le Guide. Résultat : une déferlante pro-libyenne capable de souffler n’importe quelle digue. Et relation de cause à effet aggravée par la proximité d’un des rares partis encore marxistes du pays -le Miria-, la zone, en quelques mois, est devenue un imprenable bastion kadhafiste.
Ce lundi, matelassiers, mécanos, vendeurs à la sauvette, retraités venant pour un brin de causette, personne n’a cru un traître mot de ce que disaient les radios occidentales sur la chute de Tripoli, l’arrestation des fils Kadhafi ainsi que les difficultés du Guide lui-même. « Même si on le montre menotté, il ne faut pas croire. Ces occidentaux sont le diable en personne. Ils sont capables de sortir le sosie de Kadhafi », met en garde le chef de file des insurgés de Bamako qui, eux, sont insurgés contre tout : les insurgés de Benghazi citoyens du Cnt (le Conseil National de la Trahison ici) ; l’Otan et les Nations-Unies qui ne veulent que le pétrole, la preuve étant qu’on annonce déjà le retour de Eni et de Total en Libye.
Mais sans rémission, les créatures les plus honnies de ce quartier manichéen sont Sarkozy et Obama. Sarkozy n’était déjà pas la tasse de thé des Maliens à cause de l’immigration choisie et du vague sentiment « qu’il n’aime pas le Mali ». Obama qui a avait été applaudi sur la Tunisie et l’Egypte a plus chuté dans le cœur des Maliens que dans les sondages américains. « On ne veut plus de coiffure et ou de T-shirt Obama ici », interdit un des insurgés les plus remontés du lieu. Ce lundi, le grand marché évoque à peine la marche plus que timorée organisée vendredi dernier par un leader politique contre la vie chère. Il n’y en a que pour Kadhafi.
Ben Laden plutôt que Saddam
L’homme est incontestablement une mégastar dans ce milieu qui éclate de rire en apprenant que tout ce raffut c’est pour la démocratie. A l’instar du petit peuple qui, presque partout en Afrique, préfère un homme à poigne qui tient ses sujets, qui les nourrit bien et qui sait aider les plus pauvres. Or Kadhafi, pour eux, est le prototype du père fouettard et du père Noël combinés. Bel homme de surcroît qui affectionne le boubou indigo du Sahel, le verbe toujours haut, l’Afrique chevillée au corps, le tout sur fond de procès permanent contre « l’occident qui ne pense qu’à lui-même ». Telle est l’image du Guide. Et on ne peut l’éviter où qu’on aille à Bamako. L’Hôtel de l’Amitié, un cadeau égyptien à l’Etat malien racheté trois décennies plus tard par la Jamahariya domine toute la ville, du haut de ses dix sept étages. Il jouxte deux autres hôtels, tous récemment rachetés par La Libye.
Et quand on va de la rive droite vers la ville en passant par le pont Fahd, on ne peut manquer l’imposante cité administrative attribuée à Kadhafi. A tort puisqu’il s’agit d’un prêt à l’Etat malien qui a même nécessité la vente ou l’hypothèque d’une partie du patrimoine immobilier. Mais le Mali aime Kadhafi, point barre. La presse occidentale le dit en position de faiblesse et cherchant à négocier avec les rebelles. Mais pour les inconditionnels du Guide, tout ça c’est de l’intox pour saper le moral de ses troupes héroïques. La preuve : « dimanche soir, on avait donné ces troupes vaincues et rendues, lundi, elles ont défendu la place verte et notre Guide », décrypte un commerçant de tissu qui ne tenait aucun compte de l’impatience de ses clients. Et puis, comme pour se préparer au pire, il concède plus tard : « ils vont avoir raison de lui car c’est l’armée des superpuissances qui le combat. Mais Kadhafi ne finira pas comme Sadam Hussein, sorti d’un trou de rat et exécuté un jour de fête musulmane. Pour beaucoup de Maliens, en effet, Kadhafi, l’homme des miracles, passera par les mailles des filets de l’Otan et, comme Ben Laden, fera bientôt trembler l’Occident.
Adam Thiam

Le Républicain, est seul responsable du contenu de cet article
1543 hits

Mots clés: , ,

Une réponse “Bamako pour Kadhafi par Adam Thiam”

  1. Raphael Douala camerou
    23 août 2011 à 17 h 10 min

    Peuple Africain restons eveiller dans la priere pour le peuple Libyen et notre Guide seul defendeur de l’Afrique, de notre dignité.
    Marchons pour protester contre le Genocide de l’Otan en Libye contre les civiles

    Vive le Guide
    Vive le peuple Libyen

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,