Aller à…
RSS Feed

25 octobre 2020

Bain de sang : Les Apaches s’en occupent par Ahmed halfaoui


Bain de sang : Les Apaches s’en occupent
Lundi 22 août, le monde ne s’est pas réveillé avec la gueule de bois, alors qu’il aurait dû. Et pour cause, finalement le bain de sang qui devait se produire à Benghazi, provoqué par l’armée libyenne, se produit à Tripoli provoqué par les bombes très démocratiques de l’Alliance atlantique. Le matin de ce seul jour, on dénombre 1300 morts et 5000 blessés, tombés sous les coups des hélicoptères Apache, qui nettoient le parcours des supplétifs vers la «victoire» contre des cadavres. La presse très démocratique, fidèle à sa mission, titre triomphalement, «le régime de Kadhafi s’effondre» ou encore «les heures de Kadhafi sont comptés». Une façon de dire une vérité qui évite de dire la réalité. Cette réalité têtue qui veut qu’un peuple est massacré parce qu’il se bat et qu’il refuse d’accepter l’ignominie de l’occupation. Cette réalité que retiendra l’Histoire, que fabriquent des hommes et des femmes qui ont conservé leur dignité et qu’ils défendent au prix de leur vie, contre la plus puissante organisation criminelle que le monde ait connue. Oui ! Il s’agit bien d’un crime et la naïveté la plus profonde a fini par fondre devant les faits. Le colonialisme a beau mettre en avant ses marionnettes, déguisées en «rebelles», elles ne cacheront pas ses bottes qui écrasent un pays pour le soumettre. Il a beau saboter la seule télévision qui dit autre chose que le discours de l’oppression, il a beau couper toute communication sur les assassinats de masse, il ne fera pas qu’ils n’existent pas. Inutile d’invoquer le droit à l’information, il n’est pas valable en tout temps et tout lieu. Quand les maîtres du monde en parlent, ce n’est pas pour les beaux yeux des infra humains, quel que soit le continent où ils se trouvent. On a pu voir comment l’un des chefs de guerre qui sévit en Libye a traité, dans son pays, les informations sur la révolte populaire. Plus de journalistes, rien que des Ouvriers spécialisés qui produisent une information industrialisée, selon les critères définis par les spécialistes du marketing. Les clients n’étant plus les téléspectateurs, les auditeurs ou les lecteurs, mais les dieux du marché. Tant pis pour ceux qui s’échinent à chercher ce qu’il y a derrière le miroir. Ces artisans qui croient que leur échoppe peut résister à l’usine. De toute façon, ils ne seront pas assez nombreux pour faire la différence. Au besoin, ils seront muselés, comme il se fait sur Internet où des blogs réfractaires à la doxa dominante sont bloqués, mis en difficulté ou supprimés, sous un prétexte ou sous un autre. Comme s’ils pouvaient par leurs seuls écrits arrêter les tirs meurtriers, qui ne cesseront ni avec le départ de Kadhafi, ni avec l’usurpation de la souveraineté des Libyens. Car la Libye a été plongée dans la spirale bien connue de cette violence où l’oppression, imbue du droit de la force, ne comprend pas que les opprimés ne céderont jamais leurs droits à la force. On apprécie déjà les premiers résultats de la supposée «protection des civils», on les appréciera plus longuement, durant tout le temps où les Libyens se dresseront contre le déni qui les frappe. Sans le préjudice du chaos possible, dont les démocratisations passées ont le secret et le label.
Par Ahmed Halfaoui

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,