Aller à…
RSS Feed

26 octobre 2020

Comment les forces spéciales ont contribué à mettre Kadhafi « à genoux » ? par Sean Rayment


Comment les forces spéciales ont contribué à mettre Kadhafi à genoux ?
————————————————————————————–
Je ne pense pas que Kadhafi soit mis à genoux. Il ne faut jamais vendre la peau
de l’ours avant de l’avoir achevé. L’ours a toujours des ressources et des
fidèles assez nombreux pour continuer à résister à toute cette armada. Vous vous
imaginez les moyens mis en place pour écraser un petit peuple. ce petit peuple
est toujours debout et force notre admiration.
Des milliards dépensés pour détruire, massacrer, affamer, alors que les trois
quarts de la planète crèvent de faim. dans quelle humanité vivons nous.
Il faut nous secouer et dénoncer les crimes de l’OTAN
venez manifester avec nous:
————————————————————-
Samedi 3 septembre
Place de la République à 14 heures
—————————————————————
Pour exiger l’arrêt immédiat des bombardements de l’OTAN
Un cessez le feu de toutes les parties
des pressions sur le CNT pour arrêter le carnage
pour des négociations entre tous les libyen
sous l’égide de Union africaine

Ginette Hess Skandrani
La Voix de la Libye

 

—————————————————–
-Ce texte est une mine d’informations.

———————————————————

De : Dave Muller
A : Ginette Hess Skandrani : [email protected]

How the special forces helped bring Gaddafi to his knees

Telegraph.co.uk – 50 minutes ago

Translated to french

Comment les forces spéciales ont contribué à mettre Kadhafi à genoux

28 août 2011

Publié dans août 2011 , Nouvelles , Semaine commençant le 23 août | 09:20

Les attaques ont eu lieu dans la banlieue sud de Tripoli, à quelques miles au
nord-est de l’aéroport international, où un quartier général de brigade et un
centre hélicoptère était basé.

Les cibles ont été détruites par des bombes Paveway IV guidée par satellite
avant une attaque secondaire sur l’ouest BM21 Grad lanceur de roquettes du port
de Ras Lanuf, qui avait été auparavant repéré par une patrouille de l’Otan de
reconnaissance.

Le lance-roquettes mobiles, qui avait été utilisée pour cibler les civils et les
forces rebelles attaque, ont été détruites une tornade RAF armés de missiles de
Brimstone.

Les attaques sont survenues à la fin d’une semaine pendant laquelle les forces
spéciales britanniques ont joué un rôle pivot en aidant l’armée rebelle
libyennes de prendre le contrôle de Tripoli, après plusieurs jours de combats
intenses.

La bataille pour Tripoli – Opération nom de code sirène Dawn – a commencé il ya
huit jours, peu après l’Iftar, la rupture du jeûne du Ramadan pour le repas du
soir, par un message pré-arrangé par le siège de l’armée rebelle.

Procès-verbal d’incendie arme automatique ultérieure écho autour de la capitale
Libyenne au milieu des chants de Allahu akbar – Dieu est grand – comme des
centaines d’lourdement armés anti-Kadhafi combattants, qui avait patiemment
attendu l’heure dite, sont descendus dans les rues.

Commandants rebelles savaient que Kadhafi ne renoncerait pas à Tripoli sans
combattre, mais si la ville devait être prise sans un bain de sang un plan
astucieux serait nécessaire.

La planification de sirène Dawn – Sirène est le surnom libyennes à Tripoli – a
commencé trois mois plus tôt, lorsque des groupes de jeunes volontaires
masculins ont quitté leurs maisons à Tripoli et à Benghazi voyagé pour apprendre
l’art de la guerre d’insurgés à partir d’une force internationale d’unités
secrètes composée de Britanniques SAS et les agents du MI6 et de troupes du
français, le Qatar et les Émirats arabes unis forces spéciales.

Ainsi que la formation des rebelles, le gouvernement britannique a également
fourni clandestinement 1000 ensembles d’armure de corps, de l’équipement de
télécommunication de pointe et des lunettes de vision nocturne.

Pendant des semaines les bénévoles libyennes ont appris la formation d’arme, les
combats de rue et de sabotage dans une série de composés désaffectée à travers
la ville. Alors que les rebelles formés, des centaines d’armes, des tonnes de
munitions et de matériel de communication ont été introduites en contrebande
dans Tripoli et cachés dans des décharges d’armes secrètes.

Le plan pour capturer la ville ont été établis par les commandants rebelles –
ils ont choisi les cibles et la date et l’heure de l’attaque tandis que les
agents du MI6 SAS et étaient sur place pour offrir des conseils et de la finesse
de l’opération.

Vers le milieu du mois d’août, plus de 200 bénévoles ont été formés et prêt à
intervenir. Ils ont ensuite infiltrés de nouveau dans la capitale, se déguisant
en tant que pêcheurs, ou voyageant à travers les montagnes occidentales qui
annelé Tripoli.

«Ils sont rentrés à Tripoli et attendit; ils sont devenus des cellules
dormantes », a déclaré Haroun Fadlallah, un porte-parole des rebelles militaires
qui ont aidé à organiser l’opération. D’autres bénévoles se retourner dans leurs
foyers dans l’ouest des villes de Tripoli, y compris Zintan et Zawiya, et
attendit que le jour de venir à pousser dans la capitale.  »

Les soi-disant « attaques façonner» a débuté samedi dernier lorsque l’OTAN des
avions de guerre, y compris ceux de la RAF ont commencé une série d’attaques
hautement coordonnée contre le commandement et le contrôle des bunkers, qui une
fois détruite laisserait le dictateur libyen incapables de réagir efficacement à
l’insurrection.

Cinq à guidage de précision des bombes Paveway IV ont été larguées sur le Centre
Baroni, une base de renseignement secrète sous le commandement d’Abdallah
Senoussi, le beau-frère, beau-frère du dictateur tout autre appareil, y compris
les drones Predator, ont attaqué les concentrations de troupes, des chars et des
batteries d’artillerie .

L’ordre secrètes pour le soulèvement a été contenue dans un discours prononcé
par Mustafa Abdel Jalil, le président du Conseil national de transition diffusés
par l’intermédiaire basée au Qatar la Libye de télévision le samedi soir quand
il a dit aux citoyens de Tripoli « Vous avez à la hauteur des événements ».
C’était l’appel aux armes pour lesquelles les combattants rebelles avaient
attendu.

En 20 heures, un groupe de rebelles a pris le contrôle de l’étroite Ben Nabi
mosquée du centre-ville. L’utilisation des haut-parleurs normalement utilisé
pour l’appel à la prière, ils ont commencé à appeler sur l’anti-Kadhafi
partisans à rejoindre l’insurrection.

Le timing de l’opération pris par surprise Kadhafi. Les rebelles avaient passé
une grande partie de la journée de ratissage des forces gouvernementales dans
Zawiyah, 30 miles à l’ouest de Tripoli et des généraux de Kadhafi probablement
supposé que les rebelles se regrouper et se réarmer avant d’appuyer sur.

Une des clés de la réussite du plan audacieux a été la capacité des rebelles de
recruter Mohamed Eshkal, la tête de Mohammed Megrayef Brigade – dont les
bataillons étaient chargés de protéger les portes de Tripoli.

Bien Eshkal aurait été très proche du régime Kadhafi et un de ses commandants,
officier de l’armée nourrissait une haine profonde assise pour le dictateur qui
quelques années plus tôt 20 avait ordonné la mort de son cousin.

« Eshkal effectué une rancune dans son cœur contre Kadhafi depuis 20 ans, et il
fait un pacte avec le NTC, lorsque l’heure zéro approché, il aurait la main de
la ville aux rebelles », a déclaré Haroun.

« Eshkal ne se souciait pas beaucoup sur la révolution. Il a voulu prendre une
revanche personnelle de Kadhafi et quand il voyait une chance qu’il va tomber,
il a juste laissé faire.

«L’OTAN a joué un rôle très important dans la libération de Tripoli, ils ont
bombardé tous les principaux sites que nous ne pouvions pas traiter avec nos
armes légères », a déclaré Harouin.

Le secret entourant l’aube Opération sirène était si intense que même de hauts
fonctionnaires de Whitehall ont été surpris quand les nouvelles brisé samedi
soir dernier.

Le Premier ministre David Cameron, a dû couper court des vacances en famille à
Cornwall pour retourner à Londres pour faire une déclaration sur l’opération.

« Nous savions tous que quelque chose de spécial allait se passer dans et autour
de Tripoli, mais les séances d’information avaient suggéré que cela était dû à a
lieu vers la mi-Septembre », a déclaré une source au Sunday Telegraph .

« Mais il a été avancé dans un délai très court et pris tout le monde dans le
gouvernement par surprise. Il a été très réussie et l’heure de Kadhafi est
clairement en place, mais il peut prendre un certain temps avant que le combat
est fini.  »

Le lendemain, des centaines plus de combattants afflué dans la ville comme la
RAF et avions de l’OTAN pilonné les forces de Kadhafi dans 46 attaques
distinctes.

Les membres du SAS et d’autres troupes spécialiste étranger ont été en mesure de
fournir les rebelles avec l’intelligence en temps réel à partir d’avions de
surveillance et des drones en leur permettant de maximiser leur puissance de feu
limitée.

Sur le terrain des rebelles a envoyé des messages texte appelant à d’autres
d’augmenter et l’après-midi la révolte s’était répandue à travers 13 quartiers.

Kadhafi a eu des vagues d’air pour faire une série d’appels de plus en plus
désespérée pour les Libyens à Tripoli pour défendre des rebelles »comme une
question ou de la vie et la mort », mais en vain.

Les combats se sont poursuivis toute la semaine et l’un des dernier bastion dans
le composé vaste et bien protégé la ville Kadhafi a finalement été dépassé.

Tard lundi après-midi, télévision d’Etat libyenne a été hors de l’air et aucun
sens que Kadhafi avait aucun contrôle sur la Libye avait presque disparu.

Vendredi, le NTC a annoncé qu’ils avaient réussi à installer le Conseil national
de transition à Tripoli. Une opération qui devait durer jusqu’à deux semaines a
été plus d’une question de jours.

Il ya eu des périodes au cours des cinq derniers mois, depuis le début de la
mission de l’Otan pour faire appliquer l’ONU soutenue aucune zone d’exclusion
aérienne, lorsque la guerre semblait avoir atteint une impasse.

Les attaques par des jets de l’Otan, principalement dirigée par la RAF et
l’armée de l’air française a détruit de vastes quantités de matériel militaire
libyen et centres de communication.

Les sorties non seulement protégé les civils des attaques, mais a aussi permis
une plus grande liberté de mouvement pour les forces rebelles, mais malgré cet
avantage, bien des avancées s’est terminé en un revers tactique.

Opération Ellamy, la contribution britannique à la mission de l’Otan, a commencé
le 19 Mars lors du HMS Triumph, un sous-marin de la classe Trafalgar, avec des
éléments de la marine américaine, ont tiré 110 missiles de croisière Tomahawk
sur des cibles différentes en Libye.

Un mouvement qui a suivi les attaques par des avions français plus tôt dans la
journée.

Sentry Presque immédiatement la RAF et des avions de surveillance sentinelle a
pris vers le ciel et a commencé à identifier des cibles potentielles pour les
avions de l’Otan.

Plus tard ce même soir, la RAF Tornados, équipés de missiles Storm Shadow a volé
de la RAF Marham à Norfolk sur une mission 3000 contre des cibles en Libye.

Les attaques ont continué sans relâche depuis des avions de combat RAF prenant
part à des raids de bombardement presque tous les jours au cours des cinq
derniers mois.

La France, qui, selon une source britannique, ont été plus «avant leader» que la
plupart de ses partenaires de l’OTAN, a tenté de sortir de l’impasse avec des
livraisons de tonnes d’armes et de munitions à base berbères combattants tribaux
dans les montagnes Nafusa au début de Juin – un mouvement qui a éclaté
techniquement l’embargo sur les armes et a mené à la condamnation par la Russie
et la Chine.

Il y avait aussi des moments de tension au sein du gouvernement britannique, en
particulier quant à savoir si Kadhafi lui-même était une cible légitime de
l’Otan.

Le général Sir David Richards, le chef du personnel de la défense, a insisté
qu’il n’était pas alors Liam Fox, le secrétaire à la défense a suggéré que le
ciblage Kadhafi était juridiquement acceptable.

Les commandants peuvent maintenant pointer vers le succès de la mission jusqu’à
présent.

Mais deux problèmes demeurent. Kadhafi est toujours en fuite et ses loyalistes
ne sont pas vaincus partout.

Et la possibilité apparaît encore important d’une vilaine fin de jeu dans
laquelle des factions de rebelles alliés de l’Otan commencent à commettre des
atrocités en représailles à ceux commis par l’armée reculent Kadhafi – quelque
chose de la Grande-Bretagne et ses alliés seraient impuissants à stopper.

Source- Sean Rayment pour le télégraphe

http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/africaandindianocean/libya/8727076/How-the-special-forces-helped-bring-Gaddafi-to-his-knees.html

3 Réponses “Comment les forces spéciales ont contribué à mettre Kadhafi « à genoux » ? par Sean Rayment”

  1. 28 août 2011 à 12 h 35 min

    j’aime ces articles accrocheurs qui nous occupent et ne nous laissent meme plus le temps de penser aux bonnes questions à savoir : Comment mettre Sarkozy à Genoux ?

  2. Rachid
    28 août 2011 à 18 h 39 min

    On ne cesse de nous montrer hypocritement la famine qui sévit sur la Corne de l’Afrique!
    Autant de milliards dépensés par les forces alliées dont notamment la France et la Grande Bretagne, pour :
    – Bombarder
    – Massacrer des vies humaines de civils
    – Détruire au maximum pour augmenter la facture de la  »reconstruction »
    – Mettre le feu à feu à sang
    Pourquoi ne fait t on la même chose à Israel qui, non pas depuis le 17 octobre 2011, mais depuis plus d’un demi siècle, opprime, massacre et extermine le peuple Palestinien, sans distinction d’âge ni de sexe ?
    Les masques sont tombés. La décroissance mondiale oblige. Il faut bien rétablir les équilibres financiers des pays Occidentaux. Le pétrole Libyen est là. La facturation unilatérale des armes fournies et de chaque bombée jetée sur la population Libyenne est là aussi. La facture imposée de la reconstrution est là aussi. Et puis le CNT, oh combien redevable, est là pour renvoyer l’ascenseur.
    Au souci économique s’ajoute la terrible volonté de mettre en place un nouvel équilibre régional (au Maghreb) pour disposer de leviers à volonté et de moyens de pression pour faire infléchir les Etats.
    Mais ce n’est pas la meilleure manière de garantir une lutte efficace anti terroriste, loin s’en faut. Au contraire cela crée un effrayant ressentiment à l’égard de ces pays, de l’OTAN, de l’ONU et du conseil de sécurité; ce qui fait naître des velléités voire des penchants pour des actes terroristes paraissant ainsi comme seul moyen de se faire justice.
    Le jour où les plus grandes puissances mondiales auront ouvert leurs yeux et auront compris cela, il sera déjà trop tard car toute une nouvelle génération sera déjà née dans ce climat de terreur et ressentiment de l’autre.

  3. ness58
    29 août 2011 à 6 h 43 min

    Honte au CNT pour s’être Allié à l’Empire du crimes l’OTAN pour Massacré des Libyens!

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,