Aller à…
RSS Feed

21 octobre 2020

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a distribué ce weekend 23.000 bouteilles d’eau à Tripoli


Quand l’Union Européenne aura- t -elle fini de gaspiller notre argent (retraites, sécu,école…)en guerres qui détruisent,tuent et en « générosité humanitaire » qui répare (mal) ce qu’ils ont détruit ?

Quand l’Union européenne continuera – t elle à jouer les services après-vente des militaires ?

Ginette

-http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=26170&Cr=Libye&Cr1=

LIBYE : L’UNICEF RÉPOND À LA CRISE DE L’EAU À TRIPOLI
New York,
Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a distribué ce weekend 23.000 bouteilles d’eau à Tripoli pour répondre aux besoins urgents en eau potable alors qu’on s’attend à ce que la situation se dégrade dans la capitale libyenne.

90.000 bouteilles d’;eau supplémentaires étaient attendues lundi et l’UNICEF planifie actuellement le transport par camions et bateaux de cinq millions de litres d’eau potable vers Tripoli.

« L’UNICEF répond aux besoins immédiats à Tripoli, mais nous nous restons très préoccupés par la situation puisque nous risquons une pénurie d’;eau potable dans les jours à venir. Cela risque d’;entraîner des épidémies sans précédent, » a déclaré le chef du bureau de l’UNICEF en Libye, Christian Balslev-Olesen.

Une équipe technique de l’UNICEF travaille avec les autorités libyennes pour faciliter une évaluation des puits, prévoir des solutions d’urgence et identifier des sources d’;eau alternatives.

« La situation actuelle est le scénario du pire, et une reprise rapide du ravitaillement est cruciale, » a ajouté M. Balslev-Olesen.

Depuis le début du conflit, des coupures d’électricité et des pénuries de carburant ont mis en difficulté le système de distribution d’eau potable en Libye et les besoins en eau du pays risquent de ne pas être satisfaits.
Aug 29 2011 3:50PM

Extrait d’une dépêche AP

l’Union européenne a annoncé l’ouverture d’un bureau humanitaire à Tripoli pour distribuer, notamment, du matériel médical. Kristalina Georgieva, commissaire européenne chargée de l’aide internationale, a précisé que des experts européens vont s’assurer de l’approvisionnement rapide en médicaments, nourriture et eau potable.

L’UE a débloqué 10 millions d’euros (14 millions de dollars) pour les opérations humanitaires d’urgences à Tripoli. Quatre millions d’euros (5,5 millions de dollars) ont été réservés aux activités du Comité international de la Croix-Rouge, à Tripoli.

Les Européens après avoir fait un blocus total privant les libyens de ravitaillement de base, bombardé les aqueducs, piraté des bateaux approvisionnant en énergie, se montrent tellement généreux….

+++++

TRIPOLI, 28 août – RIA Novosti
http://fr.rian.ru/world/20110828/190737631.html
Un navire avec une aide humanitaire en provenance de Malte a acheminé à Tripoli qui éprouve une pénurie de denrées alimentaires, plusieurs tonnes d’aliments pour chats et chiens, rapporte dimanche le correspondant de RIA Novosti.

Les sacs contenant les aliments pour chats et chiens ont été déchargés dans le port commercial de Tripoli samedi soir. Interrogés sur la destination de cette cargaison, les représentants des insurgés se sont abstenus de répondre. Toutefois, le correspondant de RIA Novosti à Tripoli affirme qu’il n’y a pas beaucoup de chiens circulant dans la ville.

Actuellement, les habitants de Tripoli éprouvent une grande pénurie de denrées alimentaires, les marchés et les magasins étant fermés. Il n’y a que des boissons et des bonbons qui sont vendus dans de rares boutiques. Les habitants de Tripoli sont obligés de faire de longues randonnées pour se rendre aux marchés situés à l’extérieur de la ville. Malgré les prix qui se sont depuis longtemps envolés, les habitants sont obligés de faire de longues queues

++++++

pour rappel, 13 août

« En théorie, les sanctions financières adoptées par l’Onu en février et mars ne concernent pas les produits essentiels et les médicaments. Mais la confusion entourant les restrictions a pesé sur l’approvisionnement médical, faisant craindre une crise humanitaire majeure. »

Les hôpitaux de Tripoli paralysés par les sanctions de l’Onu
Reuteurs (Missy Ryan), 13 août

TRIPOLI (Reuters) – Entre coupures d’électricité et pénurie de matériel, les médecins des hôpitaux de Tripoli s’efforcent tant bien que mal de soigner les civils blessés lors des frappes militaires de l’Otan sur la capitale libyenne.

Plus de cinq mois après le début des affrontements entre rebelles et forces gouvernementales, les stocks de médicaments et de matériel ont fondu. Les médecins sont de plus en plus contraints d’improviser face à des patients grièvement blessés, dit Hassan Moussa, un docteur de l’hôpital central de Tripoli.

« Nous sommes médecins mais on est incapables de sauver des vies. Où est l’oxygène ? Où se trouve le matériel de laboratoire, l’électricité, la réfrigération ? », dit-il. « Nous demandons à Dieu de mettre fin à ce cauchemar. »

Des civils ont afflué ces derniers jours dans les hôpitaux de la capitale affirmant avoir été blessés par des frappes aériennes menées par l’Otan dans le cadre de la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l’Onu visant à protéger la population civile des forces du colonel Mouammar Kadhafi.

Le gouvernement libyen a accusé mardi l’Otan d’avoir commis une « bavure » qui aurait tué 85 personnes, pour les trois quarts des femmes et des enfants, lors d’un raid contre le village de Madjar, près de Zlitane, à 150 km à l’est de Tripoli. L’Alliance atlantique a affirmé avoir frappé lundi soir un objectif militaire « légitime. »

SANCTIONS

Selon une mission des Nations unies dépêchée en Libye en juillet, les besoins en matériel médical sont urgents. Les produits de base comme les vaccins viennent également à manquer.

Les hôpitaux doivent en outre faire face à un manque de main-d’oeuvre depuis le départ de nombreuses organisations humanitaires au début des affrontements entre forces rebelles et forces libyennes mi-février.

Face à ce manque de personnel, le ministère de la Santé a passé des annonces en juillet pour des postes d’obstétriciens, d’orthopédistes et d’autres spécialistes.

« Le réapprovisionnement en médicaments et en matériel médical est maintenant la principale priorité de la Libye en matière de santé », souligne Tarik Jasarevic, porte-parole de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), à Genève.

« Jusqu’à présent, le système de santé est parvenu à éviter la propagation de maladies et à maintenir un haut niveau d’immunité », dit-il. « Mais cela pourrait ne pas durer si les autorités médicales continuent de manquer de personnel, de fonds et de médicaments ».

En théorie, les sanctions financières adoptées par l’Onu en février et mars ne concernent pas les produits essentiels et les médicaments. Mais la confusion entourant les restrictions a pesé sur l’approvisionnement médical, faisant craindre une crise humanitaire majeure.

Face à ce risque, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) estime que les sanctions de l’Onu devraient être assouplies et invite les gouvernements à revoir leur application.

« Nous les alertons notamment sur la nécessité d’assouplir les restrictions sur l’importation de fournitures médicales », dit sur le site internet du CICR Boris Michel, responsable des opérations pour l’Afrique du Nord et de l’Ouest.

Les coupures de courant, devenues le lot quasi quotidien des habitants de Tripoli et d’autres villes libyennes, n’épargnent pas les hôpitaux contraints de faire avec les moyens du bord.

A l’image du médecin Mohamed Abou Ajeela Rachid qui a récemment réalisé une opération à la seule lumière de son téléphone portable.

Marine Pennetier pour le service français, édité par Gilles Trequesser

__._,_.___

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,