Aller à…
RSS Feed

23 octobre 2020

Alerte OTAN : De la Guerre contre les terroristes à la guerre à leurs côtés


De la guerre contre les terroristes à la guerre à leurs côtés

L’intervention « humanitaire » de l’Otan en Libye épouse, dans les grandes lignes, le schéma de la guerre du Kosovo : information à sens unique, encensement des « bons », diabolisation des « méchants », récits invérifiables d’atrocités justifiant cette guerre auprès de nos populations occidentales.

En Libye, l’Otan protège de bien curieuse façon les civils qui se trouvent « du mauvais côté », bombardés, dans des villes assiégées, privés d’eau, menacés d’un bain de sang s’ils ne se rendent pas – et aucun responsable politique, aucun grand média ne se demande de quelle sorte de protection de la population civile il s’agit là. Comme il y a 12 ans au Kosovo, la propagande tente de sensibiliser et désensibiliser l’opinion dans le bon sens.

Si l’Otan est en Afghanistan, nous a-t-on bien répété, c’est pour combattre Al-Qaïda. En Libye, le haut commandant du Conseil Militaire de Tripoli est l’Émir du Groupe Combattant Islamiste libyen, chef terroriste salafiste (brigade d’Al Qaïda) sorti de Guantanamo. Cette nouvelle alliance entre l’Otan et Al-Qaïda a le mérite de montrer à quel point la guerre contre la terreur est un leurre. Depuis la guerre d’Afghanistan contre les Soviétiques, où fit ses classes un agent de la CIA du nom d’Oussama Ben Laden à l’aide aux membres libyens d’Al-Qaïda, en passant par le soutien aux jihadistes de Bosnie, on appréciera la belle constance de l’Occident.

Si le discours officiel, « guerre à la terreur », ou « guerre humanitaire », épouse les nécessités du moment, la trame de ces guerres de l’Otan (en Yougoslavie, en Afghanistan) reste la même : installer de force une présence militaire, et implanter dans des endroits stratégiques de grandes bases US avec en corollaire, l’établissement de pouvoirs favorisant leurs intérêts. Il est peu douteux que ce soit le sort dévolu à la Libye libérée. Ce sont les intérêts économiques et stratégiques qui sont en jeu, pas les différents thèmes agités successivement par la propagande de l’Otan.

La prochaine étape pourrait être celle de l’intervention humanitaire pour sauver le peuple syrien, et au-delà, l’intervention humanitaire pour sauver le peuple iranien, si le thème nucléaire n’est pas alors jugé plus porteur.

Toutefois, la résistance libyenne a déjà fait échouer le plan initial des pays de l’Otan : faire passer l’ingérence militaire en Libye sous le masque du « Printemps Arabe ». Tripoli est, clairement, tombée sous les bombes de l’Otan, il n’y a pas eu moyen de faire passer cela pour une révolution du peuple libyen, les « révolutionnaires » ne sont rien sans l’Otan et ses bombardements.

Cette résistance du peuple libyen, inattendue dans le chef des responsables otaniens, est arrivée à tenir en échec pendant 6 mois la plus grande puissance militaire du monde, et elle est loin d’être terminée. On peut penser qu’elle compromet de manière fondamentale le plan en cours de déstabilisation du « Grand Moyen Orient », elle-même partie de l’entreprise tentaculaire de l’Otan entamée en Yougoslavie.
En Libye, l’Otan poursuit la guerre, et la Belgique aussi

L’OTAN vient d’annoncer que ses opérations militaires en Libye sont prolongées de 90 jours et peut-être même pour un temps indéterminé. On peut lire par ailleurs, sur le site officiel de l’Otan, un compte-rendu quotidien des missions accomplies sous le titre « Opération Protecteur unifié ».

Ainsi, le communiqué du 29.9 informe que « depuis le début de l’opération Otan, le 31 mars 2011, un total de 24.346 sorties, dont 9.082 sorties de combat, ont été effectuées. » Une précision est ajoutée : « les sorties de combat sont destinées à identifier et attaquer des cibles bien choisies, mais ne signifient pas un déploiement de munitions à chaque fois ».

Derrière ces chiffres, quel bilan peut-on se représenter en termes de morts, de destructions de bâtiments publics, d’hôpitaux, d’écoles, de maisons particulières, d’infrastructures économiques ? Silence total de l’Otan sous cet angle. Les communiqués officiels se réjouissent seulement de la précision du matériel utilisé, du professionnalisme des utilisateurs… Le blackout est total et les médiamensonges sont invasifs…

Cependant, même à partir des déclarations officielles de l’Otan, on peut se faire une idée du désastre gigantesque provoqué par cette opération de guerre. Un récent communiqué paru sur le site de l’Otan titre : « Des frappes précises, menées avec soin, pour protéger Tripoli ». L’Otan se vante de « sa campagne de bombardements la plus précise et la plus prudente jamais menée …une chaîne de commandement rigoureuse a été mise en place pour garantir qu’aucune erreur ne soit commise ».

Mais ce sont les « rebelles » du Conseil National de Transition qui fournissent à l’Otan les informations lui permettant de « mener avec soin ses frappes précises ». Pour eux, un hôpital construit à côté d’un bâtiment administratif, n’est pas une construction civile, mais un lieu pris en otage par les forces militaires kadhafistes pour se protéger d’un éventuel futur bombardement.

Les frappes de l’Otan, ont ciblé une grande quantité de bâtiments civils, tels que des bureaux administratifs, des installations industrielles, les bâtiments des télécommunications, les habitations de personnes « suspectes ». Plusieurs ambassades, dont celle du Venezuela, ont été endommagées. Les cibles sont tout ce qui pourrait représenter « une menace » pour la mission dite de « protection des civils ». A Tripoli, à Syrte, les simples habitants étaient devenus une « menace » quand ils ne quittaient pas leur maison à la première injonction d’évacuation lancée par les « rebelles » .

Les missions de guerre de l’OTAN ont clairement nettoyé la route pour permettre l’entrée dans Tripoli et autres villes, de ce qu’elle nomme les « forces du CNT ». En fait l’Otan a participé d’une manière prépondérante au renversement du gouvernement de Kadhafi, et essaie maintenant de protéger la prise du pouvoir du Conseil National de Transition, baptisé « représentant légitime du peuple libyen ». Et on peut penser objectivement que c’est l’Otan elle-même qui l’a fomenté.

Maintenant, une nouvelle mission s’offre à l’Otan, grâce à la résolution 2009 récemment adoptée par le Conseil de Sécurité de l’ONU. Celle-ci crée une « mission d’appui des Nations Unies en Libye la MANUL, qui sera mandatée, entre autres, « pour coordonner l’appui qui pourrait, le cas échéant, être demandé (par la Libye) à d’autres intervenants multilatéraux et bilatéraux ». Qui est à même de « rétablir l’ordre et la sécurité publics et promouvoir l’État de droit… étendre l’autorité de l’État… défendre et protéger les droits de l’homme » ? : C’est l’Otan sans le moindre doute.

En 2001, la mission de l’ONU en Afghanistan s’appelait la FIAS (Force Internationale d’assistance et de sécurité). Il a fallu plus de deux ans pour que l’Otan obtienne le mandat du Conseil de Sécurité qui lui donnait le commandement partiel de l’occupation du pays.

Actuellement, l’OTAN a pris les devants en Libye. Cette guerre a été projetée bien avant les résolutions du C.S. 1970 et 1973. Elle était légitimée par le Nouveau concept stratégique de l’Otan dès son adoption en novembre 2010.

L’Otan est intervenue dans un conflit intérieur d’un pays à un niveau très alarmant. Cela représente une violation flagrante, non seulement du droit international ou des principes de base des Nations Unies, mais aussi de sa propre charte. Cela devrait préoccuper au plus haut point nos représentants politiques et nos défenseurs des droits de l’homme.

Mais en Belgique, après avoir obtenu le vote unanime (ou presque) du parlement pour participer à l’intervention militaire otanienne, le gouvernement (toujours en affaires courantes) a décidé de prolonger cette participation de 90 jours. Une seule réunion – à huis clos – de la Commission Défense et Affaires Extérieures, s’est tenue pour en informer les députés. La seule objection qui s’est levée dans les rangs parlementaires, était pour se plaindre du manque de concertation suffisante entre gouvernement et parlement !

Pas un représentant politique n’a interpelé le gouvernement sur un éventuel bilan des six premiers mois de guerre, n’a posé la question publique sur le bien fondé de la « mission à l’étranger » qui a déjà coûté plus cher à la population belge que l’intervention en Afghanistan. La guerre et la destruction de tous les acquis sociaux et économiques de la population libyenne depuis la révolution de 1969, tout cela peut continuer comme s’il ne se passait rien, puisqu’on n’en parle pas…
Claudine Pôlet

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,