Aller à…
RSS Feed

24 novembre 2020

Les dossiers de guerre de l’OTAN par C. De Broeder & M.Lemaire


Les dossiers de guerre de l’OTAN n° 95- 16-10

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : [email protected]

 

Luis Britto Garcia : Comment distinguer une invasion de l’OTAN d’un mouvement social.

Certains médias présentent l’invasion de l’OTAN et des Etats-Unis contre la Libye comme un mouvement social. Pour ceux qui ne savent pas faire la part des choses, suggérons quelques pistes :
Un mouvement social majoritaire triomphe seul et n’a pas besoin de l’invasion d’une coalition impérialiste de 42 pays pilleurs pendant plus de six mois pour s’imposer.
Un mouvement social est composé de gens faits de chair et de sang, et non de victimes imaginaires de soi-disant bombardements non confirmés par les journalistes de Telesur, ni par les satellites Russes ni par ceux du Pentagone.
Un mouvement social surgit spontanément du peuple et non des plans du Pentagone pour envahir la Libye dénoncés depuis 2001 par le général Wesley Clark.
Un mouvement social n’obtient pas la protection de cette mafia de puissances hégémoniques appelée l’ONU.
Un mouvement social n’est pas dirigé par des monarques, des terroristes intégristes, des mercenaires étrangers ni d’ex-ministres du gouvernement auquel il s’appose.
Un mouvement social n’est pas présenté par Barack Obama comme « un modèle pour les relations internationales » et ne reçoit pas l’appui de l’armée d’occupation européenne appelée l’OTAN.
Un mouvement social ne commence pas par assassiner son propre chef, comme l’a fait le CNT avec son premier président, Abdel Younis.
Un mouvement social ne dispose pas de porte-avions, de navires de guerre, de bombardiers, de missiles téléguidés, d’hélicoptères de combat et d’avions sans pilotes.
Un mouvement social n’applique pas à se compatriotes la stratégie de bombardements terroristes de la population civile inaugurée par la Luftwaffe nazi contre la ville de Guernica.
Un mouvement social ne répète pas ce massacre à 20.000 reprises lors de missions aériennes contre son propre pays.
Un mouvement social ne bombarde pas systématiquement les hôpitaux, les aqueducs, les écoles, les quartiers résidentiels et les moyens de communication.
Un mouvement social ne séquestre pas des journalistes indépendants ni ne les expulse pour les empêcher de témoigner sur ce qui se passe.
Un mouvement social ne se livre pas à l’assassinat ciblé des dirigeants de son pays et n’offre pas une récompense d’un million et demi d’euros pour leurs têtes.
Un mouvement social ne déploie pas des avocats, des lobbys et des influences pour que la Cour Pénale Internationale émette des mandats d’arrêt contre ses adversaires.
Un mouvement social ne provoque pas le massacre de 60.000 personnes parmi son propre peuple.
Un mouvement social n’a pas de complices financiers internationaux capables de confisquer 270 milliards de dollars de réserves de son propre pays.
Un mouvement social n’offre pas les ressources de son pays à une nuée de sociétés multinationales.
Un mouvement social n’est jamais appuyé inconditionnellement par les monopoles et multinationales de l’information.
Un mouvement social ne dispose pas de cameramen, de scénaristes, de maquilleurs, d’acteurs, de costumiers et de metteurs en scène pour filmer au Qatar de fausses scènes de victoire.
Un mouvement social ne détruit pas et ne saccage pas les sièges diplomatiques des pays amis.
Un mouvement social ne tue pas systématiquement des compatriotes parce qu’ils ont le peau noire, comme le font les forces du CNT
Un mouvement social n’est pas dirigé par Berlusconi, Sarkozy, Cameron, Merkel et Rassmussen.
Un mouvement social n’est pas reconnu prématurément comme gouvernement par les puissances impérialistes avant même d’avoir obtenu le contrôle de tout le territoire.
S’il est facile de distinguer une invasion de l’OTAN d’un mouvement social, il est encore plus facile de distinguer un imbécile d’une canaille. L’imbécile ignore les faits énumérés plus haut. La canaille les connaît mais persiste à dire que l’invasion de la Libye est un mouvement social.
Luis Britto Garcia
15 octobre 2011
http://luisbrittogarcia.blogspot.com/2011/10/como-diferencia…
Traduction « ca m’étonnerait que ça traverse le blindage crânien de nos intellectualoïdes occidentaux » par VD pour le Grand Soir avec probablement un peu plus de fautes et de coquilles que d’habitude.
URL de cet article 14853
http://www.legrandsoir.info/comment-distinguer-une-invasion-de-l-otan-d-un-mouvement-social.html

Le peuple libyen victime de la folie de Sarkozy-BHL -ONU-OTAN
Syrte : Une population pilonnée dans une ville en ruines
L’Otan tire les leçons de la guerre contre la Libye
Ndlr : La publication de l’article ne signifie nullement que la rédaction est d’accord avec l’article mais doit être vu comme information.
En visite à Paris, l’amiral Gianpaolo Di Paola, le patron du comité militaire de l’Alliance, a dressé vendredi un bilan positif de l’opération contre le régime de Kadhafi.

À l’occasion de sa première visite à Paris depuis la réintégration de la France dans le commandement militaire intégré de l’Otan, l’amiral Gianpaolo Di Paola, le patron du comité militaire de l’Alliance, a dressé aujourd’hui un bilan particulièrement positif de la guerre en Libye. «Succès militaire» ayant permis d’éviter le massacre de civils à Benghazi tout en évitant les dégâts collatéraux, l’opération contre le régime de Kadhafi fut aussi selon lui un «succès politique». «Pour agir en Bosnie, il nous a fallu plusieurs années. Pour intervenir au Kosovo, plusieurs mois. En Libye, nous avons mis six jours seulement pour agir. Et nous avons obtenu le soutien de nos partenaires arabes », se félicite le plus haut responsable militaire de l’Otan, dont le mandat expire dans quelques mois.
Pour autant, l’intervention en Libye n’est pas considérée à Bruxelles comme un modèle pour les futures opérations de l’Alliance. «Chaque mission, pas seulement la Libye, peut-être considérée comme un modèle – positif ou négatif – pour l’avenir. Mais chaque opération doit être interprétée avec beaucoup de souplesse mentale», prévient l’amiral.
D’autant plus que la guerre a aussi révélé les «limites capacitaires chroniques» de l’Alliance, notamment en matière de renseignement, ainsi que des faiblesses, par exemple dans le ciblage, la désignation des cibles.
Alors que les avions de l’Otan poursuivent leurs opérations dans la région de Syrte, l’Alliance atlantique a déjà tiré les premières leçons de l’intervention. D’abord en mettant en lumière le caractère incontournable du «partenariat». «Aujourd’hui aucune nation ne peut agir seule. La nécessité d’avoir une approche globale des crises implique que les alliances se généralisent», explique l’amiral Di Paola. Ensuite, la nécessité de disposer, dans un environnement stratégique instable, d’un «noyau dur, capable de fonctionner dans les zones de guerre».
Strabisme de Vénus
L’effacement des États-Unis, qui ont préféré s’en tenir, vis-à-vis de la crise libyenne, à un «leadership from behind», choisissant de peser dans l’ombre, n’est pas forcément une mauvaise nouvelle selon lui. «Les Européens sont des animaux curieux. C’est comme s’ils souffraient d’un strabisme de Vénus! Quand les États-Unis dirigent, ils protestent. Mais lorsque les Américains s’effacent pour laisser l’Europe en première ligne, ils le leur reprochent! En Libye, les Américains ont certes encouragé les Européens à en faire davantage. Mais ils demeurent un allié stratégique de premier plan», affirme le haut responsable militaire.
Autre enseignement, l’intervention en Libye a renforcé la visibilité de la France au sein de l’Alliance, deux ans après son retour dans le commandement militaire. L’amiral Di Paola en est persuadé: «La France n’aurait jamais obtenu ce rôle principal en Libye» si elle n’avait pas réintégré l’Otan. Et il est «logique» qu’un pays comme la France, ayant démontré tout à la fois «ses capacités et sa volonté», hérite, avec le Commandement suprême allié (ACT) de Norfolk, dirigé par le général Abrial, d’un poids «proportionnel» au rôle qu’elle est en mesure de jouer depuis qu’elle a retrouvé «sa place entière» au sein de l’Alliance.
Les succès remportés par l’Otan en Libye ne font pas oublier les grands défis auxquels est confrontée l’Alliance dans les mois et les années qui viennent. La crise économique et les coupes budgétaires qu’elle implique dans les budgets de défense des pays européens et des États-Unis auront des conséquences durables.
Il faudra, pour y faire face, apprendre à dépenser moins et mieux. Découlant en partie de cette crise, le défi capacitaire fait peser le risque d’un décrochage stratégique. Pour ce faire et afin de pouvoir conserver une approche globale des crises, les États membres de l’Alliance devront apprendre, comme la France et la Grande-Bretagne l’ont fait en Libye, à s’associer. Quitte à parfois abdiquer une petite partie de sa souveraineté…
Isabelle Lasserre
Le Figaro
octobre 15th, 2011
Posted in Evènements/Politique
http://www.silviacattori.net/article2185.html
http://www.inversalis-productions.eu:80/blog/2011/10/lotan-tire-les-lecons-de-la-guerre-de-libye/

Libye: l’assaut final sur Syrte retardé.
Ndlr : La publication de l’article ne signifie nullement que la rédaction est d’accord avec l’article mais doit être vu comme information.
Les combattants du nouveau régime libyen, engagés depuis un mois dans le siège de Syrte, retardent l’assaut final sur le dernier carré de fidèles à Mouammar Kadhafi afin de capturer « vivants » les hommes forts de l’ancien régime, a affirmé aujourd’hui un commandant en chef.
« La résistance dans deux quartiers est forte car nous pensons qu’il y a quatre à cinq personnes importantes à l’intérieur », a déclaré un chef des opérations sur le front Est, Wassim ben Hamaibi, après une réunion des commandants du Conseil national de transition (CNT) à Syrte. Depuis plusieurs jours, les combats se concentrent dans le nord-ouest du centre ville de Syrte, dans les quartiers « Dollar » et « N°2″, où sont retranchés les derniers fidèles du « Guide » déchu, qui font preuve d’une résistance inattendue face aux combattants du CNT. « Nous sommes sûrs que Mouatassim (un des fils Kadhafi) et (le ministre de la Défense) Aboubacar Younès sont à l’intérieur », a-t-il ajouté. « Nous pensons également que Seif al-Islam (un autre fils Kadhafi) et (Mouammar) Kadhafi sont peut-être à l’intérieur », a-t-il dit. « Nous voulons les capturer vivants pour qu’ils passent devant la justice, plutôt que de les tuer, c’est pour cela que nous ne nous engageons pas dans une attaque massive », a-t-il dit.
Mercredi, les nouvelles autorités libyennes avaient annoncé la capture de Mouatassim Kadhafi à Syrte. Confirmée par un haut responsable du Conseil national de transition (CNT), elle a finalement été démentie le lendemain. Médecin et militaire de carrière, Mouatassim Kadhafi avait été promu par son père à la tête du Conseil de sécurité nationale en 2007. A ce titre, il dirigeait sa propre unité d’élite.
Seif Al-Islam, qui fut souvent présenté comme le possible successeur de son père, avait également été donné pour capturé le 22 août, la veille de la chute de Tripoli, avant de réapparaître dans la nuit devant des journalistes. Des combattants du CNT avaient auparavant affirmé que Seif Al-Islam aurait trouvé refuge à Bani Walid et Mouammar Kadhafi pourrait, selon un responsable local du CNT, se trouver dans la vaste zone désertique du sud du pays où il serait facile pour lui de traverser les frontières avec le Niger, l’Algérie ou le Tchad.
AFP
15-10
http://www.inversalis-productions.eu:80/blog/2011/10/libye-lassaut-final-sur-syrte-retarde/
1 Dossiers

1-1 Les mercenaires de l’OTAN encore repoussés à Syrte

Le 14 octobre en Libye est prévue à l’échelle nationale, une marche sous la bannière verte à travers tout le pays. Le pays ne veut pas de la «démocratie» telle qu’elle est vue par les occidentaux. À cet égard, le Porte parole, représentant spécial du gouvernement officiel de la Libye, le Dr. Moussa Ibrahim, a déclaré le 12 Octobre que “le peuple libyen porteur de liberté a des nerfs d’acier, un moral élevé, car souffle le vent de l’espoir, d’ailleurs, les gens ont déjà vécu le premier choc et son retour.”

Moussa a déclaré:
“Nous voulons que nos jeunes étudient l’expérience de la révolution vietnamienne, sa résistance aux Américains, et comment ils ont remporté la victoire…. Nous demandons à nos jeunes de connaitre le caractère du général Nguyen Giap et ainsi que les échecs face à la défense de Syrte. Nous sommes convaincus que beaucoup de noms seront glorifiés dans la résistance et les personnalités du peuple reconnus.
Nous avons promis des changements au cours de la semaine et maintenant la hausse des préparatifs pour le 14 Octobre prévu à l’ensemble de la Libye du Nord au sud et d’est en ouest, confirme que l’heure de la libération est proche et que le peuple libyen et le monde entier saura vendredi deux choses :
Premièrement, que le peuple libyen n’a pas soutenu les “libéraux”, ne trahit pas son pays et ne se vend pas, et deuxièmement que les pays occidentaux et le CNT qui ont revendiqué les mots “liberté et démocratie”, nous permettrons de voir vendredi s’ils appuient ces slogans et s’ils sont réellement pour la liberté d’expression. »
Moussa a ajouté que
« la Libye est désormais en meilleure position que dans les dernières semaines, la résistance est désormais organisée et le coeur du génie brûle de sortir de la bouteille, donc le commandement évalue ce qui se passe de manière très optimiste. »
Moussa fait appel à ceux qui croient au gouvernement légitime:
“Ayez confiance en votre gouvernement et vous verrez cela.”
Il ajoute que
“nous avons obtenu confirmation de l’information selon laquelle la préparation de l’insurrection a créé la peur et la panique, des ambassadeurs ont été envoyés dans plusieurs directions, pour interrompre la communication entre nous et notre peuple afin de pouvoir prévenir la transmission des chaînes qui transmettent nos voix. Cela n’aura jamais d’effet, et cela peut être consulté dans les médias d’information hebdomadaire, en prévision du lancement du site officiel de la résistance, qui se prépare pour cela.
Nous nous sommes organisés avec un réseau de canaux de communication universelle aux États-Unis, en Amérique latine et en Europe et les organisations des droits humains et des individus, nous avons également organisé une certaine façon de les protéger en cas où l’ennemi tente d’infliger des dommages, nous exhortons les gens à être libre en Libye dans une disponibilité maximale et d’attendre l’annonce définitive de l’Intifada. »
Moussa a félicité tous les combattants de l’armée libyenne, soulignant que leurs dirigeants leurs ont présenté leurs hommages personnelles et que leurs noms seront publiés dans une déclaration commune la semaine prochaine avec ceux de toutes les personnes de différents secteurs et régions.
Il a également rendu hommage à l’enthousiasme des jeunes et aux exploits de la révolution, qui ont révélé un pic sans précédent et qui ont amenés les mobilisations du vendredi (prières du vendredi) avec les interprétation du Saint Quran contre « les envahisseurs et les espions des Juifs et des chrétiens et pour purifier la précieuse patrie de tout mal et luxure. »
Avertissement à Tripoli
A Tripoli, les membres des ambassades de l’alliance nazie ont été expressément averti :
« Le Qatar, la France et les autres pays : “si nous entendons un seul tir dans le cadre d’une marche pacifique tout sera détruits. L’Ambassade avec son «contenu»! un homme averti en vaut deux !”

« Déclaration de l’organisation de la jeunesse de la Libye !
Le mensonge est fini !
Les mercenaires de l’OTAN encore repoussés à Syrte
Etats Unis d’Afrique (LVO) : Les nouvelles en provenance de syrtes se ressemblent chaque jour. A chaque fois, les médias de la propagande de guerre annoncent la prise de la ville de Syrte et quelques heures ou minutes plus tard, les mercenaires fuient la zone en essuyant de lourdes pertes et abandonnent leurs blessés ainsi que les cadavres de leurs complices. Si ce n’étais pas une guerre, cela aurait l’aire d’un filme comique tellement cette guerre illégale contre le noble peuple libyen est ridicule.
Le monde entier sait que les organisations internationales impliquées dans l’agression de la Grande Jamahiriya sont des menteurs, des assassins, des criminels, des pilleurs, des escrocs, des voleurs, des violeurs, des criminels de guerre, des criminelles contre l’Humanité, des Nazis, des ………et la liste est longue. Et pourtant, les gens continuent a allumer religieusement leur porte télévision ou de radio et suivent le journal télévisé, comme une accoutumance, une dépendance psychologique du style : « Je sais que tu me mens mais j’aime tes mensonges ». ou du style : « je sais que tu me mens, mais je ne veux rien savoir car tu sais tellement me faire rêver et j’aime ca. »
Pendant ce temps, les populations civiles, hommes, femmes, enfants et personnes âgées meurent sous les bombardements les plus meurtriers d’une organisation internationale vêtue d’un vêtement d’intouchabilité, que lui octroie la permission tacite du monde entier, de commettre tous les crimes qu’elle veut, sans jamais être poursuivie puisque personne n’oserait.
Mais ceux qui sont agressés chez eux, n’ont pas d’autre choix que d’affronter cette terrible réalité et de combattre pour leur liberté. C’est ainsi qu’a Syrte aujourd’hui, les mercenaires de l’OTAN, qui sont entré dans la ville selon leurs médias, viennent d’annoncer qu’ils ont reculé de deux kilomètres jeudi à la mi-journée sous le feu nourri de la résistance libyenne. “Nous avons dû nous retirer vers le QG de la police (près de la place centrale de la ville) et nous allons
utiliser l’artillerie lourde pour frapper les forces de Kadhafi”, a déclaré Hamid Neji, un mercenaire des pays de l’OTAN Pro-CNT sensé se trouver sur la nouvelle ligne de front.
Ils vont encore utiliser l’artillerie lourde contre les habitations civiles et prétendre devant la presse internationale qu’ils bombardent les forces de Kadhafi mais pour eux, toute la Libye représente les force de Kadhafi puisque tout le peuple libyen est avec le frère guide, Mouammar Al-Kadhafi.
Hassan Alliby pour tous les opprimés, stcom.net
Cet article provient de La Voix des Opprimes
International (LVO) :
http://news.stcom.net
L’URL de cet article est:http://news.stcom.net/modules.php?name=News&file=article&sid=6245

1-2 Human Rights Investigations : L’arme secrète de l’OTAN, le racisme ?
Human Rights Investigations a exprimé à plusieurs reprises ses inquiétudes concernant l’attitude des rebelles et il est devenu de plus en plus clair que le racisme tient une place centrale dans le conflit en Libye.
Tout le monde a maintenant compris que les forces rebelles sont les combattants par procuration de l’OTAN (du Qatar et de l’Union des Emirats Arabes) sur le terrain. Un grand nombre de ces combattants ont été recrutés et motivés par des manipulations psychologiques (psy-ops) destinées à discréditer les mercenaires africains accusés de se livrer au pillage des villes et au viol massif des femmes à l’aide du Viagra —des allégations mensongères qui ont été répandues par les commandants des rebelles, les ministres de l’OTAN, les médias et le procureur de la Cour Criminelle Internationale, Moreno Ocampo.
On a vu les effets de cette pernicieuse campagne de propagande à Benghazi, Misrata et Tawergha et dans tout le pays, et on peut maintenant aussi les constater à Tripoli où les rebelles arrêtent tous les Libyens à la peau noire et les travailleurs venus d’Afrique noire et les parquent dans les stades de football.
Selon Associated Press :
Apparemment tous les détenus disent qu’ils sont des travailleurs immigrés et dans la plupart des cas rien ne prouve qu’ils mentent. Mais cela n’empêche pas les rebelles de regrouper ces hommes dans des endroits comme le club de sports de la Porte de la Mer où environ 200 détenus -tous noirs- sont enfermés dans un terrain de football, s’agglutinant contre le mur pour échapper au soleil brûlant.
Dans le quartier de Khallat al-Firjan au sud de Tripoli, les reporters d’Associated Press ont vu des rebelles tabasser une douzaine de noirs avant de décider qu’ils étaient d’innocents travailleurs émigrés et de les relâcher.
Le racisme est au coeur de nombreuses campagnes de l’OTAN, comme au Pakistan, en Afghanistan et en Irak où des victimes innocents sont assassinées dans des circonstances qui seraient tout simplement inacceptables si ces victimes étaient blanches.
L’arme principale de l’OTAN dans le conflit libyen a été et demeure le racisme et non les Tomahawks, les bombes Paveway, Tornados ou Typhoons, ou les missiles de croisière.
Pour se rendre compte de l’importance du racisme dans la motivation des soldats écoutez SVP le témoignage de Mike Prysner lors du forum des vétérans « soldats de l’hiver » de 2008* :
En voici la transcription :
« Et j’ai essayé de toutes mes forces d’être fier de servir, mais je ne pouvais m’empêcher de ressentir de la honte et de penser que le racisme ne pouvait plus masquer l’occupation. Ces gens-là étaient des personnes, des êtres humains. Je suis submergé par le remords chaque fois que je croise un vieil homme comme celui que ne pouvait pas marcher et que nous avons attaché sur un brancard pour le remettre à la police iraquienne. Je me sens coupable chaque fois que je vois une mère avec ses enfants comme celle qui pleurait hystériquement et qui nous criait que nous étions pires que Saddam quand nous l’avons arrachée à sa maison. Je me sens coupable chaque fois que je vois une fillette comme celle que j’ai attrapée par le bras et traînée dans la rue.
« On nous a dit que nous combattions le terrorisme mais le vrai terroriste c’était moi et le vrai terrorisme c’est l’occupation. Le racisme dans l’armée est depuis longtemps un outil capital pour justifier la destruction et l’occupation d’un autre pays. Il a longtemps servi à piller, opprimer et torturer un autre peuple. Le racisme est l’arme vitale de ce gouvernement. C’est une arme plus puissante que les fusils, les tanks, les bombes et les navires de guerre. C’est plus destructeur que les obus d’artillerie, les bombes à charge pénétrante ou les missiles tomahawk. Toutes ces bombes sont crées et détenues par les gouvernements, mais elles ne peuvent faire aucun mal tant qu’il n’y a personne pour les utiliser.
« Ceux qui nous envoient à la guerre, n’ont pas à appuyer sur la gâchette ni à effectuer de tirs de mortier. Ils n’ont pas à se battre. Ils se contentent de nous vendre la guerre. Ils ont besoin d’une population qui est d’accord pour envoyer ses soldats risquer leurs vies et ils ont besoin de soldats qui soient prêts à tuer et à se faire tuer sans poser de questions. Ils peuvent dépenser des millions pour une seule bombe mais cette bombe ne devient une arme que si les troupes militaires acceptent d’obéir à l’ordre de l’utiliser. Ils peuvent envoyer leurs derniers soldats partout sur la terre mais il n’y aura de guerre que si les soldats acceptent de se battre, et la classe dirigeante —les milliardaires qui profitent de la souffrance humaine et qui ne pensent qu’à augmenter leurs profits en contrôlant l’économie mondiale— a compris que son pouvoir repose uniquement sur la capacité à nous convaincre que la guerre, l’oppression et l’exploitation sont dans notre intérêt. Ils savent que leur richesse dépend de leur capacité à convaincre la classe laborieuse de mourir pour contrôler les ressources d’une autre pays. Et nous convaincre de tuer et de mourir repose sur leur capacité de nous faire croire que nous sommes en quelque sorte supérieurs. Les soldats, les marines, les aviateurs n’ont pourtant rien à gagner de l’occupation.
« La vaste majorité des gens qui vivent aux USA n’ont rien a gagner à l’occupation. En fait, non seulement nous n’y gagnons rien mais elle nous occasionne des souffrances supplémentaires. Nous perdons des membres, nous souffrons de traumatisme et nous donnons nos vies. Nos familles doivent regarder nos cercueils couverts d’un drapeau descendre dans nos tombes. Des millions de personnes dans notre pays qui vivent sans sécurité sociale, sans travail et sans accès à l’éducation doivent regarder le gouvernement dilapider plus de 450 millions de dollars par jour pour l’occupation. On envoie les pauvres et les travailleurs de notre pays tuer les pauvres et les travailleurs d’un autre pays pour que les riches puissent continuer à s’enrichir et sans le racisme, les soldats se rendraient vite compte qu’ils sont plus proches du peuple iraquien que des milliardaires qui nous envoient à la guerre.
« J’ai mis des familles à la rue en Irak et en rentrant au pays j’ai vu qu’on y mettait aussi les gens à la rue parce que leur maisons étaient saisies à cause de cette tragique, tragique et inutile crise ; Je me suis réveillé et j’ai compris que notre vrai ennemi ne se trouve pas dans quelque contrée lointaine. Ce n’est pas un peuple dont nous ne connaissons pas le nom ni une culture que nous ne comprenons pas. Les vrais ennemis ce sont des gens que nous connaissons très bien et que nous pouvons identifier. L’ennemi c’est un système qui fait la guerre parce que ça rapporte. L’ennemi est le PDG qui nous licencie parce que ça rapporte ; C’est la compagnie d’assurance qui refuse de payer les soins de l’assuré parce que ça rapporte ; c’est la banque qui saisit nos maisons parce que ça rapporte.
Nos ennemis n’habitent pas à 5000 km, ils vivent ici chez nous. Si nous nous organisons pour lutter avec nos frères et nos sœurs nous pouvons mettre un terme à cette guerre et créer un monde meilleur. »
Human Rights Investigations
Pour consulter l’original : http://humanrightsinvestigations.org/2011/09/01/natos-secret…
Traduction : Dominique Muselet
(*) http://www.laguerretue.org/spip.php?article60
URL de cet article 14539
http://www.legrandsoir.info/l-arme-secrete-de-l-otan-le-racisme.html

1-3 Moutassim Kadhafi : Sale temps pour l’OTAN/CNT.
(manif à Paris 15/10/11)
Diantre !
Comme le dit le dicton signé Oscar Wilde, « se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire! ». C’est ainsi que le peuple libyen s’exprime: » Marre de voir nos enfants mourir durant leur sommeil. Marre de voir nos filles violées. Marre de voir nos pères mourir. Marre, enfin, de voir notre pays détruit par des aventuriers. » Demain, c’est le jour le plus long pour l’OTAN/CNT en Libye. La plaisanterie a assez duré.
En Libye, le CNT est aux abois, suite à la manifestation qui sera organisée demain sur tout le territoire national, avec aussi, ici en France, une manifestation en faveur de ce pays martyr, samedi prochain, 15 octobre à Place de la République. Le CNT perd la boule, comme on dit. Il ne sait plus où donner de la tête et multiplie les bévues. « Liberté, j’écrirai ton nom »…mon oeil. Le fossé qui sépare le courant de pensée occidentale aux valeurs inversées et la société tribale libyenne est abyssale. Vouloir transposer cette doxa-là, ailleurs, restera un échec .
L’histoire de la pseudo révolution s’effiloche et s’inscrit désormais en pointillée pour les démocrates autoproclamés. Le paradigme sociétal occidental n’est et ne sera jamais le modèle universel malgré le forcing obséquieux des fanfatrons à la tête des Etats euro-américains. Pour contrer la vaste manifestation qui se prépare munitieusement en Libye, le CNT s’acharne désormais sur les opérateurs des téléphonie mobile en leur intimant de bloquer tout ce qui a trait aux SMS. Ah, si c’était Kadhafi, les cris d’orfraie allaient déjà inonder nos médias.
C’est le branle bas de combat. Internet est aussi victime, depuis hier, de restrictions. Alors que les médias annoncent urbi et orbi la capture du fils Kadhafi, Moutassim, on en saura un peu plus dans les heures qui viennent mais, ce serait un vrai coup ou une nouvelle énormité mensongère du CNT qui dit l’avoir capturé il y a 3 jours. Nous pensons à une nouvelle arnaque mais, attendons. Ibrahim Moussa le porte-parole du Gouvernement libyen dément l’information et parle de fable. Nous ne pouvons confirmer ni infirmer l’information pour l’instant. Apparemment, le concerné aurait démenti son arrestation et son transfert à Benghazi comme on l’entend ici et là. Toujours est-il que, ça ne change absolument rien à propos de la grande marche pacifique de demain, 14 octobre 2011, en Libye, et celle organisée à Paris, Place de la République.
Au lieu de faire des guerres un peu partout dans le monde, brisant la vie des enfants comme dans la vidéo en dessous, les pays occidentaux feraient mieux de s’occuper de leurs pauvres au lieu d’acheter des Tomahawk et tuer des innocents.
13 octobre 2011
Moutassim Kadhafi
Vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=Ft49-zlQ1V4&feature=player_embedded
http://www.centpapiers.com/libye-%e2%80%93-sale-temps-pour-l%e2%80%99otancnt-manif-a-paris-151011/84086

1-4 Dominique SOGUEL : Feu vert du CNT pour les offensives mais premiers combats fratricides.
Les forces du nouveau pouvoir libyen se préparaient dimanche à attaquer les derniers bastions pro-Kadhafi, au lendemain du feu vert des dirigeants, tandis que des premiers combats entre anti-Kadhafi ont fait 12 morts au sud-ouest de Tripoli.
Dans la matinée, des dizaines de pick-up surmontés de canons anti-aériens étaient massés à l’entrée de Bani Walid (170 km au sud-est de Tripoli) et des combattants de plus en plus nombreux prenaient position, selon des journalistes de l’AFP.
Des combattants du Conseil national de transition (CNT) ont affirmé avoir mené plusieurs missions de reconnaissance jusque dans le centre de Bani Walid, sans rencontrer de résistance de la part des partisans de l’ex-homme fort du pays Mouammar Kadhafi.
« Nos éclaireurs ont repéré des tireurs embusqués et des combattants dans le centre-ville, mais la périphérie est sous notre contrôle », a déclaré l’un d’eux, ajoutant: « Les rebelles et les habitants coopèrent maintenant ».
Auparavant, les combattants pro-CNT avaient expliqué avoir délogé depuis samedi les pro-Kadhafi de Wadidinar, une vallée à l’ombre de Bani Walid, lors d’affrontements qui ont fait quatre morts de chaque côté, selon des sources médicales et au sein du CNT.
« Notre plus gros défi était la présence de tireurs embusqués dans la vallée. Mais aujourd’hui, nous espérons entrer dans Bani Walid », a déclaré le colonel Ahmad Ali Mohammed. Des proches du colonel Kadhafi, et en particulier son porte-parole Moussa Ibrahim, pourraient être réfugiés à Bani Walid.
Les forces anti-Kadhafi avaient déjà lancé samedi matin « une attaque contre Bani Walid », mais avaient « dû se retirer ensuite pour des raisons tactiques », selon Abdallah Kenchil, un responsable des négociations du côté du CNT.
« L’Otan est en train de bombarder et ils nous ont dit de rester en arrière », a expliqué Moustapha Sanoussi, un combattant pro-CNT originaire de Bani Walid.
[…]
Après l’échec de négociations en vue de la reddition des bastions pro-Kadhafi de Bani Walid, Syrte et Sebha (centre), Moustapha Abdeljalil, président du CNT, avait donné samedi le feu vert aux combattants: « Maintenant, la situation est entre les mains des combattants révolutionnaires (…). Nous leur laissons le choix de décider (d’attaquer) quand ils le voudront ».
Sur le plan politique, M. Abdeljalil est arrivé samedi soir à Tripoli pour sa première visite dans la capitale libyenne depuis le début du soulèvement contre Mouammar Kadhafi en février.
Sa visite était très attendue par les partisans du CNT, qui espèrent qu’elle aidera à apaiser les rivalités apparues entre les groupes rebelles. Des combattants à Misrata, la troisième ville de Libye, ont commencé à contester l’autorité du CNT (qui siège à Benghazi -est-), refusant de remettre des chars abandonnés.
« Nous devons mettre toutes nos forces ensemble pour libérer les villes » encore aux mains des pro-Kadhafi, a déclaré M. Abdeljalil. Et « nous ne devons pas oublier que Mouammar Kadhafi est toujours vivant et qu’il a toujours de l’argent et de l’or pour corrompre les gens ».
Malgré tout, 12 personnes ont été tuées et 16 autres blessées dans des affrontements samedi entre combattants anti-Kadhafi rivaux de trois villes du sud-ouest de la Libye.
Sur fond de rivalités anciennes, les affrontements ont opposé des combattants de Gharyane et Kikla d’une part à des combattants d’Al-Assabaa d’autre part, ont indiqué à l’AFP le président du Conseil local de Gharyane, Wahid Barchane, et le chef du conseil militaire d’Al-Assabaa, Saad al-Chartaa.
Selon M. Barchane, « les révolutionnaires de Gharyane et de Kikla sont tombés dans une embuscade à Al-Assabaa après avoir demandé aux combattants de cette ville de rendre leurs armes lourdes et être venus pour les réceptionner ».
Al-Assabaa comptait de nombreux fidèles de Mouammar Kadhafi, et selon M. Barchane, les combattants de Gharyane et de Kikla ont l’intention de « nettoyer totalement Al-Assabaa des fidèles de l’ancien régime » et de « tenter de le faire sans effusion de sang ».
De son côté, M. Chartaa a fait état de contacts pour « contenir la situation » et d’une intervention du CNT pour calmer la situation.
Dominique SOGUEL (AFP)

1-5 Tripoli, dernières heures, avant la chute…
Thierry Meyssan : D’abord je tiens à rappeler que j’ai annoncé cette histoire de fausse vidéo, qui était tournée à Qatar, je ne savais pas ce qu’on était en train de tourner, mais je savais qu’on avait reconstitué, en studio, à la fois la place verte, puis Bab -al -Aziya, je l’ai écrit, avant les événements ; je vois, encore, les journaux, comme « Marianne », qui se sont gaussés que je pouvais écrire des choses pareilles, mais les événements m’ont tristement donné raison.
Depuis le début de cette guerre, beaucoup de choses qui ont été dites, beaucoup de choses que vous avez vues à la Télévision sont fausses.
Le fait de voir n’est pas suffisant, -tel que le système fonctionne aujourd’hui-, et nous pouvons contester un grand nombre de choses qui sont acquises pour tout le monde, notamment, nous contestons, totalement, l’histoire des massacres qui auraient eu lieu, à Benghazi, au début. Tout cela est faux, absolument faux. Et j’ai essayé d’aller plus loin. Je pense que la presse est quelque chose de préalable à toute forme de démocratie. S’il n’y a pas de liberté d’expression, il ne peut pas y avoir de démocratie. Mais si cette liberté d’expression est manipulée, au service de la guerre, alors, tout le système est faussé. Donc, j’ai poussé la Jamahiriya libyenne à engager des poursuites, qui, évidemment, maintenant, ne pourront pas être menées à terme, puisque l’Etat s’est effondré, contre CNN, à la suite d’un certain nombre de faux reportages et sur la base de trois résolutions de l’Assemblée générale des Nations Unies, qui ont été adoptées, à partir de 1945 -54, au lendemain de la deuxième guerre mondiale, qui assimilent la propagande de guerre à un crime contre la paix, qui considère que la grande responsabilité des journalistes qui ont falsifié l’information, de manière volontaire- pas quand ils ont simplement commis des erreurs- Des falsifications, lorsque ces falsification ont conduit à la guerre, ils doivent être tenus responsables de toutes les conséquences, y compris, de crimes de guerre et contre l’humanité, qui auraient résulté de leur propre action
[…]
Julien Teil : « Amnesty international », l’ONG pro-atlantiste, a, néanmoins, fait preuve d’une certaine transparence, du mois d’avril à juillet, Donatella Rovera une envoyée d’ »Amnesty International » de Londres, dans de nombreuses déclarations, aux médias, elle a bien expliqué et réitéré. Elle a dit que cette histoire de mercenaires de Kadhafi était entièrement fausse et que ceci était utilisé par les médias. Il n’y a jamais eu de mercenaires, qu’ils soient africains, tunisiens, algériens. Khadafi n’a jamais engagé de mercenaires, parce qu’il y avait un renfort populaire, qui s’est transformé en un volontariat immense, notamment, à Tripoli, où il y a à peu près 2 millions d’armes distribuées à la population ; cette propagande sert, finalement, à justifier.les exactions des mercenaires de Misrata. C’est une partie de la propagande médiatique.
Lire l’interview sur http://french.irib.ir/analyses/articles/item/140096-tripoli-derni%C3%A8res-heures-avant-la-chute
http://french.irib.ir/analyses/articles/item/140096-tripoli-derni%C3%A8res-heures-avant-la-chute

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,