Aller à…
RSS Feed

20 octobre 2020

Les circonstances suspectes de la mort de Kadhafi par le Parti Antisioniste


Site Web: www.partiantisioniste.com

Les circonstances suspectes de la mort de Kadhafi

Communiqué du Parti Anti Sioniste
Mouammar Kadhafi est mort. Le Conseil national de transition (CNT) l’a confirmé, par la voix de
son porte-parole officiel à Benghazi (Est), Abdel Hafez Ghoga. « Nous annonçons au monde que
Kadhafi est mort aux mains des révolutionnaires » dans la région de Syrte, à 360 km à l’est de
Tripoli, a-t-il indiqué.
Jeudi 20 octobre, des avions français de l’OTAN ont, selon Gérard Longuet, ministre de la
Défense, arrêté ( ? ou bombardé ??) le convoi dans lequel se trouvait Kadhafi, cherchant à
l’empêcher de fuir. Selon les informations obtenues par Bernard-Henri Lévy (invité avec M.
Longuet au 20 heures sur France2) auprès de ses contacts, deux chefs du CNT, Kadhafi se
cachait dans des canalisations et avait été localisé depuis 2 ou 3 jours. Lorsque les
révolutionnaires ont approché la canalisation, Kadhafi a cru qu’il s’agissait de ses hommes, alors il en est sorti. Ensuite, il y a eu des échanges de tirs entre sa garde rapprochée et les hommes de la CNT. Kadhafi aurait été abattu au combat…

De son côté, l’Otan a annoncé que des avions de l’Alliance avaient frappé deux véhicules des
forces pro-Kadhafi à environ 07H30, dans les environs de Syrte. Selon l’Alliance, ces véhicules
« menaient des opérations militaires et présentaient une menace claire pour les civils ». Plus tard,un commandant du CNT, Mohammed Leith a déclaré que Mouatassim, l’un des fils de Kadhafi, aété retrouvé mort à Syrte. « Nous l’avons retrouvé mort. Nous avons mis son corps ainsi que celui du ministre de la Défense du régime déchu, Aboubakr Younès Jaber, dans une ambulance pour les emmener à Misrata. Nous avons également des informations sur un convoi qui a été bombardé par l’Otan alors qu’il fuyait Syrte », a indiqué ce commandant.
Des images satellitaires saisies à l’aide d’un téléphone portable ont montré le cadavre ensanglanté de Kadhafi. Mais par la suite, d’autres images ont été diffusées montrant Kadhafi blessé mais non mourant, au moment de son arrestation ! Des combattants l’emmènent et le font monter à bord d’un véhicule. Bousculé, il avance péniblement. Le porte-parole du CNT, Ghoga, rapporte que les commandants du CNT l’avaient capturé alors qu’il avait été blessé lors de la bataille, le matin à Syrte.

Un combattant, Mohamed Lahouaib Chabane, a affirmé avoir assisté à l’arrestation de
Mouammar Kadhafi et indiqué qu’il lui avait pris son arme, un revolver en or. Il était donc vivant
lors de son arrestation et tenait sur ses jambes.

Les circonstances de la mort de Kadhafi sont suspectes. Personne ne sait expliquer
comment il a été tué. Pire encore, les versions divergent… Est-il décédé au combat ? A t’il
été lynché ? Par les révolutionnaires ? L’OTAN et donc la France a t’elle contribué
directement à la mort de Kadhafi ?

Sa mort, au lieu de sa capture, épargne un procès au pays qui aurait pu révéler des secrets gênants comme par exemple, les négociations menées par des Etats occidentaux avec Kadhafi et les accords conclus avec différentes compagnies pétrolières. Face au recours croissant à des assassinats ciblés (Oussama ben Laden avait été tué, en mai dernier, par les forces spéciales américaines lors d’un raid au Pakistan) et à ceux qui prétendent qu’il valait mieux les tuer plutôt que de les capturer, nous sommes en droit de nous demander si la justice a encore sa place…

En mars 2011, les puissances occidentales avaient obtenu un mandat onusien pour intervenir
militairement en Libye. Ce mandat avait été obtenu grâce à la complicité de la Russie et de la
Chine qui avaient refusé d’opposer leur veto. Plus grave, des gouvernements dits arabes s’étaient non seulement associés à cette agression, mais en avaient pris l’initiative, apportant ainsi la « caution » dont ont besoin l’USraël et l’Occident pour prendre pied en terre musulmane et arabe.

En dépit de tous les mandats, cette guerre contre la Libye reste une agression coloniale dont les vrais objectifs sont stratégiques et économiques. En France, le rôle particulier joué par Sarkozy et son conseiller sioniste Bernard-Henri Lévy montre clairement qui a souhaité cette agression et la mort de Kadhafi : le lobby sioniste et ses complices occidentaux.

Le Parti Anti Sioniste rappelle au peuple libyen qu’il n’a rien de bon à attendre de ceux-là
mêmes qui exploitent et humilient les nations arabo-musulmanes depuis des siècles.
Parti Anti Sioniste

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,