Aller à…
RSS Feed

29 octobre 2020

Meurtre officiel commis par des flibustiers du droit international par Canaille le Rouge


Je publie ce texte car certaines analyses me paraissent intéressantes et méritent d’être connues. je ne partage pas l’analyse par rapport à Kadhafi. La Canaille raisonne en tant que communiste occidental qui n’a pas cherché à approfondir l’organisation de la société libyenne basée sur la démocratie directe, le partage, l’échange entre les congrès de base, les tribus et les comités populaires. Kadhafi était uniquement le guide de cette société. Vous croyez que s’il avait été un dictateur, un tyran ou un sanguinaire comme toute la presse domestiquée l’a décrit, son peuple aurait résister huit longs mois, subissant les bombes de l’OTAN et les exactions du CNT/OTAN. Et, ce n’est pas fini car ce peuple , avec ou sans Kadhafi, est et sera toujours debout

Je reste sur mes positions Kadhafi, l’Africain est un symbole de la résistance au colonialisme au même tire que Che Guevarra, Lumumba, Sankara, Bibo et bien d’autres encore.

Ginette HS

 

 

 

Meurtre officiel commis par des flibustiers du droit international.
Bien vu Burki !

De quelle liberté bénéficie la Libye aujourd’hui ?

La Canaille à dit ce qu’il pensait de Kadhafi et de sa propension à plus traquer les démocrates que les oligarques, à plus s’en prendre aux communistes qu’aux impérialistes, à s’accoquiner plutôt avec les capitalistes que de rencontrer les syndicalistes.

Mais la donnée essentielle de ce jour, c’est une fois de plus l’impérialisme vient de s’arroger le droit d’assassiner un chef d’état légitime même si pas aux normes du droit capitaliste international qu’il dérangeait. Assassiné après l’avoir contourné puis choyé.

La question n’est pas Kadhafi mais le statut de ses assassins qui nous font le coup de la danse macabre pour faire oublier leurs pratiques sélectives :
Au nom des « droits de l’homme », de la « démocratie » de la « lutte contre les tyrans » (pour reprendre le vocabulaire utilisé par l’Otan et ceux qui l’anime et la défende, de la presse aux ordres) on n’a jamais vu la France, la Grande Bretagne, l’Italie prendre d’assaut la monarchie marocaine ou bombarder les palais d’Arabie Saoudite.

Jamais les USA (qui ont assuré toute la logistique de l’agression) n’ont traqué le Pinochet, chassé le Stroessner ou bombardé les contrats et pour cause.

Le sultan de l’Elysée est copain avec le dictateur du Yémen et reçoit à sa table tout ce qui traine sur la planète de para, péri ou ultra esclavagistes, obscurantistes, commerce avec tous les féodaux de la planète.

Total, Aréva, Bolloré Bouygues etc. coulent des jours heureux bénis par la France sous la protection des dictatures d’Afrique et d’Orient.La question n’est pas Kadhafi mais le peuple libyen qui vient de voir à coup de BHL, de Sarko et PS et d’UMP, sans réaction de masse de ceux qui combattent –disent-ils- l’impérialisme la politique de la canonnière et de l’annexion reprendre du service.

Une question n’a pas été posée pourquoi la classe ouvrière libyenne (elle existe et était fortement organisée dans les ports et l’industrie pétrolière) n’a pas bougé ? Le régime était-il pour eux si peu défendable et pourtant la souveraineté de la Libye agressé aurait eu besoin de cette intervention.

Dans les avis, conseils ou expressions de soutiens plus ou moins inconditionnels qui se sont fait jour ici ou là, manque souvent cette approche de classe de la question. La réaction ne gagne que très rarement sur ses valeurs mais le plus souvent parce que ceux qu’elle agresse n’ont pas ou plus le soutien populaire.

La chute de ce régime réalisée par l’impérialisme n’est-il pas dû à ce que le capital avait mesuré que le soutien populaire ne lui était plus assuré ?

La Canaille qui proteste avec la plus grande énergie contre ce crime impérialiste, qui est solidaire du peuple libyen pour autant persiste à ne pas considérer la mort de Kadhafi à l’aune de dirigeant comme Lumumba, de Sankara, Cabral ou Nkrumah voir même Nasser.
Moubarak n’était pas Nasser le masque est tombé.

Ben Ali même vêtu de la défroque usée de Bourguiba ne faisait plus illusion.
Kadhafi 2011 n’était plus Kadhafi 1970.L’impérialisme bousculé par les peuples de Tunis au Caire l’a mesuré et a poussé les feux pour ne pas perdre pieds dans le nord de l’Afrique. Renforcer le régime cherifien à l’ouest dans sa politique d’annexion au Sahara, et à l’est dans un premier temps imposer une partition de la Libye, puis voyant la chose possible renverser le régime par une intervention militaire aussi illégitime qu’insuportable et assassine. L’impérialisme qui est tout sauf stupide a su profiter de l’aubaine et maintenant le peuple libyen va payer la note une deuxième fois. On voit commbien déjà Total et Bouygues se frottent ouvertement les mains

La décolonisation de l’Afrique reste un combat de tout les anti-impérialistes. Nous avons en France une responsabilité essentielle pour mener notre part de ce combat ici contre tout ceux qui se sont inscrit pour agresser la Lybie. Oui, tout ceux-là, et il ne sont pas qu’à droite !!

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,