Aller à…
RSS Feed

27 octobre 2020

Le rôle des troupes du Qatar dans la « révolution libyenne » par M’sili publié par IRIB


Le rôle des troupes du Qatar dans la « révolution » libyenne

Par M’sili
Si des personnes ont pu être dupes de la pseudo-révolution libyenne soutenue par les « révolutionnaires » bien connus que sont Nicolas Sarkozy, Bernard-Botul-Henri Lévy ou David Cameron, voilà qui pourrait leur ouvrir les yeux…Sinon, c’est que leur cas est désespéré.

Libye. Des centaines de soldats du Qatar combattaient aux côtés des rebelles
26 octobre 2011 à 12h40

Pour la première fois, le Qatar admet avoir participé aux opérations sur le terrain aux côtés des rebelles libyens. Un CNT qui, trois jours après avoir proclamé la libération totale du pays, demande à l’Otan de prolonger sa mission jusqu’à la fin de l’année.

Trois jours après la proclamation par le CNT de la « libération » totale de la Libye, les chefs d’état-major des pays engagés militairement en Libye se retrouvent pour une réunion à Doha, au Qatar. A cette occasion, le chef d’état-major qatari, le général Hamad ben Ali al-Attiya, a révélé que des centaines de soldats du Qatar ont participé aux opérations militaires aux côtés des rebelles en Libye. Jusqu’à présent, officiellement, le pays avait seulement participé aux opérations aériennes sous le commandement de l’Otan

Lors de cette même réunion, le président du Conseil national de transition a demandé le maintien des forces de l’Otan dans son pays au moins « jusqu’à la fin de l’année ». Pour Moustapha Abdeljalil, cette demande vise en particulier à « assurer la protection des frontières, pour empêcher l’afflux d’armes des pays voisins ».

L’Otan devrait faire connaître sa réponse vendredi, après de nouvelles consultations. Jusqu’à présent, le Conseil des ambassadeurs avait fixé, à titre provisoire, au 31 octobre la fin de l’opération « Protecteur unifié », lancée en mars dernier.
Source : Le Télégramme de Brest, 26 octobre 2011

On apprend même que le président Omar el-Béchir du Soudan a fourni quantité d’armes aux prétendus «rebelles ». Un point commun entre el-Béchir et feu Mouammar Kadhafi est l’émission d’un mandat d’arrêt international contre eux par la Cour Pénale Internationale de La Haye. Ces armes n’ont bien sûr pu être acheminées qu’avec l’accord au moins tacite de l’OTAN.

Revenons au Qatar. Comme vous le savez, le Qatar qui n’est pas une démocratie est partie prenante d’une alliance politico-militaire rétrograde dont sont membres des États comme l’Arabie Saoudite ou Bahreïn, deux régimes épris de liberté.. Par ailleurs, quand on parle du Qatar, l’Angleterre n’est jamais bien loin..

Il y a de certes beaucoup de choses à dire sur les révolutions arabes, la première de ces choses étant qu’il n’y en a eu aucune. L’ Égypte et la Tunisie étaient en effet à la veille d’un processus révolutionnaire, mais ce dernier a été interrompu par les militaires qui ont pris le pouvoir.
L’ Égypte va renouer avec un régime autoritaire sous l’égide de l’armée parce qu’aune transition vers un système plus libéral mais garantissant à la fois les intérêts des États Unis et de l’entité sioniste ne sera possible.

La Tunisie connaîtra par contre probablement une transition vers un régime plus ouvert car les enjeux dans ce pays ne sont pas les mêmes et que le parti Nahda est fort bien connu des Anglais et des Anglo-Saxons en général qui ont toute confiance en lui, tout comme la Qatar (encore !) qui a parrainé son retour sur la scène politique.

A la différence peut-être de ceux qui voulaient transformer des troubles au caractère spontané assez évident en révolution (ce qui était en train de se produire quand le président Ben Ali a été évincé), M. Rached Ghannouchi sait que c’est l’armée qui a le jeu en mains. C’est un des enseignements de ses années d’exil à Alger puis à Londres du fait de ces mêmes militaires dont le chef précédent était justement l’ex président de la république tunisienne.

Dans tous les cas, les intérêts des oligarchies nationales seront préservés au prix cependant d’une redistribution des cartes dans ces couches de la population et, bien sûr, l’entrée en scène de nouveaux larrons.

Ici aussi, différence entre l’ Égypte et la Tunisie : alors que l’oligarchie égyptienne est avant tout rentière, la rente étant surtout l’assistance militaire des USA, l’oligarchie tunisienne est constituée principalement de bourgeois, d’entrepreneurs du commerce, de l’industrie et du tourisme. Autant d’éléments favorables à une évolution vers une forme de pluralisme politique dont on ne tardera pas à connaître la géométrie.

——————————————————————————————-

Maroc : des combattants blessés du CNT attendus dans des hôpitaux marocains 26/10/2011

Rabat – Les autorités marocaines ont annoncé que des combattants blessés du Conseil national de transition libyen (CNT) seront évacués mercredi de Libye vers le Maroc pour y subir des soins dans des hôpitaux marocains, a-t-on appris de sources officielle.

Le Maroc a envoyé, sur instructions du roi Mohammed VI, deux avions pour évacuer des blessés libyens atteints lors des combats ayant opposé les insurgés aux forces pro-Kadhafi, selon l’agence marocaine de presse MAP (officielle).

Les deux avions marocains sont arrivés mardi soir en Libye avec à leur bord une équipe médicale devant superviser l’évacuation des blessés libyens soignés dans les hôpitaux de Benghazi, Misrata et Tripoli, a-t-on ajouté de même source.

Ces appareils sont susceptibles de transporter une centaine de blessés. En décidant de les accueillir, le Maroc fait preuve de solidarité et engagement dans ses relations de coopération avec le peuple libyen frère, a commenté la MAP.

Contrairement à l’Algérie, le Maroc a reconnu le 22 août le CNT comme représentant légitime du peuple libyen. Au lendemain, il avait dépêché à Benghazi le ministre des Affaires étrangères Taieb Fassi Fihri, porteur d’un message du roi Mohammed VI au président du CNT Moustafa Abdeljalil.

Membre de la coalition internationale contre le régime de Kadhafi, le Maroc a adhéré et appliqué la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l’ONU et gelé les avoirs libyens dans le royaume depuis le début de la rébellion.

(©AFP / 26 octobre 2011 18h58)
http://www.romandie.com/news/n/_Maroc__des_combattants_blesses_du_CNT_attendus_dans_des_hopitaux_marocains261020111910.asp

——————————————————————————————————-

Kadhafi est mort, l’OTAN s’acharne toujours 26/10/2011

Kadhafi est mort, l’OTAN

s’acharne toujours

IRIB – Alors qu’on s’attendait à ce que la mort de Kadhafi mette fin aux opérations de l’OTAN en Libye, la réunion des ambassadeurs de l’Alliance pour décider de la fin de son intervention a été reportée à vendredi. Vraisemblablement l’Otan aurait dû officialiser aujourd’hui mercredi la fin de ses opérations en Libye, ce qui n’a pas eu lieu, selon le porte-parole de l’instance, qui a évoqué la poursuite des consultations avec les alliés de l’Otan.

En même temps, le président du CNT, Moustapha Abdeljalil a, pour sa part, parlé, au lendemain de l’inhumation secrète de Kadhafi, de la nécessité de la poursuite des opérations militaires étrangères, d’ici la fin 23011, en raison des menaces qui pèsent encontre de la part des partisans de l’ex-dictateur. En visite au Qatar pour assister à la réunion des « Amis de la Libye, Moustapha Abdeljalil, a souligné que le Conseil national de transition libyen accueillait favorablement la participation de l’OTAN dans le développement du système défensif et sécuritaire de ce pays.

Dans le même contexte, le « ministre » du Pétrole et des Finances du CNT, Ali Tarhouni avait déjà fait savoir le souhait de ce conseil pour que l’Otan poursuive ses opérations en Libye.
A ce propos, le secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta a fait savoir la possibilité de la prolongation de la présence militaire de l’Otan en Libye. Le rôle militaire que joueront les Etats-Unis dans l’avenir de la Libye dépend de la décision de l’OTAN, a déclaré Panetta, mardi, dans une conférence de presse, au Japon. La possibilité de la poursuite de la présence de l’Alliance en Libye se renforce alors que le secrétaire général de l’instance, Anders Fogh Rasmussen, avait annoncé vendredi dernier, l’intention de l’OTAN à mettre un terme à sa mission en Libye pour le 31 octobre.

Par ailleurs des voix se sont élevées contre la poursuite de la présence de l’OTAN après la mort de Kadhafi. La Russie s’est attelée dès la semaine dernière à faire annuler la résolution concernant la zone d’exclusion aérienne en Libye.

Le conseil de sécurité avait adopté, en mars 2011, un mois après le déclenchement du mouvement populaire libyen, la résolution 1973, contre le régime Kadhafi, stipulant la zone d’exclusion aérienne en Libye, pour ainsi protéger les civils des raids aériens des forces de Kadhafi. Suite à l’adoption de la résolution 1973, l’attaque militaire en Libye, avait commencé le 19 mars, sous la houlette des Etats-Unis et à la fin de ce même mois, la responsabilité de la direction des opérations avait été remise à l’OTAN.
Maintenant, après la mort du dictateur et l’occupation des dernières bases militaires des forces pro-Kadhafi, la protection des civils qui constituait le but principal de l’adoption de la résolution du Conseil de sécurité, n’a plus de sens. Il faudrait alors chercher d’autres raisons dont les champs pétroliers, la situation stratégique et les longues frontières maritimes de ce pays de l’Afrique du Nord, pour justifier la prolongation de la présence militaire de l’Otan.

http://french.irib.ir/analyses/commentaires/item/149595-kadhafi-est-mort-lotan-sacharne-toujours
Farid Merrad

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,