Aller à…
RSS Feed

20 octobre 2020

Un wants Libya Nato investigation par Associated Press


UN wants Libya NATO investigation

The incoming UN Security Council president has called for an
investigation into human rights abuses committed during NATO’s bombing
campaign to oust Libyan leader Muammar Gaddafi.South Africa’s UN Ambassador Baso Sangqu, who holds the rotating
Security Council presidency for January, said he believed NATO
overstepped its mandate enforcing a no-fly zone, killing an untold
number of innocent civilians.

————————————————– ——————————

Un diplomate de l’ONU demande une enquête  sur les violations des droits humains dans les actions de l’OTAN en Libye

Associated Press
4 janvier 2012

NATIONS UNIES – Le nouveau président du Conseil de sécurité a appelé
Mercredi à une enquête sur les violations des droits humains commises au cours
de la ampagne de bombardements de l’OTAN pour évincer le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi.

L’ambassadeur d’Afrique du Sud à l’ONU, M. Baso Sangqu, qui détient la présidence  dans la rotation du Conseil de sécurité  pour Janvier, a déclaré qu’il pensait que l’OTAN avait outrepassé son mandat sur l’application d’une zone d’exclusion aérienne en  tuant un très grand nombre de civils innocents.

«Nous étions conscients du fait que la mise en œuvre de la résolution
elle-même aurait ses propres problèmes, mais nous avons maintenant entendu parlé de beaucoup d’erreurs qui ont été faites « , a déclaré M. Sangqu. »  Ils sont  censé avoir frappé avec précision, mais il était clair que les frappes n’étaient pas précises du tout.

M.Sangqu, l’ homme de l’ONU a déclaré que les responsables des droits mènent actuellement des enquêtes sur le terrain et a exigé qu’ils doivent interroger toutes les parties concernées.

« Il doit y avoir des enquêtes sur les violations des droits humains en Libye à travers le Consei l: par des partisans du régime de Kadhafi, par les rebelles, par l’OTAN. Quiconque a été impliqué dans ce conflit tel que mandaté par la résolution 1973 et 1970 devrait être tenu pour responsable en particulier ceux qui ont été mandatés », a dit Sangqu

M.Sangqu, qui a dit qu’il parlait en sa qualté d’ambassadeur de l’Afrique du Sud. Il a
déclaré qu’il croyait en  la résolution du Conseil de sécurité et  que son
pays a soutenu  seulement l’autorisation d’ une zone d’exclusion aérienne, mais n’a jamais voulu un « changement de régime ou toute autre chose.  »

Les remarques deM. Sangqu font écho à  un appel similaire de l’ambassadeur russe à  l’ONU,  M.Vitaly Tchourkine, qui a récemment exprimé son insatisfaction au  Secrétaire général Ban Ki-Moon sur le commentaire du chef de l’ONU qui a prétendu que l’OTAN a agi dans le cadre de son mandat dans sa campagne de bombardement en Libye.

La Russie a également appelé à une enquête indépendante des Nations Unies concernant la mort de  nombreuses victimes civiles civiles
Le président syrien Bachar el-Assad est un proche allié russe.

Oana Lungescu, porte parole de l’OTAN a nié que l’alliance a dépassé ses
mandats ou que le bombardement a entraîné un grand nombre de victimes civiles.

« Tout au long de l’opération, nous avons pris toutes les précautions pour minimiser le risque pour les civils avec une intelligence solide, une sélection des cibles très strictes et des munitions guidées avec précision « ,  a dit M. Lungescu a dit, parlant de la Belgique. »
Nous avons averti à plusieurs reprises les civils afin qu’ils  restent à l’écart des installations militaires et de l’équipement. Nous avons tout fait pour réduire les risques, tout en étant clair que  dans une campagne aérienne,  ce risque ne peut jamais être nul. « 

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,