Aller à…
RSS Feed

24 octobre 2020

Réflexions émouvantes sur la Libye par Lizzie Phelan


J’ai tenu à publier cette lettre mal traduite de l’anglais et dans un français approximatif. J’ai corrigé ce que j’ai pu , mais j’ai voulu garder la fraîcheur, la sincérité et l’émotion qui transparaissent dans ce texte émouvant. J’ai surtout essayé de garder l’authenticité de ce texte d’une journaliste digne de ce nom

Ginette

Réflexion sur la LibyeLizzie Phelan Friday, 6 Janvier 2012

Chers amis,

Beaucoup d’entre vous ont suivi mon intervention précédente sur le blog Lizzie pendant le temps que j’ai passé en Libye. j’ai fait plus de deux voyages, la première fois avec une délégation de la paix et la deuxième fois en tant que journaliste.

J’étais en effet la seule journaliste à Tripoli travaillant pour une station de nouvelles qui a été autorisée à se déplacer librement dans la ville et n’était pas tenu de rester à l’Hôtel Rixos où tous les autres journalistes ont été obligés de rester. Cela a été pour de multiples raisons.

 Au début de la crise,  les journalistes avaient été autorisés à une telle liberté, mais comme pour certains ,  il devint tout à fait évident que leur programme était uniquement pour confirmer le récit de l’OTAN qui disait que le peuple libyen a été opprimé par un dictateur fou dont ils avaient besoin de le protéger à partir de soi-disant «bombardements de précision» des installations militaires, afin de détruire des capacités militaires du gouvernement.
 Le fait que cela est entièrement illégal selon le droit international, ne semble pas déranger ces journalistes, pas plus que les rassemblements de masse à l’appui de Mouammar Kadhafi, la police pratiquement absente et la présence armée dans les rues (en dépit de la ville étant décrite comme un état policier où  personne ne pouvait souffler un mot contre Kadhafi), ou le fait que loin des «précisions de bombardement » des installations militaires, de nombreuses vies civiles et les infrastructures ont été détruites par la mission de l’OTAN au nom abhorrently « protéger les civils ».En plus de cela, il est bien connu que les grands médias sont sous contrôle oligopolistique par la classe dirigeante et ainsi toute prétention à une presse libre et indépendante est une farce. Il a été bien documenté dans l’histoire des guerres impérialistes de l’Occident sur la manière dont cette relation intime entre les médias et la classe dirigeante,  permet à ce dernier d’utiliser des «reporters» qui sont ses yeux et ses oreilles sur le terrain.

 En Libye, ce n’était pas différent et certains chercheurs indépendants et des journalistes sur le terrain ont découvert la preuve que lorsque les «journalistes» ont été amenés pour visiter les sites de bombardement, au lieu de rapporter les dégâts infrastructurels et des pertes de vie civiles  pour le public mondial, ils ont été simplement là pour prendre note de ce qui n’avait pas été détruit.
Et on ne peut que conclure que ce fut le rapport fait aux services de renseignement qui permettait  que le site pourrait être ré-bombardé (comme il le fut le plus plus souvent ).Dans de telles circonstances, vous pourriez être pardonné pour avoir été surpris que les journalistes occidentaux étaient tous admis dans le pays. Mais le gouvernement libyen est venu à un compromis et a permis aux journalistes grand public  de rester dans le pays à condition qu’ils séjournent à l’Hôtel Rixos où ils pourraient être surveillés. Ils ont été autorisés à sortir seuls à proximité de l’hôtel avec une escorte approuvée.

J’ai souvent visité le Rixos principalement pour des conférences de presse et c’était dans ces circonstances que je me suis trouvé là le jour que l’OTAN a commencé à bombarder leur racaille de rebelles à Tripoli.

Il ya quelques choses que je voudrais éclaircir à cette époque. Tout comme les premiers rapports ont été à venir grâce à Al Jazeera et d’autres chaînes généralistes que les rebelles avaient « pris » à Tripoli, je conduisais moi-même à travers la capitale pour aller  au Rixos. Mon ami avait reçu un appel téléphonique d’un couple de rebelles ayant surgi dans Souq al Juma, où des cellules dormantes étaient connues pour être planquées, mais que j’ai pu voir par moi-même .La ville était très loin d’être «prise».

Je suis sûr que nombre de gens étaient surpris le premier jour, quand les combats ont commencé à Tripoli Tout allait bien et puis dans les cinq jours le gouvernement libyen avait été complètement chassé. Bien sûr, très vite, et mon rapport l’a également montré, les choses ont changé pour le pire.

Je tiens à souligner trois choses, tout d’abord comme je l’ai indiqué, il a fallu cinq jours de résistance presque uniquement par des bénévoles (comme vous le verrez bientôt pourquoi) pour la bataille à déterminer sur le terrain. Deuxièmement (et c’est là une leçon que j’ai apprise ) alors que je n’ai jamais fait confiance à l’ OTAN t, je ne sous-estimais pas les longueurs qu’ils mettraient avant d’atteindre leurs objectifs et dans cette vidéo ici (à partir de 16.48), je décris comment les médias ont dépeint la «chute» de Tripoli, sans résistance,alors que c’ était en réalité une immense bataille où des milliers de gens ont résisté à l’assaut et ont été impitoyablement massacrés par des hélicoptères Apache de l’OTAN et des bombes.

Comme le porte- parole du gouvernement le Dr Moussa Ibrahim avait prévenu la presse mondiale sur la première nuit avant qu’il ne se fut contraint de fuir: «Ils tuent tout ce qui bouge. »Et finalement, comme avec la nature de trahisons, personne ne s’attend peut-être à la trahison la plus fatale de toutes, celle du propre cousin de Kadhafi, le général Albarrani Shkal. Shkal était en charge d’une unité de grande armée à Tripoli et avait travaillé avec les rebelles depuis quelque temps. Il avait manipulé son Rotas personnel afin que des milliers de soldats, qui auraient autrement été prêts à défendre la capitale, le jour où l’assaut a commencé, ont été programmés pour prendre des vacances ou d’être dans un autre endroit.

Cela a laissé la tâche de défendre la capitale en grande partie à des milliers d’hommes et de femmes résidents, en particulier le peuple héroïque du district le plus pauvre de la ville d’Abou Salim. A ce jour, malgré que leurs maisons et les rues ont été décimés, ils n’ont pas encore cédé et les rebelles ne peuvent pénétrer dans la zone avec de grands convois armés.Avant cette semaine, mon expérience personnelle de la Libye a été remplie de hauts et de bas. Les dépressions ont cette crainte constante qui a marqué tous les visages. Nous savions que tout ce qui nous entoure est susceptible d’être détruit à tout moment, ce que les bombardements interminables ne vnous permettent pas d’oublier.

 Mais le premier fait qui m’a frappé, avant que  j’ai appris à connaître les gens, était juste la beauté du pays et de Tripoli elle-même. Un pays moderne et relativement bien développé au niveau du fonctionnement. En tant que femme, ce qui m’a d’abord  frappé c’est que  les soldats étaient des femmes et des bénévoles postées sur certains des points de contrôle sur le chemin de la capitale . Il y avait un grand  nombre de femmes qui conduisaient<;  J’ai raconté certaines de ces expériences dans d’autres blogs et vlogs.Bien sûr, le plus grande  tristesse a été  d’être en mesure d’assister à la défiance de l’esprit d’un peuple attaqué par la force la plus puissante connue . Ce dont j’ai été témoin dans Majer, Zlitan, alors que plusieurs maisons dans le village avaient été bombardées à plusieurs reprises par des avions britanniques massacrant au moins 33 enfants, 32 femmes et 20 hommes.

Ma visite ne s’était pas faite dans le même temps que les dizaines de journalistes traditionnels.  Et ainsi je peux témoigner que certains de leurs allégations méprisables,  que les scènes d’émotion qu’ils ont vu ont été organisées, étaient de purs mensonges.
Après avoir rendus nos respects aux tombes de masse où les corps sans fin ont été transportés par les hommes du village, j’ai vu une équipe de tournage libyenne allumer leurs caméras et filmer et je n’oublierai jamais comment les familles des victimes et les gens du village, les jeunes et les vieux ont afflué en désespoir de cause pour rendre hommage devant les caméras. Ils voulaient que l’OTAN disparaisse  et que Mouammar Kadhafi puisse rester. Je n’ai plus ces bandes  depuis l’assaut sur Tripoli.  Je n’ai rien entendu de cette équipe de tournage et je ne sais pas s’ils sont en sécurité.Mais ces distorsions et les mensonges des médias auxquels je me réfère ont été les plus odieux quand ils ont couvert les combats, ou devrais-je dire le silence des médias, sur la persécution systématique des Libyens noirs et des migrants noirs.

Je parle de cela dans la vidéo ci-dessus et liés à Dan Glazebrook devant moi va plus en profondeur à ce sujet. Mais pour quiconque de suggérer (comme il est souvent suggéré) que ce phénomène est simplement une conséquence malheureuse et de mauvais goût du conflit libyen, alors qu’ils ont  déjà  tellement trompés quant à la nature même du conflit, que vous devez être amenés à douter sérieusement de  leurs loyautés ,Les attaques rebelles contre les Noirs est un déchaînement de leur racisme inhérent qui a été tenu longtemps en échec par la politique pro-africaine et l’exemple de Mouammar Kadhafi et le début  de sa politique panafricaine pour une Afrique indépendante. Loin d’être un aspect malheureux du caractère des rebelles, c’est précisément là où les rebelles ont des intérêts racistes  qui convergent avec les intérêts racistes de l’Occident. La meilleure analyse  a probablement été produite par le journaliste Gerald A. Perreira (cet article est juste un exemple).

Le point le pénible,  comme il l’a été pour des millions de personnes dans le monde, a été le martyre de Mouammar Kadhafi . La nature brutale de son assassinat et l’impudeur avec laquelle il a été réalisé par les rebelles et leurs maîtres impériaux tels que Hilary Clinton, incarne la férocité de cette guerre contre ce pays. Tout comme à chaque attaque sur une ville libyenne, l’assassinat de Kadhafi a été mené par un drone américain, suivi par un airtstrike français sur son convoi ouvrant la voie à des rebelles lâches pour finir le travail.

Que ce fut une guerre qui a si sauvagement et sans relâche criminalisé le leader d’une nation africaine, l’accusant de crimes pour pour le déshumaniser dans la mesure du possible, ne connaissait pas de pause. Mais comme Fanon aurait dit, ce sont ces actes qui ne déshumanisent l’oppresseur et ses complices encore plus loin et les conduisent à creuser une fosse profonde .

Et pour ceux des millions de gens libyens qui connaissaient leur chef assez bien pour ne pas croire ces mensonges et pour ceux qui ont été en mesure de batailler à travers ces fabrications et trouver le vrai Mouammar Kadhafi, il est mort en héros. Toujours fidèle à sa parole, et comme son héros national Mukhtar Omar, il est mort en combattant, dans sa ville natale, refusant d’abandonner son peuple. Il vit dans le cœur de millions de gens.

Il ya beaucoup de choses que je tiens à dire au sujet des personnes que j’ai rencontrées et qui ont eu un impact phénoménal sur moi, mais même si certains d’entre eux ont depuis été tués à la suite de cette guerre, je suis incapable de le faire à ce moment car telle est la nature hostile en Libye pour tous ceux qui sont associés au soutien à distance de la Jamahiriya, que d’en parler entre eux seraient susceptibles de mettre, eux et leurs familles en danger.

Mais en plus de ceux qui savent qui ils sont, je voudrais adresser mes salutations les plus chaleureuses de la solidarité au peuple libyen qui, au cours de ces derniers mois est devenu la dernière victime de l’agression impérialiste.

Et je voudrais dire quelques mots sur les dizaines de milliers de prisonniers politiques qui ont été dispersés à travers le pays, leur crime étant qu’ils n’ont pas appuyé l’attaque de l’OTAN ou la contre-révolution dans leur pays. Le fait que le Traitement et la torture honteuse de figures hautement respectés tels que le Dr Abuzaid Dorda, l’Imam Khaled Tantoush, la soeur Hala Misrati et le Dr Ahmed Ibrahim est bien connue, ayant été diffusés à travers les canaux de rebelles et sur YouTube, compromet  toute réclamation de justice ou de respect de vie humaine  que ces personnes ou leurs bailleurs de fonds occidentaux ont le culot de faire
Le dimanche, je me rendrai en Syrie, où, comme quelqu’un a dit récemment, sur mon facebook, ce qui se joue en Libye, à bien des égards commence à se jouer en Syrie, mais beaucoup plus lentement.

À une époque où nous avons  récemment montré que ce qui est alimenté dans les médias est très loin de la réalité, en tant que journaliste, je me sens très chanceuse d’avoir l’occasion de  parler à des Syriens,  d’entendre parler de ce qu’ils pensent des représentations occidentales et arabes des médias de leur pays lors de ce conflit.

J’espère que vous continuerez à me me suivre pendant ce voyage!

Lizzie Phelan

http://lizzie-phelan.blogspot.com/2012/01/dear-friends-many-of-you-will-have.html

Une réponse “Réflexions émouvantes sur la Libye par Lizzie Phelan”

  1. Francenaldo Amorim
    10 janvier 2012 à 3 h 20 min

    http://libyanfreepress.wordpress.com/2012/01/09/the-green-desert-the-libyan-peoples-support-for-the-jamahiriya/
    Le peuple libien doit luter jusqu´a la victoire….regardez dans le video, qui les  » Rats » non pas l´appuie de la majorité du peuple.
    sans les forces mercennaires du Quatar, emirats, france et angleterre,t les frappes aériens assassins de l´OTAN, ils jamais auraient gagné.

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,