Aller à…
RSS Feed

27 octobre 2020

Libye – L’autre voix sur la guerre en Libye par M.Gasmi, S.Kouki et N. Nciri



Infographie RFI

TRIBUNE LIBRE DE M. GASMI,  S. KOUKI ET K. NCIRI

Depuis le 14 janvier, à l’instar de la grande majorité de nos compatriotes, nous avons accueilli avec une joie et une fierté immenses le (r )établissement de l’un des principes fondamentaux de tout système démocratique: la liberté de la presse. Rappelons que si celle-ci est indispensable à la démocratie, c’est pour deux raisons essentielles: d’une part, parce qu’elle traduit l’un des droits humains les plus précieux: la liberté d’opinion et d’expression, et d’autre part, parce qu’une presse libre et indépendante constitue un indispensable contre-pouvoir.

Cependant,  depuis le déclenchement de la guerre en Libye, il nous semble que la liberté de la presse – et son indépendance – est de nouveau très sérieusement mise à mal.

La guerre que mène l’OTAN en Libye depuis près de 7 mois fait suite à la très contestable et critiquable résolution 1973 de l’ONU. Nombreux sont les documents et les témoignages qui exposent les conditions et les motifs peu avouables qui ont mené à l’adoption de cette résolution. Tout aussi nombreuses sont les voix qui dénoncent la manière avec laquelle celle-ci a été triturée, violée même. Depuis bien longtemps, il est établi de manière indéniable que nous sommes passés d’une résolution visant à «protéger les civils» à une intervention militaire visant purement et simplement à renverser le régime d’un pays souverain et à en instaurer un autre plus malléable et plus favorable aux intérêts des puissances occidentales. Peu en importe le prix.

La guerre menée par les principales puissances occidentales et leurs supplétifs contre la Libye n’est pas uniquement militaire. Elle est aussi médiatique. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que nous assistons depuis le début de la crise libyenne à une véritable mise en scène du conflit par les médias[Note de bas de page1]. Boubacar Boris Diop[Note de bas de page 2] va plus loin et évoque une «implication quasi militaire des médias dits globaux dans le conflit».

Que les médias de masse des pays impliqués dans le conflit (y compris le Qatar) proposent une grille de lecture — partiale et mensongère — des évènements visant à légitimer l’intervention armée (et les «dommages collatéraux» qu’elle occasionne), que ces mêmes médias usent et abusent des méthodes de censure et de désinformation que l’on applique sans scrupule à chaque nouvelle guerre, rien d’étonnant à cela. Rien de nouveau non plus. Les exemples de «média-mensonges» pour légitimer les guerres d’agression ne manquent pas: Vietnam, Irak, Afghanistan, Gaza…

Par contre, que les médias tunisiens, nouvellement libérés du joug de la dictature, appliquent ces mêmes méthodes de désinformation pour nous servir une vision biaisée de la tragédie libyenne, que ces mêmes médias s’alignent sans le moindre questionnement sur les communiqués de l’OTAN, que nos journalistes se mettent à cacher et à travestir les faits en vue d’induire l’opinion publique dans l’erreur, voilà ce qui  nous interpelle et nous incite à questionner l’indépendance et l’impartialité de nos institutions médiatiques.

A l’unisson et dès les prémisses de la guerre, les médias tunisiens ont délivré une interprétation univoque du conflit. Au fil des mois, ils l’ont répétée et en ont littéralement matraqué l’opinion tunisienne. Le message délivré – sans la moindre retenue ou questionnement – fut le suivant : Mouammar Kadhafi, un despote sanguinaire a pris son peuple en otage et menace de le massacrer. Ses partisans, peu nombreux, sont des fanatiques dangereux. Face à eux, les «rebelles» de Benghazi, le CNT (élevé du jour au lendemain au rang d’unique représentant légitime du peuple libyen) et l’OTAN — en mission de bombardement «humanitaire» — dont l’intervention a permis de sauver des milliers de «civils désarmés» constituent le bloc des «gentils», des «défenseurs des libertés», des « nobles révolutionnaires désintéressés».

Ce discours médiatique sans nuance est un cas d’école. Il constitue un exemple parfait de ce qu’est la propagande de guerre. Comme le souligne Anne Morelli, «La propagande canalise classiquement la haine et les ressentiments de l’opinion publique vers un leader ennemi, censé être la cause de tous les maux. Il sera à la fois fou, démagogue, cynique, militariste.»[Note de bas de page 3]

Pour appuyer ce discours de propagande, les médias tunisiens ont disposé d’une arme imparable: utiliser la légitimité incontestable de la révolution tunisienne pour faire croire à un soulèvement massif de toute la population libyenne contre un tyran sanguinaire, soulèvement auquel on ne peut qu’adhérer. Ainsi, quiconque ose contredire la version «officielle» pourra aisément être taxé de complice d’un dictateur. «À chaque guerre, c’est ainsi, souligne Michel Collon. Au début, il est presque impossible de s’y opposer. Le matraquage médiatique est tel qu’on est immédiatement catalogué comme complice d’un monstre» [Note de bas de page 4]

Il est devenu clair qu’après sept mois d’une compagne de bombardement sauvage et barbare supposée «protéger les civils», et à l’heure où nous écrivons ce texte,  pas loin de 62000 libyens sont morts. Syrte, ville martyre qui refuse les diktats de l’OTAN et de ses supplétifs, a été l’objet d’un génocide effroyable. Silence total des médias internationaux mais aussi des nôtres alors que les preuves des massacres commis par l’OTAN (vidéo à l’appui) sont à la portée d’un clic.

En tant que citoyens tunisiens, nous sommes tristes et choqués de voir nos médias réserver tous leurs espaces d’expression aux voix qui émanent d’une seule partie du conflit: celle de l’OTAN et ses supplétifs.

Nous sommes nombreux à dénoncer l’ingérence étrangère dans le conflit libyen, ingérence qui a très rapidement pris l’allure d’une (re)colonisation pure et simple d’un pays frère. Hélas nous ne trouvons aucun espace médiatique pour faire porter nos voix.

De  nombreux Tunisiens et Tunisiennes ont encore la possibilité d’exprimer leur indignation et de crier leur colère à travers une unique chaîne de télévision étrangère. Internet, avec ses blogs et ses forums, constitue un canal important qui permet à nos compatriotes – à l’instar des millions de personnes à travers le monde qui se battent contre l’impérialisme et le néocolonialisme – de dire (et de lire) l’autre vérité sur cette guerre décidée et exécutée par l’OTAN et ses alliés. A notre connaissance, les gouvernements arabes, hormis la Syrie et l’Algérie, se trouvent obligés de se plier aux diktats d’une poignée de pays membres de l’OTAN et en deviennent presque les portes-parole. La reconnaissance précipitée et sans le moindre questionnement du CNT ainsi que l’acheminement d’armes vers les « rebelles » via nos frontières témoignent de la servilité de notre gouvernement à l’égard de l’OTAN. Que reste-t-il de la souveraineté de nos États? Nous sommes en droit de nous le demander.

En Tunisie, les appels à manifester contre l’ingérence des puissances occidentales dans les affaires d’un pays souverain ne sont jamais relayés par nos médias. Il est de même pour les manifestations de soutien au peuple libyen martyrisé par les bombardements aveugles de l’OTAN qui ont eu lieu dans différentes régions de Tunisie. Ce sont les réseaux sociaux et  une chaîne de télévision étrangère qui nous tiennent au courant de ces évènements et qui nous permettent de nous exprimer. De quelle liberté de presse et d’opinion pouvons-nous parler dans la Tunisie de l’après 14 janvier?

Reste la question du mobile: pourquoi nos médias se sont-ils si facilement alignés sur l’OTAN ? Complicité volontaire? Paresse intellectuelle ? Peur d’aller à contre-courant d’une opinion elle-même victime de la désinformation massive des chaînes satellitaires?

Aurons-nous jamais une réponse à ces questions ? Nos journalistes auront-ils le courage de se soumettre à un difficile, mais ô combien salutaire exercice d’autocritique ? Nous l’espérons.

En attendant, au nom de la démocratie, au nom de notre révolution, au nom de la longue histoire d’amitié qui nous lie au peuple libyen, au nom des milliers de victimes civiles tombées sous les bombes de l’OTAN, au nom aussi de tous ces travailleurs noirs, emprisonnés, torturés, massacrés, humiliés, exécutés, dépecés par des hordes de fanatiques racistes et sanguinaires, au nom de tout cela nous exigeons que les médias tunisiens ouvrent enfin leurs espaces d’expression à d’autres voix:

Celles qui dénoncent l’ingérence étrangère en Libye,

Celles qui dénoncent une guerre génocidaire,

Celles qui dénoncent les média-mensonges,

Celles qui souhaitent dire l’autre vérité sur cette guerre,

Celles qui n’acceptent pas les abus et l’arrogance des «rebelles» vis-à-vis des Tunisiens en Tunisie,

Celles qui n’acceptent pas les beaux discours sur la démocratie et les droits humains qui ne visent qu’à mieux nous vendre une guerre colonisatrice,

Celles qui disent non à l’impérialisme.

Signataires de cet article

   Mabrouka Gasmi, activiste en milieu de la société civile en Tunisie

   S Kouki, tunisien , résident  en Belgique

   Kais Nciri, enseignant universitaire, Tunis

Tunis, le 12 octobre 2011

[Note de bas de page 1]  Libye : un avenir incertain : compte-rendu de mission d’évaluation auprès des belligérants libyens ; Paris ; avril mai 2011. Mission effectuée par Centre international de recherche et d’études sur le terrorisme et d’aide aux victimes du terrorisme (CIRET-AVT1) et du Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R2), et avec le soutien du Forum pour la paix en Méditerranée

[Note de bas de page 2] Interview de Boubacar Boris Diop sur la guerre en Libye, paru le 6 et le 7 septembre dans La Tribune de Dakar

[Note de bas de page 3] Anne Morelli : La Libye et NOTRE propagande de guerre , Bruxelles, le 18 août 2011.

[Note de bas de page 4]  Michel Collon « Comprendre la guerre en Libye (3/3) », Bruxelles, le 9 avril 2011

Une réponse “Libye – L’autre voix sur la guerre en Libye par M.Gasmi, S.Kouki et N. Nciri”

  1. Francenaldo Amorim
    11 janvier 2012 à 23 h 14 min

    Ce complot des médias du monde occidentale, c´est vérifie aussi au Brésil, où la principal chaine de television  » La Rede Globo », as simplement difusé les informations qui le CNN, Reutors trasmettaient pour le monde occidentle.Jamais elles ont montrait l´opiniom du govern de la Libie, les attaques assassins aux villes perpetré par l ´OTAN, les degâts materiauz et les victimes civils. Tout ces cènnes tragiqies étaient caché du peuple de propôs. Ça c ´est passe partout, France, Angleterre, Etads Unis, et partout dans le monde…un véritable complot sionniste de l ínformation. Ils ont aveuglé le monde de l´ínformation, et par contre difusé la diabolisation ou demonison des liders des govern a rencerser et de ses supporters comme des gens fannatiques. Moi je pû suivre les evenements réels sur ces pays, la Libie. naintenaint sur la Sirie, Palestinne, à travewrs de la Press free, et voix independentes…mais qui la grand majorité n´access pas fàcilment.
    Ce complot de la dominatiom de les principaux moyens de comunication dans le monde, vient déjà a être éxecuté par les forces sionnistes, depuis la 2 guerre mondale. Le monde occidentale sauf quelques pays, comme la Venezuela, Cuba. Russie, China,peuvent encore transmettre la vérité….mais ici même au Brésil, les médias sont déja au control des forces sionnistes, où dépendants de sources finnancières des grandes coorporations financières sionnistes dans le monde et locals… ….même soyant un govern élècte par le peuple, mais les médias sont toujours au cotê des partis de droite, appuiés par ces forces invisibles. (Sionnistes), qui continnuent sont travaulle unilatéral de l ínformation. Les governes locals d íci ont peur de confronter ces forces….ça donne peur de s´exposer…

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,