Aller à…
RSS Feed

25 octobre 2020

Insultes contre le Prophète Mohammed, mamelons royaux et hypocrisie occidentale


Dimanche 14 octobre 2012

Insultes contre le Prophète Mohammed, mamelons royaux et hypocrisie occidentale

D’après une lettre de lecteur sud-africain (The Star Africa Edition – 2/10/12)

L’apparition des mamelons émoustillants de la princesse de Cambridge dans le magazine français Closer suivie de l’interdiction judiciaire de toute publication ou distribution ultérieure des photos en France illustre – si besoin était – l’hypocrisie crasse de certains progressistes et du monde occidental en particulier.

Ici, en Afrique du sud, l’intelligentsia progressiste et certaines personnalités libérales, bien moins intelligentes, se sont égosillées – de concert avec la presse à scandales – pour demander que soit respectée la liberté d’expression après la parution honteuse – dans The Spear- du portrait du Président Zuma,  le sexe à l’air…. Peu leur importait le mal infligé aux victimes et à leurs familles. Mais, lors de la publication des photos de Kate, leur réaction a été différente. Cette fois, il n’était plus question de la liberté d’expression.

Ces faux progressistes parlent beaucoup des excès et des atteintes à la décence de la presse des bas-fonds et des paparazzi. Aussi, leur soulagement a été grand quand, grâce à Dieu, une ligne a été tracée entre ce qui était convenable et ne l’était pas, par la justice française.

Apparemment, la Convention européenne sur les droits de l’homme porte aussi sur ce genre de question,  les tribunaux français ne faisant que souscrire à cette éthique de la censure.

Si l’Afrique du sud avait disposé d’une telle législation, les photos indignes parues dans The Spear nous auraient été épargnées. Alors qu’il avait soutenu avec véhémence leur parution, au nom de la liberté d’expression, un journal dominical s’est montré réticent pour publier les photos royales… et n’a pas condamné la décision prise en France.

La sortie sur Internet de l’abject film anti-musulman ayant provoqué la colère des croyants à travers le monde, confirme la politique occidentale du « deux poids, deux mesures ». Les Etats-Unis et la France se sont déclarés incapables d’intervenir et de l’interdire en vertu du principe de la liberté d’expression en vigueur dans leurs sociétés.  En France, les autorités ont même refusé de s’en prendre à l’hebdomadaire Charlie Hebdo qui a publié des caricatures vulgaires du Prophète Mohammed.

A l’évidence les tribunaux français considèrent les nichons royaux plus sacrés – donc requérant une protection judiciaire – que les coups portés au fondateur spirituel d’une des principales religions.

En tant qu’athéiste et humaniste, non redevable à un être céleste quelconque, je m’étonne que les peuples, adhérant à des croyances différentes, puissent se révolter face aux atteintes imbéciles portées à leurs idoles, mais mon humanisme me dicte de respecter leurs sensibilités. Ce que je pense sur la véracité de leurs croyances ne regarde que moi. (…)

Traduction : Xavière Jardez

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,