Aller à…
RSS Feed

31 mai 2020

Paris : Rassemblement pour dénoncer les massacres de Bani Walid


France/Libye: rassemblement à Paris pour dénoncer les massacres des milliers de civils dans la ville libyenne de Bani Walid et soutenir la mémoire du Guide Mouammar Kadhafi.

 

Une vue d’un groupe de gens qui participaient à ce rassemblement pour dénoncer des massacres à Bani Walid.

PLACE DE LA FONTAINE DES INNOCENTS,1er arrondissement de Paris. Sous les rayons d’un soleil qui a fait un peu oublier le froid, un rassemblement de ce dimanche 28 octobre 2012 ,de 15 à 18H; a connu la participation d’un public européen et africain. Cette conscience humaine de masse  a dénoncé des massacres  de la population civile de la ville libyenne  de Bani Walid. L’organisation de cette manifestation à Paris est l’oeuvre des associations françaises. Les victimes se comptent par milliers et elles sont accusées d’être « des gens de Kadhafi ».

Ces boucheries barbares ont été déclenchées d’abord par des groupuscules de vigiles et de justiciers de la ville de Mistrata,jadis des rebelles libyens au service de l’OTAN, selon une manifestante française. Une armée libyenne qui n’existe que de nom,venue de Tripoli, est arrivée pour participer à ces massacres. Pour sauver des vies humaines,  des patriotes et résistants libyens  de la Jamahiriya libyenne se sont défendus . Des Noirs ont encore été massacrés par des gens du pouvoir à Tripoli dans l’indifférence totale des opinions des membres de ces classes politiques et financières de ces  pays occidentaux qui parlaient fort durant les bombardements de leurs avions.
Sur cette place parisienne, des manifestants avaient protesté et affiché des images des victimes. Des tracs avaient été distribués. Quelques photos du Guide Kadhafi et des symboles de couleur verte étaient visibles. « Bosangani na Paris mpo ya kobelela biboma boma ya batu ebele bitondi na Bani Walid; o ntei ya bitumba bisilaka te o ekolo ya Libya banda sanza ya misato o mobu 2011″(1).



Devant une caméra et 5 médias et réseaux sociaux: manifestation pour dénoncer ces massacres.

La fontaine de la Place des Innocents fait couler son eau,symbole de la vie et des vies humaines arrachées par la violence de la barbarie belliqueuse. Des gens venant de paris et de la région parisienne sont là pour interpeller sur cette situation désespérée de la ville libyenne de Bani Walid assiégée depuis des semaines.

Une des membres des associations organisatrices, la française Ginette Hess nous accueille. Et elle dénonce le silence médiatique complet. Évidemment, elle parle ici des médias de son pays , la France. Elle nous dit aussi que  » tout était parti des vigiles » de la ville libyenne de Mistrata pour aller attaquer « les bastions des gens de Kadhafi ».

Et la militante des droits de l’homme et des peuples Ginette nous remet un document qui est distribué à des nombreux passants. Cette place parisienne située juste à côté du Forum des Halles est un des endroits dans la ville de Paris où passe une grande marée humaine. « Batu ebele,batu meke »(en langue internationale Lingala: « un monde fou passe par là »). Des foules et des foules vont dans tous les sens.

Voici un extrait de ce document qu’un bon nombre de passants,des curieux,des touristes,des militants ont dû recevoir:  » bombardée et agressée sans répit par des milices armées,la situation se dégrade au quotidien.Ces milices pilonnent les zones civiles,tuent des innocents et des familles,détruisent des maisons,les bâtiments publics et les infrastructures sanitaires et sociales.Les victimes sont essentiellement des enfants,des personnes âgées et des femmes qui ne demandent qu’à vivre en paix chez eux. Ceux qui tentent de quitter la ville sont maltraités et abusés par ces milices tribales et ces djihadistes qui agissent par vengeance.Ils refusent de laisser quitter les lieux à quiconque au prétexte de leur appartenance tribale ou leurs liens supposés avec l’ancien régime. »

Une caméra est là pour des interviewes destinées à un public de télévision et des internautes de sites-médias et de réseaux sociaux. Il y a des responsables de réseaux sociaux et de journalistes pour un total de 5 personnes.

Un Algérien qui a plus de 70 ans exhibe une photo du Guide Kadhafi, plus jeune et habillé en tenue d’officier de l’armée libyenne. Des jeunes français viennent vers lui.Des discussions s’engagent car les premiers jeunes qui ont approché disent que « Kadhafi est un dictateur. Cela a été dit à la télévision française,disent ces jeunes. Cet Algérien a tenu à leur dire des faits qui montrent que  » ces médias dans des pays comme la France appartiennent à des élites qui fabriquent des armes ou font du gros commerce avec l’Etat français et que le Guide Kadhafi est un homme politique qui tenait au bien des peuples africains et à l’Afrique ». Et ces jeunes français sont partis après une trentaine de minutes de débat ,avec des tracs qu’ils ont eux-mêmes demandé en fin de compte.
Sur cette Place de la Fontaine des Innocents, nous remarquons la présence des Tunisiens, Egyptiens,Français,Algériens et des gens qu’une mentalité française appellent les « Africains »,c’est-à-dire des Noirs. A propos de cette terminologie,  cette construction franco-française de ce genre de mentalité,  a fabriqué d’un côté des « Africains »(des Noirs) et de l’autre côté des « Maghrébins », donc deux continents alors qu’il n’y a qu’un seul continent  des Africains.

Aucun Libyen en vue lors de cette manifestation de Paris.

Sur cette place de la manifestation, il n y a aucune Libyenne et aucun Libyen. On nous dit qu’un nombre de Libyens  » avaient perdu leur papier de séjour avec le régime du président Nicolas Sarkozy ».Il semble qu’ils ont peur de se pointer sur cette Place de la Fontaine des Innocents par peur de la police française. Effectivement, des policiers français sont là.

Mais déjà du temps où la Libye était « verte » et dans l’opulence, il y avait quasiment pas beaucoup en France. Ils avaient tout pour vivre très heureux en Libye.Mais depuis les bombes de l’Otan,tout a basculé. Il y a quelques semaines,nous étions devant la télévision privée française I-Télé qui  avait annoncé l’arrestation de deux Libyens qui avaient commis un vol à l’arraché, à Paris. Leur victime était une Française de 70 ans. C’est terrible .Des Libyens devenus des voleurs de bijoux à Paris,cela relève du jamais vu durant le règne de la Grand Jamahiriya Libyenne avec le Guide Kadhafi.

« Nainu ba Libyens bamoni  mpasi te. Bakoyoka yango »(en langue internationale Lingala: « les Libyens n’ont encore rien vu et senti en termes de souffrances et d’atrocités issues de ce genre de guerre imposée de l’extérieur. Ils vont vivre cela dans leur chair »); disent des Congolais de la diaspora africaine de l’Europe, qui traînaient aussi sur cette place parisienne. Ces Congolais de la République Démocratique du Congo parlent en connaissance de cause. Leur « fameuse libération depuis 1996-97 par les mêmes traditions et discours d’un certain Occident avec une pensée unique  a enfanté plus de 8 millions de morts,plus de 2 millions femmes violées, des exécutions sommaires, des élections frauduleuses à gogo… » Ce sont les mêmes terroirs qui ont agi en bombardant la Libye avec le même refrain de libération…avec des milliers Noirs égorgés comme des moutons.

 

Silence! On interviewe la Française Ginette.Silence,des médias français ont gardé le silence sur cette manifestation.


Parmi les manifestants,une avait étudié à Kinshasa
.Dès qu’elle a su que nous sommes des journalistes congolais, une Européenne qui participait à cette manifestation pour dénoncer ces massacres, nous confie que son père était ambassadeur en poste à Kinshasa et qu’il avait une femme congolaise de la ville de Kisangani. Cette Européenne,nous dit aussi, qu’elle avait étudié au lycée Motema Mpiko de la ville de Kinshasa.

 

Place de la Fontaine des Innocents,dimanche 28 octobre 2012: une photo du Guide Kadhafi et deux bougies allumées.

Un monsieur sort des bougies et les allument. Deux sont posées à côté d’une grande photo du Guide Kadhafi. Et Ginette, responsable du blog « La Voix de la Libye.com » fait référence à un passage du trac: « tous ceux qui ont prétendu apporter la démocratie en Libye,en prétextant la défense des droits de l »homme,y compris à coups de missiles,doivent se mobiliser pour faire cesser ce massacre ».

Des manifestants ont continué la distribution de ces tracs qui dénoncent les massacres dans la ville de Bani Walid. Le peuple de Bani Walid est une « tribu libyenne » d’environ 70.000 personnes,selon une Française qui venue à cette manifestation parisienne dont des médias en France n’ont pas fait échos.

Reportage de Nkumu/Rédaction de France et Lilo Miango/rédaction de Paris.
Photos: Place de la Fontaine des Innocents,Paris,dimanche 28 octobre 2012: Magazine Ngambo Na Ngambo.

(1) LINGALA,langue internationale: »Bosangani na Paris mpo ya kobelela biboma boma ya batu ebele bitondi na Bani Walid; o ntei ya bitumba bisilaka te o ekolo ya Libya banda sanza ya misato o mobu 2011″[ rassemblement à Paris pour interpeller à propos de massacres en cascade qui se déroulent à Bani Walid à la suite de ces conflits armés qui n’en finissent pas depuis le mois de mars 2011].

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,