Aller à…
RSS Feed

27 octobre 2020

La France en guerre au Mali


http://comaguer.over-blog.com
Au fil des jours et des lectures n°154
05.12.2012

La France en guerre au Mali

Le texte qui suit est la traduction de l’extrait d’un article publié par le OXFORD RESEARCH GROUP. Ce « think tank » britannique influent sur les questions de sécurité ne craint pas de souligner, fût-ce en termes diplomatiques modérés, les dangers de certaines politiques sécuritaires.

Son auteur Paul Rogers est un des principaux contributeurs aux travaux cette ONG. L’Oxford RESERACH GROUP publie chaque mois son billet d’actualité.

http://www.oxfordresearchgroup.org.uk/publications/middle_east/al_qaida_%E2%80%93_potency_idea

Ce texte est une nouvelle confirmation de l’intense activité des « services » anglo-saxons dans la zone Sahara/Sahel. La France, pour essayer de conserver dans cette zone des positions de plus en plus fragiles, court derrière et met en avant le dernier super préfet de la FRANCAFRIQUE : Blaise Campaoré.  Bien qu’installé autoritairement à ce poste l’actuel président en exercice de la CEDAO :Alassane Ouattara est trop affaibli politiquement et militairement pour pouvoir jouer un rôle quelconque dans le « grand jeu » sahélien.
L’opposition résolue et très concrète de l’Algérie à cette politique néo-impérialiste pose problème à la France et sera au cœur de la prochaine rencontre à Alger entre les deux Présidents.
:- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :
Mali :
Le 11 Novembre les chefs d’Etat de la CEDAO ont accepté une proposition d’intervention militaire dans le Nord du Mali contre Ansar Dine et d’autres groupes islamistes.

Trois mille hommes principalement du Nigeria, du Niger et du Burkina Faso seront  déployés pour une campagne de six mois commençant avec la création de bases dans le Sud.

La proposition peut avoir le soutien occidental, mais il est hautement improbable qu’elle soit efficace pour deux raisons. L’une est l’opposition de l’Algérie, mais la plus importante est que ni  le Nigeria qui fournira le plus gros contingent de troupes et ni les deux autres États n’ont des unités suffisamment bien formées pour assumer plus que des tâches de garnison.  Seules, elles ne seront pas en mesure de prendre en charge le nord du Mali.

Pour cette raison, il y aura un soutien appuyé,  quoique secret,  aux opérations militaires de la CEDEAO, par les Etats occidentaux, principalement, mais pas seulement, par la France. Il y a déjà des rapports dignes de foi des Forces spéciales britanniques et étasuniennes présentes au Mali, et ceux-ci peuvent en temps voulu être complétés  grâce  à l’utilisation de drones de reconnaissance et de combat  et par des sociétés militaires privées. Des sources militaires indiquent que quelques centaines de membres des Forces spéciales et d’autres unités spéciales seront engagées.

En même temps que ces actions seront démenties*, elles seront largement rapportées au  Moyen-Orient, étant considérées comme un exemple supplémentaire de l’action militaire des occidentaux contre l’Islam. Ce sera un message puissant s’appuyant sur l’histoire de l’intervention en Irak et en Afghanistan.

(Traduction COMAGUER)

*note du traducteur : les démentis ou les mensonges par omission seront évidemment à l’usage principal des populations des pays engagés dans ces opérations clandestines, pays qui donnent sans cesse au monde des leçons de « démocratie ».

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,