Aller à…
RSS Feed

26 octobre 2021

TUNISIE. Printemps arabe: sous Ennahda, on tue, sous Ben Ali, on allait en prison.


Ils vont finir par me tuer tous mes amis

ginette

TUNISIE. Printemps arabe: sous Ennahda, on tue, sous Ben Ali, on allait en prison.

Publié le 25 juillet 2013

Allain Jules

 

Mohamed Brahmi

Mohamed Brahmi

TUNIS, Tunisie – Assassinat politique. Même mode opératoire. Honteux. Après Chokri Belaïd, une autre figure de l’opposition tunisienne vient d’être assassinée par balle devant son domicile. Le chef d’un parti d’opposition tunisien, le député Mohamed Brahmi, a été assassiné par balles ce jeudi devant son domicile près de Tunis. «Mohamed Brahmi, coordinateur général du Mouvement populaire et membre de l’Assemblée nationale constituante (ANC)

Bizarrement, depuis l’avènement d’Ennahda au pouvoir, ce genre d’assassinats se multiplient. On reprochait à Ben Ali d’être un dictateur. Mais, lui, embastillait les membres de l’opposition. Mais,  Ennahda, qui est fortement soupçonné, assassine ses opposants. Quelle est la différence entre les deux ?  Triste printemps arabe ! Ces faits prouvent bien que c’est une fabrication ce « printemps ». D’après les médias tunisiens, l’homme a été atteint de plus de 11 balles. Ils (ses tueurs)  ne lui ont laissé aucune chance.

Comble du malheur et un signe, le député, âgé de 58 ans, avait été  élu à… Sidi Bouzid, point de départ de l’escroquerie « printemps arabe ». Sous Ben Ali, il avait été arrêté deux fois en 1981 et 1986. Un autre signe, son assassinat survient le jour anniversaire de la proclamation de la République en Tunisie.

Partager

Plus d’histoires deLibye