Aller à…
RSS Feed

1 décembre 2020

Tunisie/assassinat : des milliers de personnes en sit-in nocturne devant la constituante


Tunisie/assassinat : des milliers de personnes en sit-in nocturne devant la constituante

BARDO (Tunisie / Tunisie) – Plus de 10.000 Tunisiens ont manifesté dimanche en camps séparés, pour et contre le gouvernement, lors d’un sit-in nocturne devant le siège de l’Assemblée nationale constituante (ANC), trois jours après l’assassinat du député opposant Mohamed Brahmi, plongeant la Tunisie dans une crise politique. Entre 4 et 5.000 manifestants, dont plusieurs députés et dirigeants de l’opposition laïque, se sont rassemblés peu avant la rupture du jeûne de ramadan sur la place du Bardo, ou se trouve le palais de l’ANC (ouest de Tunis) pour exiger la démission du gouvernement et la dissolution de la constituante dominés par le parti islamiste Ennahda.

Le peuple veut la chute du gouvernement, Oui à la démocratie non aux esprits rétrogrades, Ghannouchi assassin, ont-ils scandé dénonçant le chef d’Ennahda, tenu pour responsable du meurtre de Brahmi. Ghassen, 23 ans, le fils du défunt, était salué par une foule héteroclite, alors que des jeunes distribuaient de l’eau et de la nourriture, des femmes poussaient des you-you et d’autres lançaient de feu d’artifice dans une ambiance bon enfant. En début de soirée un appel largement relayé par les réseaux sociaux a été lancé par le Front du salut national de la Tunisie nouvellement créé, demandant aux Tunisiens de participer en nombre au sit-in en apportant son repas pour un iftar (repas de rupture du jeûne) géant en famille (…) dès lors que la sécurité du rassemblement a été garantie par le ministre de l’Intérieur en personne. Ce Front de l’extrême gauche a rejoint le sit-in initié par une soixantaine de députés ayant gelé leur participation à l’ANC dont ils demandent la dissolution et la formation d’un gouvernement de salut national. Le ministre de l’intérieur Lotfi Ben Jeddou s’est engagé à assurer la sécurité des manifestations pacifiques en recevant dimanche deux représentants des députés contestataires, au lendemain de violences qui ont fait un blessé parmi les élus, lorsque la police a brutalement dispersé un rassemblement. Dimanche, un important dispositif de sécurité — policiers et unité anti-émeutes et brigades canines– était déployé, mais contrôlait à distance la circulation, orientant les manifestants chacun vers son camp.

Séparé par des rangées de barrières métalliques et fourgons de la police, le camp des partisans du gouvernement s’est formé après l’Iftar et la prière de la nuit pour atteindre quelque 5.000 personnes, selon des journalistes de l’AFP, et 10.000 vers minuit, selon le service d’ordre des pro-Ennahda. Communistes assassins, Le peuple est musulman et ne capitulera pas, oui aux urnes, non au coup d’Etat, scandaient les partisans du gouvernement. Ceux qui boycottent l’ANC trahissent la Tunisie, nous résisterons jusqu’à la réalisation des objectifs de la révolution et il n’y aura pas de coup d’Etat dans ce pays, a déclaré à l’AFP Fathi Ayadi, député et dirigeant d’Ennahda. Selon un message partagé sur Facebook, les partisans du gouvernement ont mobilisé pour un nouveau sit-in lundi sur la même place. Aucun incident n’a été enregistré à 01H00 locales (00H00 GMT), le sit-in devant se poursuivre jusqu’à l’aube, quand commence le jeûne du ramadan. kl-pho-Bsh/jr

(©AFP / 29 juillet 2013 02h41)

 

 

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,