Aller à…
RSS Feed

22 octobre 2020

Les menaces d’usage de la force contre la Syrie restent réelles


De quel droit l’Israël qui possède des centaines de têtes nucléaire, un grand nombre d’armes chimiques et biologiques au su de tous,  se permet-il de juger et de menacer la Syrie ou l’Iran ?

ginette

 

Les menaces d’usage de la force contre la Syrie restent réelles

 

 

 

Les menaces d’usage de la force contre la Syrie restent réelles

 

 
JERUSALEM – La menace d’une action militaire américaine en Syrie reste réelle, a affirmé dimanche le secrétaire d’Etat américain John Kerry, au lendemain de la conclusion d’un accord avec la Russie sur le démantèlement des armes chimiques syriennes.

La menace de la force demeure, la menace est réelle, a affirmé M. Kerry lors d’une conférence de presse commune avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Jérusalem.

Nous ne pouvons avoir des paroles creuses quand il s’agit de problèmes internationaux, a-t-il ajouté.

Le secrétaire d’Etat s’exprimait à l’issue de quatre heures de discussions avec M. Netanyahu, aux cours desquelles l’accord américano-russe sur l’arsenal chimique syrien a été évoqué, ainsi que les négociations de paix en cours entre Israéliens et Palestiniens.

Ne vous trompez pas, nous n’avons évacué aucune option, a mis en garde M. Kerry, alors que l’accord signé samedi à Genève a éloigné une menace immédiate de frappes américaines, envisagées par Washington et ses alliés pour punir le régime de Bachar al-Assad, accusé d’avoir mené une attaque à l’arme chimique présumée le 21 août dans la banlieue de Damas.

Des armes de destruction massive ont été utilisées par un Etat contre son propre peuple, c’est un crime contre l’humanité, et cela ne peut être toléré, a ajouté M. Kerry.

M. Kerry a décrit l’accord russo-américain de Genève comme un cadre et non un accord final, mais qui a l’entière capacité d’éliminer toutes les armes chimiques de Syrie.

Il a souligné que sa mise en oeuvre totale était cruciale, ajoutant que retirer les armes chimiques était une étape vers l’élimination de cette arme de l’arsenal d’un homme qui était déterminé à l’utiliser contre son peuple pour conserver le pouvoir.

M. Netanyahu de son côté a affirmé que démanteler l’arsenal chimique rendrait la région beaucoup plus sûre.

Le monde doit s’assurer que les régimes extrémistes ne possèdent pas d’armes de destruction massive, parce que, et la Syrie en a encore donné un exemple, s’ils en ont, alors ils les utiliseront, a déclaré le Premier ministre israélien.

Pour que la diplomatie ait une quelconque chance de réussir, elle doit être accompagnée d’une menace militaire crédible, a ajouté M. Netanyahu, en référence à l’Iran accusé par l’Etat hébreu et les pays occidentaux de chercher à se doter de l’arme atomique sous couvert de son programme nucléaire civil, ce que Téhéran a toujours démenti.

L’Iran doit comprendre les conséquences de son défi continu à la communauté internationale en poursuivant son programme nucléaire, a ajouté M. Netanyahu

Ce qui est vrai pour la Syrie l’est aussi pour l’Iran, a-t-il conclu.

(©AFP / 15 septembre 2013 17h26) 

 

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,