Aller à…
RSS Feed

29 octobre 2020

Les marchands d’armes font leur pub


> Les marchands d’armes  font leur pub

 Le site Internet « Mer et Marine » offre chaque jour à ses lecteurs un choix de nouvelles touchant aussi bien la pêche que la marine marchande ou la marine de guerre

 Dans son dernier numéro un article est consacré à la dernière livraison d’avions RAFALE à l’armée française. Il s’agit de la dernière version de l’avion (équipée du nouveau radar RB2 AESA) que la France n’a encore jamais réussi à exporter. On attend toujours la grosse commande indienne qui viendrait enfin lui donner une reconnaissance internationale.Comme ce marché est très disputé, toutes les occasions sont bonnes pour démontrer l’excellence de cet avion.D’où l’extrait de l’article de Mer et Marine qui suit

Une nouvelle page s’ouvre

 L’arrivée des premiers Rafale dotés du RBE2 AESA ouvre, en tous cas, une nouvelle page dans l’histoire de l’avion de combat français, dont les remarquables engagements sur les théâtres d’opérations libyen et malien ont définitivement fait taire les quolibets dont il était injustement affublé depuis des années. L’appareil, dont les performances sont désormais internationalement reconnues, devient le premier avion de combat européen à bénéficier de la technologie du radar AESA, qui permet d’améliorer significativement sa portée de détection. C’est l’aboutissement de plus de 10 ans d’efforts de R&D sur les antennes actives, rappelle la DGA.  Le nouveau radar permettra notamment à l’appareil de mettre en œuvre le nouveau missile air-air à longue portée Meteor, développé par MBDA.

« Les remarquables engagements sur les théâtres d’opérations libyen et malien » méritent un petit commentaire.

Dans le cas libyen, on sait que l’interdiction faite au gouvernement libyen par le Conseil de sécurité de l’ONU d’utiliser son espace aérien – la fameuse « no fly zone »- a en fait livré cet espace aérien à l’aviation de l’OTAN. Les « no fly zones » sont en réalité des privations absolues de souveraineté pour l’Etat qui n’a plus qu’à attendre au sol sa destruction tombant du ciel. L’OTAN a ensuite par des tirs de missile de moyenne portée détruit les défenses antiaériennes libyennes. A partir de ce moment- là les vols des Rafale qui attaquaient des objectifs militaires ou civils devenaient pour les Rafale comme pour les autres avions de l’OTAN des « promenades de santé »  (pas pour les libyens endommagés collatéralement) sans aucun risque. Au Mali c’était encore plus tranquille : face à des adversaires armés de pistolets mitrailleurs circulant en pick-up en zone désertique ou cachés dans des massifs montagneux  les RAFALE ne craignaient rien. Que sont devenus ces adversaires ? Ce sont les mystères du Sahel. Là-bas les mirages ne sont pas fabriqués chez Dassault

SUN TSU

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,