Aller à…
RSS Feed

23 novembre 2020

SCANDALE DIEUDONNE AU TGI. Justice: entre connivence, copinage et lynchage abscons


Publié le sept 21, 2013 @ 9:40

Allain Jules

 

Dieudonné  arrivant au TGI de Paris, jeudi dernier et arborant un béret militaire en soutien aux militaires sanctionnés

Dieudonné arrivant au TGI de Paris, jeudi dernier et arborant un béret militaire en soutien aux militaires sanctionnés

PARIS, France – Les accusateurs et détracteurs de l’humoriste Dieudonné n’arrivent plus à maîtriser leurs nerfs et, on assiste à chacun de ses déplacments à des débordements ayant une fréquence quasi-perpétuelle. A force de triturer le trait, de dire tout et n’importe quoi dans un fourre-tout classique pour brouiller les pistes, cahin caha, les pourfendeurs de l’humoriste ouvrent un peu plus les yeux à ceux qui boivent allégrement tout ce qui est dit ici ou là. Comme une odeur nauséabonde, ce qui s’est passé jeudi dernier au TGI de Paris est un cas d’école et les attaques se poursuivent.

Dans ces attaques, cette folie épistolaire, l’exhaustion de leur activité est un mélange de ce que Pierre a dit, Paul repris, et Leoni qui reprend ainsi de suite. Donc, ce sont toujours les mêmes choses, la même dialectique, surtout mortifère et morbide, qui dure depuis 10 ans. Un combat ridicule et de longue haleine qui profite surtout à certains mais qui commence à sérieusement agacer la plupart des Français. J’en veux pour preuve, le succès jamais démenti de l’humoriste Dieudonné. Certaines associations ont trouvé le bon filon, et Dieudonné est leur poil à gratter de bon aloi ou du moins, leur espèce sonnante et trébuchante. Passons.

Les mesures préparatoires

En contentieux administratif, on parle de mesures préparatoires, la catégorie juridique regroupant les actes de l’Administration dont le juge administratif se refuse à connaître parce qu’ils se bornent à préparer une décision sans être, par eux-mêmes, des actes faisant grief. C’est ainsi que jeudi dernier au Tribunal de grande instance (TGI) de Paris, l’audience annoncée en grande pompe par la présidente de SOS racisme Cindy Leoni, le mensonge chevillé au corps (nous y reviendrons plus bas) devait se dérouler à 13h30. L’humoriste Dieudonné est arrivé à l’heure. Il a ensuite été baladé de la 12e à la 13e chambre en passant par la 17e. Ayant un spectacle le soir même, il a finalement quitté les lieux, après s’être rendu dans une salle adjacente où se déroulait le procès de ceux qui ont tenté d’éliminer l’ex avocat Karim Achaoui…

Auparavant, les appels qu’il avait lancé sur son mur Facebook avaient été écoutés, dans la mesure ou ses partisans/fans se sont déplacés en nombre. Premier couac dans un procès dit public, ces derniers ont été priés de rester au dehors. Ce refus de les admettre, malgré l’exiguité de la salle d’audience est en lui même un grave dysfonctionnement de l’administration judiciaire. Ensuite, comme par hasard, Madame Cindy Leoni a débarqué au tribunal juste à l’heure de l’ouverture du procès décidé sans en avertir les plaignants -un comble-, à 16h30. Quand l’accusée arrive au moment où la Cour doit se réunir, c’est qu’il y a une connivence et du copinage. Pire, pendant les pauses, les témoins ont vu le ou la représentante du Ministère Publique (Procureur) qui doit protéger les plaignants, en pleine conversation avec Madame Cindy Leoni et rire aux éclats. Cherchez l’erreur !

La vérité sur la plainte et l’imbroglio.

Et là, une grande surprise attendait les journalistes présents. On se rendait donc compte que, la plainte était d’une tierce personne et n’était ni de Dieudonné encore moins de Robert Faurisson. En réalité, les deux s’étaient portés partie civile. De quoi s’agit-il ? En placardant sur son billet qu’elle est poursuivie par Dieudonné et Robert Faurisson, qui plus est pour antisémitisme alors qu’il s’agissait de diffamation, cette dame a montré son vrai visage, celui de la fraude et de la falsification, pour se positionner en victime expiatoire et faire le buzz. Elle a réussi son coup mais, les juristes dans les médias ont préférés se taire. On connait enfin la raison. Se constituer partie civile ne signifie pas porter plainte. Donc, contrairement à ce que nous affirmions récemment, Dieudonné n’a jamais porté plainte, ni contre SOS racisme ni contre Madame Cindy Leoni. C’est un leurre.

La plainte, mal ficelée, à donc eu l’effet attendu car, pour vice de forme, elle ne peut être menée à bout, même si le plaignant, dont nous taisons le nom est convoqué ce matin au TGI de Paris. En effet, il y a dans cette plainte, plusieurs manquements. Le premier d’entre eux que nous avons relevé stipule par exemple que l’humoriste Dieudonné est domicilié au Théâtre de la Main-d’Or, 15 passage de la Main-d’Or 75011 Paris …Or, ce n’est pas le cas et, selon nos informations, il est plutôt domicilié en Eure-et-Loire ce qui fait que c’est plutôt le Tribunal de grande instance de Chartres qui serait plus compétent etc. Néanmoins, comme le mentionnait la dame dans son billet mensonger sur le Huffpost, elle demandait explicitement que l’humoriste Dieudonné ne soit pas un justiciable comme les autres, bref, qu’il n’ait pas le droit de porter plainte ou même de se plaindre. Ce jeudi a montré que le pouvoir judiciaire l’a suivi dans son délire anti-républicain…

Une foule indescriptible, hier, au théâtre de la Main d'or

Une foule indescriptible, hier, 20 septembre, au théâtre de la Main d’or

Il ne faut jamais attaquer un artiste !

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,