Aller à…
RSS Feed

27 octobre 2020

Monopoly politique


FRANCE-IRAK-ACTUALITÉ
Mardi 1 octobre 2013

Monopoly politique

 

Par Chérif Abdedaïm (La Nouvelle République – Algérie – 1/10/13)*

 

Par définition, le Monopoly est un jeu de société américain édité parHasbro. Son but consiste à ruiner ses concurrents par des opérations immobilières. Il symbolise les aspects apparents et spectaculaires du capitalisme, les fortunes se faisant et se défaisant au fil des coups de dés. Ce jeu de société est mondialement connu, il en existe de multiples versions.

 

Sur la scène internationale, il semble que ce jeu a été perverti au point où chaque concurrent cherche la « ruine » politique de son adversaire afin de s’emparer d’un leadership virtuel.

 

En Libye, Sarkozy  a bien joué le coup à ses acolytes pour enfin pouvoir bomber le torse et crier à tue-tête qu’il était l’artisan de la « délivrance » du peuple libyen.  La suite, on la connaît, avec sa faillite politique.

 

Son successeur, François Hollande faire de même dans la crise syrienne. Depuis le début des événements, la diplomatie française n’a cessé de briller par son acharnement contre le président syrien. Combien de fois avons-nous entendu chanter le refrain : « Assad, doit partir ».

 

Malheureusement le  vent de l’Est a tourné en faveur de Bachar Al Assad et l’agression tant espérée par les diplomates français, a tourné au compromis ; alors que François Hollande s’est retrouvé dos au mur. Son intervention télévisée de dimanche dernier n’a pas convaincu les 8 millions de téléspectateurs qui l’ont suivie.

 

En revenant sur l’accord conclu entre les Russes et les Américain sur la crise syrienne, le président français avait réexpliqué la position de la France qui « n’a jamais été seule» à maintenir la pression « sur le régime de Bachar Al Assad». Autrement dit, c’est la fermeté, particulièrement celle exercée par la France, qui aura permis d’envisager un règlement de la crise. « La pression de la France et des États-Unis a convaincu la Russie de prendre une initiative, tant mieux », a-t-il insisté. Une sortie médiatique qui lui a valu une cascade de critiques et de railleries sur les sites Internet et les réseaux sociaux. En voici quelques réactions :

 

Sur Le Figaro : « Il (Hollande) ne lui reste plus qu’à convoquer OBAMA et POUTINE pour leurs exposer sa stratégie …. ».

 

« Il est content : il se pose en sauveur du monde. »

 

« Bachar Al Assad doit trembler ! Il n’a pas dû fermer l’œil de la nuit. Quand je pense que c’est à cet individu qu’on a confié le code de la force de frappe, je suis inquiet. »

 

Sur Le Monde : « Sur la Syrie, le Président français continue à mentir honteusement, accusant son homologue syrien de l’utilisation d’armes chimiques alors que l’ONU n’a pas encore rendu son rapport. S’il a été écarté du dossier syrien, n’est-ce pas à cause de son entêtement. La diplomatie française ne joue plus dans la cour des grands et cela depuis longtemps. »

 

Sur L’Express : « Le Président ferait mieux de se calmer avec la Syrie, et de mener la guerre contre la délinquance catastrophique en France – avant que même les touristes étrangers ne fuient le pays. Hollande s’est fait rouler dans la farine (la farine ça le connaît) par Poutine et Obama et il veut nous faire croire que sa fermeté a fait peur au syrien. »

 

Sur Le Point.fr : « Hollande a précipité le pays vers les bas-fonds. ! Nous ne sommes plus rien ! Le monde rigole de notre bêtise d’avoir élu un guignol pareil. ! Plus mauvais chef d’état du monde ! Faut le faire en 18 mois ! »

 

Décidément, quant on joue au Monopoly politique, il faut savoir où poser ses pieds.

 

*Chronique : Monopoly politique

http://www.lnr-dz.com/index.php?page=details&id=28224

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,