Aller à…
RSS Feed

3 décembre 2020

Maghreb: Intenses préparatifs pour déstabiliser l’Algérie à partir de la Libye


 

Maghreb: Intenses préparatifs pour déstabiliser l’Algérie à partir de la Libye


Publié le 7 octobre 2013 <http://strategika51.wordpress.com/2013/10/07/maghreb-intenses-preparatifs-pour-destabiliser-lalgerie-a-partir-de-la-libye/>  par Strategika51 <http://strategika51.wordpress.com/author/strategika51/>
Standard <http://strategika51.wordpress.com/2013/10/07/maghreb-intenses-preparatifs-pour-destabiliser-lalgerie-a-partir-de-la-libye/>

Selon des indications recueillies et des informations confirmées par des sources crédibles, entre 32000 à 65000 mercenaires de diverses nationalités s’entraînent dans une dizaine de camps secrets situés en Cyrénaïque dans le cadre d’un plan visant la déstabilisation de l’Algérie. Des chiffres qui paraissent “énormes” !

Ces camps financés en partie par des fonds saoudiens sont supervisés par une société de sécurité privée enregistrée à Haïfa en Israël. Des instructeurs venus de Jordanie et d’autres pays arabes assurent la formation de base.  Les mercenaires viennent quant à eux d’Arabie Saoudite, d’Algérie, d’Egypte, de Libye, du Maroc, de Palestine, de Syrie et de Tunisie mais également de pays d’Asie et d’Afrique.  Les ressortissants de pays issus de ces continents ont bénéficié d’un vaste trafic illégal de visas de travail mis en place par les ambassades de Libye à l’étranger.

Ces combattants seraient particulièrement motivés pour se battre contre l’armée algérienne qu’ils qualifient de « mécréante » et de « machine d’oppression contre les musulmans ».

La Libye a servi durant plus de deux ans de plaque tournante à tous les réseaux d’envoi d’armes et de combattants à destination de pays comme la Syrie. Les Etats-Unis ont eu le plus grand mal à cacher leur rôle dans l’établissement de ces réseaux, notamment lors du scandale étouffé de Benghazi mettant directement en cause le président Barak hussein Obama.

Mais depuis quelques mois, des informations en provenance de Béni Ourfella et de Bani Walid en Libye, il existerait désormais un consensus certain au sein des milices libyennes pour s’en prendre à  l’Algérie au moment opportun.  Or, depuis deux semaines, diverses officines internationales ont remis l’Algérie en haut de l’affiche, notamment à travers un début d’une campagne médiatique assez subtile et concertée.

La situation politique complexe que connaît actuellement l’Algérie a incité le Prince Saoudien Bandar Ben Sultan – d’habitude plutôt favorable au Président bouteflika – a donner son feu vert au lancement de préparatifs visant la déstabilisation de ce pays dans un avenir que des observateurs libyens ont qualifié de « très proche ».

De fait, le nombre d’atterrissage d’avion cargos militaires en provenance de certains pays arabes et de Turquie a été multiplié par douze en Libye au cours des deux derniers mois. Les avions turcs ramènent du matériel militaire et repartent avec des contingents de mercenaires destinés au théâtre d’opérations syrien.

D’autres sources officielles anonymes à Tripoli ont confirmé qu’un plan « spécial Algérie » est en cours mais y ont démenti une quelconque implication de la Libye en accusant  pêle-mêle Israël et l’Arabie Saoudite d’être les principaux soutiens des camps mis en place.  Les préparatifs sur place ont été qualifiés d’importants ou a tout le moins d’intenses.

De source diplomatique, la Libye compte à ce jour près de 110 000 miliciens armés inégalement répartis entre 2000 groupes armés. Depuis la chute du régime du Colonel Mouammar Gaddafi sous les bombes de l’OTAN en octobre 2011, le pays abrite des bases secrètes de drones et fait l’objet de fréquentes interventions secrètes des forces spéciales américaines et britanniques.  La dernière en date a été menée cette semaine par une équipe de Navy Seals américains et s’est soldé par la capture ou le  kidnapping de chefs de milices affiliés à des hommes politiques influents en plein territoire libyen.


Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,