Aller à…
RSS Feed

23 octobre 2020

Les Egyptiens reconnaissent le rôle important de l’armée algérienne dans la guerre contre Israël


Les Egyptiens reconnaissent le rôle important de l’armée algérienne dans la guerre contre Israël

ARTICLE | 
L'Algérie a fourni à l'Egypte des dizaines de Mig-21 tel celui-ci, exposé au Caire. D. R.

L’Algérie a fourni à l’Egypte des dizaines de Mig-21 tel celui-ci, exposé au Caire. D. R.

Après de longues années de silence et de reniement, les Egyptiens reconnaissent enfin le rôle prépondérant de l’armée algérienne dans la guerre contre Israël en 1967-68 et 1973. Dans un long article reprenant des témoignages d’anciens hauts responsables militaires israéliens recueillis dans un livre cosigné par Ronen Bergman et Gil Meltzer, le journal Al Ahram met en avant l’intense participation de l’armée algérienne dans cette guerre et son apport incontestable sur le plan matériel et humain. «L’Algérie était le deuxième pays après l’Irak en termes d’apport dans cette guerre aux côtés de l’Egypte. Elle a participé par plus de 2 000 soldats, plus de 800 sous-officiers et près de 200 officiers. Elle a également mobilisé 96 chars, des missiles et une cinquantaine d’avions de chasse russes», souligne le journal qui décrit l’attitude exemplaire et héroïque des soldats de l’ANP. Se référant également aux mémoires du général à la retraite Khaled Nezzar sur la guerre de 1967-68, Al Ahram regrette que le rôle de l’Algérie soit tu tout au long de ces années. Selon le journal, Israël avait, en effet, réussi à cacher le réel apport de l’Algérie dans cette guerre, alors qu’elle était à la première ligne du front de guerre. «Dans son livre, le général Nezzar a révélé quelques secrets qui ont étonné le monde entier et qui ont remis en cause les concepts de guerre», précise encore le journal égyptien qui n’a pas lésiné sur les mots pour louer l’effort de guerre consenti par l’Algérie et ses «vaillants soldats». «Je ne suis pas responsable de cette défaite réalisée par des dirigeants israéliens stupides et incompétents qui ont sous-estimé les capacités militaires des pays arabes mobilisés sur deux fronts : nord et sud. Ce qui est arrivé à nos forces militaires au port d’Al-Adabiya était la conséquence directe de notre arrogance et de la sous-estimation des forces militaires algériennes et de leurs équipements. Le général Sharon pensait que les soldats algériens allaient fuir avec leurs armes artisanales et quitter le front à la vue du premier char israélien.

Mais finalement, ils lui avaient tendu un piège qui lui a coûté 900 soldats parmi les meilleurs de l’armée israélienne et 172 chars totalement détruits», raconte l’ancien patron de l’armée israélienne David Elazar, qui n’a pas caché son étonnement quant à l’efficacité incroyable des soldats algériens. «Moins nombreux et peu équipés, les soldats algériens avaient occasionné une importante perte à l’armée israélienne aveuglée par sa supériorité numérique et technologique», poursuit ce général-major à la retraite. «Les Egyptiens nous avaient fait croire que ce port n’était pas sécurisé, alors qu’ils avaient chargé les troupes algériennes de le protéger. Nous avions établi notre stratégie sur cette base. Mais au front, nous avions été surpris par la combativité des soldats algériens qui ne nous ont laissé aucune chance d’y accéder», ajoute cet ancien chef militaire israélien dans ce fameux livre sur la guerre de Kippour. Il a affirmé que les soldats algériens avaient réussi à abattre un avion-cargo américain C5 Galaxy.

De nombreux autres témoignages de cet ancien responsable de l’armée israélienne ont été rapportés par Al Ahram. Des témoignages qui ont le mérite de souligner l’apport extrêmement considérable de l’Algérie dans la guerre d’Octobre. Une défaite et des pertes que les militaires israéliens de l’époque gardent encore en mémoire. Par ce long article, Al Ahram semble avoir voulu donc rectifier le tir en faisant l’éloge de l’Algérie et de son rôle durant cette guerre contre l’ennemi israélien.
Sonia B.

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,