Aller à…
RSS Feed

21 octobre 2020

La discrète coopération entre le Hamas et Israël


La discrète coopération entre le Hamas et Israël

Stratégie et politique 13 décembre 2013

DRAPEAU ISRAEL HAMASPour la première fois, un haut responsable militaire israélien a reconnu publiquement qu’une discrète «coopération sécuritaire» existe sur le terrain autour de la bande de Gaza avec les islamistes du Hamas, qui contrôlent cette région.

«Les dirigeants du Hamas aussi bien politiques que militaires font tout ce qu’ils peuvent pour maintenir le calme.

Les 800 membres d’une des principales brigades du Hamas se sont vus donner des uniformes de garde-frontières. Ils patrouillent en permanence pour empêcher des organisations salafistes, notamment, de tirer des obus, des roquettes vers le territoire israélien ou de poser des bombes le long de la clôture de sécurité», séparant Israël de la bande de Gaza, se félicite le général Mickey Edelstein, commandant israélien de la division chargée de Gaza. Selon lui, ces garde-frontières du Hamas arrêtent et interrogent ensuite tous ceux qui tentent de tirer vers Israël. «Le Hamas est subitement devenu le policier de Gaza», a ajouté le général.

Prudent toutefois, il a souligné qu’il n’y a aucune garantie que ces règles du jeu dureront : «mais, pour le moment, ils font du bon travail». Et de préciser qu’en cas de problème, il sait à qui s’adresser du côté du Hamas, mais se refuse à donner d’autres détails sur ses interlocuteurs.

«Nous pénétrons en cas de besoin dans la bande de Gaza dans la limite d’une centaine de mètres pour empêcher des attaques sans que le Hamas réagisse. Nous leur avons en effet expliqué que c’était de leur intérêt. Ils ont ainsi moins besoin de réprimer directement les Palestiniens qui se rapprochent de la clôture de sécurité ou qui tentent de l’endommager, dans la mesure où c’est nous qui le faisons», poursuit le général.

«Aujourd’hui, le Hamas sait où nous agissons, nous les informons à l’avance et il déploie ses hommes de telle façon que cela ne dégénère pas», se félicite le général Edelstein. Pour lui, cette attitude s’explique avant tout par l’isolement du Hamas, après la chute du pouvoir des Frères musulmans en Egypte.

Résultat : le nombre de roquettes tirées vers le territoire israélien a chuté de 98 % depuis un an. Le général ne se fait toutefois pas d’illusion, «le Hamas reste une organisation terroriste, son ADN n’a pas changé, mais pour le moment cette organisation ne veut pas en découdre avec Israël», ajoute-t-il.

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,