Aller à…
RSS Feed

25 octobre 2020

DIEUDONNE : DE LA VIOLENCE DE LA PRESSE


Si je publie beaucoup de textes pour défendre Dieudonné c’est car avant tout Dieudo est un ami et car comme toute la presse, de droite comme de gauche le vilipende, il faut bien que nous les anti-colonialistes, le défendions. Et puis Dieudo a aussi soutenu Kadhafi  lorsqu’il avait toute la presse mensonge contre lui.

Ginette

 

DIEUDONNE : DE LA VIOLENCE DE LA PRESSE

genji

Beaucoup de vidéos. J’ai tenu à rappeler la lutte palestinienne avec ses moments les plus noirs. Les deux premières vidéos sont dures, elles représentent des images que tu connais. Un enfant ligoté par les soldats puis exécuté. Ensuite deux enfants massacrés à coups de pierres par les soldats israéliens.
J’ai envoyé ça à certains médias pour bien leur rappeler qui ils sont et qui nous sommes. Je rappelle même dans les dernières lignes que si nous ne respectons pas Israël et Sharon c’est parce que certains arabes et africains, qui ont son âge ont fait leurs armes en 39/45 contre l’armée nazie quand lui n’a fait que gagner ses galons en massacrant les arabes… La volée de bois…
Merci à tous les militants de garder ses vidéos et de continuer leur diffusion. En particulier la première. Cette vidéo qui m’a fait vomir la presse française. Parce que notre presse est celle qui collabore le plus avec le régime sioniste. Notre presse nous accuse de tout et soutient les infanticides du régime sioniste pur et dur.
 
Voici comment Ardisson par exemple ose demande à Dieudonné « pourquoi vous n’aidez pas le Ruwanda, pourquoi la Palestine ? »
 Et quelques années auparavant le même Ardisson recevant Dieudonné sur la musique de Tonton David « voici Dieudonné qui arrive, lui aussi est issu d’un peuple qui a trop souffert ». Déjà Dieudonné commence à se sentir écrasé par ce racisme… Pour se défendre Ardisson déclare « vous êtes toujours en train de râler »… « vous êtes un peu parano » dit un autre invité.  Intéressant aussi Ardisson qui se dit « de la communauté chrétienne »… « vous ne servez pas votre cause, ça devient casse couilles »
Le racisme, la haine ce n’est pas Dieudonné mais cette exécution. L’exécution d’un enfant par les soldats israéliens. Ce document n’a pas été diffusé en France puisqu’il ne faut surtout pas faire détester Israël. Voici donc ce défendent nos journalistes qui donnent des leçons à Dieudonné.
 
Itzhak Rabin encensé par le Parti Socialiste et quelques journalistes français, c’est quand même cet assassin qui ordonne aux soldats de « briser les os des enfants insurgés »… Les enfants sont menés dans des amas de rocailles et tués à coups de pierres… Voici un triste exemple. Voilà le travail de Rabin.
 
 
 
Dès qu’il s’agit de Dieudonné,  nous ne décolérons jamais. Une flopée de journalistes et autres personnalités se sont ligués contre Dieudonné, et l’accusent de tous les maux. Ce petit monde fermé, et sûr de son droit ont décidé à eux seuls qu’il fallait tuer Dieudonné.
En interdisant la télévision à Dieudonné, s’accaparant de ce média qu’ils utilisent comme une tribune qui leur appartiendrait, ils ont franchi l’infranchissable, ils sont devenus indignes, ils sont devenus des geôliers de la liberté de l’information et du peuple. Ils en arrivent à oublier que des millions de français paient la redevance, et qu’ils ont le droit de regarder ce qu’ils veulent à la télévision. Ces personnes souvent liés à Israël par idéologie sioniste par exemple, agissent comme des magistrats autoproclamés, et tous seuls, ils jugent de qui passera sur le Service public ou non. Ils veille à ce qu’aucune critique ne soit formulée contre Israël à la télévision et dans les autres médias. Sous le gouvernement Sarkosy, une loi interdisant le boycott des produits israéliens à été couchée sur papier. Voilà où en est ce pays. Voilà comment on essaie de ligoter les mains et de fermer la bouche aux militants pro-palestiniens. Comment peut-on en être à interdire la critique d’un état raciste et colonial ? Comment peut-on être journaliste et se coucher devant Israël comme une carpette ? Comment peut-on fermer les yeux quand Israël massacre à Gaza et oser ouvrir sa bouche quand on massacre ailleurs sans avoir honte ? Ce genre de journaliste devrait changer de métier.
 Ce braquage de nos impôts par une élite qui utilise les médias pour défendre Israël et faire de la propagande est insupportable. Nous travaillons, payons nos impôts, nous payons la taxe audiovisuelle pour voir des gens nous imposer des programmes pourris, tenter de nous dogmatiser, et aller jusqu’à nous juger nous-mêmes. Hollande qui invite le Crif à l’Elysée, et qui plaisante avec le raciste Crukierman, l’appelant « Mr le Président ». On croirait rêver. Le Président de la République qui courbe l’échine devant le Président qui représente le Conseil des associations juives de France. C’est honteux. C’est anti-républicain. C’est conférer un pouvoir à une communauté et faire du communautarisme. Ce dîner du Crif devrait être interdit. Mais il paraît que nous sommes dans un pays laïc ? Il paraît que la devise de la République est « Liberté, Egalité, Fraternité ». La horde est lâchée, la chasse au « nègre marron » est ouverte. C’est au plus haut sommet de l’Etat qu’on demande la peau du « nègre marron ».
A mon avis, les médias savaient la teneur du sketch et ne l’ont pas découvert ce soir-là. Ils ont « monté » l’affaire en épingle. Ils sont étonnés du Théâtre de Dieudonné ? C’est vrai quoi ? Comment un « noir » peut s’acheter un Théâtre et sous entendu (pas eux) ? Le reportage pue le racisme. Dieudonné devrait l’étudier pour les attaquer en Justice. Racistes qu’ils sont, ils sont étonnés de voir « la salle comble » et cette réussite ? C’est connu, sans soutien à la TV, sans assistance de l’Etat providence, « les nègres et bougnoules » (ils disent « minorités visibles » pour faire moins raciste mais ça reste aussi raciste) ne réussissent pas. D’ailleurs sans honte, avec ce racisme qui sied si bien aux petits esprits lamentables, lorsqu’un maghrébin passe à la télé pour présenter un art ou autre, l’idiot qui le reçoit lui chante la même chanson depuis 40 ans « vous avez réussi, vous êtes un exemple pour les cités »… Certains méritent vraiment une paire de gifles en direct. Une bonne paire de claques.
 
Pour illustrer le niveau de bassesse et de malhonnêteté que certains ont atteint, histoire de rester à la télévision, voici un montage sur Thierry Ardisson qui veut censurer quand il s’agit des intérêts d’Israël et de la communauté juive, mais qui explique que concernant les musulmans il ne faut rien s’interdire… Le type se contredit selon la communauté visé par la liberté d’expression. C’est un bon document à faire étudier en Ecole de journalisme.…
Après ça rit de la Corée du Sud !
Une autres séquence sur France Inter (Hic !) quand une auditrice pose la question du Betaar qui c’est vrai, a poignardé un commissaire et agressé un caméraman de France Télévision lors d’une manifestation pro-palestinienne en 2000. L’auditrice est zappée, sa question est passée à la trappe ; Voilà ce qu’on reproche à cette presse ignoble.
Voici aussi un article où l’on reprend les propos du Président du Crif. Il n’en n’est pas à sa première sortie raciste. Pour lui les arabes et les noirs sont des sous citoyens, aussi quand Le Pen arrive devant Jospin en 2002, il s’imagine plus à l’abris que les autres et hurle « c’est un avertissement aux musulmans afin qu’ils se tiennent tranquilles ». Et c’est ce raciste, ce sociopathe qui demande aujourd’hui aux médias français la tête de Dieudonné « on doit le faire taire ». Crukierman s’imagine être en Palestine occupée et nous traiter comme si nous étions ses esclaves.
 
Voici la « technicité » hypocrite et raciste avec laquelle certains médias ont ourdi ce complot contre Dieudonné.
1/ Le Crif avec son éminence grise le raciste notoire Roger Crukierman est reçu à l’Elysée; Hollande sous influence du Crif vise Dieudonné et le menace, le qualifiant de « d’humoriste antisémite patenté ». Mais Hollande ne s’imagine pas que Dieudonné est si soutenu, et au-delà de la France.
2/ Le lendemain un sioniste rentre par effraction sur le site de Dieudonné ce qui est en soi un délit. L’humoriste porte plainte contre ce cyber délinquant et contre tout média utilisant les données volées et dévoilant l’intime de certains internautes. On a le droit de poster sa photo sur le site de Dieudonné et ceux qui l’envoie à une autorité ou autre, commettent un deuxième délit. Et France Info a pris la responsabilité d’interroger le cyber délinquant.
3/ France 2 où Dieudonné est interdit se voit refuser un reportage sur l’humoriste. C’est de bonne guerre « tu m’interdis chez toi, tu ne rentres pas chez moi ».
Complément d’enquête film l’humoriste lors d’un spectacle et retranscris ses propos comme s’il avait tenu un meeting, et les journalistes vont jusqu’à reprocher aux spectateurs de rire du spectacle ??? On est là pour rire pas pour faire de la philosophie.
4/ Le nouvel Obs s’empare de l’info et la retranscris à sa manière, à savoir avec une haine inassouvie de l’humoriste qui rit de tout…
5/ Radio France dont le Directeur actuel est l’ancien Directeur de Charlie Hebdo, qui aime rire de tout mais qui vire Siné quand il touche à Israël ou à la religion juive, surenchérit en osant attaquer Dieudonné pour défendre un journaliste de France Inter qui a verbalement agressé Taddéi à la télévision. Voici qu’un journaliste qui a deux boulots, l’un à la télévision et l’autre à la radio se voit payer les frais de son procès avec l’argent de nos impôts ? Il ne peut pas payer son avocat ce Patrick Cohen ? C’est à nous de payer son avocat ? C’est quoi cette indignité ?
La boucle est bouclée : tous les acteurs sont des journalistes. Tous interdisent Dieudonné de parole MAIS parlent à sa place, interprètent tous ses dires en fonction de leurs fantasmes délirants (quenelle devenue un salut nazi ???), et jamais ils ne vérifient les informations à la source –c’est très grave-.
Nous avons l’impression d’avoir affaire à des journalistes amateurs. Un simple exemple : des photos de quenelles prises à Auschwitz ? Est-ce qu’un néonazi va payer un voyage pour aller faire une quenelle là bas ? Non. Un néonazi sort la nuit pour dessiner des croix gammées sur les tombes juives et musulmanes. D’ailleurs qu’est-ce qui prouve que ces photos pour certaines ne sont pas un montage ? Qu’est ce qui prouve que l’auteur n’est pas un sioniste qui veut salir Dieudonné ? Les journalistes qui ont passé ces photos dans la presse comme des imbéciles sans vérifier la source, l’origine, la qualité des photos ne méritent même pas d’avoir une carte de Presse.
Ces journalistes traitent Dieudonné comme s’il était un être vile et primitif. Il doit « rentrer dans le rang ce nègre »… Comme un enfant, il faut le punir ! Il faut l’enchaîner, le mettre au coin, casser sa tirelire, le faire payer. Et s’il fait trop de bruit, ce « bâtard de la République » doit être interdit de parler, il faut lui mettre du sparadrap sur la bouche, le mettre au placard jusqu’à la fin de ses jours pour DONNER L’EXEMPLE ! Infantiliser le peuple, le rendre débile pour qu’il suive ce que dise les médias sans sourciller. Les médias devenus des « apôtres d’Israël et du Sionisme » et qui en même temps savent parle de « laïcité » pour agresser une nounou voilée qui gagne pas grand chose et qui est au chômage… C’est l’égalité des droits ! Le journaliste et la femme libérée « Badinter » qui civilise et émancipe une « nounou arabe voilée »…. C’est honteux. De véritables caricatures.
Les journalistes devenus des flics, jouant à la Stasi qui rentre comme des voleurs chez Dieudonné pour filmer en cachette… Des journalistes aigris, petits, qui ne mourront jamais pour une cause, car s’ils savent « causer », ils ne savent pas ce que veut dire « défendre une cause »… Ils aident à verrouiller le système. Il faut que rien ne dépasse. Des journalistes flics qui fliquent ! Des journalistes fayots, rapporteurs, devenus nuls à force de refaire le monde autour d’une tasse café dans leur salle de rédaction aseptisée… Des journalistes qui pleurent quand ils saignent du nez et qui se bouche les yeux, les oreilles, le nez, la bouche quand ils voient les images en provenance de Palestine.
Des journalistes qui servent à quoi ??? 
Mais Dieudonné élevé par une mère bretonne a vu grand : pas d’autorité !
C’est le secret de fabrique de Dieudonné : aucune autorité, ne jamais ramper, tout assumer. Voilà pourquoi il est aimé. Rien à voir avec nos politicards qui rampent pour faire carrière, et c’est pareil pour la Presse. On a vu PPDA valser et Ferrari prendre sa place. La « fifille » étant plus sympa que le « fiston », Sarkosy a pressé la manette du siège éjectable où sont assis une bonne partie des journalistes de France (mais on est libre !!!) ; Que tous fassent attention à ce qu’ils disent sinon…manette et siège éjectable.
 
En réalité le divorce d’entre la Presse française et le Peuple français date de 1990. 1990 première « guerre du Golfe ». Pendant six mois une « coalition » dans laquelle on retrouve l’Occident, la Syrie et l’Egypte par exemple, va bombarder sans relâche jour et nuit l’Irak. Bombardements qui révolte le père du Tiers-Mondisme et de l’Ecologie René Dumont qui publiera sa colère dans un livre « Cette guerre nous déshonore »… Puis, avec éclat, Jean-Pierre Chevènement claquera la porte de Matignon. En tant que Ministre de la Défense, il refuse de devenir le « soldat » des intérêts américains en Irak et dans la région. Lui aussi publiera « Quand on est ministre, ça ferme sa gueule ou ça démissionne… ». Il est resté égal à lui même, ne s’est jamais renié pas plus qu’il n’a renié ses idées. Rare pour un politicien. L’écrivain et brillant avocat, non corrompu et non vendu au système, Denis Langlois lance l’appel des 75. A l’époque des manifestations ont lieu sur Paris, des manifestations qui dénoncent ces bombardements violents et criminels. On peut entendre des slogans comme « Bush assassin, Mitterrand son chien ».
 Aux plus jeunes, voici un lien qui peut instruire sur cette période. Période que certains voudraient enterrer mais qui fait partie de notre histoire commune. La Guerre du Golfe 1 c’est même pas 30 ans après l’Indépendance de l’Algérie, c’est même pas 20 ans après la fin de la guerre du Vietnam. Les repères comptent beaucoup pour comprendre le retour de manivelle en force du Colonialisme, juste après l’effondrement du bloc soviétique. Si l’URSS avait encore existé, jamais les USA ne se seraient risqué à agresser l’Irak. Il s’agit bien d’une guerre coloniale. Et pour mieux se moquer des arabes du Moyen-Orient, Bush promet l’Indépendance de la Palestine. Nous sommes 7 ans après les terribles massacres de Sabra et Chatila. Ces camions où l’on faisait monter les palestiniens pour les massacrer. Les camps de Sabra et Chatila étaient sous protection de l’ONU (UNRWA), mais qui donc à Washington ou en Occident a le souci de la sécurité de ce peuple occupé ? Personne et surtout pas nos médias volontairement insensibles aux Palestiniens puisqu’il s’agit avant tout de protéger Israël. Ces massacres sont dérisoires pour la Presse française puisque les morts ne sont pas israéliens. On comprendra mieux le black out de cette presse sur la question de l’occupation raciste, brutale et criminelle que les israéliens font subir au peuple palestinien.
L’an dernier pour la commémoration du trentenaire de ces massacres peu de journalistes français, et la majorité des grands médias ont intentionnellement oublié de traiter des massacres de Sabra et Chatila. Pratiquement aucune Une. Silence radio. Il fallait taire cette commémoration en France pour « éviter la montée de l’antisémitisme ». Le credo du Crif, et la Presse lui faisant allégeance… Mais pour beaucoup d’internautes nous avons tenu à rappeler ces massacres et nous ne nous en sommes jamais privé comme toujours. Aucune allégeance à quiconque. La liberté se mérite. Plutôt crever que de cracher sur les victimes de Sabra et Chatila. Plutôt être dans la minorité qui dénonce, que dans la majorité qui baille au corneilles et qui se rit de tout un peuple victime de l’oppression des barbares sionistes.
Voici un reportage en plusieurs séquences sur Sabra et Chatila :
4/ http://www.youtube.com/watch?v=J_JhkNX9SpY
 
Même quand le Pape Benoît XVI se rend au Liban en 2012, il insiste pour rendre hommage aux victimes des camps de Sabra et Chatila. Il refuse en tant qu’humain et chrétien ce massacre de réfugiés palestiniens, où les victimes n’eurent que deux torts : être réfugiés en terre étrangère, et musulmans chez des chrétiens hostiles. Le journaliste qui a écrit cet article est lui aussi très étonné du mutisme de nos médias ? Choquant ce silence.
 
Suite à ces massacres, en Israël beaucoup appelle à la démission d’Ariel Sharon qui était ministre de la Défense. Comme le rapportent beaucoup de palestiniens, les soldats israéliens ont eu l’ordre de laisser faire les massacres. Comme le rapportent aussi certains soldats israéliens regardant des enfants, des femmes et des vieillards grimper dans des jeeps pour être exécutés. Certains soldats qui avaient 20ans à l’époque ne se sont jamais remis de ces massacres et ils accusent le haut de la pyramide de les avoir abandonnés sur le lieu des massacres, en faisant d’eux,   des témoins silencieux et interdits d’intervenir. Le nom qui revient est celui de Sharon. Combien de soldats ont appelé leur hiérarchie ?  Une hiérarchie qui ose dire parfois « je ne regrette rien de ce qui s’est passé, je suis content que les soldats israéliens n’aient pas eu à intervenir »…
Voilà le Sionisme dans sa forme la plus brutale et criminelle. Voici ce que défendent les médias français, et ils osent dire que Dieudonné est « antisémite » ? Les arabes étant sémites, au vue de ce qui se passe sur la question palestinienne, il y a bien plus d’antisémites dans les rédactions de France qu’au Théâtre de la Main d’Or…
Des journalistes qui vont chez Dieudonné avec une caméra caché, et qui rase les murs pour ne pas prendre de photos à Sabra et Chatila ? Des journalistes qui furent les seuls au monde à avoir été dans l’incapacité à rapporter des photos et des reportages de Palestine durant l’agression « plomb durci » ? Même dans le pays les plus pauvres du monde, le peuple a vu les images. En France c’est le black out. Une presse qui collabore avec l’armée israélienne, et qui n’a pas honte de collaborer avec cette armée criminelle.
 
Donc en 1991, Bush n’hésite pas à jouer encore une fois avec le destin des palestiniens. A promettre qu’après la guerre du Golfe, la Palestine sera indépendante. Il faut dire que les américains ont été surpris par cet irakien qui frappe Tel Avive à coup de scuds… Pour la première fois, un état arabe lance des missiles sur Israël, il faut dire qu’Israël ne s’était pas privé de bombarder l’Irak quelques années plus tôt… Quand on est couvert par la France et les USA, on peut tout se permettre…
Ce cynisme est celui du colonialiste qui joue de la carotte et du bâton pour mâter ces « animaux à visage humains » que sont les colonisés. La suite nous la connaissons, les Accords d’Oslo dont la principale victoire est la déclaration de l’autonomie d’une partie de la Palestine sous gouvernance des palestiniens (Gaza et Jéricho principalement). C’est à Washington que les Accords d’Oslo seront signés et non en Norvège ? Caprice de la diplomatie américaine. Deux ans plus tard, le 4 novembre 1995, Itzhak Rabin sera assassiné pour avoir signé cet accord d’Oslo. Nous sommes le 13 Septembre 1993 et ces images qui devaient sceller la fin de l’occupation allait être bousculées et reléguées aux poubelles de l’Histoire avec le retour du boucher Sharon sur a scène israélienne.
Pour comprendre comment s’articule la chasse au « nègre marron Dieudonné », il faut savoir qui dans ce pays dirige l’information. Comment les chaises tournantes s’offrent toujours aux mêmes acteurs, et comment ces acteurs se plient aux trente-six volonté du Crif. Comment ces acteurs obéissent tous aux consignes des médias Israéliens. Libération en fut le plus grand exemple, et la démonstration faite en 2000 fut déconcertante. Alors qu’Ariel Sharon agressait les palestiniens, les journalistes français, dont Libération nous surprirent dans le bon sens, puisqu’ils titraient tous « la guerre », « Sharon, l’ancien boucher de Sabra et Chatila de retour »… Bref, la Presse française avait eu une réaction normale, et dénonçait l’agression de l’occupant israélien envers les camps de réfugiés palestiniens et les territoires occupés.
Avant la fin de la semaine, des journalistes israéliens, en particulier ceux d’Haaretz arrivèrent en France, et furent accueillis dans les locaux de Libération. Libération décida d’ouvrir ses colonnes aux médias sionistes, et la situation en fut tout de suite inversée. Il fut décidé par Libération, Paris Match et d’autres de faire un BLACK OUT sur les victimes palestiniennes de Sharon. La Presse française devint la complice du Boucher Sharon, la complice de la tragédie palestinienne.
Cet affront. Ces mensonges signèrent la rupture entre la Presse et une bonne partie des français, et pas seulement des français de souche afro-maghrébin ou de culte musulman. La Presse venait de s’allier à Israël. Et jamais plus en France, nous le savions, nous ne verrions d’images de la Palestine. Tout ne serait plus que mensonges et contre-vérités. Aussi quand cette même presse mit les bouchées double pour faire libérer un soldat israélien de prison, car il fut capturé par le Hamas durant la guerre barbare, criminelle, que le sanguinaire Sharon livra aux civils palestiniens, elle passa sous silence le sort d’une jeune franco-palestinien Salah Hamouri arrêté de façon arbitraire et jugé par un tribunal militaire (ce qui est interdit pas le droit international). Durant cette guerre des familles furent enfermées dans leur maisons et massacrées par l’armée israélienne.  David Pujadas invita transforma le plateau de France Télévision en QG israélien. L’opération s’appelait « plomb durci ». Ca ne s’invente pas. La Presse française fut raillée partout en Afrique noire, au Maghreb, en Asie, en Amérique latine… La Presse française devenue le paillasson de Tsahal. La Presse française devenue l’ombre de la Presse. La Presse française devenue le bourreau des Palestiniens. La Presse française devenue l’assassin médiatique des banlieues à forte densité afro-maghrébine et musulmane. Ce n’était que le début de la guerre que la Presse allait livrer aux enfants d’immigrés. Puisqu’ils n’étaient pas rentrés dans le « droit chemin » balisé par les maîtres à penser du Sionisme et les laquais du Sionisme, alors Libération allait ouvrir la chasse. Libération qui s’était fait le chantre de l’antiracisme allait devenir le bourreau n°1 des noirs, des arabes et des musulmans. Libération qui après avoir ouvert ses colonnes à Israël et sa presse colonialiste et raciste, allait ouvrir ses colonnes aux sionistes français. Ainsi, une tribune évoquant « les noirs faisant des ratonnades anti-blancs » signée entre autres par Patrick Bruel, Elie Chouraqui et d’autres personnalités liées à Israël et adeptes du Sionisme fut publiée dans Libération. Nous nous serions attendu en 1981, à voir ce genre de propagande raciste dans Minute, signé par Le Pen ou Stirbois mais certainement pas par Bruel ou Chouraqui.
Après cette première salve allait venir le négationnisme concernant la Guerre d’Algérie. Certes, les sionistes eurent besoin de faire reconnaître les massacres d’algériens manifestant sur Paris à la demande du FLN en Octobre 1961. Mais cet épisode n’avait pas pour origine l’empathie suscitée par ces crimes gratuits où des centaines d’algériens furent jetés à la Seine par la police sur les ordres d’un certain Maurice Papon. Maurice Papon était accusé de la rafle du Vel d’Hiv, et c’était pour démontrer qu’il n’avait jamais changé que les sionistes avaient décidé de « déterrer l’affaire algérienne »…
D’ailleurs des années plus tard, un jeune marocain fut jeté à la Seine par des skinheads à la fin d’une manifestation du FN, mais dernièrement ce sont quatre juifs sionistes qui ont défrayé la chronique en jetant un vigile marocain de 36 ans dans le Canal de l’Ourcq, faisant une veuve et un orphelin. La boucle est bouclée : la peine la plus importante de prison est de 6 mois. Ca ne s’invente pas. Ca s’appelle la Justice. Voilà où nous en sommes en France. Ce ne sont plus les skinheads ou les Papon qui agressent les maghrébins et les noirs mais les juifs sionistes. Les plus célèbres sont protégés par l’Etat « la Ligue de Défense Juive ». Cette Ligue interdite partout sauf en France. Mais un jour, ils tueront massivement, et ce jour-là, la France rendra des comptes à l’ONU.
Une partie des sionistes agissent dans la Presse en insultant les musulmans en prétextant la laïcité. C’est d’ailleurs le cas du raciste notoire Roger Crukierman, il est un peu comme un petit ambassadeur d’Israël chargé d’invectiver tout ce qui est progressiste, en faveur des palestiniens, arabe, maghrébin, musulman, noir…
D’autres dans les rues en frappant, voire en noyant leurs victimes. Et en ce moment, le Crif à ouvert la chasse à Dieudonné « on doit faire taire Dieudonné ». Hollande en bon ami d’Israël et du Sionisme  s’est alors senti obligé de menacer l’humoriste et par la même occasion tous ceux qui le soutiennent (et qui votent…) « l’humoriste antisémite patenté »… Roger Crukierman est aux anges, Hollande lui passe de la pommade dans le dos…
Voici ce qui explique l’emballement médiatique autour de Dieudonné. Mais que la Presse se le dise bien, comme la classe politique : nous avons les moyens d’aller à New-York, à l’ONU pour poser le cas Dieudonné sur la table. S’il arrive quelque chose à Dieudonné c’est à l’ONU que François Hollande devra rendre des comptes.
Notre Presse s’est peu à peu détaché du Peuple signant des alliances immorales avec des pouvoirs criminels, et se rapprochant trop de différents pouvoirs politiques.
Ainsi, le Journal Le Monde allait défrayer la chronique en justifiant le massacre par Israël de plusieurs enfants en bas âge à Cana, au Liban, lors que l’agression sioniste en 2006. Là, il ne se trouva aucun journaliste français de « complément d’ enquête » pour entrer en Israël avec une caméra cachée… Là, il s’agissait d’obéir et de ne pas filmer. Il ne fallait pas de témoins. Là, nos journalistes lâches et viles n’ont pas été capables de filmer… Colombani fut l’objet de la colère de plusieurs français, et sur les réseaux sociaux nous vîmes des photos de l’entrée des bureaux du quotidien jonché d’ordure à l’image de l’horreur qu’avait osé écrire Colombani… Justifier au nom de la sécurité d’Israël le massacre d’enfants arabes en bas âge mérite même la correctionnelle. Voilà ce qu’est devenue la presse française. A la limite, on se demande même si certains journalistes ne seraient pas capables de tuer des palestiniens tant ils sont allés loin dans la négation de l’existence du peuple palestinien. Le nihilisme et la déshumanisation de l’autre, celui qui pense différemment et celui qui refuse de vivre occupé sur sa propre terre.
J’ai plus peur de la Presse que de Le Pen. J’ai plus peur de cette Presse qui couvre des assassins de masse que du pire des serial killer… Oui cette Presse fait peur parce qu’elle n’a aucune moralité, et aucune limite. Elle fait peur car elle s’est érigée en pouvoir pour écraser le citoyen et non défendre ses droits, et l’équilibre entre le politique et la liberté du peuple. Une presse qui s’est fourvoyée au point qu’aujourd’hui quand elle touche à Dieudonné, elle touche à la chair et au sang de tous ses fans. Dieudonné ne s’appartient plus. Il est humoriste oui mais il cristallise les souffrances de tous les peuples niés par la presse française, il cristallise les souffrances de tous, il est le symbole de la Liberté retrouvée et toujours pourchassée par des journalistes qui refusent que le peuple soit intelligent et libre. Des journalistes odieux, méprisants, irresponsables et immoraux.  Des journalistes qui se pensent plus intelligents que ceux qui vont voir Dieudonné ? Des journalistes loin du peuple quand Dieudonné lui est dans le peuple, il est le peuple. Et ses fans comme ses amis savent l’Humanité de l’Homme.
Comment peut-on interdire Dieudonné sur France 2 et aller l’épier chez lui dans son théâtre quand on travaille sur France 2 ? C’est toute la symbolique du colon. C’est toute la symbolique de l’esclavagiste : «  j’ai tous les droits, mais toi tu n’as pas le droit de venir sur ma terre. Je peux rentrer chez toi, voler ton image, t’insulter et toi tu te tais sale nègre ».  De vrais voyous. C’est un mixe du Code de l’Indigénat et du Code noir. C’est le retour aussi de ces notables bien pensant qui disait du peuple « la populace », on le voit déjà quand certains parlent des banlieues pauvres « la racaille ». Tout y est. Et ensuite on s’étonne de voir émerger des mouvements comme « les Indigènes de la République » ? On ne cherche pas à comprendre. Là encore une fois, il faut censurer. Il faut casser. Il faut maltraiter et insulter.
Cette dérive raciste, cette devise du noir qui peut balayer les locaux de France Télévision mais y être journalistes, on la connaît bien. D’ailleurs, les journalistes noirs ne sont pas légion dans la Presse, et quand il y en a un, on lui explique la vie, et surtout s’il dépasse les bornes, on le fait taire immédiatement. Ce n’est pas pour rien que les plus primaires en sont à montrer une banane à Taubira. Quand Dieudonné évoque « la chita de Hollande », on essaie d’oublier qu’il est un humoriste et qu’il est le fils d’une blanche et d’un noir… Il rit à un certain niveau, mais à un autre il le dit clairement « un noir et un arabe dans un gouvernement pour calmer les noirs et les arabes », et il a raison.
D’ailleurs voici comment réagit Mme Taubira quand on lui parle du boycott d’Israël :
 
Mais à Dieudonné la Presse ne laisse rien passer, et transforme tout selon ses fantasmes racistes et haineux. Par contre, les fans de Dieudonné et ses soutiens (car on soutien Dieudonné même quand son humour n’est pas notre tasse de thé pour une seule raison : ce n’est pas au Crif, à la Presse et aux politiciens de nous obliger à aimer un humoriste plutôt qu’un autre, et Dieudonné doit exister, c’est notre volonté de citoyens libres et responsables) l’aident car ils sont Dieudonné. Tuer Dieudonné c’est nous tuer. Dieudonné est une partie de nous mêmes. Quand on défend Dieudonné, c’est notre propre liberté qu’on défend. Le droit à rire de tout, et ça aucun Crif, aucun journaliste ne pourra l’empêcher. C’est vrai que rire de tout, dédramatise tout, or certains aimeraient nous faire payer 39/45 et ses crimes dont le génocide juif et tzigane tous les jours, et pour l’éternité. Nous faire sentir coupables. Mais en quoi un français né dans les années 60 ou 70 serait coupable des massacres commis pendant les deux guerres mondiales et pendant les guerres coloniales ? C’est quoi cette débilité ? La folie est telle que quand des noirs demandent la reconnaissance de l’Esclavage de façon officielle, on ose leur dire « vous faites de la concurrence mémorielle ». En aucun cas. Les élites noires commencent à se former, et elles demande justice face à l’Histoire et non des privilèges ? La concurrence c’est dans le monde des affaires, or les crimes les plus terribles de l’Histoire n’ont rien à voir avec le Commerce ? Il s’agit de rétablir des faits historiques et de leur donner une reconnaissance officielle ?
Un exemple : quand on va au Sénégal, et que l’on visite l’Ile de Gorée on reçoit un choc. Et les français qui n’ont pas accès à l’Histoire de l’Esclavage dans les moindres détails sont très choqués lorsqu’ils visitent cette île. Les français en apprennent plus sur l’Esclavage en regardant les films américains qu’en allant à l’école, où est la moralité ?
Ce mépris des peuples et cette volonté de hisser Israël au dessus de toutes les nations et de frapper du sceaux de « peuple au dessus des peuples » les israéliens est d’un autre âge. La presse française doit réfléchir à ce qu’elle est et à ce qu’elle représente. Il est grand temps que cette presse fasse l’autopsie de son cadavre moral.
L’an dernier en Septembre 2012, certains médias français ont jugé normal de rendre hommage aux victimes palestiniennes des camps de Sabra et Chatila. La majorité des médias français faisant allégeance à Israël et au Sionisme ne l’ont pas fait. Ils ne l’ont pas fait, pourtant les massacres de Sabra et Chatila demeure le plus grand traumatisme de toutes les guerres coloniales. 4 à 5000 personnes massacrées à l’arme blanche, au sabre, exécuté après des sévices sexuels et des tortures. Des nourrissons au crâne fracassé. Et bien la majorité des médias français se sont faits censeurs et ont rit de ce drame en essayant de le sortir de la mémoire collective française en niant même l’existence de ce massacre. C’est en 1982, un an après l’abolition de la peine de mort en France. Les dates comptes, je le rappelle encore une fois. D’un côté les médias français vante cette évolution que représente l’abolition de la peine de mort, et en même temps, elle soutient le Colonialisme et l’occupation israélienne ?
Alors pour endiguer cette censure, pour faire justice à l’Histoire humaine, en ces temps où l’on parle tant de « mondialisation » et de « globalisation », beaucoup d’entre nous ont fait l’information à la place de la Presse quotidienne. C’est long, fastidieux mais il faut bien dire les choses, et surtout les faire articuler entre elles pour que les plus jeunes comprennent l’enchaînement des événements mais aussi pourquoi est-ce que toute la Palestine se soulève et que des manifestations monstres apparaissent dans le monde entier, pointant Sharon du doigt et accusant Israël d’être un état criminel.
Sharon est lié aux massacres de Sabra et Chatila que de soit en Israël où il fut obligé de démissionner de son poste de Ministre de la Défense, ou que ce soit dans le monde où son nom fut scandé dans les manifestations. Seule la presse française et Bush tentèrent d’en faire un héros humain. « Une colombe de la paix ».
Le retour de Sharon sur la scène politique se fit avec fracas. Par un matin de Septembre 2000, le 28 Septembre, il n’était même pas 8h00 du matin, quand le Caligula israélien décida d’aller provoquer les palestiniens en se baladant sur l’Esplanade des mosquées, haut lieu symbolique musulman depuis 8 siècles. Les soldats tirent avec des balles de caoutchouc.
Dès le lendemain Ehoud Barak, demande aux soldats de l’occupation de tirer à balles réelles (comme le faisaient les afrikaners à Sowetto).  30 palestiniens seront tués. Et à chaque cortège funéraire, des révoltes éclateront et elles seront toutes mâtées dans le sang (on comprend alors mieux le soutien de Mandela à la Palestine).  Le point d’orgue de ces révoltes mâtées dans le sang fut la mort cruelle d’un jeune garçon de 10 ans, mort dans les bras de son père, alors qu’il était pétrifié de peur. … Muhammad Al-Dura  avait 10 ans, il est mort dans les bras de son père après avoir été touché par les tirs des soldats israéliens. C’était le 30 Septembre 2000.
Le 1er Octobre, c’est une grève générale qui est déclarée en réponse à la mort de cet innocent. Le 26 Octobre l’ONU présentera un rapport où elle accuse les forces d’occupations israéliennes d’utilisations massive et excessive de la force pour mâter les émeutes palestiniennes. Vous voyez, la Palestine c’est l’Afrique du Sud des Afrikaners. Afrikaners ou sionistes où est la différence ? Cela explique l’absence d’Israël à l’hommage à Mandela.
Cet enfant est devenu un symbole. L’enfance martyrisé et massacré par Israël, aussi on comprend le mépris qu’on beaucoup de militants par rapport à certains journalistes français qui couvrent ce genre de crime au nom de « l’antisémitisme ». L’antisémitisme a bon dos.
Ces images tournées par Charles Enderlin, correspondant de France 2, vivant en Israël firent un scandale et provoquèrent un accident diplomate de taille avec Israël. En France des vedettes comme Enrico Maccias descendent dans la rue et manifestent devant l’ambassade d’Israël, réfutant la véracité de cette information mais les images de cet enfant tué dans les bras de son père ont déjà fait le tour du monde, et personne ne peut remettre en cause la véracité des faits et donc de l’information à la grande colère de Crukierman et de certains sionistes zélés…  Certains sionistes à ce jour tentent de faire croire au monde que l’armée israélienne n’a pas tué cet enfant… France 2 a défendu son journaliste. Charles Enderlin n’a jamais baissé les bras. Comme quoi on peut être journaliste israélien, avoir fait son service militaire dans l’armée israélienne et être plus honnête que la majorité des journalistes français. Enderlin fut l’objet d’insultes, de menaces, de pression mais jamais il n’a rampé. Il a étonné tout le monde, car certains se couchent quand débarque une équipe de journalistes de Haaretz… Enderlin vit en Israël, il est au coeur du conflit.
Cette deuxième Intifada va faire beaucoup de morts parmi les palestiniens. Et c’est à ce moment que le Crif va tenter de mettre la pression sur les manifestants les taxant de « rouges-bruns », puis de « rouges-bruns-verts », mais je répondrai qu’il ne doit pas oublier les « judéonazis » car c’est ainsi que je qualifie Sharon et d’autres fanatiques sanguinaires.
 
En Février 2001, les israéliens votent massivement pour le boucher de Sabra et Chatila. Cet extrémiste raciste qui ensuite va isoler Arafat, le tenir prisonnier dans la Mouqata jusqu’à la fin de sa vie. C’était une façon pour ce militaire raté, de se venger d’Arafat qui lui a toujours échappé. Il faut dire que l’enjeu n’est pas le même : Arafat est le symbole révolutionnaire d’un peuple qui se bat pour son droit à l’auto détermination quand Sharon est un militaire de carrière qui n’a gagné ses grades qu’en massacrant des arabes. Il n’a pas l’envergure d’un Boumediene aguerri au combat et colonel dans l’armée française qui contribua à lutter contre le Nazisme. Il n’a pas l’envergure de tous ces africains et maghrébins de son âge mais qui ont combattu eux le Nazisme. Voilà pourquoi beaucoup de français issus de l’immigration afro-maghrébine n’ont aucun respect pour les militaires israéliens, et pour cet Israël qui tue et occupe un peuple arabe, pour ces sionistes qui parlent de « racisme anti blancs » alors que tant de noirs et de maghrébins sont morts en combattant le Nazisme.
 
Quant à la « Mandela mania » qui a soudain atteint certains de nos médias, rappelons leur qui était Mandela. Il parle de Kadhafi, de Castro et d’Arafat :
Et son discours à Gaza, où il dit clairement que face à l’occupant, s’il faut utiliser les armes en dernier recours, alors elles doivent être utilisées. D’ailleurs, je trouve infectes tous ces journalistes et politiciens qui soutiennent les guerres coloniales pour les premiers, et qui déclarent et organisent les massacres pour les seconds, cette façon de tenter d’imposer la « non violence » aux victimes de l’occupation. Certains n’ont vraiment aucune moralité.

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,