Aller à…
RSS Feed

29 novembre 2020

Les faits parlent d’eux mêmes…la France actionne la mise en tutelle d’États africains


Les faits parlent d’eux mêmes…la France actionne la mise en tutelle d’États africains
Joseph TAPA

le 14 jan 2014

Une constance se relève dans l’expression des relations -dites- internationales entre l’État français et « ses » partenaires d’Afrique liés des coopérations linguistiques et économiques, qui se manifeste d’un intensif déclaratif public du contraire de ce qui se trame.
Les récents présidents français, le prédécesseur Nicolas Sarkozy et l’actuel François Hollande, n’ont eu de vigueur sans pareil à clamer l’intentionnel d’en terminer d’avec l’interventionnisme dans l’administration des États partenaires liés d’Afrique (Françafrique en serait sa dénomination de prévalence française que révèle la terminologie).

La traduction s’est faite par des interventions directes musclées de la force dans l’organisation, structuration et restructuration, de ces États partenaires liés d’Afrique (l’historique en était plus soft de l’indirect d’intervention via l’entremise de manipulation des acteurs locaux) :
– comme cela le fut dans la mécanique destruction de l’État légitime de Libye et l’assassinat de son chef, Mouammar Kadhafi (1).

– comme cela le fut dans le confinement, l’arrestation et le transfèrement à une justice étrangère, via ses moyens, du chef en exercice constitutionnelle de l’État de Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo (2).

– comme cela le fut dans le dictât du cadre d’organisation et du délai constitutif de l’État malien, tout comme des contours au choix de son actuel chef, Ibrahim Boubacar Keïta (3).

– comme cela le fut par l’invocation directe à la destitution, à nos jours acquise, de l’ex chef intérimaire de l’État centrafricain, Michel Djotodia, devant des partenaires liés d’Afrique et d’Occident à l’ouverture d’un sommet sur la sécurité en Afrique piloté par l’État français sur son sol (4).

L’actuel président français, François Hollande, dans un exercice de questions-réponses face aux journalistes, ce 14 janvier 2014, a soutenu que la France était en bon droit d’intervenir chez ces partenaires liés d’Afrique, tout en remettant en scelle l’habituel de déclaratif (idéologie accompagnatrice manichéenne) en arguant que la France : « n’avait pas vocation à substituer aux États africains…. ; La France est encore une puissance qui à un certain nombre de moyens pour porter un message… ; La France a mis en place une force armée d’intervention africaine pour les crises internes avec ses partenaires liés africains qui prend le temps d’être effectif…. ; La France n’est pas seulement un ancien colonisateur mais une puissance… »

La traduction de cette évolution de langage aseptisé, fort de la pratique accolée de fait aux déclarations antérieures, viendrait de bonne lecture à informer : qu’à l’hypothèse de la ténacité des soubresauts divers et notamment économiques, qui menaceraient de déclin et menacent l’embellie de la puissance française, comme naguère au temps des colonisations, il ne saurait être hésitation à de nouveau recourir aux Africains, nombres de moyens étant à sa disposition. Et de ceux-ci, de prévisibilité, l’action de tutelle des États et nations africaines en expression de force d’empire de son message sous la protection élargie des forces armées misent en place dans une projection opérationnelle durable dans le temps et non ponctuellement.

À l’intentionnel déclaratif d’action civilisatrice d’au paravent, avant les indépendances données en poursuite de maturité (autre déclaratif) après 4 siècles d’immixtion dans l’espace africain en quête de puissance économique à l’appui esclavagiste et colonial, un certains nombres d’Africains collaborèrent allègrement avec les occidentaux sous l’espérance de lendemain meilleur que dément affreusement leur quotidien sociétaire et les désenchantements sociaux et sociétaux en interne territorial des partenaires liés d’Afrique. Se substitue le déclaratif d’accompagnement au plus près sans en être pas direct décideur mais aux vus s’imposant : comme cela se traduit en Centrafrique où l’expression fut du refus d’un tel destitué et le Mali où la réjouissance fut l’avènement d’un autre au pouvoir.

La durée de cette nouvelle immixtion étant concrètement inconnue si ce n’est qu’elle s’ambitionne dans le temps, sans qu’il soit méconnaissable qu’elle puisse vouloir être aussi longue de 4 siècles comme la précédente…l’interpellation ou interrogation en serait de savoir si les actuels Africains ont-il appris des croyances d’antan de leur ancêtres et retenu enseignements des désenchantements de leur présent ? L’État Français semble ne pas y croire le contraire !

Les guerres à effet et escomptent de tétanisations des populations africaines auraient le vent porteur de message en poupe…à la suite des actuels conflits de Centrafrique, R.D Congo, Soudan du Sud, ceux latent et en gestation d’attente…les Africains peuvent-ils ou voudront-ils s’opposer à la traduction de l’intentionnel français de privation en tous genres de libertés et d’exercice de droits divers et universels à disposer comme bon leur convient, par la mise sous tutelle en évolution améliorée de la pratique de colonisation ? L’opportunité à se complaire en victimisation sera-t-elle boudée des Africains !?

Joseph TAPA

(1) & (2) faits à l’initiative du président Sarkozy en cinq ans de mandature
(3) & (4) faits à l’initiative -pour l’heure actuelle- du président Hollande en deux ans de mandat

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,