Aller à…
RSS Feed

28 octobre 2020

ARNAQUE. Dieudonné: l’humoriste doit-il vraiment de l’argent au fisc c’est à dire à l’Etat ? NON


ARNAQUE. Dieudonné: l’humoriste doit-il vraiment de l’argent au fisc c’est à dire à l’Etat ? NON

Publié le jan 26, 2014 @ 18:01

Allain Jules

Procès

Alors qu’ils n’arrivent pas à l’interdire, même par la fraude, vous avez assisté ces trois dernières semaines à une déferlante insupportable. Comme un seul homme, au mot près, vous avez lu à peu près ceci: Dieudonné n’a toujours pas payé les amendes de ses condamnations pour injure et incitation à la haine. À ce jour, elles s’élèveraient à plus de 65.000 euros. Cet argent est dû au Trésor public, donc à l’État. Vous avez aussi sans doute lu qu’il n’avait pas le droit de faire appel aux dons. Ensuite, pour clôturer le tout, ils disent aussi qu’il y a, dans ses activités, du détournement de fonds, de l’abus de biens sociaux, et la fraude fiscale. Ambiance.

Dieudonné doit-il vraiment 65 000 euros au fisc ?

La presse mainstream, lorsqu’elle s’acharne sur un homme, oublie souvent que, dans les faits, il est possible qu’il y ait maldonne quelque part. Dieudonné semble en effet être en délicatesse avec l’administration fiscale et le Trésor public, de sorte qu’en 2014, pense-t-elle, il serait cuit. Mais, ce que la même presse élude volontairement ou ignore, c’est qu’il y a des gens qui doivent de l’argent à Dieudonné, ce qui peut faire un balancement assez interessant dans cette situation ubuesque. Faut-il revenir, ici, sur l’huissier qui a voulu faire le mur -sans mauvais jeu de mots-, chez Dieudonné ? La ville de La Rochelle doit à l’humoriste une coquette somme avoisinant les 45 ooo euros. Mais là, silence complet. Le fisc doit, pour récupérer l’argent que l’humoriste leur doit, se tourner aussi vers la ville pour recouvrer ses finances, au lieu de s’en prendre aux siens.

En effet, depuis 2009, en toute illégalité, l’humoriste était interdit -il l’est encore-, de se produire dans la ville de La Rochelle. D’autres villes devraient être condamnées pour les mêmes faits. Au bas mot, ainsi, ces édiles ou leurs villes devraient à l’humoriste, un peu plus de 300 000 euros, entre interdiction et mauvaise foi, comme la ville de Montpellier. Quand on fait les comptes, ce sont plutôt ces gens qui ne sont pas en conformité avec la loi. Passons. La ville de La Rochelle avait été condamnée, en 2012, par le Tribunal de commerce de la ville. Le verdict du tribunal de commerce de la ville était tombé et la société d’économie mixte, gérant le palais des congrès de la Rochelle, l’Espace Encan, avait été condamnée à verser très exactement 43 306 euros à l’humoriste, pour préjudices d’images et d’ordre financier. Pourquoi personne n’ose parler de ce fait qui change tout, en réalité ? La ville n’a toujours pas donner un kopek à l’humoriste. Cherchez l’erreur !

>>>>Rejoignez-nous sur Facebook

Dieudonné n’a jamais fait appel aux dons mais demandé des prêts.

Tout le monde, en choeur, atteste que l’humoriste avait fait un appel aux dons pour payer ses amendes. C’est archi-faux. Il n’a jamais fait appel aux dons et l’enquête qui est menée aujourd’hui n’est qu’une falsification, une utilisation des moyens de l’Etat sans réel objet, ou du moins, celui d’un lynchage organisé. L’appel aux dons pour payer ses amendes est un délit en tant que tel, sanctionné par l’article 40 de la loi du 29 juillet 1881 :

« Il est interdit d’ouvrir ou d’annoncer publiquement des souscriptions ayant pour objet d’indemniser des amendes, frais et dommages intérêts prononcés par des condamnations judiciaires, en matière criminelle ou correctionnelle, sous peine d’un emprisonnement de six mois, et d’une amende de 45.000 €. »

Cette vidéo démontre le contraire des affirmations de la presse, toujours mensongères, quand il s’agit de l’humoriste. Il a fait appel à des prêts pour l’acquisition de sa maison vendue aux enchères. Point. C’est quand même amusant de mire dans la presse, le contraire.

Dieudonné a-t-il transféré de l’argent au Cameroun ?

La joie en coin, la presse affirme, pince-sans-rire, que, Dieudonné est soupçonné de blanchiment pour avoir envoyé de l’argent au Cameroun. Depuis quand le Cameroun est un paradis fiscal ? Que font donc les industriels français comme Bolloré sur place ? Pire, M. Patrice Ollivier-Maurel, le procureur de Chartres, a confié en février 2013 une enquête préliminaire au groupe d’intervention régional (GIR) et à la police judiciaire d’Orléans pour « blanchiment », « organisation d’insolvabilité » et « fraude fiscale ». D’autres disent que l’humoriste passait le clair de son temps dans un bureau de Western Union, près de Répubique. C’est simplement pathétique comme acharnement.

Parler de blanchiment est une falsification sans précédent. Le blanchiment consiste à injecter dans l’économie légale de l’argent résultant d’activités illicites (trafic de drogue, d’armes, prostitution, proxénitisme…etc). Or, jusqu’à preuve du contraire, Dieudonné est un artiste comique, qui gagne de l’argent, oui, en faisant des spectacles. On devrait peut-être plutôt parler d’évasion fiscale mais, même là, investir au Cameroun ne peut être ainsi qualifié. D’ailleurs, selon nos informations, l’humoriste, malgré les affirmations de la presse, n’a jamais envoyé personnellement de l’argent au Cameroun. Sa femme, son fils ou sa mère sont des personnes qui ne peuvent être considérées comme l’homme Dieudonné. Il faut donc arriver à déterminer qu’il a envoyé, lui, tout seul, 400 000 euros au Cameroun depuis 2009.

En conclusion donc, on assiste en France, à un lynchage en règle d’un homme. Un homme qui a dit non à ce système. Mais, le plus risible est de lire qu’il profite du même système, comme s’il s’agisssait simplement d’histoire d’argent. Ce sont les mêmes accusations à l’encontre de Nicolas Anelka. or, il s’agit de la bien-pensance simplement. Les tares d’une société où les dirigeants veulent soumettre tout le monde à leur idéologie morbide et mortifère et rien d’autre. En mettant bout à bout ces faits, l’humoriste ne doit finalement rien mais, il a décidé de payer, pour qu’on lui laisse la paix. Si demain, il est condamné, vous comprendrez qu’il ne s’agit que d’une condamnation..POLITIQUE.

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,